AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
0

Etre parents...[PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Etre parents...[PV] Mar 18 Jan - 18:51

Sheelah revint dans leur maison lorsque le soleil pointait au plus haut dans le ciel. La chaleur était étouffante et même au milieu de la forêt, dans le temple pourtant si sujet aux courants d'air, la reine des Naakti avait besoin de se reposer à ce moment de la journée. Préférant l'aurore ou le crépuscule pour effectuer les cérémonies religieuses, donner ses directives ou encore soigner quelques blessés lorsqu'il y avait besoin, elle rentrait généralement chez elle afin de se ressourcer. Elle avait passé la matinée au temple à observer le ciel afin d'y voir quelques bons ou mauvais présages. De son étude, il en était ressortie qu'il y aurait bientôt une tempête venant de l'océan. La chaleur étouffante était le premier signe d'une tempête. Les nuages situés très hauts dans le ciel ne pouvaient pas non plus la tromper. Il faudrait donc bientôt organiser une célébration aux Dieu Anáil le dieu du vent afin d'implorer sa clémence et d'épargner leurs cultures et leurs maisons. Elle entra dans leur petite chambre, celle de Fakhar et elle, et s'installa au bord de la petite fenêtre qui permettait d'observer la ville en contre bas. Elle croisa les jambes et se mit à méditer. Lors de ces séances, elle faisait le vide dans son esprit. Cela lui permettait une plus grande concentration lors des cérémonies religieuses. Elle conseillait régulièrement à son mari de faire de même. Il avait une fâcheuse tendance à se disputer avec tout le monde facilement. De plus il ne montrait jamais les sentiments qui l'animaient et étouffait régulièrement face à toutes ses obligations. Heureusement, il savait se contenir et ne perdait jamais le contrôle, sur les autres comme sur sa famille. Mais Sheelah se demandait souvent comment il faisait. Elle ne survivrait pas sans sa méditation quotidienne. Elle se perdit ainsi dans ses pensées, écoutant les chants des oiseaux et laissant le vent carresser son visage.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Jeu 10 Fév - 20:02

Fakhar releva le voile de la chambre. Sa femme était en méditation. Le tableau était charmant et serein. Bien que leur vie commune date de nombreuses années, chaque instant passé avec sa femme était précieux et unique. Aujourd’hui encore, malgré la routine de la vie de roi et reine, retrouver cette femme douce et fière, le bouleversait.
Il s’approcha doucement pour ne pas la gêner et s’assit en face d’elle en tailleur. La douceur et le calme qui entourait Sheelah quand elle méditait, donnait des frissons à Fakhar. Lui qui était toujours très digne, ressentait avec force l’infini de cette femme.
Le roi ferma les yeux et il n’y eut plus rien que l’infini.

_________________


Les images utilisées ont été réalisées par Alice Picard.

Angelo Añada . Fakhar Alkahin
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Jeu 10 Fév - 22:13

Aujourd’hui, le monde était bien fade et vide pour Ensun. Le ciel bleu paraissait gris, les gouttes ne tombaient pas, mais inondaient pourtant le visage noir du jeune homme, formant ainsi de longues marques blanches et humides. Le contraste entre les deux couleurs était flagrant, et bien des villageois se sont demandés ce qu’avait pu faire le jeune Prince pour se retrouver dans un tel état. Jamais il ne s’était justifié. Jamais il ne s’était arrêté pour expliquer à tout ce beau monde ce qu’il venait de lui arriver. Il se contentait de les ignorer, s’enfermant dans une colère sourdre et lourde de sens. Heureusement pour la famille Royale, Ensun avait pris un chemin où il était sûr de rencontrer peu de monde. Ainsi ses rencontres furent rares, et seul le forgeron et un quelconque paysan furent témoin des larmes du Prince, fils du grand Roi Fakhar Alkahin. L’honneur de la famille n’était peut-être pas souillé, qui sait ? Et puis, qu’est-ce que l’honneur aux yeux de tous ces gens ? Ensun ne voulait pas chercher à comprendre, il avait bien d’autres choses à faire, soit : tout lâcher et prendre le temps de réfléchir à tout ce qui lui était arrivé ces derniers mois, depuis sa disparition de quelques heures dans la jungle notamment.

Lorsqu’Ensun avait vu le toit de sa maison, il avait cessé de faire trotter sa monture, puis s’était approché au pas. Conscient qu’il devait éviter de se faire remarquer, c’est dans le silence le plus total qu’il conduisit Gealach derrière la maison, lui donnant de l’eau et un peu de foin. Après une course comme celle-ci, ce dernier méritait un peu de repos et de fraicheur. Ensun lui donna une petite tape affective, et lui baisa même le museau. Attaché à ce cheval depuis qu’un ami de la famille le leur avait offert, le jeune homme ne l’avait jamais remplacé par un cheval plus beau ou plus rapide. Couleur souris, ce cheval portait des crins d’un noir étonnant, bien que sa robe soit d’un gris doux et léger. Plutôt petit par rapport aux chevaux que les dresseurs trocs contre d’autres marchandises, il était cependant rapide sur des courtes distances, gagnant ainsi les courses amicales qui se faisaient entre Ensun et quelques uns de ses amis. C’est avec un certain regret qu’il abandonna la compagnie de son ami pour finalement rejoindre l’intérieur de la maison.

Lorsqu’il fut à l’intérieur, son regard se posa sur chacun des objets, cherchant avec une rigueur étonnante des éléments qui pourraient prouver que la maison n’est pas vide. Trop perturbé par les derniers évènements, il abandonna bien vite ses recherches, et se résigna à ne pas avoir toutes les réponses à ses questions. Sans plus de façons il lâcha sa sacoche dans un coin de la maison puis se dirigea vers sa propre chambre, ne cherchant plus à savoir si ses parents étaient à la maison ou non. Pourtant habitué à les saluer chaleureusement à son retour, cela ne perturba nullement Ensun. Quand on a l’esprit ailleurs, on oublie qui on est vraiment. Devant la porte de sa chambre, Ensun sentit ses jambes céder sous lui, et s’adossa donc au mur pour s’éviter une chute. Il était mort de fatigue et voulait hurler sa douleur, mais l’énervement prenait le dessus sur tout besoin de repos et de soins. Il ouvrit la porte, et repensa alors à Morwan. Il venait de se faire humilier sans même pouvoir se défendre. Ce combat n’avait pas été égalitaire, loin de là. Ensun avait été trop faible et trop inexpérimenté pour pouvoir porter le moindre coup à son adversaire. Ses réflexes étaient rapides, mais il avait les mauvais. En colère, il claqua brutalement la porte de sa chambre, faisant ainsi un boucan inimaginable. On aurait cru à l’instant que la porte n’allait pas résister au choc, mais fort heureusement, le bois de la forêt semblait être solide.

Alors qu’il tremblait de rage, il se lava le visage, ainsi que le corps. Il revêtit rapidement une nouvelle tenue, qui pourrait notamment cacher ses bleus au niveau de l’estomac, ainsi que ceux des genoux. Pour ce qui est des bras, il lui faudrait trouver un joli mensonge pour se justifier. A peine était-il rentré, qu’il avait maltraité la porte, et s’était changé. Qu’allait-il faire maintenant, si ce n’est se morfondre dans son coin ? Il s’approcha doucement de la fenêtre, s’installa sur le rebord, puis laissa le vent rafraichir son visage bouillonnant. Le cœur battant, il imagina alors Elissa en présence de Morwan. S’il la touchait, Ensun le tuerait.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Ven 11 Fév - 18:55

Sheelah n'avait pas entendu son mari s'installer derrière elle. La méditation était plutôt efficace et sa concentration était au plus haut. Malheureusement, la porte qui claqua la ramena à la réalité. Se demandant ce qu'il venait de se passer elle se retourna et ce n'est qu'alors qu'elle le vit. Il était assis sur leur lit, l'air songeur. Un sourire s'étira doucement sur ses lèvres pendant qu'elle se rapprochait doucement de lui. Elle frôla sa joue contre la sienne et lui mordilla une oreille.

- Alors mon roi, lequel de nos deux enfants fait autant de bruit ? Je parie sur notre fille, après tout elle est en âge de fuir les jeunes hommes trop entreprenants. A moins que ce soit notre fils qui ait encore cherché la bagarre...

Elle se recula légèrement afin de scruter son visage, le même sourire aux lèvres. Puis elle commença à jouer avec quelques mèches de cheveux. Celles-là même qui la fascinaient depuis tant d'années.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Ven 25 Fév - 20:43

Peu de temps s’était écoulé depuis qu’Ensun s’était installé sur le rebord de sa fenêtre. Ses yeux où brillaient les flammes de la colère se posaient sur les passants. Inévitablement, il fut attiré par la démarche de quelques jolies jeunes filles, mais peu romantique en ce jour, il se détourna bien vite d’elles. Lorsque l’une d’entre elles leva la tête, Ensun abandonna le rebord de fenêtre, fermant sèchement cette dernière. Il n’avait pas le cœur à sourire à ses beautés de la nature. Un autre jour, peut-être, il s’attèlera à les faire rire, jouissant ainsi de leur rire cristallin. Pour le moment, il avait bien autre chose en tête, et ces choses en question ne le faisaient que trop souffrir. Pensif, il posa sa tête contre le mur, masquant ses yeux fatigués en y posant sa main blanche. Ce geste, il le faisait lorsqu’il se mettait à réfléchir. Contrairement à beaucoup, il ne se positionnait pas en tailleur pour méditer, mais restait debout, les yeux clos, avec pour seules compagnies des pensées qu’il voudrait chasser au plus vite.

S’être ainsi fait battre par le guerrier l’avait complètement détruit. Il s’était toujours cru à la hauteur de ses camarades, voire même de quelques uns des guerriers élus par le Conseil, par le Roi en personne. En affrontant Morwan, élu depuis moins d’un an, il s’était rendu compte qu’il n’était même pas à la hauteur des plus jeunes d’entres eux. Mais qui étaient-ils ? Des bêtes ? Des Divinités ? Pouvait-il seulement les égaler un jour, même avec l’entraînement de son père ? Doutant de plus en plus de lui, il commença à réfléchir au métier qu’il choisirait s’il venait à échouer à la prochaine Epreuve. Déjà perdant moralement, il se demanda si être un petit commerçant ne lui suffirait pas pour survivre. Il n’était qu’un bon à rien, et il espérait trouver un autre métier que la guerre ? Soupirant de lassitude, il se laissa tomber sur ton lit, savourant la douceur de peaux chaudes et confortables. Il lui fallait à tout prix prendre sa revanche, même si pour cela il devait gravement blesser Morwan. Il voulait sa peau autant pour que jamais sa sœur ne s’en fasse un ami, que pour retrouver son honneur perdu. Le mot « honneur » avait un sens bien particulier aux yeux du jeune Ensun. Fougueux et encore bien jeune, il en faisait quelque chose qu’il fallait à tout prix conserver, mais par la force et les armes. Son père avait tant de choses à lui apprendre, mais pour cela, il faudrait qu’Ensun se montre plus attentif et moins rêveur. Ce n’était pas chose faite, loin de là. Mais c’était encore faisable, car pour la première fois depuis longtemps, il avait la volonté de vaincre. Le rival qu’il s’était fait aujourd’hui venait de lui faire pousser des ailes, et ces ailes en question, elles pouvaient le guider vers son rêve de toujours : devenir Roi.

Doucement il se releva, retenant un gémissement de douleur. Bien que ses plaies n’aient pas été traitées, Ensun se saisit de son bâton, déposé au fond de sa chambre. Il s’installa ensuite au centre de la pièce, en tailleur, et ferma les yeux. Le bâton était posé devant lui, à l’horizontal. A environ une distance d’un mètre, on pouvait alors remarquer les petites particularités de cette arme : de petites marques y avaient été gravé, et on pouvait deviner là des écritures. « Sous l'épée haut levée, l'enfer vous fait trembler, mais allez de l'avant, et vous trouverez le pays de félicité »*Cette phrase, c’était sûrement avec son père la seule chose qui le poussait à ne jamais commettre de crime, ou encore à abandonner. Bien qu’il y ait souvent songé, jamais il n’avait déposé les armes pour se spécialiser dans un autre domaine, si on ne tient pas compte des siestes sous le soleil bien évidement. Cependant, sa défaite l’avait fortement secoué, et c’est ainsi qu’après quelques instants de méditation à peine, qu’Ensun se saisit violement de son bâton puis le jeta contre le mur d’en face. Sur ses joues coulaient des larmes d’humiliation et de haine. Il n’avait pas souhaité cela en combattant le guerrier.

*Miyamoto Musashi
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Sam 26 Fév - 15:48

Après avoir quitté le parc d'entraînement, et par conséquent le grand et fort guerrier nommé Morwan, Elissa avait erré dans les rues d'Akhoris, perdue dans ses pensées. L'image d'Ensun tombant au sol la tourmentait, et ne cessait de faire naître en elle des doutes et des sentiments qu'elle n'aurait jamais cru éprouver un jour. Depuis sa toute petite enfance, la princesse n'avait jamais douté du talent de son héros, de son protecteur, son frère. Comment une simple journée avait elle put tout faire s'écrouler, tout remettre en question? C'est ce que tentait encore de comprendre l'adolescente lorsqu'elle gagna le temple. Machinalement, c'est vers cet endroit que ses jambes l'avaient porté, et vers lui que son esprit s'était tourné. Aucun endroit n'arrivait à apaiser Elissa aussi bien que le temple, et elle avait à ce moment la bien besoin de sa tranquillité. Ainsi, la jeune fille avait pénétré dans l'immense édifice, presque vide à cette heure-ci. Les jeunes apprenties venues prier le matin étaient depuis longtemps reparties, et, en ce début d'après-midi, personne ne semblait avoir envie de venir s'enfermer entre des murs de pierres. Les jeunes naakti que fréquentait Elissa habituellement devaient sans doute être allé grignoter quelque chose chez elles, ou même se baigner dans une des rivières bordant le village. La solitude ne gêna cependant pas beaucoup la jeune fille, qui s'agenouilla à même le sol de pierre, laissant son âme entre les mains de ses dieux bien aimés.

Ce n'est que lorsqu'elle eut évacué toute la colère qu'elle avait en elle qu'Elissa ouvrit les yeux. Aller au temple avait été une bonne idée : Même si les questions qu'elle se posait n'avaient pas trouvé de réponses auprès des dieux, leur présence avait bel et bien été bénéfique. C'est un petit peu calmée que la princesse sortit du lieu sacré, afin de se rendre dans la maison qu'elle habitait avec sa famille. Il y avait de fortes chances qu'elle y trouve Ensun, et cela faillit la faire reculer lorsqu'elle s'arrêta devant la porte. Au fond, peut-être qu'elle n'avait pas envie de savoir si Morwan avait dit vrai. Peut-être qu'elle redoutait d'apprendre que son frère n'était pas le guerrier parfait qu'elle avait adoré pendant des années. Ainsi, elle poussa la porte avec un peu d'appréhension, ne vit personne dans la pièce principale, et s'arrêta quelques secondes devant la chambre de son frère. Allait-être entrer, ou non? Appuyant son front contre le bois frais de la porte, Elissa sentit le calme et l'apaisement qu'elle avait réussi à gagner au temple s'envoler. Finalement, un grand bruit la fit sursauter. On aurait dit qu'on avait jeté quelque chose, un objet en bois ou en pierre probablement, contre un mur ou le sol. Et cela venait de la chambre d'Ensun.

Alors que cela aurait dû inciter Elissa à faire demi-tour, ce fut plutôt le contraire. La curiosité s'empara d'elle, et elle poussa la porte avant de passer sa tête à l'intérieur de la chambre, et d'observer Ensun, sans un mot. Ce qu'elle y vit la laissa sans voix. Son frère pleurait. C'était bien la première fois depuis des années qu'Elissa le voyait ainsi, et cette vision la chamboula. Pour elle, qui avait l'habitude de voir son frère se montrer fort et cacher ses faiblesses avec habileté, les larmes d'Ensun étaient une surprise, quelque chose que jamais elle n'avait pu voir d'aussi près. C'est pour cette raison qu'elle ne sut comment réagir, et elle le fixa de longues minutes, bouche bée. Visiblement, il ne l'avait pas entendue entrer, et il fixait le mur alors que sur ses joues coulaient des petits torrents d'eau salée, transparente, cristalline. Elle ne savait pas encore si ces larmes étaient dues à de la haine, de la douleur, de la rage ou de la honte, mais le fait de voir Ensun dans une telle position lui donna presque envie de le rejoindre et de pleurer à son tour. Cependant, ce fut autrement qu'elle réagit, puisqu'elle entra finalement dans la pièce, refermant doucement la porte derrière elle. Elle ne savait absolument pas quelle serait la réaction d'Ensun lorsqu'il capterait sa présence, mais elle ne pouvait pas le laisser seul, malgré toutes les recommandations de Morwan. Cela pouvait bien être la meilleure chose à faire... mais elle l'ignora quand même.

_________________

• Elissa Alkahin • Erika Van Lowen • Vanina Delhis •


Dernière édition par Elissa Alkahin le Dim 27 Fév - 14:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Sam 26 Fév - 21:23

Le bruit de la porte fut l’unique élément qui trahit la présence de la Princesse. Lorsque cette dernière se ferma, Ensun se leva brusquement et fit quelques pas à reculons, le temps qu’il définisse l’identité de la personne présente. Son cœur venait de faire un bond, en plus des larmes, des gouttes de sueur perlaient sur ses joues rouges de chagrin. Enfin il reconnut sa jeune sœur, qui d’un regard malheureux, le fixait avec pitié et angoisse. Ensun n’avait eu aucune difficulté pour repérer sa sœur, car en bon chasseur qu’il était depuis les débuts de son entraînement aux côtés de son père, il se devait de pister ses proies, mais également de ne pas en devenir une. Chaque bruit, chaque son était là pour le guider ou l’avertir. Bien qu’Elissa ait voulu être discrète, elle n’avait malheureusement pas le talent du chat sauvage pour cela. Par contre, elle possédait sa grâce et sa beauté, il n’y avait aucun doute sur ce point là. Les cheveux roux de feu sur ses épaules fraîches et blanches faisaient pâlirent les prétendants les plus audacieux. Les yeux verts feuille fascinaient tout autant qu’ils hypnotisaient ceux qui osaient croiser le regard de la jeune fille. Tout en elle respirait la douceur et l’innocence…Encore fallait-il que cette dernière ne s’emporte pas pour une raison quelconque. Quand elle s’énervait, elle ne perdait pas son charme, mais toute sa féminité. Mieux valait ne pas avoir à subir ses colères les plus sombres, sous peine de finir chez les guérisseuses si n’est pas guerrier celui qui reçoit les coups.

Le jeune Prince fixa longuement sa petite sœur, oubliant de sécher ses larmes, ou encore de les retenir. Il ne réalisait pas encore qu’elle était là, à le regarder depuis longtemps, ou quelques minutes à peine. Il avait espéré trouver un refuge sûr en venant dans sa chambre. Un refuge où personne ne pourrait voir ses larmes couler, chose rare chez ce jeune Prince qui depuis toujours cachait ses faiblesses les plus grandes aux yeux du grand public. Elissa n’avait rien à faire ici…Lorsqu’il se rendit compte que c’était la toute première fois qu’il montrait ses larmes à sa petite sœur, les yeux d’Ensun se fermèrent, lui laissant le champ libre pour les sécher d’un revers de la main. Il passa bien de longues minutes à se frotter les yeux, les rendant bien plus rouges qu’ils ne l’étaient déjà. Lorsqu’il sut qu’il devenait ridicule à ainsi fuir le regard de sa sœur, il arrêta de frotter, laissant malgré tout son bras posé sur ses yeux. Les lèvres pincées, la main libre tremblante, il cherchait une justification à sa faiblesse. Comment pouvait-il lui dire qu’il avait échoué ? Comment lui dire qu’il n’était qu’un bon à rien ? Comment briser un rêve illusoire qui rendait habituellement Elissa si souriante en sa présence ? Il retira finalement son bras, laissant tout d’abord son regard voguer sur le sol, puis se poser doucement sur Elissa. Les larmes coulèrent de nouveau, inexorablement. Il se demanda alors s’il n’était pas destiné à pleurer ses défaites jusqu’à la fin de ses jours. Etait-il maudit ? Enfin il se décida à parler, cherchant comme d’habitude à se justifier.

-Je ne voulais pas ça. Je ne voulais pas que tu assistes à ça aujourd’hui. Il faut croire que je suis vraiment qu’un imbécile, n’est-ce pas ? Père me demande de quitter le parc, je défie Morwan. Tu me demandes de donner le meilleur de moi-même à l’entraînement, et je pleure comme un lâche dans ma chambre.

Le regard désormais détourné, il continua sur sa lancée :

-J’aurais peut-être mieux fait d’exercer le métier d’artisan, ou même de quitter cette forêt pour ne pas faire honte à Père, au village. Qu’est-ce qu’il va penser de moi si je ne deviens pas guerrier ? Je ne veux pas le décevoir, et pourtant, je ne trouve aucune motivation dans l’entraînement. Je voudrais passer mes journées en compagnie des chants de la forêt, laissant le soleil dorer ma peau en douceur. Qu’est-ce qu’il me faut pour grandir Elissa ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Lun 28 Fév - 11:22

Déconcertée, immobile dans la pénombre de la chambre, Elissa regarda Ensun se frotter les yeux longuement, puis les cacher de son bras tremblant. La tristesse du jeune homme, et les larmes qu'il semblait vouloir dissimuler à sa jeune soeur étaient bel et bien visibles, malgré tous ses efforts. La pire chose aux yeux de la jeune fille, celle qui la tourmentait le plus, était celle de ne savoir comment réagir, comment aider Ensun. La scène du combat repassa dans sa tête, une fois, puis deux, puis d'autres jusqu'à ce qu'une larme se mette à perler au coin de ses yeux. Tout comme son frère, Elissa n'avait jamais aimé montrer ses faiblesses aux autres, elle avait cependant toujours eu du mal à les cacher. Contrairement à Ensun, elle n'avait jamais réellement réussi à les maîtriser, et ses émotions la dépassaient bien plus souvent qu'elle ne l'aurait voulu. La, c'était le cas, puisqu'au lieu d'être le soutien dont avait besoin son frère, elle ne faisait que l'attrister d'avantage, en lui volant sa solitude et en hésitant quant à l'attitude à adopter. Les recommandations de Morwan avaient peut-être un sens finalement : Elle n'aurait pas dû entrer. Mais il était trop tard désormais.

Lorsqu'Ensun retira son bras et que ses larmes coulèrent de nouveau, Elissa ne put résister à l'envie de le rejoindre, de s'asseoir avec lui. Maintenant qu'elle était la, de toute manière, autant être utile. Rester debout dans un coin sans réagir aurait été trop difficile pour la princesse. Assise en tailleurs devant son frère, Elissa l'observa, silencieusement. Les larmes avaient rendues humides les joues pâles du prince, et ses yeux, désormais mélanges de noir et de rouge, se plantèrent dans les siens. La jeune fille se doutait qu'il ne tarderait pas à détourner le regard, afin de lui dissimuler une fois de plus les larmes qui coulaient sur son visage. Elissa se doutait qu'elle n'avait pas l'air mieux, car ses yeux l'avaient trahi et ses joues rosies n'étaient pas plus sèches que celles d'Ensun. Les longues mèches rousses encadrant son visage n'y avaient pas non plus échappé, car elles le frôlaient et n'étaient pas moins humides que ses joues. Après une bonne minutes à le contempler, sans un bruit dans la pièce, Ensun parla, et rompit ainsi le silence qui les enveloppait.

- Je ne voulais pas ça. Je ne voulais pas que tu assistes à ça aujourd’hui. Il faut croire que je suis vraiment qu’un imbécile, n’est-ce pas ? Père me demande de quitter le parc, je défie Morwan. Tu me demandes de donner le meilleur de moi-même à l’entraînement, et je pleure comme un lâche dans ma chambre.

Secouant la tête, Elissa regarda de nouveau son frère, cherchant dans ses yeux la moindre trace de celui qu'elle avait admiré pendant des années. Comment avait-il pu changer ainsi, en si peu de temps? Ou plutôt : Comment avait-elle pu se voiler la face pendant tant d'années? Bien entendu, Elissa avait toujours su que Ensun ne désirait pas être guerrier. Il le lui avait déjà dit bien des fois, et cela se voyait à toutes les séances d'entraînement qu'il avait ratées. Cependant, elle n'avait jamais compris à quel point l'envie de faire honneur à leur père se confrontait à celle de tout laisser tomber, à quel point cela le rongeait un peu plus chaque jour. La princesse se rendit alors compte que beaucoup de choses lui avaient échappées. Ensun ne lui avait toujours montré que ce qu'il voulait bien qu'elle voie. Aujourd'hui avait été le jour de trop : Il n'avait pu lui cacher plus longtemps ce qu'il ressentait. Comme elle l'avait prévu, Ensun détourna les yeux, et elle ne put plus y plonger pour y chercher l'assurance qu'avait souvent arboré son frère. Baissant les yeux, Elissa fixa le sol. Elle ne savait même pas quoi répondre à ce qu'il avait dit quelques instants plus tot. Au vu de son état, il ne l'aurait sans doute jamais crue si elle lui avait affirmé qu'il n'était ni un lâche, ni un faible.

-J’aurais peut-être mieux fait d’exercer le métier d’artisan, ou même de quitter cette forêt pour ne pas faire honte à Père, au village. Qu’est-ce qu’il va penser de moi si je ne deviens pas guerrier ? Je ne veux pas le décevoir, et pourtant, je ne trouve aucune motivation dans l’entraînement. Je voudrais passer mes journées en compagnie des chants de la forêt, laissant le soleil dorer ma peau en douceur. Qu’est-ce qu’il me faut pour grandir Elissa ?

Relevant la tête, Elissa fixa le beau visage pâle de son frère, et les petits torrents qu'avaient creusé les larmes sur ses joues. Elle ne savait pas quoi dire pour ne pas le blesser d'avantage, le décourager, et elle n'avait aucune envie de lui mentir. Tout l'amour qu'elle avait pour lui lui avait toujours fait voir ce qu'il y avait de meilleur en lui, et elle avait pu pendant un bon moment ignorer les défauts de son frère. Elle ne le pouvait plus désormais, car elle en avait un en face d'elle, beaucoup trop visible pour qu'elle puisse faire comme s'il n'existait pas. Le manque de maturité était sans doute ce qui nuisait le plus à Ensun, ce qui l'empêchait de prendre son entraînement au sérieux et de faire ce que leur père attendait de lui. Quant à savoir ce qui pourrait le faire grandir, la jeune fille n'en savait pas plus que lui.

- Ensun, commença-t-elle d'une voix quelque peu tremblante, du moins pas aussi rassurante qu'elle ne l'aurait souhaité. Je sais que tu ne veux pas devenir un guerrier, mais... ça va devoir changer. Tu n'atteindras pas ton but si tu n'as aucune envie de l'atteindre, murmura-t-elle, un peu hésitante.

_________________

• Elissa Alkahin • Erika Van Lowen • Vanina Delhis •
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Lun 28 Fév - 19:54

- Ensun, commença-t-elle d'une voix quelque peu tremblante, du moins pas aussi rassurante qu'elle ne l'aurait souhaité. Je sais que tu ne veux pas devenir un guerrier, mais... ça va devoir changer. Tu n'atteindras pas ton but si tu n'as aucune envie de l'atteindre, murmura-t-elle, un peu hésitante.

- Devoir changer ? Devoir changer ?! commença-t-il en haussant le ton et en montrant les premiers signes d'un dangereux énervement. Et tu crois peut-être que je ne veux pas que ça change ? Tu crois peut-être que je ne souhaite pas les entendre, les compliments de Père ?! On dirait qu'à tes yeux, je ne fais rien pour ! Oui, j'ai des difficultés pour me motiver, mais ne va pas jusqu'à m'insulter de...

De quoi ? Il ne parvenait à trouver les mots. De lâche peut-être, de bon à rien, d’incapable. Il ne savait dire si Elissa avait réellement cherché à l’insulter, ou s’il n’était tout simplement pas un parano qui venait de hurler sa sœur pour une raison qui n’en valait pas la peine. Aveuglé par la colère et l’humiliation qu’il venait de subir, il ne se rendit cependant pas compte de la portée que ses mots pouvaient avoir. Selon lui, elle se mêlait de choses qui ne la regardaient pas, car elle était femme. Il en oublia qu’elle était sa petite sœur, le trésor qu’il avait toujours voulu protéger jusqu’à présent. En égoïste, il se mordit les lèvres et ne s’excusa pas. Il n’avait rien à lui dire, mais alors rien du tout. Pourquoi n’avait-elle pas quitté le Parc d’Entraînement, comme il le lui avait demandé, peu après le passage du Roi ? Pourquoi lui ressemblait-elle au point de faire des choses qui le contrariaient ? Prenant une voix encore plus sévère, il continua malheureusement sur sa lancée :

- Tu ne sais rien du tout ! Rien ! Je me demande si la vie des colons, de l'autre côté de la forêt, n'est pas bien plus jouissive que celle que je vis ici ! Je me demande pourquoi les Divinités m’ont choisi les Naakti comme peuple ! POURQUOI ? On se dit libre, mais la liberté est bien loin de m’apporter ce que je désire le plus au monde. Si c’est ça la liberté, alors je n’en veux pas ! Si c’est ça les Naakti, alors je n’en veux pas !

Il regretta aussitôt ses propos. Comment pouvait-il dire une chose pareille ? Comment pouvait-il dire à sa sœur qu’il n’aurait jamais voulu naître s’il avait su à l’avance la vie qu’il mènerait, l’adolescence qu’il aurait à affronter ? Il posa de nouveau sa main sur ses yeux, réfléchissant pour la première fois à la portée de ses paroles. Il se sentit alors bête, ignoble et sans cœur. Bien des gens vivaient dans la misère, même au sein du village. Lui, il était né dans la famille Royale et se permettait de se plaindre alors même qu’il était de ceux qui n’en avaient guère le droit. Certes il vivait une étape difficile, celle de devenir un homme, mais il était bien loin d’être le seul. Bien que son père, ses maîtres, et les guerriers soient exigeants, il avait la chance de pouvoir participer chaque année à la fameuse Epreuve, ouverte aux seuls jeunes hommes capables de porter les armes. Beaucoup, de part l’inquiétude de leurs parents ou à cause de leur mauvaise condition physique n’avaient même pas à eu l’honneur d’être parmi les élèves Naakti pendant plus de quelques mois. Il avait passé la première étape, alors devait-il abandonner maintenant ? Après tout, la prochaine Epreuve était certes proche, mais avec des efforts et de la volonté, il pouvait très bien être prochainement un grand guerrier Naakti. Il repensa alors à l’entraînement que lui avait promis son père…Il n’avait plus qu’à espérer que ce dernier porterait ses fruits, et qu’à jamais il changera d’opinion au sujet du port des armes.

Désespéré, il nettoya à l’aide d’un tissu les larmes qui avaient humidifié ses joues pâles, puis se tourna vers Elissa, espérant que cette dernière ne réagisse pas de façon agressive, en venant même pour la première fois à lui claquer la porte au nez. Il lui lança un regard désolé, ne parvenant à desserrer les lèvres pour s’excuser de son comportement. Conscient qu’il venait d’hurler alors qu’il n’était même pas sûr que les parents n’étaient pas à la maison, il tendit l’oreille, ignorant Elissa pendant quelques temps. Et s’ils avaient entendu ? Il secoua négativement la tête, supposant que son père était à la chasse, et sa mère en train de prier avec les plus jeunes élèves du temple.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Jeu 3 Mar - 8:28

Sheelah Alkahin a écrit:
Sheelah n'avait pas entendu son mari s'installer derrière elle. La méditation était plutôt efficace et sa concentration était au plus haut. Malheureusement, la porte qui claqua la ramena à la réalité. Se demandant ce qu'il venait de se passer elle se retourna et ce n'est qu'alors qu'elle le vit. Il était assis sur leur lit, l'air songeur. Un sourire s'étira doucement sur ses lèvres pendant qu'elle se rapprochait doucement de lui. Elle frôla sa joue contre la sienne et lui mordilla une oreille.

- Alors mon roi, lequel de nos deux enfants fait autant de bruit ? Je parie sur notre fille, après tout elle est en âge de fuir les jeunes hommes trop entreprenants. A moins que ce soit notre fils qui ait encore cherché la bagarre...


Elle se recula légèrement afin de scruter son visage, le même sourire aux lèvres. Puis elle commença à jouer avec quelques mèches de cheveux. Celles-là même qui la fascinaient depuis tant d'années.

Il sourit à sa femme. Elle était aussi douce qu'une brise de printemps. Sa seule proximité lui permettait de calmer toutes les colères qui bouillonnaient dans son coeur.

- Je n'en serais pas si sûr. La journée n'a pas été très bonne pour Ensun. Il ne va pas bien et je ne sais pas comment m'y prendre avec lui.

Il posa un regard fatigué sur Sheelah. Elle seule connaissait ses angoisses, ses doutes. Assis l'un en face de l'autre, ils étaient perpétuellement en communion.

- Je lui ai proposé de l'entrainer tous les matins. Ai-je bien fait ? Je redoute qu'il n'accepte pas, mais est-ce vraiment une bonne chose pour lui de suivre mon enseignement ? J'ai agis par instinct, mais ne me suis-je pas trompé ?

_________________


Les images utilisées ont été réalisées par Alice Picard.

Angelo Añada . Fakhar Alkahin
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Lun 7 Mar - 7:53

- Je n'en serais pas si sûr. La journée n'a pas été très bonne pour Ensun. Il ne va pas bien et je ne sais pas comment m'y prendre avec lui.

Sheelah regarda son mari d'un air inquiet. Elle avait aussi remarqué que leur fils semblait différent depuis qu'il était revenu blessé de la forêt. Elle s’inquiétait pour lui depuis, mais elle ne pensait pas qu'il allait si mal. Elle ne lui coupa cependant pas la parole. Celui-ci aussi semblait inquiet, et fatigué. Alors qu'il aurait pu se soucier uniquement du bien être de son peuple, il prenait toujours le temps de s'occuper de leurs enfants. Et pour cela elle lui avait toujours été reconnaissante.

- Je lui ai proposé de l'entrainer tous les matins. Ai-je bien fait ? Je redoute qu'il n'accepte pas, mais est-ce vraiment une bonne chose pour lui de suivre mon enseignement ? J'ai agis par instinct, mais ne me suis-je pas trompé ?

Elle sourit, afin de l'apaiser.

- Tu as agi avec ton coeur, c'est là une merveilleuse chose. Il est normal que tu t'inquiètes pour l'avenir de tes enfants. Et je pense qu'un peu d'entraînement ne lui fera pas de mal. Il est rêveur, comme sa mère, mais il doit aussi apprendre à être fort. La force de l'esprit est aussi importante que la force du corps, or notre Ensun manque un peu des deux....

Elle déposa un baiser sur ses lèvres et l'incita doucement à s'allonger sur leur lit. Puis elle se leva lentement et se dirigea vers le pas de la porte de la chambre. Elle le regarda avant de sortir.

- Repose toi, tu sembles épuisé. Je m'occupe de lui.

Doucement elle se dirigea vers la chambre de son fils. Elle savait que c'était là l'un de ses nombreux lieu de refuge. Et il lui semblait que c'était de là aussi qu'était venu des bruits de fracas. En arrivant devant la porte de la chambre elle entendit des voix. La soeur d'Ensun, sa tendre fille était donc avec lui. Sans doute voulait-elle le réconforter. Tant de compassion et d'entraide qu'avaient ses enfants l'un envers l'autre la rendait heureuse. Mais elle devait parler au prince, et s'assurer que celui-ci allait bien. Elle frappa à la porte et laissa ainsi le temps à Ensun de se remettre un peu de ses émotions avant de venir lui ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Mer 9 Mar - 14:57

- Devoir changer ? Devoir changer ?! commença-t-il en haussant le ton et en montrant les premiers signes d'un dangereux énervement. Et tu crois peut-être que je ne veux pas que ça change ? Tu crois peut-être que je ne souhaite pas les entendre, les compliments de Père ?! On dirait qu'à tes yeux, je ne fais rien pour ! Oui, j'ai des difficultés pour me motiver, mais ne va pas jusqu'à m'insulter de...

Lorsqu'elle perçut l'énervement dans la voix d'Ensun, et lorsqu'elle comprit le sens de ses paroles, les larmes d'Elissa continuèrent de couler, bien malgré elle. Pourtant, elle n'était pas de ces gamines pleurnichardes qui passaient leur vie à geindre. L'éducation qu'elle avait reçu lui avait donné un sens de l'honneur bien particulier, et c'est pour cela que très peu de gens eurent un jour l'occasion de la voir pleurer. Ses parents, sans aucun doute, quand elle était plus jeune, puis Ensun. Elle n'arrivait jamais à lui cacher ses émotions, et d'ailleurs, pourquoi les cacherait-elle? Il était la personne en qui elle avait le plus confiance, et il la connaissait par coeur ... D'ailleurs, savait-il à ce moment la qu'il l'avait blessée en haussant le ton ainsi ? Certes, ce n'était pas la première fois que son frère lui parlait un peu durement, puisqu'il était d'un naturel très protecteur et qu'il n'hésitait pas à couver sa soeur, mais il était rare qu'il élève la voix à ce point, au point de lui hurler dessus. Il était vrai que les paroles de la jeune fille avaient été hésitantes, sans doute un peu maladroites, mais elle ne pensait pas à mal. De voir son frère aussi malheureux, puis aussi énervé contre elle-même ne fit qu'accentuer la peine qu'Elissa ressentait.

- Tu ne sais rien du tout ! Rien ! Je me demande si la vie des colons, de l'autre côté de la forêt, n'est pas bien plus jouissive que celle que je vis ici ! Je me demande pourquoi les Divinités m’ont choisi les Naakti comme peuple ! POURQUOI ? On se dit libre, mais la liberté est bien loin de m’apporter ce que je désire le plus au monde. Si c’est ça la liberté, alors je n’en veux pas ! Si c’est ça les Naakti, alors je n’en veux pas !

Le deuxième flot de paroles parut lointain dans l'esprit d'Elissa, car elle était encore en train de faire tourner encore et encore le premier, revoyant son frère s'énervant contre elle. Cependant, il valait mieux qu'il cesse de hurler, car comme tous le savaient, Elissa était de celles qui partaient au quart de tour. Même si le choc qu'avait causé son frère en haussant le ton ainsi l'avait pendant un moment déstabilisé et blessée, l'adolescente ne tarderait pas à lui répondre, et ce sans forcément mâcher ses mots. Elle n'eut heureusement pas le temps d'ouvrir la bouche, ni même de se remettre de ses émotions, car un coup fut frappé à la porte, faisant sursauter la jeune fille. Qui pouvait-ce bien être? Un de leurs parents, sans aucun doute, ou même les deux. C'est d'un simple revers de main qu'Elissa essuya les larmes qui coulaient quelques minutes auparavant sur ses joues, et qu'elle remit un peu d'ordre dans ses longues mèches rousses et rebelles. C'est après avoir fait tout cela qu'elle posa ses yeux sur Ensun, le regardant avec un mélange de peine, de colère et d'incompréhension à la fois. Il lui avait montré quelques instants plus tôt une facette qu'elle aurait sans doute préféré ne jamais voir. Mais ce n'était plus le moment d'en parler.

Sans jeter un regard de plus à son frère, Elissa se leva pour aller s'asseoir sur son lit, et c'est en s'adossant au mur qu'elle ramena ses jambes contre sa poitrine. Cette pièce n'étant pas sa chambre, elle laissa à Ensun le soin de décider ou non s'il allait ouvrir la porte.

_________________

• Elissa Alkahin • Erika Van Lowen • Vanina Delhis •
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Mer 9 Mar - 15:51

Lorsque l’on frappa à la porte, Ensun se sentit raidir. Un frisson glacial lui parcourut le dos, le laissant silencieux et immobile un petit bout de temps. Il n’entendait plus rien : la respiration de sa sœur n’était qu’un souffle lointain, les battements de son cœur un tambour sans musicien pour leur donner vie. Lorsqu’il raisonna enfin, il sut que seul l’un de ses parents pouvait être derrière cette porte, attendant avec une patience étonnante que son fils vienne le la lui ouvrir, l’accueillant avec sourire chaleureux peut-être. Mais à quoi pensait la personne derrière cette porte, en venant dans cette chambre ? Avait-il parlé trop fort ? Venait-on le renier, le réprimander pour ses propos déplacés à l’encontre du peuple Naakti ? Même lui s’était rendu du compte de l’ampleur de ses paroles, blessant la personne la plus chère à ses yeux en les invoquant. Il regrettait, mais était-ce un pardon valable à offrir aux parents qui avaient toujours fait de leur mieux pour lui offrir le bonheur qu’il convoitait tant ? Etait-ce la meilleure manière de s’excuser auprès de sa tendre petite sœur, qu’il avait blessé de la manière les plus égoïstes qui soit ? Laissant un soupir lui échapper, Ensun s’empressa de sécher ses larmes, de se laver le visage, puis de couvrir d’une veste de peau ses bras recouverts de bleus douloureux, malgré les températures élevées de sa chambre. Il ne voulait pas que ses parents apprennent pour la déculotté du siècle que lui avait collé un guerrier engagé il y a très peu de temps. Pour lui, c’était une humiliation déjà difficile à supporter, alors voir ses parents froncer des sourcils, sourire par moquerie, ou encore lui faire des leçons de morale, non merci. Il pouvait se passer de cela. Il y avait aussi le fait qu’il n’avait aucune excuse. Peu après s’être fait réprimander par son père, Ensun avait reçu l’ordre de rentrer à la maison et d’attendre le lendemain matin pour reprendre l’entraînement. Bien malgré les recommandations de son père, il avait fini par se battre contre Morwan, oubliant la discipline qu’on lui avait pourtant insufflée depuis sa naissance. La dernière raison à son angoisse, c’était qu’il était celui qui avait réclamé ce combat, se jetant de lui-même dans la gueule du loup, ou de la panthère plutôt. Il était le seul fautif de la bosse sur son crâne, des bleus qui recouvraient bras, jambes et ventre, de son manque d’équilibre suite au coup dans la nuque, de sa colère. Comment pouvait-il se permettre de hausser le ton contre sa sœur ?

Il regarda sa sœur s’installer sur le lit, et n’eut pas le courage de jouer les méchants garçons plus longtemps. Il lui lança un regard désolé, mais ce dernier voulait également dire autre chose : « S’il-te-plait, ne dis rien qui pourrait jouer en ma défaveur. » Lentement il se dirigea vers la porte, crispé. Prenant son courage à deux mains, il ouvrit la porte. Lorsque son regard croisa celui de sa mère, Ensun fut surpris malgré le fait qu’il s’attendait à ce que ce soit l’un des deux parents. Il avait plutôt imaginé son père, le regard sévère, notamment si ce dernier avait entendu ses propos déplacés de tout à l’heure. Au lieu de ça, il avait en face de lui une mère chère à son cœur, dont le regard inquiet ne présageait rien de bon. Ensun recula d’un pas, comme s’il cherchait à fuir quelque chose. Son père, Elissa. Allait-il blesser sa mère maintenant ? Il ne le voulait pas. Son visage se fit triste, on pouvait désormais y lire une angoisse toute nouvelle. Il enfouie au plus profond de lui-même tout ce qu’il se devait de cacher : plaies physiques, comme plaies morales.

- Mère ? Qu’est-ce qui…Qu’est-ce qui vous amène ? Avez-vous besoin de quelque chose ?

Cacher des secrets, mentir, mentir, et encore mentir. Il n’aimait pas ça, mais avait-il le choix ? Il ne voulait pas qu’on s’apitoie sur son sort, et encore moins qu’on apprenne quoi que ce soit de sa défaite, bien que les spectateurs fussent nombreux à ce moment là. Il resserra sa veste autour de lui, il avait très chaud. Mais au moins, on ne voyait que les bosses et éraflures du visage. N’osant plonger son regard dans celui de sa mère. Comme pour Elissa, elle était de celles qu’il voulait protéger à tout prix, même si pour cela il devait risquer sa vie. Il n’aimait pas la voir inquiète ou contrariée, car cela lui faisait sûrement mal. Elle était si belle, lorsqu’elle souriait. Alors il lui fallait tout faire pour ne pas la faire pleurer ou la mettre en colère, quoi qu’il arrive. Il espérait que les questions ne fuseraient pas, et qu’il ne perdra pas le contrôle de lui-même au point de se confier ou de dire les mêmes horreurs que tout à l’heure.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Lun 14 Mar - 11:16

Ensun vint lui ouvrir la porte. Elle avait attendu patiemment malgré l'attente qui lui avait paru beaucoup trop longue. Sheelah était une femme plutôt patiente, mais quand elle s’inquiétait pour l'un de ses enfants son statut de mère prenait le dessus sur celui de la reine. Elle était une femme après tout et l'instinct maternel était inscrit dans sa chair bien plus que les devoirs qu'elle avait envers son peuple.

- Mère ? Qu’est-ce qui…Qu’est-ce qui vous amène ? Avez-vous besoin de quelque chose ?

Elle regarda son fils avec intensité. Celui-ci avait des blessures sur tout le corps. Malgré le tissu qu'il tentait désespérément de replacer pour les cacher, ses choses là ne pouvaient échapper au regard aguerrit de la chef des prêtresses Naakti. Elle aperçut sa fille prostrée sur le lit et en conclut qu'elle avait été déçue, ou bien blessée au coeur. Elle tenterait d'en savoir plus une fois qu'elle se serait assurée de la bonne santé de son fils. Elle retourna son regard vers celui-ci.

- Suis-moi, lui ordonna-t-elle. Sa voix était ferme mais restait douce. Elle ne voulait pas paraître tyrannique auprès de son fils, juste lui montrer qu'il ne pouvait pas lui désobéir. Tu peux venir aussi, dit-elle à sa fille avant de s'éloigner de la chambre d'Ensun.

Elle sortit de la maison après avoir récupéré un petit sac de cuir qu'elle gardait souvent à sa ceinture. Elle s'installa sur un rocher, près de la maison, elle indiqua par un geste, l'endroit où Ensun devait savoir : juste à côté d'elle. A Elissa, elle la laissa s’asseoir où bon lui semblait. Sans un mot, elle commença à sortir quelques décoctions toutes prêtes de son sac et à choisir celles qui pourrait aider son fils à se remettre de ses blessures.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Sam 19 Mar - 15:52

Lorsque sa mère lui demanda de la suivre, Ensun haussa les sourcils dans un réflexe qui lui était unique. Il connaissait Sheelah sur le bout des doigts, et bien que le ton de voix de cette dernière fût doux, il dégageait également beaucoup d’autorité. Il sut à cet instant qu’il n’avait guère le droit de protester. De plus, il était conscient qu’il avait fait assez de bêtises pour aujourd’hui. Ne souhaitant pas se mettre à dos l’ensemble de sa famille en des quelques rares amis qu’il avait, le choix fut bien vite fait pour le jeune Ensun. Jetant un dernier coup d’œil à Elissa, il se hâta par la suite de suivre sa mère, mais garda avec elle une distance plutôt raisonnable, voire exagérée. Il n’arrivait pas à s’approcher de cette dernière de plus de trois mètres, ralentissant quand elle ralentissait, accélérant quand elle accélérait. Son regard ne se détachait pas d’elle, comme s’il était hypnotisé par cette femme. Sa mère était sûrement la plus belle Prêtresse de la forêt, elle inspirait le respect, l’amour et la paix. Ensun admirait les valeurs qu’elle défendait, et se haïssait par moment d’être né garçon. Il aurait voulu accompagner sa mère au temple, suivre ses pas dans le domaine de la guérison et du dévouement aux Dieux Naakti. Lui, pour jouir de la reconnaissance de l’ensemble du village, n’avait d’autre choix que de devenir leur roi. Pour cela, il devait porter les armes et s’entraîner durement chaque jour. Malgré les encouragements et la pression qu’exerçait son père sur ses épaules, le jeune homme n’avait jamais montré un réel intérêt pour les armes, si ce n’est pendant une bonne partie de chasse. Pourquoi la culture Naakti devait lui imposer cela ? N’avait-il donc pas le choix de son destin ? La reconnaissance d’un peuple devait-elle passer par les armes et la guerre ?

Lorsqu’ils sortirent enfin de la maison, Ensun se demanda alors ce que compter faire sa mère. Il ne comprenait pas pourquoi elle ne l’avait pas laissé dans sa chambre, en compagnie d’Elissa. Avait-elle quelque chose de particulier à lui montrer, ou encore à lui dire ? Si c’était vraiment le cas, elle n’aurait pas laissé Elissa les suivre. Le jeune homme laissa donc sa mère diriger les choses. Après tout, il lui faisait confiance au point de la suivre partout comme un véritable petit chien, mais malgré cela, il était mort d’inquiétude quant aux évènements à venir. Sheelah s’installa alors sur un rocher, décrochant de sa ceinture de cuir un petit sac qui n’était pas inconnu aux yeux du jeune Prince. Il renfermait bien évidement les choses utiles à sa mère dans son métier de Grande Prêtresse et de guérisseuse. Mais ce fut justement cela qui causa en lui un trouble certain. Instinctivement il serra encore plus autour de lui le morceau de tissu, pour cacher les plaies et bleus apparus suite à son combat contre l’imposant Morwan. Que comptait-elle faire au juste ? Il avait tout fait pour cacher la misère pourtant.

Sur indication de sa mère, Ensun s’installa à ses côtés. Ses yeux se posèrent sur elle, comme pour lui demander silencieusement quelles étaient ses intentions à son égard. Une faible lueur de tristesse, de souffrance, et surtout d’extrême solitude assombrissait quelque peu les yeux du Prince. Aujourd’hui, il avait accumulé les bêtises, les humiliations. Il devait désormais se remettre en cause, autant sur le plan du comportement que physiquement et moralement. En plus de mentir, d’être maigrichon, et également de hausser le ton contre sa propre famille, il osait remettre en cause de nombreuses lois imposées par son père et l’ensemble du Conseil. Un soupir lui échappa au moment même où Sheelah sortit de son petit sac des décoctions. La réaction fut immédiate.

- Mère, je vous assure que je me porte très bien ! Ce n’est pas la peine de vous fatiguer à chercher les plantes qui soigneront ces égratignures !

Les égratignures en question lui donnaient vertiges, saignements, et surtout une perte d’équilibre plutôt gênante. Alors donner le nom "d'égratinures" à ces plaies, était-ce correct ? Mais Ensun n’en avait que faire, ou du moins, il préférait de loin se préoccuper d'autre chose. Comment avait-elle su pour les blessures ? Il espéra alors que son père ne lui avait pas raconté le combat qui l’avait opposé à Taros, et encore moins qu’un villageois ait osé lui compter le duel qui l’avait cette fois opposé à Morwan. Il se releva brusquement, mais maladroitement.

- Que vous dit-il ? demanda-t-il sans la laisser parler. Que vous dit-il sur moi, lorsque je ne suis pas là ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Jeu 24 Mar - 19:03

Elle commença à appliquer les onguents sur la peau jeune mais non fragile de son fils. Il était blessé à plusieurs endroits, elle se concentra sur les zones qui avaient le plus besoin de soins. Les plaies qui pouvaient s'infecter et celles qui étaient mal placées. Mais Ensun gigota de plus en plus.

- Mère, je vous assure que je me porte très bien ! Ce n’est pas la peine de vous fatiguer à chercher les plantes qui soigneront ces égratignures !

Elle soupira, comment ce petit bonhomme pouvait-il être aussi insouciant ? Cette attitude révélait aussi un mal-être profond chez ce jeune homme. Et cela déchira le coeur de cette mère qui - comme toutes les autres - ne voulait que le bonheur de ses enfants.

- Que vous dit-il ? demanda-t-il sans la laisser parler. Que vous dit-il sur moi, lorsque je ne suis pas là ?

Ses paroles la firent sourire. Elle arrêta sa besogne et prit le visage de son fils au creux de ses mains. Il avait grandi, avait les traits d'un homme et la mâchoire plus prononcée qu'avant. Ha, il n'était plus un enfant ! Et les mains de Sheelah paraissaient plus petites qu'avant.

- Ton père s'inquiète pour toi. Et moi aussi. Son père a fait de lui un guerrier fort, intelligent et habile. Et il souhaite faire de même avec toi. Personnellement je préférerais que tu t'épanouisses dans ce qui te plaît. Que tu t'investisses dans quelque chose que tu trouveras passionnant. Il faut que tu trouves ta voie et que tu sois le meilleur dans cette branche. Ton père et moi seront toujours fiers de toi, quoique tu fasses de ta vie, à partir du moment où tu deviens quelqu'un de respectable, capable de compassion et qui fasse ce qu'il faut pour sa communauté.

Elle se tut un instant le temps qu'il digère ses paroles.

- Vas-tu accepter l'enseignement de ton père ? Et arrêtes de gigoter comme ça, tu es salement amoché.

Au moment où elle fini ses paroles, un coup de tonnerre éclata au loin. L'orage était sur la mer, il était encore relativement loin. Mais bientôt la tempête ferait rage chez eux. Il faudrait rester à l'abri chez soi. Mais ses enfants étaient prés d'elle alors elle n'aurait pas à s'inquiéter pour eux.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Sam 26 Mar - 14:55

Ensun écoutait sa mère silencieusement, s’interdisant de lui couper la parole tant qu’elle n’aurait pas fini. Il analysait chacun de ses mots, le ton de sa voix, l’aspect de son visage, le comportement de ses doigts qui soignaient avec une délicatesse toute féminine les plaies qui recouvraient son corps de jeune homme. Il ne parvenait pas à lire en elle le mensonge, ou le secret qu’elle pourrait être en train de lui cacher. Il en conclut donc qu’elle était sincère avec lui, et qu’elle ne lui cachait rien d’important, notamment au sujet de son père. Bizarrement il fut rassuré, et poussa un soupir de soulagement. Les paroles au sujet de son avenir lui plurent également, car il se considéra alors comme un jeune homme libre de ses choix. Il avait toujours cru que son père voulait lui imposer la vie de guerrier, ne l’autorisant guère à se tourner vers une autre branche comme l’artisanat ou la chasse. Peut-être que posséder une situation de moins bonne qualité que celle de la génération précédente déshonorait la famille entière ? Quoi qu’il en soit, Ensun était partagé entre l’envie de rendre sa famille heureuse et fière de lui, et enfin entre celle de prendre en main sa vie sans se préoccuper de ses proches. Cette dernière possibilité relevait de l’impossible, car cela reviendrait à ne pas travailler, à traîner aux abords de la jungle en profitant du soleil et des oiseaux de couleur. Il ne pouvait pas se permettre de dépendre des richesses de sa famille, notamment si cela devait les humilier aux yeux du village tout entier.

Laissant enfin sa mère s’occuper de ses plaies sans gigoter, Ensun la couvrait de son regard protecteur, comme il le faisait pour tous les membres de sa petite famille. Il avait beau parfois se disputer avec elle, mal lui parler, la haïr par moment, ou encore lui en vouloir pour l’éducation trop stricte qu’elle lui imposait depuis sa naissance, le jeune Prince ne pouvait s’empêcher malgré tout d’aimer sa famille comme un pirate aime le trésor qu’il vient de déterrer. Un léger sourire déchira les lèvres du jeune homme. Il était sur la bonne voie. Etre choisi guerrier par le Conseil le jour de l’Epreuve l’aiderait à devenir plus fort, et donc à protéger comme il se doit le plus précieux des biens qu’il possède. Se souvenant alors que sa mère lui avait posé une question, il attendit qu’elle détourne son regard de l’orage pour lui répondre :

- J’ai dit à Père que j’assisterai à son entraînement. Que je serai présent tous les matins, à la même heure. Je ne sais au fond même pas pourquoi j’ai dit oui. Là encore, je ne voulais pas le décevoir. J’avais tellement peur que son regard s’attriste si je refusais. Mais finalement, je crois que j’ai bien fait de l’écouter. Mes armes ne seront pas de simples objets de guerre, elles seront des amies qui m’aideront à vous protéger, tous les trois.

Il se leva soudainement, ne laissant pas sa mère terminer les soins. Elle avait fait le principal, c’était déjà ça. Détournant les yeux devant le soudain aveu qu’il avait fait à sa mère, le jeune homme ne se sentit pas capable d’affronter la réponse qu’elle allait lui donner. Il embrassa donc le front d’Elissa, ajoutant à cela un sourire affectueux. Il s’éloigna ensuite à reculons, veillant à ce que sa mère ne cherche pas à le clouer au sol pour terminer les soins. Un sourire taquin venait de se dessiner sur ses lèvres. Sur un ton rieur il s’exclama :

- Je ne suis pas une brindille, mère. Le reste se soignera de lui-même. Elissa, ne t’éloigne pas trop de la maison, les esprits semblent en colère aujourd’hui, une tempête approche. Sur ce !

Sur ces mots, il fila en quatrième vitesse en directement de la maison. A la vitesse d’un petit singe, il grimpa le mur à l’aide des branchages et du lierre recouvrant la maison. Il en oublia complètement les bonnes manières ! Depuis quand n'empruntait-il plus les portes ? Depuis bien longtemps, du moins lorsqu'il rentrait seul à la maison. Quelques instants plus tard, il s’était enfoncé dans sa chambre, s’isolant de nouveau avec ses pensées. Ces dernières étaient déjà plus joyeuses qu'elles ne l'étaient une heure plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Dim 27 Mar - 11:36

[A l'écart]

Installé confortablement sur le lit de sa chambre, Ensun s’amusait à graver sur son bâton de guerre des phrases prononcées par les plus célèbres guerriers de ce village. Les dessins et gravures visibles sur l’épais bâton étaient un moyen comme un autre pour le jeune Prince de se motiver à l’entraînement. Ces phrases ne venaient pas des plus forts, mais des plus nobles représentants Naakti. Fier de connaître leurs paroles et actions sur le bout des doigts, Ensun ne se gênait pas pour montrer tout cela à ses rares camarades de jeu, pour la plupart fils d’artisans et voués à l’artisanat. Les autres élèves guerriers se chamaillaient sans cesse, et exerçaient entre eux une rivalité sans limite. Afin de se détendre en dehors des leçons, Ensun privilégiait donc les fréquentations simples et jouissives. Au fond, sans même s’en rendre compte, il était sûrement l’un des jeunes hommes les plus heureux du village. Une famille riche et là pour l’aider, des jeunes filles à courtiser pour s’amuser, des amis sincères qui se moquent bien de savoir qui sera celui qui deviendra roi, une maison, des chevaux et enfin la possibilité, peut être, d’un jour accéder au trône.

Le sourire qui avait déchiré ses lèvres au moment où il s’était séparé de sa mère ne l’avait guère quitté. Ses yeux brillaient d’une lueur quelque peu étrange mais chaleureuse. Il ne tremblait plus, et se moquait bien de la douleur que lui causaient ses plaies. La meilleure guérisseuse de ce village s’en étant chargé, il n’avait plus rien à craindre, si ce n’est de ne pas tenir debout pendant quelques jours. Il se souvint alors qu’il avait grimpé la façade de la maison sans difficulté aucune. Peut-être que finalement, il pourrait reprendre l’entraînement bien plus tôt que prévu. Cette perspective le mit de bonne humeur, et c’est le cœur léger qu’il quitta sa chambre pour rejoindre la silencieuse cuisine.

Là il prit une pomme, bien que le repas à venir soit proche. Tout en la dévorant comme s’il n’avait pas mangé depuis des jours et des jours, il vagabonda dans la maison, posant ses yeux sur les rares décorations, les couleurs, les armes. Il s’arrêta notamment devant un javelot accroché au mur. Ensun se demanda alors si ce dernier appartenait à son père, ou encore à son grand père qu’il n’avait jamais connu. Il renonça bien évidement à le décrocher, ne souhaitant pas s’attirer les foudres de son père si cet objet était réellement précieux, comme il l’imaginait. Il regrettait alors de ne pas avoir plus souvent écouté ce Roi qu’il admire tant, ou encore de ne jamais avoir été curieux. Son visage s’attrista quelques instants, puis finalement il se décida enfin à laisser le passé de côté. A quoi cela servait-il de s’enfermer sur soi-même ? Fakhar n’était pas mort, il pouvait encore rattraper ses erreurs, son retard.

- En parlant de retard, j'ai un arrogant guerrier à battre...murmura-t-il pour lui-même. Mais je dois tout d'abord m'entraîner, si je ne veux pas rejoindre mes ancêtres sans avoir vu une seule femme partager ma couche !

Il rit. Il rit seul, mais sincèrement.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Lun 4 Avr - 14:06

C'est sans prononcer un seul mot qu'Elissa avait suivi son frère et sa mère, ce qui, malgré la rareté de la chose, ne les surprit pas plus que ça. Il n'était pourtant pas courant de voir la princesse cesser d'ouvrir la bouche pendant plus de cinq minutes, sauf bien sur quand leur père était présent car le roi avait toujours paru impressionnant et imposant, même aux yeux de sa propre fille. En l'occurrence, Fakhar n'était pas la, ce qui n'empêcha pas Elissa de garder le silence en suivant pensivement les deux autres membres de sa famille. D'ailleurs, ils ne se soucièrent pas plus d'elle que cela, ce qui ne fut finalement pas plus mal. Même si elle avait séché ses larmes, l'adolescente avait été blessée par les paroles de son aîné, qui avaient été beaucoup plus dures que d'habitude. Ainsi, elle se contenta de s'asseoir sur un rocher non loin de son frère et de sa mère, et d'observer les soins que donnait la guérisseuse. Elissa avait vu tant de fois sa mère appliquer ce genre d'onguents et de crèmes pour soigner des blessures qu'elle pouvait nommer sans se tromper et sans hésitation le nom des différents ingrédients les composant, mais ses pensées l'éloignaient chaque seconde un peu plus de la scène. Elle ne suivit la conversation que d'une seule oreille, et accepta sans protester le baiser que posa Ensun sur son front. Il était inutile de mentionner le semblant de dispute qu'ils avaient eu tout à l'heure devant leur mère, elle ne voulait pas l'alarmer. Cependant, elle ne répondit pas à son sourire, et se contenta de regarder sa silhouette s'éloigner. Ils auraient une discussion plus tard... Elle n'avait pour le moment pas forcément envie de lui parler. C'est après cela que la jeune fille tourna la tête vers sa mère, soutenant quelques instants le regard de celle qui l'avait élevée et qu'elle aimait profondément.

- Il va réussir, murmura l'adolescente, plus pour elle-même que pour sa mère. Ce ne sera pas sans efforts, c'est vrai, mais il y arrivera.

Ces quelques mots, qui n'avaient en réalité aucun destinataire précis, avaient presque l'air de rassurer Elissa, comme si le fait de le dire en faisait une chose certaine, sans aucune possibilité d'échouer. Elle avait toujours cru en Ensun, toujours pensé que quelles que soient les difficultés qu'il aurait à traversé, il atteindrait toujours son but. Etait-ce le signe que cette époque était terminée, qu'elle n'était plus une petite fille mais qu'elle allait bel et bien devenir une jeune femme? La princesse l'ignorait. Cependant, peut-être que la reine saurait répondre à ses questions. Après tout, s'il y avait une personne qui pouvait la comprendre, c'était bien elle.

_________________

• Elissa Alkahin • Erika Van Lowen • Vanina Delhis •
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Mer 13 Avr - 5:52

Encore devant les armes, Ensun avait sûrement passé de longues minutes à les contempler, sans même tenir compte du temps qui passait si lentement. Ses yeux ne lâchaient pas les objets sûrement sacrés aux yeux de son père. Il avait presque envie de les prendre, et de les utiliser comme ses ancêtres avaient dû le faire pour défendre le peuple Naakti. Mais il respecta leur position : ces armes n’étaient désormais que des objets de décoration, et il n’avait pas le droit de s’en saisir. Il ne le faisait pas, autant par respect pour son père qui semblait tenir à ces lames, que par respect pour ses ancêtres, qui peut-être n’auraient jamais voulu voir l’un de leurs descendants porter leurs armes dans le seul but de s’amuser. Un soupir lui échappa, puis son regard s’égara vers la fenêtre, d’où il pouvait apercevoir sa mère et sa jeune sœur discuter.

Il les regardait en tentant de se faire discret, bien que son éclat pousse désormais sa famille à le surveiller du coin de l’œil. Il devait retrouver la confiance de son père, de sa mère, mais surtout de sa petite sœur, qu’il avait profondément déçu en lui crachant à la figure que jamais il n’aurait voulu naître parmi les Naakti. Avait-elle seulement compris qu’Ensun craignait son destin ? Il l’espéra, puis réfléchit silencieusement à la meilleure façon de se faire pardonner. Une seule réponse lui vint alors en tête : se battre pour vivre, se battre pour être roi. Il devait s’efforcer de lui prouver que malgré son manque de sérieux, il désirait vraiment porter ce titre honorifique, autant pour venir en aide à son peuple, que pour obtenir toute la fierté de son père. Il voulait entendre de la bouche de ce dernier, un simple « Bravo mon fils ». Ses poings se serrèrent. Le chemin à parcourir était long, trop long. Comment s’endurcir en peu de temps ? Comment combattre ses peurs ? Son regard se porta alors sur la tempête au loin. En quelques secondes à peine, il alla chercher son bâton et son arc, se vêtit d’un pantalon et d’un haut suffisamment épais pour l’empêcher d’attraper froid, puis quitta la maison par la porte de derrière. Ses pas le guidèrent vers la forêt dont on lui avait pourtant interdit l’accès.

Cette fois, je t’aurai, esprit singe ! Si c’est toi que je dois attraper pour me prouver que j’ai la rapidité et l’adresse, alors à nous deux !
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Etre parents...[PV] Ven 22 Avr - 13:03

Sheelah avait regardé son fils partir avec un long soupir. Ce petit était vraiment exigent envers lui même, et son statu de prince n'y arrangeait rien. Elle tourna lentement le regard vers sa fille. Ell se souvenait l'avoir trouvé un peu plus tôt recroquevillée sur le lit d'Ensun. Que c'était-il passé un peu plus tôt ? Elle voulait en savoir plus, cela était normal, elle était sa mère. Mais elle ne voulait pas forcer sa fille à lui parler. Elle la laisserait faire ce choix ? Elles leva et fit signe à sa fille de la suivre. Elle devait s'assurer que le peuple se mettait à l'abri de la tempête qui arrivait pa l'est. Sur la route du temple ellese tourna vers la princesse et lui pose enfin sa question.

- Veux tu en parler ?

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etre parents...[PV]

Revenir en haut Aller en bas

Etre parents...[PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» « L'amour et la haine sont des parents consanguins »
» Et pourtant,il est loin d'etre un social-democrate
» Les nounous Sarthoises site d'assmat et de parents ...
» Shaman Uruk + Etre des Galgals
» Je deteste etre malade
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fändir :: FÄNDIR :: Territoire des Naakti :: Akhoris-