AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

_______________________________________________________________________________

Partagez|
0

Une proie de choix [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Une proie de choix [PV] Mer 24 Aoû - 10:25


Sigrid aperçut enfin la demeure du Seigneur Jaminez. De son arrivée aux portes de la bâtisse jusqu’à son entrée dans la petite cour intérieure, la jeune femme n’avait prononcé aucun mot, ni même poussé le moindre soupir. Elle était tout simplement tombée sous le charme du lieu. Ses yeux brillants d’excitation voguaient des murs colorés jusqu’aux hauts plafonds de mosaïques. Ses mains se retenaient de toucher les miroirs et les tableaux aux cadres d’or. Elle saluait très discrètement les domestiques, affairés au travail comme si leur vie en dépendait. Lorsque ses pieds touchèrent l’herbe verte de la petite cour, la jeune femme se retint de retirer ses bottes et de s’allonger à l’ombre d’un oranger pour profiter de l’air pur du lieu.

Alors même que la demeure se trouvait en plein Assecia, les odeurs entre cet endroit et la ville étaient loin d’être comparables ! Dehors, les odeurs d’urine, d’excréments et de boue étaient quotidiennement présentes, si bien qu’on en oubliait facilement leur présence. Mais depuis qu’elle était entrée ici, elle était indisposée voire mal à l’aise de n’avoir jamais connu mieux que la crasse, la misère et le banditisme. Ce petit bout de nature était un véritable paradis. D’une main délicate elle souleva un bouton de rose, puis se retourna finalement vers son hôte.

- J’allais vous demander pourquoi vivre dans un lieu dans lequel il est si dangereux d’accéder seul ou en soirée ! Mais finalement la question ne se pose même pas ! C’est…c’est juste splendide ! Mon père rêvait d’une grande demeure qu’il pourrait décorer à sa guise ! Et maintenant je comprends bien mieux pourquoi il était tant attaché à son succès commercial ! Il aurait pu vivre aussi bien que vous !

Elle fit baissa légèrement la tête, gênée par ses propres paroles. Elle était venue pour trouver un moyen d'approcher le gouverneur, et non pour parler du passé. Elle se sentait comme embarquée, bien incapable de retrouver le chemin qu'elle aurait dû prendre dès son arrivée dans la capitale. Il était plus que temps qu'elle achève cette soirée et retourne à ses véritables occupations. Pour le moment, se faire un ami à l'influence importante était sa priorité.

- Pardonnez mon emportement, je me doute bien que tout cela ne doit pas vous intéresser ! Euh…et bien…vivez-vous avec d’autres membres de votre famille, bien malgré le fait que vous ayez été envoyé ici seul…Enfin…peut-être êtes-vous marié, père de très jeunes enfants. Vous ne vivez quand même pas seul ici ? Cette bâtisse est bien trop grande pour y passer ses journées sans une personne d'agréable compagnie !
Je ne connais rien aux occupations des personnes comme vous, Monseigneur.


Sans même attendre une réponse de son interlocuteur, elle vogua à travers le petit jardin. Elle regarda chaque fleur, chaque petit objet de décoration. Elle toucha délicatement les tiges, chercha à savourer pleinement les parfums inconnus de son fin odorat. Bien incapable de tenir en place, elle ne put s’empêcher de s’accroupir à la vue d’un petit lézard, animaux couramment trouvés dans les jardins les jours de grand soleil.


Dernière édition par Sigrid Solta le Ven 13 Jan - 10:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Mer 24 Aoû - 17:56

Diego avait laissé libre cours à Sigrid en parvenant au jardin. Elle s'émerveillait et c'était à bon droit, car le lieu était charmant. Pendant qu'elle papillonnait, il donna des ordres rapides à certains domestiques pour préparer un repas digne d'une grande fête et la chambre à la rose. Son cuisinier était venu du Monde Ancien avec lui et il ferait sans doute découvrir de nombreuses douceurs à l'étrange femme. Quant à la chambre à la rose, elle alliait les teintes rouge et rose avec un raffinement exquis. Elle tenait son nom de la merveilleuse mosaïque murale, représentant une rose épanouie.
Si le jardin plaisait à Sigrid, il en serait de même du reste. elle ne semblait pas avoir l'habitude du luxe. Il sourit largement à ses questions sur sa vie privée.

- Je vais vous étonner : je n'ai pas de femme à mes côtés et c'est bien là l'un de mes regrets. Mon père, que je porte en haute estime, est cependant fort sévère sur la question. Voyez donc ce qui se passa l'année dernière ! J'étais fou amoureux d'une jolie blonde, fort bien faite de corps et d'esprit. Nous avions fait connaissance lors du culte, car nos places n'étaient jamais bien loin. Alors que je demandais l'autorisation paternelle pour m'engager auprès d'elle, il m'a vertement chapitrer, car la demoiselle n'était pas assez bien pour notre famille et qu'elle appartenait, soit-disant, à des traîtres infâmes.

Il pencha tristement la tête, absorbé par les boutons de roses devant lui. Il soupira.

- Je n'ai jamais cru à ces excuses... et je fis bien, car il s'agissait tout simplement de la fille qu'il avait eu secrètement avec la mère, à peine mariée et dont le mari s'était absenté pour des raisons commerciales.

Diego releva la tête et offrit un visage soumis et maladroit à Sigrid.

- Voilà Madame ! Vous savez tout ! Pour oublier ce visage angélique, je n'ai pas manqué l'occasion de quitter ma ville natale. Et... oh non ! Vous allez me prendre pour un vil séducteur, mais ... Vraiment, dit-il sur un ton proche de la supplication, depuis mon arrivée, seul votre visage a fait renaître en moi une flamme de vie. Votre fougue, votre mystère dû à vos vêtements, et votre charme, m'ont envouté le coeur et l'esprit.
N'allez pa croire que je vous veux ! Je ... non, je ne souhaite vraiment, qu'un peu de votre compagnie, pour mieux oublier ce drame amoureux que j'ai vécu. Vous feriez un beau geste, charitable et je suis sûre que vous auriez grand plaisir à découvrir ma demeure.
Je vous le demande : soyons amis !


Il finit cela en lui tendant la main.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Mer 24 Aoû - 21:10

Sigrid soupira, puis plaça doucement sa main dans celle de Diego en guise de réponse, malgré son irrésistible envie de prendre la fuite. Elle ne se voyait pas agir autrement de toute manière. Alors elle repensa plus sérieusement à ses véritables intentions. Elle ne désirait qu’une chose : obtenir de Diego les clefs qui mènent tout droit au gouverneur, un point c’est tout. Malheureusement, pour cela, elle devait faire beaucoup d’efforts, et souvent des efforts en totale opposition avec ses principes. Se faire apprécier par le jeune Diego était l’un d’eux. Pour le moment, tout fonctionnait à merveille, et il ne semblait se douter de rien. Mais ce qui inquiétait le plus Sigrid, c’est qu’elle commençait à éprouver de l’affection pour sa proie. Et c’était mauvais, voire particulièrement dangereux pour elle. Elle n’avait jamais trahi le peu de personnes qu’elle avait un jour apprécié. A ce rythme, sa mission allait être un véritable échec !

- Et bien mon ami, j’espère que votre affection ne vient pas du fait que je ressemble à la femme qui a ravi votre cœur l’année dernière. J’en serais fortement vexée ! Blonde et caractérielle. J’ai l’impression de me voir dans un miroir !

Elle rit puis s’inclina légèrement sans pourtant lâcher la main du jeune homme. Un instant, elle faillit se saisir de pans de robe inexistants. Les vieilles habitudes qu’elle avait lorsqu’elle vivait à Assecia revenaient-elles à la charge ? Diego l’aidait-il à renouer avec le passé ? Déboussolée, elle tenta de peindre sur son visage un masque d’assurance. Il ne fallait pas qu’elle perde la face devant lui. Son image auprès de lui en dépendait. Et ses liens futurs avec le gouverneur également.

- Le peu que j’ai vu de votre maison a touché mon cœur. Alors ai-je vraiment le choix Monseigneur ? lui demanda-t-elle sur un ton emprunt d’ironie.

Plus intimement elle se saisit fermement de son bras, se blottissant presque contre lui bien malgré son appréhension. Il fallait qu’elle sorte le grand jeu avant qu’elle ne prenne réellement au sérieux une possible relation amicale. Elle devait impérativement être de nouveau invitée ici, et ainsi se glisser peu à peu parmi les proches du gouverneur. Elle força un sourire tendre, puis lui tenta de lui transmettre son impatience, en espérant qu’il goute ses mots du bout de ses lèvres.

- M’excuserez-vous, si je vous confie que mon souhait est de pouvoir m’inspirer de ce jardin pour embellir mon propre lieu de paradis ?

Son lieu de paradis. En possédait-elle seulement un ? Un éclair dans son esprit fit qu’elle se montra plus distante. Elle n’avait même pas un lopin de terre où passer ses nuits. Son mensonge était terrible. Mais nécessaire. Cependant, elle prenait d’énormes risques. Il n’était pas difficile de savoir si elle disait la vérité ou non. Une petite vérification, et elle était fichue.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Mer 24 Aoû - 21:53

Diego contint avec difficulté le sourire de victoire qui souhaitait s'attacher à son visage. Il préféra accentuer un minois mi-souriant, mi-peiné par une ancienne douleur. Pour cela, rien n'était plus simple : il lui suffisait de se remémorer les raisons véritables de son envoi dans les colonies.

- Caractérielle ? Agnès ? Vous vous méprenez Madame ! Elle était loin d'avoir votre force et votre sûreté. Pour tout vous dire, je ne pense pas pouvoir supporter la vue d'une personne qui lui ressemblerait de trop. La souffrance serait trop intense.

Sigrid s'était presque agrippée à lui. Jouait-elle avec lui ? Peu importait. Elle lui faisait du charme et c'était tant mieux pour lui. Il en tirerait plus de satisfaction qu'elle ne pourrait penser.

- Je n'ai guère de mérite pour ce jardin. Il était sublime dès mon achat et j'ai un jardinier qui fait des merveilles ! Puisque vous n'aviez aucune idée de mon nom, j'imagine que vous n'habitez pas la ville.

Un éclair de génie lui traversa l'esprit. C'était, bien sûr !

- Ah Madame ! Mais je crois comprendre ! Vous venez de débarquer ! Ah, je suis à la fois malheureux de vous avoir ainsi dérangée dans vos activités et à la fois heureux comme on ne peut imaginer, car je vais pouvoir ... oh me pardonnerez-vous cette audace ? Je suis seul , vous l'avez dit, cela est bien triste pour une si grande maison. Acceptez un chambre chez moi ! Vous aurez ainsi tout le loisir de profiter du jardin et de ses délices. Vous ne manquerez de rien. Je ne sais que trop combien une arrivée dans la capitale est éprouvante.
Vous ne pouvez me refuser cela. Le gouverneur n'habite pas loin. Nous irons le rencontrer ensemble.


Diego frappa dans ses mains trois fois et apparurent en quelques instants des servantes qui dressèrent une table, des chaises et une collation. Fruits frais, fruits secs, de petites pâtisseries, des verres de cristal et des boissons fraîches. Il emmena Sigrid s'asseoir près de lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Jeu 25 Aoû - 10:46

Sigrid avait la tête qui tournait. Elle ne retrouvait plus ses marques, se sentait embarquée dans une histoire dont elle ne pouvait mesurer la gravité, voire la dangerosité. Diego, ainsi suppliant, touchait son cœur de femme. Elle n’arrivait à rien lui refuser, que ce soit une invitation au repas, ou encore celle d’un hôte trop généreux. Au final, elle devait agir en fonction de Diego, et uniquement en fonction de lui. Pour le moment, cela ne mettait pas sa mission principale en danger, bien au contraire. Alors elle se détendit, et s’installa aux côtés de son hôte, comme ce dernier le lui réclama. Rien que le confort du mobilier la charma.

A la vue du petit repas, les yeux de Sigrid s’illuminèrent de nouveau. Elle réagit exactement de la même manière que lorsqu’elle avait découvert la maison et la cour centrale. En plus d’être morte de faim, elle apprenait dans la seconde qu’elle n’allait pas manger du pain sec et quelques morceaux de fromages au repas, mais bien des fruits aux couleurs étonnantes, des pâtisseries appétissantes, et enfin des boissons à la hauteur des chaudes températures de la journée. Elle crut rêver, et ne toucha à rien pendant un long moment. Le silence s’installa alors dans la petite cour. Ce fut Sigrid la première qui le perça avec une remarque qui lui échappa.

- C’est…c’est bien trop pour moi Monseigneur.

Elle se racla la gorge, consciente de son erreur.

- Pardonnez mon impolitesse ! se rattrapa-t-elle, mais je n’ai guère l’habitude de tels repas, alors je suis pour le moins surprise. J’ose à peine toucher aux plats, ils sont si bien présentés ! On croirait briser une œuvre d’art !

Elle rougit pleinement, se sentant terriblement mal à l’aise. Lorsqu’elle ne maîtrisait pas la situation, elle était capable de perdre tous ses moyens. Et c’était le cas aujourd’hui. Son regard se porta sur son hôte, à la fois timide et gêné. « Ne pas perdre la face, ne pas perdre la face ». Elle avait beau tenter de calmer son cœur, il n’en était rien. Quel était donc le secret de cet homme ? Même le Grand Grégor Van Loewen et sa jeune fille n’étaient parvenus à la mettre dans un tel état d’anxiété…de soumission. Elle était obligée de le suivre comme un petit chien, même lorsque cela n’était pas dans ses projets. Cette situation lui rappelait étrangement les débuts de sa relation avec Darick. Mais cette fois-ci, il y avait de fortes chances…que ce ne soit qu’une brève ressemblance. Oui. Ce n'était peut-être qu'une impression. Mais quoi qu’il en soit, elle se devait d'entrer dans son cercle intime, pour échapper aux autorités, mais aussi pour atteindre le sommet !

Elle porta sa main à son poignet. Sous cette manche, un tatouage délivrait bien des secrets.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Jeu 25 Aoû - 19:16

La sincérité l'emporta finalement sur Diego, car la femme semblait réellement impressionnée. Aux propos qu'elle tint, il n'eut autre chose qu'un rire. Lui qui s'ennuyait, il avait bien déniché l'oiseau rare : charme, mystère et ... particulièrement frais ! Cependant, il s'interrogeait sur l'identité véritable de cette femme. Il était évident qu'elle ne faisait pas partie du beau monde, mais n'avait rien des catins de chez Ching. Elle ne connaissait visiblement rien à la capitale. Tout cela cachait quelque chose qui amusait grandement l'évêque.

- Pardonnez moi Sigrid ! Mais votre fraîcheur ! Ne vous gênez pas, car ce serait une insulte que de ne pas honorer une agréable collation.

Diego montra l'exemple en se servant des fruits de la passion au goût exquis. Tout était parfait décidément.

- Si j'ai bien compris, vous êtes à peine arrivée à terre. Vous ne semblez pas avoir beaucoup de bagages. Que cela ne vous embarrasse pas. Vous trouverez tout ce qu'il faut ici. Il y avait encore dans la maison les habits des propriétaires précédents. Je n'ai aucun utilité personnelle de ces affaires. Je serais bien heureux qu'elle revienne à un personne qui en aurait besoin.
A ce propos, qu'avez vous décidez ? Partagerez-vous quelques jours dans ma demeure ? Vous y êtes mon invitée pour toujours. D'ailleurs, si cela vous intéresse, je tenterai de convaincre Winston de venir dîner un soir. Malheureusement, je le sais très occupé en ce moment. Il faudra donc peut-être attendre un peu. Cela nous permettra de vous rendre plus présentable. Qu'en dites-vous ?
Nous y trouvons notre compte : vous êtes choyée et je suis guéris de mon ennui et de ma tristesse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Jeu 25 Aoû - 20:45

Sigrid soupira légèrement, évacuant ainsi le stress qui l’envahissait peu à peu. Pour le moment, l’anxiété de la jeune femme était à peine perceptible. Mais plus le temps passait, plus elle était dans la capacité de déterminer ce qui pourrait lui porter préjudice au cours de son séjour en ces lieux. Et la liste était bien trop longue pour pouvoir dormir sur ses deux oreilles : tatouage pirate sur le bras, large cicatrice au niveau du bas ventre, l’assassinat des propriétaires de la demeure qu’habitait aujourd’hui Diego, sa tenue hors du commun et enfin les armes qu’elle portait à la taille. Son seul espoir aujourd’hui était qu’elle reste pure et gentille aux yeux de son hôte. Ainsi, il ne la comparerait jamais aux pirates. Et elle, elle accéderait à son but le plus cher. Et visiblement, les portes s’ouvraient déjà devant elle. Lorsqu’il lui parla de dîner en compagnie du gouverneur, la jeune femme esquissa un sourire, bien malgré le fait qu’elle soit obligée de patienter plusieurs jours encore. Tant pis. Au moins elle profitera d’un confort rarissime en ces temps durs.

Elle se leva un instant, reprenant son « rôle » comme si de rien n’était.

- Diego. J’ai souvent rêvé d’un lointain royaume, où tous les gens m’aimeraient comme la plus précieuses des amies. Ne l’ai-je pas trouvé en traversant ses murs ? Bien sûr que j’accepte votre généreuse invitation ! Mais, commença-t-elle en lui offrant un clin d’œil. Je ne profiterai pas de votre hospitalité pour l’éternité, même si cela était votre souhait. Vous êtes un enfant bien capricieux !

Sur ces mots, elle se rassit, et osa enfin se servir. Elle prit des morceaux de mangue, de multiples fruits rouges et enfin des pâtisseries chocolatées. Elle dévora le tout avec une gourmandise non dissimulée. Avec l’appétit qu’elle avait, nombreux sont ceux qui se seraient demandé comment elle faisait pour garder ainsi la ligne. La réponse est pourtant simple : sur l’Impériale, malgré son haut rang, elle ne mangeait pas toujours à sa faim. En cause les importantes expéditions qu’organisait quotidiennement l’Impératrice, et qui nécessitait des efforts physiques et moraux du matin au soir. Et beaucoup étaient ceux qui en oubliaient de se nourrir, ne mangeant qu’un repas au soir.
Alors ce repas fut une véritable bénédiction.

- Quand pensez-vous pouvoir inviter à dîner le gouverneur Winston exactement ? tenta-t-elle en essayant de rester crédible. Je ne souhaiterais pas abuser de votre hospitalité trop longtemps, et trouver mon propre logis.

Elle passa sa langue sur ses doigts avec une féminité particulière, pour y récupérer le jus d’une pêche fort sucrée. Les bonnes manières n'étaient pas son fort.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Ven 26 Aoû - 20:15

Diego se renfrogna : Sigrid ne semblait pas très encline à s'installer pour de longs mois ici. L'avoir ainsi était un véritable caprice de sa part, car il n'avait encore aucune idée de ce qu'il allait faire de cette personne. En découvrant sa condition réelle, il avait vite deviné qu'elle ne connaissait nullement le gouverneur. Et d'après sa dernière question, elle comptait bien sur lui, l'inconnu du port, pour la faire entrer dans la haute société.

- Je ferai mon possible pour organiser une fête dans deux ou trois semaines. Tout cela ne s'improvise pas. Vous n'avez guère l'habitude de tels événements ! C'est toute une organisation. La ville saura que j'invite le gouverneur en privé... et cela leur paraîtra suspect ! Nous, la haute aristocratie, devons utiliser de nombreux stratagèmes pour qu'une petite rencontre de courtoisie ne devienne pas l'enfer d'une vie. Il faut permettre à tous de voir qu'il n'y a rien d'important dans ce rendez-vous.

Il poussa un soupir comme si cela l'épuisait à l'avance. Il se félicitait en lui-même de la décision de la femme d'accepter son invitation : il n'aurait donc pas la nécessité de la forcer. Restait à connaître sa réelle identité. Et pour cela, il n'y avait qu'un moyen.

- Madame, vous pensez déjà à votre départ d'ici. Mais vous n'avez pourtant rien à craindre, je ne compte pas vous enfermer à double tour dans mes murs ! Vous sembliez très affairée tout à l'heure. Sans doute avez-vous mille choses à faire. Faites à votre convenance, surtout ! Et toute ma maison est à votre service. Commandez, on vous obéira.
Je ne vous obligerai qu'à ceci : apprendre la vie de la haute société en vous pliant à mes ordres ! Le gouverneur ne sera que plus respectif à votre charme.


Diego se pencha légèrement vers elle et chuchota sur le ton d'un conspirateur :

- De vos affaires je ne me mêle point, car chacun a les siennes. Serais-je un gentilhomme si je violais l'intimité d'une femme ?!

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Ven 26 Aoû - 21:51

- Trois semaines vous dites ? C’est…c’est terriblement long. Je ne comptais pas rester ici aussi longtemps…Faut-il vraiment tant de temps à vos serviteurs pour préparer un simple dîner ? Le gouverneur ne se satisfait-il donc jamais d’un repas digne des grands chefs, et d’un sujet de conversation entraînant ?

Sigrid poussa un long soupir et s’étala de tout son long sur sa chaise. Dos tordu, jambes tendues et mains derrière la tête, la jeune femme était à nouveau plongée dans ses réflexions. Et elle en arriva très vite à une bien curieuse conclusion : pour la première fois de son existence, elle ne pouvait pas agir comme bon lui semblait. Premièrement, elle devait se soumettre aux caprices de son hôte pour pouvoir satisfaire ses propres envies, ses propres rêves de gloire. Cette attitude ne lui ressemblait pas. Elle avait appris à diriger tout selon ses envies à elle, et seulement les siennes. Pour cela il lui avait suffit, et ce pendant des années, de diriger des centaines d’hommes qui l’ont bien souvent mené à un trésor d’envergure après bien des efforts. Une source de richesse partager avec l’Impératrice des Mers et l’ensemble de l’équipage. Mais au moins, il suffisait à nourrir l’équipage pour plusieurs mois.
Deuxièmement, elle avait perdu en seulement deux mois tout ce qu’elle possédait : hommes, mari, bateau, or, et …pouvoir. Diego en était un exemple parfait. Il l’adorait, mais quoi qu’il arrive, il obtenait d’elle ce qu’il désirait. Et voilà comment elle s’était retrouvée à devoir vivre plusieurs semaines chez lui, partager ses repas, et désormais profiter de ses serviteurs. Mais que faire, devant le regard de cet homme ? Il semblait terriblement tenir à sa présence ! Elle ne pouvait quand même pas l’abandonner alors qu’il lui avait offert un succulent repas, et qu’il était la clef qui menait à la gloire ! D’ailleurs, elle se demandait toujours pourquoi il insistait autant. C’était bien la première fois que sa façon d’être envoutait quelqu’un. Destin tout tracé ou simple ironie du sort ?

Elle se remémora alors les paroles les plus marquantes de Diego : « Je ne vous obligerai qu’à ceci : apprendre la vie de la haute société en vous pliant à mes ordres ! » et enfin : « Serais-je un gentilhomme si je violais l’intimité d’une femme ? ». Elle frissonna pour une raison qui lui échappa. Se levant après avoir avalé une dernière pâtisserie, Sigrid ne put s’empêcher de protester à sa manière. A celle des pirates mal éduqués.

- Monseigneur. Malgré tout le respect que je vous dois, tout cela risque de fortement me déplaire. Je n’ai ni appris à porter une robe, ni à me soumettre à la volonté d’un homme. Quel inconfort que les jupons, le corset et les chaussures de vernis ! Quelle humiliation que les ordres venant de la gente masculine ! Je souhaite juste parler au gouverneur, un instant peut-être. Et non pas finir dans son lit dès la fin des festivités ! Il ne me faut qu’un instant en sa compagnie ! Cela suffira ! finit-elle en posant violemment ses deux mains sur la table, manquant de peu de renverser toute la riche vaisselle.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Lun 29 Aoû - 13:47

Le visage de Diego se décomposa au fur et à mesure que Sigrid exposait son point de vue. Lui qui avait espéré agit, pour une fois, avec douceur et doigté, il serait obligé de forcer la main. Pour qui se prenait-elle ?! Comment osait-elle exiger, alors qu'elle n'avait aucun poids ? Le visage si aimable du prélat fondit pour laisser place à une air de mépris si propre à la noblesse. Cette femme n'était pas mieux qu'une autre. Il ne pouvait guère attendre d'elle et elle méritait une leçon. Lorsqu'elle posa avec force ses mains, Diego se leva avec force et la toisa.

- Vous osez Madame ? Vous rejetez mon aimable générosité, certes un peu intéressé, car je souhaitais un peu de compagnie. Mais vous me repoussez comme un ennemi ? Vous me traitez comme un vulgaire laquais. Je vous offre du repos et du rêve, vous me crachez au visage et vous opposez à moi ?! Cessons ce jeu Madame.

Il reprit un air inspiré, résigné, une peine presque sincère sur ses traits, car il avait réellement eu l'espoir d'avoir un peu de divertissements. Il se rassit et fit un signe de rejet de la main.

- Allez Madame ! Vous m'avez assez prouvé mon erreur de jugement. J'avais vu en vous une personne charmante et pleine d'intelligence, et j'avais fait fi de votre apparente condition sociale. J'ai été bien naïf !
Mon bon Volpe m'aurait prévenu, mis en garde. Quel tort ai-je eu de croire au miracle d'une femme de bonne compagnie. Restons-en là Madame. Vous pouvez disposez, puisque vous connaissez le chemin. je ne crains guère pour votre vie, en voyant comme vous me traitez. Mais soyez assuré que Winston sera informé de l'événement. il saura au moins m'écouter et j'aurais la consolation d'avoir gagné le pari qu'aucune femme n'a assez de tenue pour être l'égal d'un homme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Lun 29 Aoû - 20:03

- L’égal d’un homme ? Parce qu’il existe ici des hommes croyant qu’une femme peut les égaler ? Tissu de mensonges ! Je veux bien le croire concernant le monde du banditisme et de la piraterie, preuve en est que leur chef est la célèbre Impératrice des Mers, fille de Grégor le Terrible. Mais ici, dans le monde de la noblesse, et même chez les petits noblions qui vous servent de voisins…nous ne servons qu’à combler vos nuits et assurer votre descendance !

Elle détacha avec hargne le tissu rouge dessinant sa taille, et le jeta à la figure de Diego.

- Un petit souvenir de ma désagréable présence, Monseigneur !

La jeune femme abandonna son hôte sans plus de manières, ne le saluant même pas pour lui dire au revoir ou le remercier de cette courte hospitalité. Elle prit la porte menant au grand couloir menant à l’extérieur, ne jetant cette fois-ci aucun regard sur la riche décoration qui avait éveillé en elle le désir d’habiter dans un lieu semblable. Une fois cette pièce traversée, elle laissa les serviteurs refermer la lourde porte, quittant ainsi la maison. Elle rejoignit très vite la grande grille, frontière d’une demeure où il est bon de rêver. Mais lorsqu’elle la regarda plus attentivement, elle eut l’impression d’avoir foulé le sol d’une bien jolie prison. Ce portail à la hauteur démesurée était probablement la seule chose sinistre des alentours. Alors pourquoi ne lui avait-elle pas prêté plus d’attention à son arrivée ici ? Elle resta là, silencieuse, jusqu’à ce qu’un homme l’interpelle. Elle sut dès ses premiers mots quel rôle il jouait au sein de cette maison.

- Vous nous quittez Madame ?

Il devait probablement garder la porte. Y faire entrer les invités, jusqu’à ce que ses derniers se décident à partir. Sigrid ne lui répondit pas, et tira d’elle-même la lourde porte de fer. Mais elle fut incapable de faire un pas de plus. Comme captivée, emportée dans un autre monde, elle tendit la main devant elle. Puis elle laissa retomber son bras le long de son corps et fit demi-tour, laissant le serviteur se poser toutes les questions qu’il désirait. Il ne ferma d’ailleurs la bouche que lorsque la femme pénétra de nouveau dans la bâtisse. L’abandonnant là, comme un moins que rien.
Elle ne retraversa pas le couloir, se contentant de rester dans le petit vestibule. Indécise, elle s’adossa au mur et ferma les yeux.

- Pourquoi faut-il toujours faire des compromis pour obtenir ce que l'on souhaite ? se demanda-t-elle à elle-même.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Mer 31 Aoû - 13:05

La sortie de la femme manqua de faire rire Diego aux larmes. Il était certes fâché qu'elle lui résiste, quoique cela donnait un peu plus de goût aux choses, mais il savait qu'elle ne lui échapperait pas. En agissant ainsi, elle avait prouvé tout l'intérêt qu'il était juste de lui porter. Elle n'était peut-être qu'une catin, une souillon, ou quoi d'autre encore, mais elle avait suffisamment de piment pour que le jeune évêque veuille l'obliger à capituler devant lui.
Quand elle disparut derrière la grille, il rentra dans sa demeure et s'installa à sa table de travail. Diego posa le chiffon rouge qui portait le parfum de la femme, mais également du sel. Il le ferait laver. Le prélat agita une petite clochette à laquelle répondit presque dans l'instant un domestique en livré.

- Dis à Volpe de me rejoindre quand il aura finit ses affaires.

Après le départ du domestique, il s'interrogea à voix basse.

- Dans tous les cas, elle sera chez moi ce soir. Les ordres ont été donné. Il s'agit de garder l'oiseau : soit lui faire entendre raison, soit la contraindre. Et inviter cet insolent gouverneur qui ne daigne pas me prendre en considération. J'irai le voir demain.

Il allait se rasseoir à son bureau pour écrire une lettre, qu'un domestique gratta à la porte.

- Et bien quoi encore !?

- Monseigneur, il s'agit de la Dame. Elle souhaite rentrer de nouveau... semble-t-il...

Diego se précipita, un sourire de fauve aux lèvres. Avant d'ouvrir la porte, il reprit une contenance et sourit aimablement à Sigrid en l'invitant à entrer.

- Madame ! Je suis obligé de me contenir pour ne pas vous serrer dans mes bras. Vous prendriez cela mal et je ne souhaite plus vous voir me quitter de la sorte. Vous m'abandonnez quelques minutes et je suis déjà perdu.
Vous êtes sans doute plus sage que moi, mais je vous considère déjà comme une amie chère, qui pourrait connaître mon coeur dans tous ses recoins.


Diego fit un mouvement pour lui prendre la main, mais avec un art tout calculé, il la retira prestement avec un air faussement embarrassé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Mer 31 Aoû - 14:05

Enfin un sourire se dessina sur les lèvres de Sigrid. Elle se complaisait dans la débauche depuis qu’elle était enfant. Le vol, le meurtre, la richesse, les hommes lui apportant de l’or ou quelques informations utiles à son évolution sur l’Impériale. Aujourd’hui les choses n’avaient pas vraiment changé, bien qu’elle l’eût cru à son arrivée ici. Elle pouvait voler. Tuer. Obtenir. Mais les méthodes pour survivre étaient tout simplement différentes. Il ne s’agissait plus d’obtenir par la force. Il s’agissait de tromper. Passer maître de la tromperie, après avoir été maître des Voiles Noires.
Mais comment ne pas être touchée par la timidité, la pudeur, la soumission ? Comment ne pas céder à ce regard profond, libre, sincère et désireux ? Où est l’intérêt de prendre à celui qui ne se débattra pas, d’attaquer l’agneau au lieu de défier le loup blanc ? Seule, les choses sont bien plus difficiles à gérer. Seule et sans hommes à ses côtés pour faire la sale besogne, elle avait l’impression de ne pas être en droit de faucher la vie, de la détruire à petits feux. Elle devait faire des compromis. Changer ce qu’elle a toujours été. Accepter l’inacceptable. Et ainsi Winston et son monde seraient à elle. Rien qu’à elle.

D’un geste doux mais maladroit, elle reprit la main de Diego entre les siennes. Elle se voulait rassurante, bien qu’au plus profond d’elle-même, elle ressentait une douce colère à l’égard de son hôte.

- Allons mon ami. En vous adressant à moi tout à l’heure, vous faisiez pourtant preuve d’une grande confiance en vous. Mes mains seraient glacées pour que vous vous refusiez à les tenir ? Il me semble que vous vous imposez des règles bien sévères. On s’égare rarement en procédant ainsi, mais la solitude, elle, vous rattrape à grands pas.

Elle lui adressa un clin d’œil. Geste faux, mais fait sans aucune retenue. D’elle-même elle s’avança, puis se retourna vers Diego, cherchant du regard le précieux bien qu’elle lui avait laissé sous le coup de la colère. Il ne l’avait pas sur lui. L’avait-il jeté ? Donné ? Gardé ? Chassant ce détail de son esprit, elle se décida enfin à mettre toutes les chances de son côté. Toutes. Même si pour cela, il fallait accepter l’humiliation d’un salut.

- Monseigneur…

*Pense aux compromis…pense aux compromis bon sang !*

- Monseigneur. Je souhaiterais me faire pardonner pour mon comportement à votre égard. Je n’avais pas à vous parler ainsi. Vous vouliez juste m’aider, n’est-ce pas ? Comment obtenir votre pardon ? Comment chasser de votre esprit les sévères propos qui vous étaient destinés ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Mer 31 Aoû - 16:08

C'était trop beau pour être vrai. Diego s'interrogea un bref instant sur la sincérité de Sigrid, mais renonça, car cela avait peu d'importance. Ce qui l'inquiétait plus sûrement, c'était l'appétit qu'avait déclenché sa vue. Qu'elle se soit enfuie un instant, attisait le désir de Diego qui aurait bien voulu arracher le corsage de la dame.
Il secoua avec douceur la tête, un air angélique sur son visage.

- Vous faire pardonner ? Mais cela est déjà fait. Vous êtes revenu me sauver ! Allons, rentrez, nous allons passer à table. Mon homme de main, Volpe, ne va pas tarder à nous rejoindre. Il vous mènera à vos appartements qui vous attendent sans doute. Vous pourrez ainsi vous mettre à votre aise. Il y a tout ce dont une femme a besoin.

Il porta la main à ses lèvres et les effleura. Le prélat retint au dernier moment sa langue qu'il sortait toujours légèrement. Il n'était pas question de la faire fuir. Qu'elle se sente dominante et tout irait bien.

- Pendant ce temps, j'écris dans l'instant à Winston. J'ai bien compris dans votre emportement, que vous aviez grand besoin de le voir et dans les plus brefs délais.
Cependant, vous m'aviez demandé comment je pouvais si bien m'entendre avec le gouverneur. Cela est simple, je sais être patient et correcte. Il attendra d'une femme qu'elle soit présentable et sache se tenir dans le haut monde. Je ne voudrais pas que vos desseins n'aboutissent pas qu'en raison d'un chignon mal attaché ou un geste inapproprié.
Je vous présente ma proposition de nouveau : me souhaitez-vous comme professeur ?


Il apporta un de ses doigts bagués à la bouche de Sigrid pour lui intimer le silence.

- Chut ! sussura-t-il sensuellement. Vous me donnerez votre réponse plus tard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Second personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Mer 31 Aoû - 17:46

Si une chose avait pu agacer Volpe, cela aurait sans doute été d'être laissé à des affaires de maintenance quand Diego allait courir les rues. Mais Volpe n'était pas agacé, pas même surpris, quand l'un des laquais de la maison vint le prévenir que le maître le faisait appeler. Il s'interrogeait simplement sur la nature de la curiosité qu'il devait sans doute lui vouloir montrer. Ou lui faire part de quelque nouvelle l'ayant amusé. Avant même d'être arrivé dans le couloir, la nature de la curiosité en question était dévoilé et un soupir, discret, s'échappa d'entre ses lèvres.

*Une femme. Bien sûr. J'aurais dû m'en douter*

Recouvrant son impassibilité coutumière, il s'inclina légèrement vers Diego et la femme.

_Vous m'avez fait demander monsieur ?

Maintenant qu'il avait manifesté sa présence à son maître, il s'autorisait à jauger la femme qui avait attisé la curiosité de ce dernier. Armée. Et passablement négligée. Sûrement l'une de ces donzelles qui voulait se suffire à elle même et qui n'était capable que de s'égosiller pour obtenir ce qu'elle souhaitait. Elles devaient faire un peu peur aux hommes de leur milieu, mais dès que l'on avait assez de pouvoir et qu'il n'y avait plus rien à craindre de leurs couteaux, il pouvait comprendre qu'elle puisse éveiller un certain intérêt. Pas chez lui. En un coup d'oeil, elle n'était déjà plus qu'une distraction parmi d'autres pour Diego.
Il n'aimait pas l'idée de devoir servir une femme, née dans la fange et le fumier qui plus est.
Oui, aujourd'hui, quelque chose agaçait Volpe Gagliardini.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Mer 31 Aoû - 20:43

Quel ne fut pas le beau rouge qui empourpra les joues de la jeune Dame quand Diego, prit d’une soudaine assurance, porta son doigt mince et délicat à ses lèvres humides ? Un effronté sans doute. Mais un effronté qui n’en n’avait pas moins du charme.

Alors elle se tut à sa demande, bien décidée à sérieusement réfléchir à la proposition de son hôte. Mais au fond, elle connaissait déjà la réponse qu’elle se devait de lui donner. Elle n’avait guère le choix. Ce chemin, celui qu’est soumission et professorat, était probablement le seul qu’il était possible d’emprunter pour arriver à la hauteur du Gouverneur Winston. Le seul qui lui permettrait de ne pas se salir les mains pour accéder à la plus haute des marches de la société. En vérité, elle n’en connaissait aucun autre. Mais pour atteindre son objectif, elle allait devoir obéir à cet homme. Et quelque soit le degré de gentillesse de ce dernier, la perspective de recevoir des ordres d’une autre personne que l’Impératrice des Mer ne l’enchantait pas. Elle avait renoncé à la piraterie pour être libre. Plus libre que ne l’est un pirate. Et aujourd’hui, elle faisait marche arrière. Elle avala difficilement cet échec, jusqu’à ce qu’un domestique se présente. Elle en oublia immédiatement ses soucis et fixa ce dernier avec insistance.

Il était habillé tout aussi élégamment que son Maître, mais visiblement peu attaché aux couleurs. Toute sa personne était sobre. Peut-être était-ce une impression que Diego souhaitait donner de ses domestiques. Ou un choix personnel du jeune homme lui-même. Sa peau blanche lui donnait un air froid. Aucune chaleur ne se dégageait de lui. Alors lorsque le domestique porta le regard sur sa personne, Sigrid sentit un léger frisson lui parcourir le dos. Elle ne détourna point le regard. Il était le premier à la toiser ainsi depuis son arrivée en ces lieux. Les autres se contentaient de baisser le regard. Elle releva un sourcil, et l’ignora subitement. Il n’avait pas plus d’importance que les autres. Pas plus que les gens d’ici. Pas plus que les quelques rares qui avaient servi Caleb, son père. Ici, seul Diego lui était utile.

- J’accepte.

Elle se racla la gorge, détournant le regard un instant, puis continua.

- Je sais, vous m’avez demandé fr patienter avant de vous donner une réponse, et j’espère que vous me pardonnerez pour ma …mon audace. Mais qu’est-ce que quelques jours, lorsque le seul chemin à emprunter est celui que vous me montrez ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Jeu 1 Sep - 8:00

Volpe fit son apparition, sobre et discret. C'était un réconfort. Mais Diego n'eut pas le temps de l'accueillir, car la femme reprit la parole avec une grande assurance, faisant fi de la présence de son homme de main. L'évêque força un sourire, appréciant peu qu'elle fasse si peu de cas de Volpe.

- Madame allons! Vous aviez bien le temps de me le dire. Mais je suis ravi, absolument ravi, de savoir que je vous serais utile.

Il inclina sa tête légèrement puis désigna de la main Volpe.

- Sigrid, vous permettez n'est-ce pas ? Sigrid, je vous présente Volpe. C'est une personne dont je ne peux me passer. Vous pouvez avoir en lui une confiance absolue.
Volpe,
dit-il en se tournant à demi vers lui, le visage plus grave, voici une Dame charmante que j'ai rencontré lors de la promenade. Elle logera ici pendant quelques semaines. Veux-tu bien la conduire à ses appartements : je lui ai choisis la chambre à la rose ? Nous mangerons quand elle sera prête... et sans armes !
J'ai quelques missives à écrire.


Après un dernier regard enjôleur vers la femme, il se retira en chuchota à Volpe :

- Surveille-la de près.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Second personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Jeu 1 Sep - 9:00

Un léger pincement des lèvres accueillit la réaction de la femme choisit tout bonnement de l'ignorer. De quel droit ? Elle était trop âgée pour plaire aux hommes par sa seule beauté, trop misérable pour être reçue dans n'importe quelle demeure respectable de la ville, elle ne devait sa présence ici qu'à un caprice du maître des lieux, être outré par son attitude serait lui accorder bien trop d'importance.
Avec un sourire et un ton d'une formalité glaciale, il réitéra une courbette un peu plus profonde devant la dame qualifiée de "charmante".

_Madame. Vous me voyez ravi de faire votre connaissance.

Choisissant d'ignorer la précision de Diego sur la durée de séjour de leur visiteuse, il se redressa en reprenant son masque d'impassibilité. Il aurait toutefois tout le temps de se désoler des idées, parfois désagréablement surprenantes, de son maître plus tard. Pour l'heure, il n'avait qu'à escorter la dame jusqu'à sa chambre et de la garder à l'oeil. Cette dernière pensée l'amusa. Diego pouvait être si enfantin certains jours. Il hocha rapidement la tête dès qu'il eu finit de lui donner ses instructions et reporta son regard vers Sigrid, puisque c'est ainsi qu'elle se nommait.

_Si Madame veut bien me suivre.

Sans plus attendre, il lui tourna le dos et prit le chemin de l'aile est où se situait la chambre choisie. Il avait pitié d'elle, cette belle chambre si bien orientée, si bien entretenue, si élégante, de recevoir un être qui n'apportait avec lui que vulgarité et désordre. Il lui semblait avilissant pour la maison de l'établir dans cette pièce. Un peu comme mettre un rat dans une cage aux barreaux d'or émaillé. Le maître la ménageait peut être, mais lui n'était pas décidé à être galant avec cet espèce de phénomène miséreux, qu'il aurait bien fait renvoyer dans son bourbier immonde sur le champ si la décision lui avait appartenu.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Jeu 1 Sep - 12:37

Et Diego quitta les lieux sans même se retourner. Fin de l’histoire. Volpe prit les devants au pas de course. Fin de l’histoire.

Sigrid soupira bruyamment, puis suivit Volpe en silence, bien obligée de forcer le pas pour ne pas prendre du retard sur lui. Dans le long couloir, on entendait le claquement de ses bottes, mais aussi le sifflotement qu’elle émettait. C’était un chant. Non pas un chant pirate, car elle n’aurait pas eu l’audace d’en arriver jusque là. Mais un chant qu’elle avait dans la tête depuis qu’elle était une enfant. Peut-être était-ce Caleb qui le lui avait appris. Ou encore le moine qui l’avait conduit jusqu’à Assecia lorsqu’elle n’était qu’une toute petite fille. Quand elle y pensait plus sérieusement, cette mélodie avait une sonorité très religieuse. Quelle ironie. Cela faisait bien longtemps qu’elle ne croyait plus en rien. Et encore moins en une quelconque divinité. Alors pourquoi ressentait-elle le besoin de siffler cette mélodie ?

Volpe lui ouvrit alors une porte, mais Sigrid hésita un instant avant d’entrer. Guidée. Manœuvrée. Elle devait suivre le rythme qu’on lui imposait. Et elle détestait ça. C’est donc en colère qu’elle pénétra finalement dans la chambre, ne pouvant s’empêcher d’adresser ces mots au domestique :

- Je n’ai pas besoin que l’on me colle aux pattes, misérable petit vermisseau.

Et se fut tout.
La pièce était vaste, aussi grande que le peu de salons qu’elle avait connu. Les meubles en bois d’acajou se fondaient dans le rouge des murs. La rose en mosaïque située en face du lit en baldaquin remplaçait probablement la présence d’une tenture sobre. Pour cela, Diego avait au moins un semblant de goût.
A côté, une salle d’eau était à sa disposition. A l’intérieur, sur une petite étagère dorée, se trouvait un nécessaire de toilette, ainsi que quelques bijoux. Intriguée par la présence de ces derniers, elle fonça à grands pas vers la grosse armoire, et ne fut pas surprise d’y trouver tout au plus une dizaine de jolies robes. Quel entêté que ce Diego ! Il la voulait vêtue pour le dîner ! Agacée à l’idée de devoir se débarrasser de son pantalon et de son chemisier, la jeune femme se tourna vers Volpe, et le fixa intensément. Pour une fois, il lui serait utile.

- Vous êtes domestique, n’est-ce pas ? continua-t-elle. Et bien vous me nettoierez ce que je vais vous donner pour les jours à venir. Je ne compte pas porter corsets et talons pour le restant de mon existence, que cela plaise à votre Maître, ou non, lui ordonna-t-elle en décrochant ses ceintures.

Les armes tombèrent lourdement au sol.

- Et puis si ça vous déplaît, un de vos amis souhaitera probablement s’en occuper à votre place, n'est-ce pas ? lui lança-t-elle avec mesquinerie.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Second personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Jeu 1 Sep - 13:37

Une femme n'est pas agaçante en elle même. Bien sûr, elle a ses petites manies. Bien sûr, elle aime les compliments, même quand elle se vêt avec autant d'élégance qu'une simple essayant pour la première fois un vêtement de soie. Mais une femme n'est pas agaçante en elle même, non. Ce qui est insupportable, c'est quand elle ouvre la bouche, et celle là semblait très douée dans son genre. Encore que le style soit très vulgaire, voire même enfantin et cocasse, on était loin des remarques acerbes des grandes dames qui vous mettaient mal à l'aise car si bien bien dissimulées dans des phrases anodines, mais il y avait de la capricieuse mondaine en devenir.
Petit vermisseau. Il n'aurait pas été si agacé qu'il en aurait presque rit.

_Bien madame.

Il eu un léger pincement au coeur en la voyant fureter et farfouiller dans tous les recoins de la chambre que Diego mettait à sa disposition. Avait-elle peur de manquer de quelque chose ici ? Ou avait-elle tout simplement l'intention d'essayer de dérober quelques parures que sa modeste condition ne lui permettrait jamais d'effleurer du bout des doigts ? Et bien non. En définitive, elle était encore moins reconnaissant à Diego de son hospitalité qu'il ne l'avait pensé. Resté sur le pas de la porte, il s'inclina à nouveau, donc une attitude faussement contrit sans la lâcher des yeux.

_Malheureusement madame, je crains qu'il vous soit impossible de circuler dans cette demeure vêtue comme un homme, et vous m'en voyez désolé. Cependant puisque mon maître a fait mettre des effets à votre disposition, il serait souhaitable que vous les portiez pour le dîner. Il en serait, j'en suis sûr, absolument ravi.

Agrémentant ses paroles d'un sourire condescendant, il entra dans la chambre et ramassa les armes qu'elle avait laissé tomber. Quand il se redressa, il lui faisait face, suffisamment proche pour apprécier ses sourcils laissés en friche et ses lèvres légèrement gercées.

_Peut-être ne souhaitez vous pas porter de robe car vous n'êtes pas habituée à les enfiler. Peut-être même en êtes vous incapable. Puisque c'est ainsi, je vais vous aider à en passer une. Après tout, comme vous venez de le faire si judicieusement remarquer, je suis là pour ça.

Détournant un instant son visage de celui de son interlocutrice, il sorti l'une des robes de l'armoire dans un froissement d'étoffes. Une robe bleue.

_Peut-être celle-ci ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Jeu 1 Sep - 15:12

C’est que le « petit » avait de la répartie ! Vexée, voire outrée, la jeune dame se saisit avec violence de l’étoffe que lui proposait le domestique et rejoignit à grands pas la salle d’eau. Elle ferma sèchement la porte et jeta la robe sur un panier d’osier en proférant quelques douzaines d’injures. A peine quelques minutes plus tard, elle était plongée dans un bain d’eau chaude. La crasse qu’elle parvint à décrocher de sa peau et de ses cheveux était impressionnante. Très vite l’eau prit une teinte verdâtre, qui tournait sur le marron. Alors elle continua à se laver avec un gant, abandonnant la baignoire à celui qui aura le courage de la vider. Plus elle se lavait, plus elle sentait l’odeur salée de la mer la quitter. Elle eut un pincement au cœur. Elle ne sentait plus que le savon de rose.

Un fois lavée, Sigrid se sécha et enfila prestement la robe. Elle ne pensa ni au corset pour serrer sa taille et mettre en valeur sa poitrine, ni à la secrète et la friponne qu’il lui fallait porter sous la robe. En réalité, elle avait fait exprès de les oublier, et ne savait pas dans quel ordre ni comment enfiler le tout. Elle faisait déjà l’effort de porter une robe, allaient-ils lui reprocher de ne pas enfiler tout l’attirail d’une femme de la haute-société ? Pourquoi s’encombraient-elles de tant de choses, alors qu’un morceau de tissu peu cacher ce qu’un homme se refuse de voir ? Pieds nus, les lacets à peine serrés, les cheveux dégoulinants sur ses épaules, non maquillée et non parfumée si ce n’est par le savon qu’elle avait utilisé, Sigrid sortit de la salle d’eau en marchant comme une femme de la campagne. Comme un homme de mauvaise tenue.

Volpe était toujours là. Silencieux. Stoïque. Imperturbable. Comme il vivait misérablement celui-là !

- Vous voyez ? Ce n’est pas si difficile d’enfiler un morceau de tissu, lui cracha-t-elle à la figure en réajustant ses manches courtes bouffantes, brodées de fils précieux en croissant de lune. Je n’ai pas eu besoin de vous posiez vos sales pattes sur moi ! C’est votre métier uniquement quand on vous le demande, non ?

Elle s’assit sur le lit, agacée.

- Si je ne souhaite pas porter de robe, c’est aussi parce qu’elles sont inconfortables. Comment courir avec des talons ? Grimper les murs avec des jupons ? Respirer avec un corset ? Que font les femmes d’ici ?! lui demanda-t-elle en s’emmêlant les pinceaux avec les rubans dans son dos. Et puis qu'est-ce que vous pouvez en savoir après tout !
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Second personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Jeu 1 Sep - 16:16

Au moins restait il un peu de bon sens à la demoiselle car elle partit se laver. Vraiment, c'était le minimum. Dès qu'elle eu fermé la porte, il s'empressa de refermer l'armoire et de remettre la moindre frange de tapis à sa place. Que faire d ses armes par contre ? Il n'était guère prudent de les lui laisser et, puisque Diego souhaitait qu'elle reste, il était peut être plus prudent de les garder. Il haussa les épaules, appuya le sabre contre l'armoire, et mit le reste et les sangles dans un tiroir. Le maître n'avait pas demandé de les lui confisquer et elle serait là au moins jusqu'à demain, rien ne pressait.
Quand elle sortit de la salle d'eau, il faillit se prendre la tête entre le mains. Désolante. Elle était vraiment désolante. Se contentant d'un reniflement dédaigneux quand elle recommença à l'apostropher comme une charretière braillarde, il se dirigea à grandes enjambées vers la salle de bains pour y chercher une serviette et de quoi démêler la jachère de ses cheveux.
Non seulement elle risquait de prendre froid -et Dieu seul savait comment les gens qui reniflaient le mettaient hors de lui- mais elle était en train de tremper sa robe cette insolente.
Vraiment, elle ne faisait pas grand cas des possessions du maître des lieux. La baignoire pleine de sa saleté en était la vitrine la plus explicite.

_Vous avez tout intérêt à séchez vos cheveux, vous risqueriez de prendre froid.

Elle était assise, voilà qui lui facilitait grandement la tâche. Il déposa la brosse et la lotion qu'il avait pris dans la salle d'eau et, se postant en face d'elle, entreprit de sécher sa tignasse en lui frictionnant vigoureusement la serviette sur la tête.

_Je doute que vous ayez besoin de grimper aux murs ici madame.

D'un geste vif, il attrapa le flacon de lotion qu'il ouvrit d'une main et la lui appliqua sur le crâne en essayant de ne pas se montrer trop violent, ce qui se révélait difficile tant ses doigts se prenaient dans des noeuds datant sans doute des plusieurs semaines.

_Ni plus de courir ou de vous livrer à quelque autre acrobatie de ce genre. Les femmes, dans ce milieu, se comportent comme elles le doivent. Elles prennent des cours de chant, étudient la poésie ou brodent. Elles donnent également parfois de petites réceptions pour accueillir le amies. Mais je doute que madame ait besoin d'un tel divertissement.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Jeu 1 Sep - 18:00

- Et lorsqu'elles sont sur leur lit de mort, disent-elles à leurs proches qu'elles ont bien vécu ?

Volpe la choyait avec bien peu de délicatesse. Mais c’était mieux que rien après tout. Malgré le fait qu’elle ne l’apprécie pas, elle fut dans la totale incapacité de le réprimander pour cette soudaine proximité. En plus du fait qu’il faisait tout simplement son travail, Sigrid goûtait pour la première fois au luxe. Celui d’être entre de bonnes mains. De ne pas avoir à tout faire soi-même. Cependant, il lui fit mal. Ses cheveux tiraient. Ses doigts manquaient de tendresse. Plusieurs fois elle retint le mot « Aïe », mais lorsqu’il eut tout démêlé, et qu’il donna un dernier coup de brosse, elle mit sa main dans ses cheveux en faisant la grimace.

- J’espère que vous êtes plus délicat avec les femmes qui finissent dans votre lit. Elles doivent ressortir couvertes de bleus et sanguinolentes si vous y allez si fort, lui lança-t-elle avec un sarcasme plus gentil qu’à l’accoutumé.

C’est alors qu’elle le vit. Son tatouage au poignet. Elle faillit hurler de terreur à l’idée qu’elle ait pu oublier un détail aussi important. Gardant au mieux son calme, la jeune femme posa sa main sur le fameux dessin, et fit comme si de rien n’était. Mais il y a des éléments qui trahissent, même un ancien Maître Voilier. Ses joues s’empourprèrent de terreur, ses lèvres gercées tremblèrent, ne parlons pas de ses mains ! Son souffle se fit plus court qu’à l’habituel. Pour justifier cet état, elle ne trouva rien d’autre à dire que :

- Je deviens anxieuse à l’idée de ce dîner. Suis-je bête !

Sur ces mots elle se leva, tournant sur elle-même pour faire virevolter la robe bleue. Mais jamais elle ne lâcha son poignet. Elle cherchait du regard quelque chose qui pourrait lui permettre de masquer l’œuvre de ses crimes les plus vils. Elle pensa alors à ses rubans, mais le seul qui aurait pu cacher le tout était désormais entre les mains de Diego. Et sans doute ce dernier serait contre le fait qu’elle le porte au poignet, la couleur rouge sang se mariant très mal avec le bleu océan de la robe.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Second personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Jeu 1 Sep - 18:41

Sa remarque sur les femmes l'amusa mais il ne répondit pas. Cela lui aurait fait grand plaisir de lui narrer ses nuits occupées avec bien autre chose que les femmes mais ce n'était ni le lieu, ni le moment, ni même la personne. Comme elle pouvait être stupide et naïve de croire que les hommes se contentaient des femmes ! Mais après tout, il l'excusait volontiers, il fallait bien qu'elle se trouve une utilité, pauvre âme.
Son agitation soudaine le prit de cours. Qu'avait-elle donc à s'agiter ainsi ? Louchant discrètement vers ce qu'elle essayait de cacher à son regard, l'ombre d'un sourire passa sur son visage. Oui, très naïve.

_Madame se sent peut être mal à son aise dans un vêtement la laissant autant découverte.

Il prit son temps pour essuyer ses mains couvertes de lotion parfumée avant de lui proposer une alternative. Du coin de l'oeil, il l'observait s'agiter en tous sens comme un animal pris au piège. C'était amusant, en fin de compte, de la voir si sûre d'elle même alors qu'elle se trahissait rien qu'à son apparence. Elle portait sa vie sur elle et pensais qu'un simple détail en était la preuve. Amusant et pathétique. Allons ! Il l'avait assez faite languir. Tirant de l'armoire une robe rose pâle dont les manches étroites descendaient jusqu'aux poignets, il la lui présenta comme un trésor.

_Des manches plus longues seraient peut-être plus appropriées ? Ou encore...

Remettant tranquillement la robe à sa place, il ouvrit le tiroir d'une grande commode en bois sombre et en sorti précieusement une paire de longs gants en soie blanche, puis une autre, cette fois les gants étaient courts et uniquement faits de dentelle. Mieux valait la lui proposer également, même si elle ne les mettraient pas, pour la conforter dans son idée qu'il ignorait tout d'elle, qu'il lui présentait un choix simplement parce qu'il était convaincu qu'elle était vraiment mal à l'aise bras nus.

_...des gants ? Ce serait très élégant.

Ce n'était pas à lui de lui dire qu'il savait ce qu'elle était.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV] Jeu 1 Sep - 19:50

Diego était retourné dans son bureau. Son regard fut attiré par le rouge étalé sur le sol : le foulard de la Dame. Le sourire de fauve à l'appétit grandissant, vint reprendre sa place sur ses traits. Sa journée prenait finalement une agréable tournure : il avait enfin un divertissement. Cependant, la femme amenait avec elle beaucoup de mystères qu'il était bien décidé à percer avant que de lui permettre une entrevue avec le gouverneur.
Le gouverneur.... l'évêque prit une feuille embossée à ses armoiries et traça de sa plume d'oie une message à son intention.

Très cher ami,
il m'est arrivé une bien étrange aventure cet après-midi.
Je suis sûr que vous serez intéressé par le sujet de ma rencontre.

Je suis bien conscient que vous êtes accaparé par de nombreuses affaires, mais un rendez-vous demain midi à votre demeure me semble tout indiqué. Je n'ai malheureusement pas la possibilité de vous recevoir dans les prochains jours dans ma demeure.

Avec mes amicales salutations

Monseigneur Jaminez D.


Diego fit sonner sa cloche et confia la missive à son valet qui s'empressa de porter la lettre. Il se laissa aller contre le dossier de son siège. Le visage de Sigrid revenait. Elle avait du charme et malgré sa tenue, des formes féminines qui ne pouvaient se cacher. Cependant, son air, ses manières, son manque de tact, révélaient sa condition. Quelque chose lui disait qu'elle n'était pas une fille de joie. Elle était trop peu encline à utiliser ses charmes. Ses armes en revanche laissaient soupçonner une personne sachant se battre. Un rire mauvais de mépris lui échappa : c'était si peu naturel.
Il allait bientôt la rejoindre et Diego pensa à Volpe, si droit, fier, ayant des manières et de la retenue.

- Et son petit air de mépris quand il l'a vu ! ne put-il s'empêcher de dire à voix haute, entrainant un rire sonore.

Le prélat sonna de nouveau et une domestique entra en faisant une légère révérence.

- Martine, prenez ce chiffon informe et rendez-lui un aspect convenable. Vous irez ensuite chez le père Bernard. Il célèbrera la messe pendant les prochaines semaines. Et s'il vous interroge, dites-lui que mes obligations d'évêque m'empêche d'officier moi-même. Ma charge est celle d'un gestionnaire ! Mais il sait cela... sans doute. Allez !

La domestique retirée, il passa dans le cabinet derrière son bureau. Il se défit de son pourpoint et de sa chemise, et il se rafraichit avec l'eau parfumée, préparée pour son retour de balade. Diego enfila une nouvelle chemise de flanelle blanche au manche de dentelle, refit son catogan, et passa un pourpoint vert rehaussé de broderie d'or. Enfin, il passa de nouveaux souliers à ses pieds et sortit.
Arrivé devant la porte de Sigrid, il frappa.

- Puis-je entrer Madame ? Le repas nous attend.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une proie de choix [PV]

Revenir en haut Aller en bas

Une proie de choix [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Choix de Sponsors #2
» Le chasseur est la proie du prédateur | Nuit d'Orage|
» Le choix des semis-elfes
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fändir :: ASSECIA  :: Les beaux quartiers :: Demeures et commerces-