AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
0

La faiblesse du Capitaine Butchlet [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


avatar

Vigie
Troisième personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: La faiblesse du Capitaine Butchlet [PV] Jeu 21 Avr - 18:12



Après avoir quitté le patio avec l'étranger, venu sans doute d'une contrée lointaine, Vanina l'avait guidé à travers les dédales du palais pour le mener jusqu'au bureau du gouverneur Sadovski. Si avec certains capitaines ou politiques hautains, le trajet pouvait se révéler bien ennuyeux, ce ne fut pas le cas cette fois-ci car l'invité semblait être assez bavard. La méfiance que Vanina avait envers les hommes l'empêchait d'être vraiment objective, mais elle le trouvait pour le moment assez sympathique, et surtout loin d'être prétentieux ou même sexiste. C'était un bon point, et elle devait l'admettre.

- Mes hommage mademoiselle Delhis. Je suis le commandant Butchlet Henry Taylor, de la frégate Equinoxe. Je suis envoyé par l'Empire pour participer à l'effort que mène le gouverneur contre les pirates qui sévissent actuellement.
- J'ai ici les documents diplomatiques nécessaires à l'insertion de mon bâtiment de la Marine du gouvernement. Malheureusement, nous avons affonté un terrible ouragan en venant ici et... Mon bâtiment a besoin d'importante réparations. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'importuner monsieur le gouverneur avec ma personne, ainsi que vous-même, vous devez avoir fort à faire ici et je me voudrai de vous déranger plus longtemps.

Ainsi, cet homme servait bel et bien la marine, mais d'un autre pays. Cela expliquait les couleurs et l'aspect peu singulier de l'uniforme qu'il portait. De plus, il était commandant de sa frégate. Encore une fois, l'intuition de Vanina ne l'avait pas trompée, il s'agissait bien d'un homme de pouvoir. Visiblement, il souhaitait se ranger sous les ordres du gouverneur pour aider à traquer et à emprisonner les pirates, hommes et femmes sanguinaires qui oeuvraient sur les mers de Fändir. Cette cause serait sans doute considérée comme noble par la plupart des personnes vivant dans ce palais et endossant l'uniforme de la marine gouvernementale, mais Vanina ne savait pas trop quoi en penser. La seule fois où elle avait vu des pirates, c'était dans la maison close où elle avait travaillé auparavant, et ils étaient comme les deux tiers des hommes passant par la : Ivres, brutaux et grossiers. Si elle entendait les gens raconter de terrifiants récits à leur sujet, elle n'avait jamais assisté à une de ces scènes, et ne pouvait donc pas se forger sa propre opinion. Elle se contentait de servir son gouvernement du mieux qu'elle pouvait, et d'imaginer les ravages que pouvaient faire "les terreurs des mers". Quoi qu'il en soit, Butchlet était dans le même camp que celui du gouverneur, et c'est d'ailleurs pour cela qu'il comptait le rencontrer.

Lorsqu'il arrivèrent près du bureau de M. Sadovski, Vanina le fit entrer dans le couloir qui menait à la grande porte de chêne de la pièce la plus importante du palais. D'après le regard que lui lança le jeune soldat qui gardait, le gouverneur n'était pas prêt à recevoir M. Taylor, et ils devraient patienter un peu. Même si d'escorter les visiteurs n'était pas vraiment le rôle de Vanina à la base, cela ne la dérangeait pas trop, et c'était bien moins ennuyeux que de classer des dossiers.

- Monsieur Sadovski semble être occupé pour le moment. Vous allez devoir l'attendre ici un instant.

Sans perdre son sourire poli, Vanina indiqua à Butchet de s'installer dans un fauteuil pour attendre, alors qu'elle-même allait répondre à la requête de ce dernier. La jeune femme se dirigea vers un bar de bois clair, et remplit un verre d'un liquide ambré.

- Il s'agit d'un alcool fändirien que le gouverneur apprécie particulièrement. Je pense que son goût ne vous sera pas déplaisant, ajouta-t-elle en posant le verre devant le commandant, et en s'asseyant en face de lui.

Croisant les jambes, Vanina posa ses yeux sur le marine, les laissant se plonger dans ceux de son interlocuteur. Pour certains, cela s'apparentait à de l'impolitesse, mais la jeune femme ne détacha pas immédiatement son regard des prunelles de l'homme qui lui faisait face. La force de caractère qu'on pouvait y lire impressionnait fortement Vanina, mais elle conserva son sourire presque figé et cessa quelques secondes d'observer le commandant. Ce n'est que lorsqu'elle reprit la parole que Vanina reposa ses yeux sur lui.

- Avez-vous fait bon voyage avant d'arriver sur les côtes de notre beau pays? J'ai entendu dire qu'une tempête avait eu lieu ces derniers-jours, et que la mère avait été agitée.

_________________

• Vanina Delhis • Erika Van Lowen • Elissa Alkahin •
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: La faiblesse du Capitaine Butchlet [PV] Jeu 21 Avr - 21:13

Butchlet goûta l'alcool. Sa couleur ambrée s'accordait parfaitement avec son goût fort et subtil. Le siège où il était installé quant à lui était confortable. Tout dans ce palais respirait le luxe, pas un luxe affiché, un luxe discret, subtil. Lorsqu'il avait arpenté les couloirs, Butchlet avait été saisi par cette impression. On sentait largement le l'argent que le gouverneur avait en possession et le pouvoir dont il disposait.

La jeune femme s'asseya en face de lui et le fixa d'un air soutenu. Elle avait des yeux d'un bleu azur captivant. Les yeux... Les reflets de l'âme... L'âme de cette demoiselle était quelque chose de beau, quelque chose d'harmonieux. Malgré cette beauté, autant intérieure qu'extérieure, Butchlet n'arrivait pas à savoir pourquoi, il lisait dans les yeux de la jeune femme une certaine mélancolie, une certaine tristesse enfouie. Il ne savait pas vraiment que faire pour l'aider, ni ce qui le poussait à se mêler de la vie de cette jeune femme. Tenait-il donc vraiment à s'attirer des ennuis aussitôt arrivé sur le sol de Fändir ?

- Je me dois de vous remercier mademoiselle, cet alcool est excellent.

L'échange de regard reprit. Il se sentait captivé par les yeux de la jeune femme. C'était comme se noyer dans un océan de sentiments, on y retrouvait les couleurs des lagons de certaines colonies impériales très loin d'ici. La jeune femme paru s'en apercevoir et questionna Butchlet sur son voyage en mer Zannir.

- À vrai dire non.

Il se mit à sourire, dévoilant ses dents blanches.

- Nous avons affronté un ouragan en provenance de l'enfer directement. Depuis que je navigue, c'est à dire quinze ans, je n'ai jamais affronté pareille tempête.

Il revivait la nuit dernière dans sa tête et jouait avec la garde de son sabre. Il avait eu peur, peur comme il n'avait pas ressenti pareille crainte depuis longtemps, la crainte de mourir, de voir ses marins y passer par sa faute, de mener l'Equinoxe à sa perte.

- J'ai... Perdu beaucoup d'hommes de valeur durant la nuit dernière. Mon pauvre second notamment... Balayé hors du gaillard arrière comme un fétu de paille... Un homme irremplaçable... Et un ami... Je... Ah mon dieu... Je suis navré. Regardez par la fenêtre.

Il indiqua la fenêtre qui donnait sur le port, sa main tremblait de nervosité.

- Regardez.

Il se leva et se cala derrière Vanina. La situation était assez peu digne de l'éducation de Butchlet, la fatigue, la nuit dernière, la montée jusqu'au palais, tout expliquait cette attitude. Il lui susurra à l'oreille.

- Regardez mademoiselle Delhis. Voyez-vous le navire au mouillage auquel il manque le mât de beaupré ? Celui se trouvant tout à l'avant sur les navires. C'est assez facile, c'est elle... Mon Equinoxe... Seul bâtiment du port qui est dans cet état...

Se rendant compte de son comportement, Butchlet recula rougissant. Il alla se rasseoir et vida un verre d'un trait.

- Je... Heu... Je... Veuillez m'excuser mademoiselle... Je ne voulais pas vous importuner... Je suis désolé. La nuit dernière a été particulièrement éprouvante.

Il se sentait stupide, il chassa une mouche qui passait par là. Il replongea son regard dans celui de Vanina.

- Mademoiselle, si je peux vous aider d'une quelconque manière que se soit pour ainsi me faire pardonner... Sachez que je suis disposé à me rendre utile.

Il souria en expirant. C'était ridicule.

- Bien que je n'ai aucune relation où que se soit à Fändir où même à Assecia. Néanmoins... Si un jour vous avez besoin d'un navire, d'un message à faire transmettre ou quoi que se soit... Je ferais mon maximum...

Il laissa passer quelques secondes. Il ne avait que faire, personne ne les avait vu c'était déjà ça. Il reprit un air sérieux et se contenta de poser une simple question.

- Mademoiselle Delhis... J'aimerais vous poser une question importante. Je n'ai pas l'impression que vous ayez l'air heureuse ma chère... Vous semblez cacher quelque chose... Quelque chose qui semble vous affecter... Qu'est-ce qui vous affecte ainsi ? Vous m'intriguez... Là encore, cela doit vous sembler ridicule... Si vous avez besoin de parler de cela, sachez que je peux vous aider...

Finalement, il but une gorgée et replongea son regard dans celui de la jeune fille, un regard très légèrement insistant et en même temps empli de compassion. Cette jeune femme captivait Butchlet et il ne savait même pas pourquoi.

_________________
Tout pirate, flibustier, mutin ou autre personnage de cette engeance est un pendu qui s'ignore...

L'Equinoxe recrute ! N'hésitez pas à me contacter via MP, de nombreux postes sont à pourvoir !

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Troisième personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: La faiblesse du Capitaine Butchlet Jeu 21 Avr - 22:32

Durant quelques secondes, Vanina regarda le commandant tremper ses lèvres dans le liquide ambré, puis le boire, lentement, à petites gorgées. Il avait raison quand il disait qu'il était bon. Elle-même l'appréciait particulièrement. Ce goût subtil, cette couleur si spéciale, l'onctuosité qu'il pouvait avoir lorsqu'il était bien préparé... Elle n'avait jamais vraiment aimé l'alcool auparavant jusqu'à ce qu'elle goûte à cette petite merveille. A l'orphelinat, ils ne servirent jamais une seule once d'alcool aux enfants. A la maison close, les hommes se saoulaient avec de la bière, du rhum ou du whisky. Aucun ne pouvait apprécier l'alcool cher, certes, mais raffiné que Butchlet tenait entre ses mains.

La réponse qu'il donna à Vanina à sa question, celle concernant la tempête des jours précédents, déstabilisa quelque peu la jeune femme. Les hommes de pouvoir lui racontaient rarement ce genre de choses, ceux qu'elle avait croisé en tout cas. Des compliments, elle en avait eu, des remarques sexistes parfois, désobligeantes, gênantes, mais peu en somme. La plupart se contentaient de laisser l'assistante faire son travail, et ne la remerciaient pas toujours, mais ils restaient distants. L'assistante de l'intendant n'était qu'une assistante, une personne de second rôle chargée de faire le sale boulot de son patron. Lui accorder trop d'attention n'était pas dans leurs priorités. C'est en silence que la jeune femme écouta Butchlet parler de son second, mort en mer. Elle n'était pas insensible à ce genre de récits, bien évidemment, mais elle ne broncha pas et se contenta de murmurer un bref "Je suis désolée". Le sourire sur son visage disparut, par politesse.

Lorsqu'il se leva, s'approcha d'elle et se plaça derrière elle, Vanina eut d'abord un mouvement de recul, à peine perceptible. Ce ne fut qu'un réflexe, qui avait sans doute l'air stupide pour quelqu'un ne la connaissant pas. Et c'était stupide. Cet homme ne lui voulait aucun mal, c'est en tout cas ce que se répétait la jeune femme intérieurement. Autrefois, elle aurait eu peur d'être approchée d'aussi près, elle aurait attendu avec angoisse que l'homme abuse d'elle, comme beaucoup l'avaient fait, mais ce n'était plus le cas. Elle était en sécurité au palais, et le commandant n'était pas un client. Il n'était pas Dan de Nosvyl, il ne la toucherait pas. Une fois quelque peu rassurée, Vanina se détendit légèrement, et elle regarda par la fenêtre pour voir ce que le marine voulait lui montrer.

- Regardez mademoiselle Delhis. Voyez-vous le navire au mouillage auquel il manque le mât de beaupré ? Celui se trouvant tout à l'avant sur les navires. C'est assez facile, c'est elle... Mon Equinoxe... Seul bâtiment du port qui est dans cet état...

Suivant du regard la direction indiquée, Vanina put voir un navire, bien plus abîmé que les autres. Elle ne s'y connaissait pas particulièrement en bateaux, pour ne pas dire pas du tout, mais il n'était pas difficile de deviner quel était celui qui appartenait à Butchlet. Même pour un novice en la matière, le navire paraissait en piteux état.

- Oui, je le vois, dit la jeune femme, sentant toujours la présence du commandant derrière elle.

Quelques secondes plus tard, Vanina le sentit bouger, et il ne tarda pas à retourner s'asseoir, vidant son verre d'un trait d'un air gêné. Même si un léger soulagement s'empara d'elle lorsqu'elle eut enfin son interlocuteur dans son champ de vision, la jeune femme ne laissa rien paraître, elle essaya en tout cas. La fatigue avait certainement eu raison du commandant Taylor, et elle ne pouvait pas lui en tenir rigueur. De plus, il n'avait rien fait, et n'avait sans doute jamais eu de mauvaises intentions.

- Je... Heu... Je... Veuillez m'excuser mademoiselle... Je ne voulais pas vous importuner... Je suis désolé. La nuit dernière a été particulièrement éprouvante.
- Mademoiselle, si je peux vous aider d'une quelconque manière que se soit pour ainsi me faire pardonner... Sachez que je suis disposé à me rendre utile.
- Bien que je n'ai aucune relation où que se soit à Fändir où même à Assecia. Néanmoins... Si un jour vous avez besoin d'un navire, d'un message à faire transmettre ou quoi que se soit... Je ferai mon maximum...


C'est sans trop de difficultés que Vanina lui adressa un léger sourire, sincère cette fois-ci. Cependant, elle évita son regard durant quelques secondes, comme si elle craignait d'y lire quelque chose. La jeune femme ignorait ce que c'était, et elle réussit à se convaincre également que c'était ridicule. Lorsque ses yeux se replongèrent dans ceux du commandant, elle n'y lut que de la gêne et de la gentillesse. L'assurance et l'autorité qu'elle avait pu y lire lorsqu'elle lui avait serré la main un peu plus tôt dans la matinée semblaient avoir laissé leur place, pour le moment tout du moins. Quant à la méchanceté où la fourberie qu'elle avait craint d'y trouver, il n'y en avait aucune trace. Rassurant, encore une fois.

- Ne vous excusez pas. Vous avez sans doute eu une nuit éprouvante, et vous êtes fatigué. Ce n'est rien. Vous ne me devez rien non plus.

- Mademoiselle Delhis... J'aimerais vous poser une question importante. Je n'ai pas l'impression que vous ayez l'air heureuse ma chère... Vous semblez cacher quelque chose... Quelque chose qui semble vous affecter... Qu'est-ce qui vous affecte ainsi ? Vous m'intriguez... Là encore, cela doit vous sembler ridicule... Si vous avez besoin de parler de cela, sachez que je peux vous aider...

Ces mots firent disparaître le léger sourire qu'arborait Vanina, car elle était surprise, gênée également. De la gentillesse, cela semblait être de la gentillesse. Sincère. Il était rare qu'un homme en fasse preuve en face d'elle. C'était en partie de sa faute, d'ailleurs, car si avant d'arriver ici, les hommes ne l'avaient jamais respectée, ceux du palais le faisaient. Si seulement elle ne gardait pas autant de distance entre les autres personnes et elle-même, elle aurait peut-être pu se rendre compte que l'endroit n'était pas entièrement fait de gens mauvais. La jeune femme avait beau se répéter qu'elle n'avait rien à craindre de ceux qu'elle croisait ici, la méfiance qu'elle entretenait généralement à l'égard de qui que ce soit montrait qu'elle était loin d'être tranquille. Vanina n'avait jamais été particulièrement courageuse ou froussarde, avant de se faire embobiner par un proxénète et traiter comme du bétail. Pourtant, elle n'était désormais qu'une femme apeurée, se cachant derrière un masque d'assurance cachant la honte et la souffrance d'être soumise aux désirs et à la volonté d'un seul et même homme, même s'il était absent en ce moment. En quelques secondes à peine, Butchlet avait réussi à percer ce masque, et cela la perturba.

- Je... Non, ça ne vous regarde pas. Pas du tout, même, continua Vanina tout en essayant de garder le peu d'assurance qu'il lui restait.

C'est assez précipitamment qu'elle se leva, sans regarder une seule seconde de plus le commandant.

- Le gouverneur ne va sans doute pas tarder à vous recevoir, lança-t-elle tout en réajustant son chignon, et en calant les quelques mèches blondes qui encadraient encore son visage derrière son oreille. Je dois moi-même retourner à mon travail. Bonne journée.

Et elle partit. La fuite, voila la seule solution qu'elle avait trouvé, la seule chose qu'elle avait pu envisager lorsqu'elle avait senti son terrible secret menacé. Ah, ses parents auraient été fiers, s'ils l'avaient vu à ce moment la, à fuir comme un faon effarouché à cause de quelques malheureux mots et intuitions. Personne ne pouvait être fier d'en être arrivé la, personne. Et certainement pas Vanina.

Lorsqu'elle quitta l'aile du gouverneur pour se rendre au bureau de l'intendant, qui se trouvait non loin de la, l'esprit de la jeune femme était légèrement embrouillé. Cet homme était la première personne qui s'était réellement soucié d'elle, et qui avait réussi à deviner que quelque chose n'allait pas. Vanina ne savait pas si elle était prête à se confier à quelqu'un, inconnu ou pas, gentil ou pas. En tout cas, plus elle serait loin des questions gênantes du commandant, mieux ce serait. En franchissant la porte du bureau où elle travaillait, Vanina tenta une dernière fois de chasser la discussion qui venait de se dérouler de son esprit, et elle y parvint... Pour quelques minutes seulement. La journée risquait d'être longue...

_________________

• Vanina Delhis • Erika Van Lowen • Elissa Alkahin •
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La faiblesse du Capitaine Butchlet [PV]

Revenir en haut Aller en bas

La faiblesse du Capitaine Butchlet [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» une photo de faiblesse!!!
» Loronak du Rohan - Capitaine de Gil-Estel
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Le vocabulaire du Capitaine Haddock
» Furibard (capitaine nain customisé...)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fändir :: ASSECIA  :: Le palais du gouverneur :: Les bureaux-