AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

_______________________________________________________________________________

Partagez|
0

Un étranger sur le territoire Naakti [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


avatar

Forban


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Dim 20 Mar - 15:35

Au loin, entre les grands arbres majestueux, on pouvait apercevoir un beau cheval blanc monté par une jeune Naakti. Cette dernière, vêtue d'un simple pantalon brun et d'un haut blanc ne lui recouvrant que la poitrine, observait le paysage de verdure se dressant tout autour d'elle. Sa monture, la langue pendante, était assoiffé par l'effort qu'il venait de fournir et la jeune femme, comprenant sa fatigue, descendit avec souplesse de l'animal et le laissa s'abreuver à une petit rivière. L'indigène s'aspergea le visage de l'eau pure et savoura le contact du liquide sur sa peau. De petits poisson passaient devant ses yeux et l'étalon, mécontent que d'autres animaux peuple son breuvage, se tourna brusquement et commença à brouter.

Lyrianna, amusée par le côté têtu de son ami, en profita pour marcher un peu et s'éloigna de la bête. De toute façon, Namastis, ainsi était nommé son destrier, ne s'enfuyait jamais et finissait toujours par la rejoindre. Les arbres, gigantesque couverts de végétaux, impressionnaient beaucoup la jeune fille et elle s'arrêta afin de caresser le tronc de l'un d'eux. Au touché, il était dur et râpeux mais l'impression qu'il dégageait était pure et procurait un sentiment de bien être. Les odeurs de la forêt, fraiches et revigorantes, emplissaient les narines de la dresseuse. Elle inspira une grande bouffée d'air frais. Elle se sentait si bien dans la forêt ,seulement, elle restait sur ses gardes. N'importe quel animal aurait put fondre sur elle aussi avait elle prit un dague par pure précaution. elle n'avait pas l'habitude de ce battre mais si elle était obligée de se défendre, elle n'hésiterais pas à se servir de sa lame.
Elle continua sa marche, s'éloignant peu à peu de sa monture. Les rayons du soleil filtraient à peine l'épais feuillage des arbres centenaires mais les quelques jet de lumières se projetant sur le sol suffisaient à éclairer la forêt. Les arbres devenaient de plus en plus serrés. Un craquement de branche effaça son sourire enjoué et elle fit volte face, pointant sa dague su la source du bruit. Ce dernier semblait avoir été provoqué par un serpent et la jeune femme s'en éloigna prestement. Bien que la forêt inspirait la fraicheur de la nature, elle n'en était pas moins terrifiante et dangereuse.

_________________

Lyrianna--Arwen
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Dim 20 Mar - 21:46

Savez-vous quel est le meilleur ami de l’homme ? Allez, ne soyez pas timides, je vous écoute … Le chien ? Le chat ? Le cheval ? La femme ? Ah ben non ! Que nenni ! Vous n’y êtes pas du tout ! Vous vous mettez le doigt dans l’œil jusqu’au coude ! Tout ce que vous me citez là, ce ne sont que des bestioles inutiles ! Il faut s’en occuper tous les jours, il faut les nourrir, et en échange, que font-elles pour nous ? Rien ! Que dalle ! Non, soyez-en sûrs, le meilleur ami de l’homme, c’est le mulet ! C’est ce que se dit Miguel depuis qu’il a quitté les chemins carrossables, en tirant derrière lui un mulet apparemment docile et courageux dont il a récemment fait l’acquisition au marché de Glenia. En effet, la brave bête au regard triste, chargée comme … un baudet – évidemment – achemine vaillamment tout le barda entassé par le jeune peintre dans deux immenses sacs de jute qui pendent sur ses flancs. Eh oui, sans ce gentil Cadichon, cette balade en terre inconnue aurait été impossible, tout simplement.

A sa droite, il transporte l’attirail de l’artiste. Des toiles vierges, précieusement roulées, et délicatement posées sur le bric-à-brac du maître, des pinceaux noués par de vieux rubans décolorés, des couleurs, des gouaches, et un chevalet de taille imposante fabriqué avec ses mimines d’artiste et dont il n’est pas peu fier. A gauche, ce que Miguel appelle son « p’tit linge de corps », c’est à dire, en vrac, de grosses chaussettes de laine – dont une seule rouge car il a perdu sa sœur jumelle – une paire de caleçons longs pour affronter la froidure des nuits, deux pulls marins roulés en boules, un pantalon de rechange constellé d’éclaboussures multicolores, une couverture épaisse, de la nourriture soigneusement emballée, et, le plus important, un sabre d’abordage étincelant – il peut même se voir dedans – car les sentiers qu’il emprunte ne sont pas sûrs, d’après les dires des rares personnes au courant de son expédition.

Cette arme le rassure d’ailleurs à peine, car il est vachement plus adroit avec un pinceau qu’avec un sabre, mais en prenant un air méchant et agressif, il compte bien intimider un éventuel agresseur. Et si ça ne fonctionne pas, eh bien il prendra la poudre d’escampette ! Mieux vaut un instant de honte qu’un coup d’épée dans la bedaine, non ? Et s’il s’agit d’une attaque d’animaux sauvages, c’est pareil, il ne va pas les attendre, ils n’auront qu’à bouffer Cadichon, ça lui donnera l’occasion de disparaître ! Et voilà !

Cette randonnée, Miguel en rêvait depuis plusieurs mois, passant des heures entières à rêvasser devant d’anciennes cartes de l’île. Des cartes pas bien précises, en vérité, mais l’attrait qu’exercent l’aventure et l’inconnu sur les esthètes et les artistes en manque d’inspiration est phénoménal. Depuis longtemps, Miguel ressentait confusément le besoin de peindre autre chose que la mer, la plage, ou les maisons agglutinées dans les ruelles fleuries, si bien que le projet a mûri lentement dans sa caboche. Combien de temps va durer sa balade ? Il l’ignore. Pas question de retourner dans son atelier les mains vides ! Il se débrouillera ! Il dormira à la belle étoile, à côté d’un feu qui éloignera les fauves ou les loups, s’il y en a. Du moins c’est ce qui est écrit dans les bouquins …

Le voilà parvenu à un embranchement ! Le sentier se divise en deux raidillons étroits et rocailleux qui s’insinuent entre les arbres. Bien entendu, ces deux possibilités ne figurent sur aucune carte. Allez, au p’tit bonheur la chance. Le sentier de droite paraît plus sympathique, un gai ruisseau de montagne l’accompagne de ses méandres charmants. Une libellule à la robe translucide vient voleter à son oreille. Un crapaud en pyjama de pustules verdâtres saute de rocher en rocher. L’endroit est ravissant, et Miguel a déjà beaucoup marché, même s’il n’a pas encore atteint les profondeurs glauques de la forêt. Là où la main de l’homme n’a pas encore posé le pied, pense t-il en souriant. Mais bon, ne relâche pas ta vigilance, Miguel ! Rappelle-toi ce que racontent les légendes. Ici le danger peut surgir de partout ! Ouvre l’œil, et marche donc encore un peu, feignasse ! Longe donc le ruisseau, de cette manière tu éviteras de t’égarer. N’oublie pas que ton sens de l’orientation est assez fantaisiste.

Sifflotant gaiement pour montrer qu’il n’a peur, il s’avance dans l’ombre du feuillage mordoré qui s’épaissit à chacun de ses pas, tandis que les sabots de Cadichon font rouler des cailloux qui dévalent dans le sentier en pente raide.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Forban


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Mar 22 Mar - 19:43

La jeune Naakti revînt tranquillement vers la rivière où elle avait laissé sa monture, restant malgré tout sur ses gardes. Quand elle remarqua que son destrier n'était plus là ou elle l'avait laissé, elle ne fut guère étonnée. Namastis avait l'habitude de n'en faire qu'à sa tête même s'il il vouait une obéissance totale à sa maîtresse. L'étalon appréciait les quelques moments d'évasion où la dresseuse le laissé seul. Un sourire étira les lèvres de Lyrianna. Elle se souvînt du jour où ce canasson avait détalé dans la forêt. Elle l'avait cherché pendant deux jours, sans se reposer, tout ça pour le retrouver à sa place, auprès de sa maison dans le petit près. Quelle tête de mule!

Un oiseau su posa sur une branche, tirant brusquement l'indigène de sa rêverie et cette dernière sortit sa dague et la pointa vers le moineau. Pendant un instant, elle se sentie ridicule mais bon... on n'était jamais trop prudent n'est-ce pas?
Rangeant son arme, elle trempa ses mains dans la rivière et en but une gorgée. Elle chercha son compagnon du regard mais il n'y avait aucune trace de son compagnon. Un peu inquiète, elle siffla l'animal qui ne se montra pas. La jeune fille se releva et balaya tout le paysage du regard. Namastis ne semblait pas vouloir revenir.

Alors qu'elle s'inquiétait pour son ami, quelques bruits parvinrent à ses oreilles. La dresseuse fit volte face et pointa sa lame vers l'étrange homme qui venait de s'approcher d'elle. Il étai bien étrangement vêtu et l'animal qui l'accompagnait portait de drôles d'objets. Plus méfiante que jamais, elle tenta de calmer sa respiration afin de ne laisser paraître aucune faiblesse.

-Qui êtes vous? demanda-t-elle d'une voix forte.

_________________

Lyrianna--Arwen
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Mer 23 Mar - 9:42

Sifflotant toujours nonchalamment une poignée de notes d’une vieille mélodie de son enfance, Miguel poursuit sa route d’un pas pesant, longeant les courbes cristallines du ruisseau qui se faufile comme un serpent d’argent entre les rochers saillants et les troncs couverts de mousse. L’esprit du jeune homme s’est évadé au grand galop. Il se pose mille questions, échafaude mille hypothèses. Va t-il croiser quelqu’un dans cette forêt épaisse et luxuriante ? Ne risque t-il pas de servir de petit déjeuner à une bestiole agressive et affamée qui le guetterait déjà à travers les branchages ? A t-il été bien inspiré d’entreprendre tout seul cette balade dans ce vaste univers non exploré ?

Voici l’heure des bonnes résolutions ! C’est décidé, foi de Miguel, s’il a le bonheur de rentrer intact de cette expédition, il faudra vraiment qu’il apprenne à se servir d’une épée, ça lui sauvera peut-être la vie un jour ! Pour le moment, il est tout juste capable de s’enfoncer sa propre lame dans sa propre cuisse …

Perdu dans les méandres de son imagination vagabonde, Miguel n’a pas remarqué une silhouette gracile apparue entre les buissons. Il sursaute lorsqu’une voix ferme l’apostrophe, bute maladroitement contre un caillou, et, emporté par son élan, ne retrouve l’équilibre qu’après trois entrechats et deux petits sauts ridicules. La dernière note de son refrain se meurt entre ses lèvres. Ami ou ennemi ? Bonne question, car il n’a pas compris le moindre mot du charabia de la donzelle qui le dévisage. Et ce n’est pas tout ! La surprise lui a fait lâcher les sangles du mulet qui déguerpit sans demander son reste en emportant tout son chargement, si bien que Miguel ne sait plus s’il doit courir derrière cette sale bête ou bien essayer de répondre à la jeune fille ! Que va t-elle penser de lui s’il détale comme un lapin ? Qu’il se comporte comme un adversaire surpris alors qu’il préparait un mauvais coup ? Bon ! Il lui reste à espérer que son satané mulet ne traversera pas toute l’île et qu’il pourra le retrouver sans mal après avoir parlementé un brin avec l’inconnue.

Cette-dernière tend une dague dans sa direction, si bien que Miguel s’immobilise prudemment. Son œil habitué à détailler tout ce qui l’entoure s’attarde sur la donzelle. C’est une indigène, pas une villageoise. Miguel ne peut s’empêcher de la reluquer de haut en bas, puis de bas en haut. Elle paraît très jeune, mais elle est plutôt mignonne. Un bustier rouge assez moulant épouse ses formes menues et délicates. Le peintre se détend. Malgré son arme, la mystérieuse brunette ne semble pas excessivement dangereuse. Il lui adresse un large sourire, et pose une main sur son cœur, en signe d’amitié, espérant qu’elle interprètera cette attitude de manière pacifique, sans manifester d’hostilité à son égard. Bon ! Sans doute ne comprendra t-elle pas son langage, mais il ne va pas rester planté là sans rien dire comme un réverbère ou une bite d'amarrage !

Euhh … Bonjour … Je me nomme Miguel, je suis artiste, et je ne suis absolument pas dangereux …


Certes, tout ceci n’est guère original, non, mais Miguel n’a rien d’autre en stock pour l’instant. Il est plutôt soulagé de ne pas avoir affaire à une horde de coupeurs de têtes ou de monstres sanguinaires qui lui trancheraient le lard et discuteraient seulement après ! On fait ce qu’on peut dans de telles circonstances, non ?

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Forban


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Mer 23 Mar - 15:55

L'homme, ne l'ayant pas remarquée, fit quelques gestes en tout sens pour ne pas perdre son équilibre. La bête qui l'accompagnait au passage, s'enfuit prestement en poussant quelques hérissements. L'inconnu n'avait pas l'air de lui vouloir du mal et aucune arme ne paraissait sur lui. Toujours sur la défensive, Lyrianna fut gênée de le voir la dévisager ainsi. Qu'avait elle de si particulier? Elle était tout à fait normale comparée à cet homme sortit d'une toute autre civilisation. Elle ne l'avait jamais vu chez les Naaktis. Il ne devait pas faire partit de leur nation.
L'étranger porta sa main sur son cœur que l'indigène interpréta comme un signe d'amitié.

-Euhh … Bonjour … Je me nomme Miguel, je suis artiste, et je ne suis absolument pas dangereux …fit-il d'une voix rassurante.

La jeune femme ne comprit pas un mot. Aen juger par la main qu'il portait sur son cœur, il devait peut être se présenter. Mais comment pouvait il se nommer dans tous ses mots dénuer de sens pour la jeune fille... La véritable question était si lui avait comprit ses paroles. Aussi étrange que cela puisse paraître, il semblait venir d'un autre monde. Mais son ton chaleureux et accueillant eut tôt fait de chasser ses craintes. La jeune femme baissa sa dague, rassurée mais la garda à la main. Tantôt sur ses gardes et agressive, elle était maintenant redevenue calme et prudente. C'était quelque chose de courant chez Lyrianna de changer ainsi d'émotion et d'humeur.

-Je... Je m'appelle Lyrianna...
tenta-t-elle dans le but de savoir si l'inconnu pouvait la comprendre.

Si l'homme avait capté le sens de ses mots, alors il comprendrait qu'elle s'appelait Lyrianna. Mais si aucun des deux ne comprenais la langues de l'autre, alors la communication allait s'avérer difficile. D'autant plus que la Naakti était intriguée par cet étranger venu d'ailleurs... elle souhaitait en savoir plus sur lui... D'où il venait. Sur ce coup, elle était curieuse et avait complétement oublié l'absence de son cheval blanc...

_________________

Lyrianna--Arwen
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Jeu 24 Mar - 11:49

Long, très long soupir de Miguel qui lève les bras au ciel en signe d’incompréhension. Tout dialogue semble décidément impossible, ce sont là deux mondes et deux cultures totalement différents qui se découvrent, alors que seules quelques journées de marche les séparent. Néanmoins, ce geste spontané, qu’il voulait amical, cette main posée sur le cœur en signe de paix, a été interprété comme tel, et la lame de la dague n’est plus dirigée vers lui, même si la jeune inconnue l’a prudemment conservée entre ses doigts menus.

Le jeune peintre s’approche lentement de l’indigène en renouvelant le même geste fraternel et en lui offrant son sourire 17 bis, le plus charmant, celui qui endort les méfiances les plus tenaces. C’est qu’il est intrigué, le bougre ! D’où sort-elle, cette donzelle ? Il aimerait en savoir davantage, même si la tâche ne sera pas aisée. Il aimerait aussi un petit coup de main pour retrouver ce maudit mulet bien capricieux qui s’est évanoui dans l’opacité végétale, et la mystérieuse fille des bois connaît vraisemblablement chaque buisson et chaque taillis des alentours.

Miguel s’arrête à deux pas de la belle, se gratte un instant la tignasse en signe d’intense réflexion, puis il se tapote doucement la poitrine de la pointe de l’index, là où sa chemise entrouverte dévoile un torse un brin maigrichon et rougi par les heures de randonnée. Bon ! Il s’est déjà présenté, mais rien d’autre ne lui vient à l’esprit.

Moi … Miguel … C’est mon prénom … Miguel …

Il le répète deux ou trois fois en articulant posément, puis il dévisage la jeune inconnue d’un air interrogateur, et il reproduit d’une voix très douce les sons qu’il a saisis au vol.

Toi ? … Pellirianna ? C’est ça ? C’est ton nom ?

La suite lui paraît beaucoup moins évidente. Comment expliquer qu’il parcourt les bois afin de dénicher de jolis paysages à peindre ? Ce n’est vraiment pas facile, d’autant plus que tout son matériel était installé sur le dos de son mulet qui s’est volatilisé. Il faut absolument retrouver ce bourricot sans attendre ! Mais comment s’y prendre ? Bah, une petite idée germe lentement dans sa caboche. Son index reprend ses arabesques, désigne la jeune fille, se pose à nouveau sur sa chemise, puis s’attarde sur les arbres qui les entourent.

Pellirianna … Miguel … Nous deux … Hi-han … Hi-han … Hi-han …

Heureusement que le ridicule ne tue pas, se dit Miguel en pouffant de rire ! Pourvu que la belle ait compris le message, car il ne ferait pas ça tous les jours …
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Jeu 24 Mar - 17:07

Après que Sheelah l'ait quitté pour s'occuper de leur fils, Fakhar s'était résolu à ne pas s'enfermer dans ses sombres pensées. La chasse en compagnie de son fidèle tigre lui semblait être la meilleure occupation. Il prit son javelot et sortit.
L'air était lourd et les nuages s'étaient accumulés. L'orage se préparait. Le roi passa outre les recommandations de Dame Nature. L'orage n'avait rien d'effrayant pour lui. N'avait-il pas les cheveux de feu ?

C'était moins la chasse que le jeu de suivre des pistes qui le séduisait. Il repéra vite les traces d'un cheval. Cela l'intriga et il poursuivi avec son tigre la piste, pourtant discrète, de l'animal.
La traque dura longtemps. Le ciel était devenu d'un gris si foncé que la nuit semblait commencer de tomber. Enfin, son tigre stoppa net. Une odeur lui était parvenu. En tendant l'oreille, Fakhar cru qu'il s'agissait d'humains, mais les bruits des arbres avant l'orage font souvent entendre des voix, créant la crainte des esprits.

Ils s'approchèrent dans un profond silence. Le roi laissa glisser son manteau au sol pour être plus discret. Son corps et celui du tigre ne faisait plus qu'un ensemble se mouvant comme des ombres. Fakhar aimait cela : le goût du risque, de l'inconnu, il en perdait parfois la raison, grisé par la sensation de puissance propre aux prédateurs.
La tension soudaine de son compagnon, l'inquièta. Il s'agissait bien d'humain, les voix parvinrent plus nettement jusqu'à eux.

Le roi vit d'abord le cheval... et un homme avec un cheval trop petit et aux oreilles trop grandes. Fakhar se redressa de plus en plus inquiet. Il s'agissait d'un étranger. Les sacs que portait son drôle de quadrupède, étaient chargés. Des formes étranges en sortaient. Il reconnu la jeune femme : une jeune dresseuse de chevaux. Elle faisait du bon travail.
Alors qu'il allait se diriger dans cette direction, l'orage éclata violemment. Un éclair retentit dans toute la forêt. Il n'était plus temps de rester là et l'intru déplaisait grandement au roi. Il fit donc signe au tigre qui, habitué, comprit et feula. Fakhar s'avança et menaça de toute sa hauteur l'étranger.

- Lyrianna ! On rentre. La colère de Dame Nature s'exprime, tu l'entends comme moi.

L'homme paraissait faible, son visage était affublé d'une ridicule grimace qui montrait ses dents. Le regard du roi était brûlant d'une colère qu'il avait choisis de libérer sur cet étranger. Ses doigts se cripsèrent sur le javelot.

_________________


Les images utilisées ont été réalisées par Alice Picard.

Angelo Añada . Fakhar Alkahin
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Forban


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Jeu 24 Mar - 17:53

Helin était passé chez elle afin de déposer la cueillette qu'elle avait fait le matin même, des plantes, des racines, des feuilles, tout ce qui lui serait nécessaire pour la préparation de divers potions afin de pouvoir apporter des soins aux futurs blessés, durant une chasse ou un entrainement excessif, comme à l'habitude des guerriers Naakti.
Elle allait se rendre vers la place principale du village quand elle décida finalement d'aller profiter un moment de la plage et de la châleur du soleil, qui perdurait depuis plusieurs semaines...
Ce temps n'était pas pour lui déplaire car elle pouvait profiter de l'eau et faire ainsi une petite bronzette en toute quiétude, loin des regards indiscrets, mais surtout loin du bruit des armes qui s'entrechoquaient durant les combats amicaux entre les guerriers, le bruit que faisaient les habitants en se croisant et en mettant en place leurs inventions sur la place pour les partager avec tous les autres Naakti... Mis à part la découverte de toutes ses choses nouvelles, la place n'était pas la sienne parmi tout ce monde, pour sa part elle aimait se rendre en pleine forêt ou au bord de l'eau. Elle profitait de la traversée verdoyante pour jeter un oeil sur ses pièges, espérant une petite proie pour un futur repas... Elle allait devoir apprendre le maniement de l'arc si elle voulait avoir de la nourriture plus abondante...
A mi chemin de son but, elle entendit des voix, une féminine et l'autre quelque peu étrange, il lui semblait que la seconde voix présente avait des difficultés à prononcer les mots. Elle se glisse lentement entre des fougères pour regarder ce qui se passer. Elle aperçut une jeune fille de son village,dont le visage fin est encadré de longs cheveux bruns foncés, ses yeux, de la même couleur que la terre, une cicatrice blanche horizontale marque sur une de ses paumette, elle reconnut Lyrianna, la dresseuse de chevaux... Par contre l'homme qui se trouvait avec elle était inconnu à Helin, et elle ne comprenait rien de ce qu'il pouvait dire... Il avait une tignasse brune, aux mèches en bataille, le nez droit et les lèvres minces avec des yeux d'un turquoise profond.. Il faisait des gestes et prononcer des mots étranges, il avait l'attitude d'un singe, ce qui fit glousser Helin...
Elle restait là, cacher comme une proie voulant éviter le chasseur quand Fahkar fit son entrée auprès des jeunes gens en même temps que le tonnerre se mit à gronder. Helin voulut bouger mais elle ne pouvait le faire au risque d'être découverte par le roi des Naakti... D'une voix stricte il ordonne à la dresseuse de rentrer au village.

- Lyrianna ! On rentre. La colère de Dame Nature s'exprime, tu l'entends comme moi.


Honteuse d'avoir jouer l'épieuse Helin se mit à retenir sa respiration et glissa lentement vers l'arrière avant que le tigre royal ne fasse comprendre d'une présence suspecte parmi le trio humain...

_________________

Helin Hyarmen - Redla Drakar
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Ven 25 Mar - 16:46

C’est désolant, c’est regrettable, mais non, malheureusement non, les légendes véhiculées par les aïeuls ne sont pas à ranger parmi les fadaises ou les hallucinations. Ces forêts épaisses et réputées inhospitalières abritent effectivement des animaux féroces. Notamment un tigre et un ours ! Oui, un ours mal léché qui éructe des ordres à l’intention de la jeune brunette. Miguel n’y pige pas la moindre syllabe, mais le ton est éloquent. Cet horrible rouquin bizarrement peinturluré et vêtu d’un amoncellement d’étoffes est vraisemblablement un puissant sorcier ou un chef spirituel, s’il faut en croire sa virulence à l’adresse de Pellirianna. Il dégage en tout cas une impression d’omnipotence et de sauvagerie, qui le fait paraître aussi redoutable que le fauve qui l’accompagne.

Le tonnerre gronde, et pas uniquement dans l’azur lointain. Il gronde aussi dans le regard du … grand sachem ? … manitou ? … marabout ? Qu’importe ! A la façon dont l’inconnu triture son javelot, à ses œillades hostiles et dédaigneuses, Miguel a compris d’emblée qu’il risque de passer un vilain quart d’heure. Bon dieu d’abruti ! Pourquoi ne s’est-il pas limité à peindre le lever du soleil sur la grève tranquille et dorée, ou les ruelles de son village qui se coulent amoureusement entre les maisonnettes de pierres aux murs habillés de fleurs multicolores ? Trop tard pour les regrets ! Le jeune peintre est pétrifié par les deux monstres. Il ne dispose d’aucune arme pour se défendre vu que son bourricot est toujours en fuite, et d’ailleurs ça ne changerait rien à la situation, il est d’une maladresse incommensurable.

Miguel recule, il recule doucement, pitoyablement, à petits pas, le cœur battant à tout rompre. Maudissant son idée farfelue de voyager seul et si loin, sous cette végétation qui semble se refermer sur lui. Une goutte de sueur perle sur son front et traverse son visage crispé par l’angoisse. Il l’essuie du revers de la main, sans lâcher des yeux le double danger. Et il recule encore, jusqu’à ce choc inattendu dans le creux de ses reins. Sans qu’il ait pu le remarquer, il a atteint un tronc gigantesque et y est adossé, toute retraite devenant impossible. Sa gorge est sèche. Le grand Miguel d’Almeria n’a plus un poil de sec. Il lance un regard désespéré vers la brunette …
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Forban


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Ven 25 Mar - 19:54

Moi … Miguel … C’est mon prénom … Miguel …

Miguel... Il semblait s'attarder sur ce mot tout en pointant son index sur sa poitrine. La jeune femme pu en conclure que c'était son prénom... Miguel... C'était un mot au son très mélodieux... L'homme fit encore quelques mouvements puis pointa son doigt vers elle. Elle fut plus qu'étonnée, presque prête à le menacer de sa dague une fois encore, mais les mots doux de l'étranger lui firent changer d'avis.


Toi ? … Pellirianna ? C’est ça ? C’est ton nom ?


Cette fois ci, la jeune femme ne comprit pas un mot. Mais il semblait vouloir la nommer... Une chose était sur, il ne comprenait pas sa langue ce qui rendait la communication encore plus difficile. Elle réprima un petit sourire. C'était comme un jeu... un jeu où deux enfants devraient faire deviner à l'autre ce qu'il pense.

-Pellirianna … Miguel … Nous deux … Hi-han … Hi-han … Hi-han …

Elle étouffa un petit rire. Ça, au moins, elle le comprenais. Il devait chercher l'animal qui s'était enfuit. Elle pourrait peut être l'aider... Mais le mot Pellirianna retint son attention. Il avait bien articulé ce mot à sa phrase précédente. Un sourire étira ses lèvres et elle secoua négativement la tête. Elle posa sa mains sur son cœur, se désignant elle même par ce geste.

-Non... Lyrianna... Ly-ria-nna... Mon nom est ... Lyrianna...articula-t-elle.

Elle trouva cela quelque peu ridicule mais c'était le seul moyen de lui faire connaître son prénom. Soudain, un fracas retentit et un éclair zébra le ciel. A ce moment là, un homme ainsi qu'un félin sortirent d'entre les épais feuillages. Le visage de la dresseuse se figea de peur alors qu'elle reconnaissait les traits de son souverain.

- Lyrianna ! On rentre. La colère de Dame Nature s'exprime, tu l'entends comme moi.cria-t-il.

Un autre éclair zébra le ciel tendit qu'un vent puissant se levait. Elle se retourna vivement vers son roi et s'inclina prestement. Mais que faisait il ici et qu'avaient-ils fait pour éveiller la colère de leur mère si protectrice et bienveillante? Elle chercha d'abord Namastis du regard et fut prise de panique en voyant qu'elle ne le retrouvait pas.
Elle avait bien sur remarqué que le Fakhar toisait ostensiblement l'inconnu. Mais même si elle ne voulait pas qu'il s'attaque à l'homme, il était avant tout son roi, elle ne pouvait donc pas le lui ordonner. Ces craintes vis à vis de Namastis ce dirigèrent vers la haine que semblait ressentir le souverain à l'égard de Miguel. Pourquoi lui adressait il un regard si haineux? L'étranger n'avait rien de dangereux et ne lui avait fait aucun mal! Son regard croisa celui de Miguel, visiblement apeuré.

-Mon roi, j'entends sa colère mais je suis sure qu'elle n'est pas dirigée contre nous et cet étranger nommé Miguel n'a rien de dangereux.
répliqua-t-elle, peu rassurée par le visage crispé de l'homme aux cheveux flamboyants.

En lui adressant ses paroles, elle contredisait son souverain mais elle n'avait pas le choix. Elle voulait en savoir plus sur ce Miguel et l'aider à retrouver sa monture. Et ce n'était pas Fakhar qui allait l'en empêcher...

_________________

Lyrianna--Arwen
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Sam 26 Mar - 14:55

-Mon roi, j'entends sa colère mais je suis sure qu'elle n'est pas dirigée contre nous et cet étranger nommé Miguel n'a rien de dangereux.

L'impertinence de la jeune femme mit en ébulition le sang du roi. Hamilcar feula nerveusement. Plongeant un instant son regard dans celui de l'homme d'un autre monde, il tendit avec calme et douceur son bras, lui indiquant le chemin pour sortir de la forêt. Il avait pourtant été sur le point de le blesser gravement et envisageait même de l'emmener à la tribu.
Lyrianna avait mis fin à cette pensée. Un sujet devait respecter les ordres du roi et elle désoébissait sans aucune considération... devant un étranger !

- Dresseuse, tu as le choix : tu rentres au village ou tu restes seule dans cette forêt sans droit de retour au village pendant un mois. Je laisse la vie à ... cet étranger.

Il ne s'était pas retourné pour parler à la jeune femme. Sur ces mots, il se tourna brusquement et partit à la course, suivi du tigre. Il récupéra son manteau et retrouva l'étrange bête de l'étranger. Il tenta de lui indiquer la sortie de la forêt.
*Les bêtes s'orientent mieux que nous, il saura où aller sans doute. L'odeur d'Hamilcar aura écarté tout autre prédateur*

Sur ce il retourna à la course au village. L'orage n'était pas des plus violent, mais tous étaient à l'abris des habitations. Le roi, trempé, avait besoin aussi de repos. Hamilcar resta allongé à la porte de la demeure royale.

_________________


Les images utilisées ont été réalisées par Alice Picard.

Angelo Añada . Fakhar Alkahin
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Dim 27 Mar - 9:07

Un mystère de plus ! Alors que Miguel s’attend à terminer son parcours en lambeaux sanguinolents dans les mâchoires du félin, ou bien en brochette de colon au bout du javelot du guerrier roux, ce-dernier tourne soudain les talons et disparaît entre les arbres, emmenant avec lui sa terrifiante bestiole, mais prenant malgré tout le temps d’apostropher une nouvelle fois la brunette, dans ce même charabia incompréhensible.

Soulagé par ce départ inattendu, le jeune peintre retrouve quelques couleurs, se décolle du tronc, et fait deux pas en direction de Lyrianna, alors que les cieux se sont ouverts et qu’il tombe des hallebardes à travers le feuillage. La belle indigène est-elle intervenue en sa faveur ? Est-elle la cause du départ soudain du grand rouquin ? Bonne question, mais Miguel n’en connaîtra jamais la réponse, car les barrières du langage sont des barrières infranchissables. Qu’importe ! Miguel est un incorrigible romantique, et cette version lui plait. Il a décidé que la jeune indigène lui a sauvé la vie, et voilà, il n’en démordra pas. Il incline lentement la tête face à elle, en signe de gratitude, et murmure d’un ton très doux, la main posée sur le cœur …

Merci … Lyrianna … Miguel te dit merci de tout coeur …

Que dire de plus ? Pas grand chose, de toute manière il n’arrivera pas à se faire comprendre davantage. Il se tourne ensuite vers l’enchevêtrement confus d’arbres et de branchages, du côté où son mulet a pris la poudre d’escampette. Quelques traces de pas se sont imprimées dans la terre humide, mais ce sont celles du manitou et de son tigre, et Miguel n’a nullement l’intention de leur emboîter le pas. Après la peur bleue ressentie quelques minutes plus tôt, il ne tient vraiment pas à les revoir une seconde fois. Mais il aimerait toutefois récupérer son bourricot et tous ses bagages, surtout les toiles et la nourriture. Les émotions, ça creuse, c’est bien connu ! Les mains en porte-voix, le jeune artiste se met à hurler …

Cadichon ! Reviens par ici, nom d’un chien ! Tu vas te faire bouffer par les lions ! Reviens tout de suite !

Bon ! Les mulets sont comme les femmes, ils n’en font jamais qu’à leur tête, c’est ainsi depuis toujours, mais le son de sa voix décidera peut-être l’animal à revenir sur ses pas. Et ensuite ? Bah, Miguel a vécu assez d’émotions fortes pour aujourd’hui ! Sans doute va t-il reprendre le chemin du village avant de faire d’autres mauvaises rencontres dans cette forêt ! Finalement, c’est très joli aussi un lever de soleil sur la mer …
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Forban


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Dim 27 Mar - 19:51

- Dresseuse, tu as le choix : tu rentres au village ou tu restes seule dans cette forêt sans droit de retour au village pendant un mois. Je laisse la vie à ... cet étranger.

La jeune femme se mordit les lèvres alors que son souverain partait entre les buissons. Que faire? Aider l'étranger au prix d'être exclu du village? Ou bien le laisser, livré à lui même afin de retrouver ses droits de Naaktis. Le choix était plus que difficile. Pourquoi fallait il faire un choix d'ailleurs? Pourquoi le roi, aussi froid était il, pouvait l'obliger à choisir entre une nouvelle amitié et sa vie habituelle. Cette dernière, elle ne pouvait pas y renoncer. Il y avait son élevage, il y avait ses amis.... mais d'un autre côté, elle rêvait de se lier d'amitié avec Miguel. Et puis, il n'avait pas dit quand elle devait rentrer. Si elle rester que quelques minutes afin d'aider l'homme à retrouver son animal. Elle en profiterait pour retrouver Namastis. ce plan la soulagea un peu. De toute façon, si Fakhar la réprimandait, elle pourrait toujours prétexter qu'elle cherchait son étalon... bien que la dresseuse n'aimait pas mentir. Sure de sa décision, elle se retourna vers Miguel.

-Merci … Lyrianna … Miguel te dit merci de tout coeur …

Lyrianna, Miguel, ces deux nom prononcés sur un ton soulagé et reconnaissant. L'indigène put donc en conclure qu'il la remerciait. Mais, même si elle était heureuse de l'avoir protégé, elle s'était attirée les foudre de son souverain. Elle espérait que ce dernier oubliait son impertinence bien qu'elle ne voyait pas qu'est-ce qui, dans ses propos, aurait pu froisser son roi.

-Cadichon ! Reviens par ici, nom d’un chien ! Tu vas te faire bouffer par les lions ! Reviens tout de suitecria Miguel, tirant Lyrianna de sa réflexion.

Il semblait appeler quelqu'un... Cadichon... Elle se doutait que l'être qu'il cherchait n'était autre que sa monture. Alors ainsi, il s'appelait Cadichon... Elle ésperait qu'ils ne tarderaient pas à le trouver. Sinon, qui sait ce que Fakhar lui aurait infligé comme punition. Le regard remplie d'inquiétude, elle se força néanmoins de sourire. Elle se rapprocha de lui et tenta de lui parler le plus distinctement possible.

-Moi, elle porta sa main sur son cœur, veux bien aider toi, elle posa son autre mains sur le torse de l'homme, à trouver... Cadichon...

Elle espérait que Miguel comprenait le sens de ses paroles. Car ils devaient faire vite si la dresseuse voulait pouvoir retourner au village avant le mois prochain...

_________________

Lyrianna--Arwen
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Lun 28 Mar - 8:52

La belle reste un instant pensive et immobile, après le départ du guerrier à la chevelure flamboyante et du puissant fauve qui lui sert d’escorte. Sans doute est-elle préoccupée par les invectives du manitou ? Sans doute est-elle amenée à prendre une décision difficile ? Miguel imagine un tas de scénarios différents, tous aussi nébuleux les uns que les autres, lorsque soudain, à l’initiative de la jeune fille, l’étrange dialogue reprend, mélange curieux et confus de sourires timides, de paroles incompréhensibles, de gestes gracieux et de mains posées sur le cœur.

Cadichon … articule alors la brunette. Son accent mélodieux est charmant, et Miguel sourit à son tour, d’autant plus qu’il pense bien avoir compris que Lyrianna lui propose son aide pour retrouver ce satané bourricot et son précieux chargement.

Par là … indique le jeune peintre en désignant du doigt une série de palétuviers immenses, aux racines géantes et enchevêtrées, aux troncs recouverts de lianes qui grimpent et s'enroulent de branches en branches pour atteindre les cimes les plus élevées. Accompagné par la belle indigène, Miguel se faufile parmi les branches les plus basses, tout en lançant à nouveau une ribambelle de cris perçants pour rappeler cette fichue bestiole si obstinée.

Tout à coup la végétation s’agite à quelques mètres d’eux, et le museau gris du bourricot, et ses oreilles pointues et poilues, apparaissent entre les feuilles. Il est indemne. Aucun croquemitaine ne s'en est empiffré !

Eh bien te voilà enfin, chenapan ! … grogne Miguel, soulagé par le retour du mulet. Son visage s’illumine. Il a une petite idée derrière la tête. Sans plus attendre, il plonge les mains parmi les vêtements entassés pèle-mêle dans ses baluchons, farfouille quelques instants, et déniche enfin ce qu’il cherche, un minuscule étui de cuir rouge, qu’il a emporté avec lui, ainsi que deux ou trois autres petits cadeaux, en cas de rencontres fortuites durant son voyage. Il l’ouvre en hâte, et en retire un joli collier de perles de fantaisie, roses et violettes, qu’il tend en souriant à Lyrianna.

Pour toi. Cadeau de Miguel pour son amie Lyrianna …

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Forban


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Lun 28 Mar - 19:15

Après lui avoir indiqué le chemin, elle et Miguel partirent à la recherche du mulet. La forêt était si dense qu'ils arrivaient à peine à marcher droit. Les traces de l'animal étaient encore fraîches, ils approchés. Au passage, un oiseaux noir s'envola et surprit la jeune femme. Ils continuèrent leur route pendant quelques minutes puis tombèrent enfin sur la monture. Cette dernière broutait gaiement sans se soucier du monde qui l'entourait.

- Eh bien te voilà enfin, chenapan ! grogna Miguel à la vu de son destrier.

Lyrianna se surprit à sourire. Elle était heureuse que l'animal ainsi que son maître étaient sains et saufs. A l'instant même, elle cru apercevoir un éclair blanc. Namastis c'était pas loin. Soulagée, elle poussa un long soupire puis se retourna pour voir ce que son ami essayait de lui dire.

-Pour toi. Cadeau de Miguel pour son amie Lyrianna …

Il tendait un magnifique collier de perle aux teinte de l'aube naissant. Il était magnifique! Elle ouvrit grand la bouche et posa sa main sur sa poitrine comme pour demander si s'était vraiment pour elle. Devant le visage souriant de l'homme, elle ne put qu'étouffer un cri de joie et prit délicatement le collier qu'elle essaya de passer à son cou. Mais il était trop petit pour sa tête et, derrière, se trouvé un drôle de petit mécanisme. Elle essaya de trouvé comment le système fonctionnait et réussi, à sa grande surprise, à diviser la corde en deux. Mais elle tenta de le refermer après l'avoir enfiler en vain. Décidément, les objets de cet homme étaient différents de ceux qu'utilisaient les Naakti.

_________________

Lyrianna--Arwen
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Mar 29 Mar - 11:24

Ce collier de fantaisie est un cadeau bien modeste, mais Lyrianna semble l’apprécier, et son visage radieux l’atteste. L’œil rieur, Miguel observe les vains efforts de la belle pour le passer à son cou. C’est étonnant comme des choses apparemment si simples peuvent poser des problèmes alors que leurs deux mondes ne sont pourtant pas si distants l’un de l’autre. Mais, visiblement, un petit coup de main ne serait pas superflu. Le jeune homme s’approche encore, tend une main vers le cou gracieux de Lyrianna et reprend délicatement le bijou du bout des doigts.

Attends … Miguel va le faire … N’aie pas peur, je ne le reprends pas …

Il éprouve beaucoup de sympathie pour la jeune indigène, au point d’en oublier parfois qu’elle ne comprend pas le moindre mot de son langage. Se glissant derrière elle, il dégage sa nuque de ses longues boucles brunes, posant sur son épaule sa chevelure d’acajou tombant en cascade. Un petit clic discret, et la parure de perles se referme docilement sur le cou charmant.

Voilà ! Ca y est déjà ! Lyrianna est très belle maintenant …

Miguel fouille à nouveau dans son bric-à-brac, et en sort cette fois une brioche emballée au creux d’une serviette de lin, mais un peu abîmée par les heures de transport à dos de bourricot. Il la coupe en deux part égales, et en tend une moitié à la brunette.

Miam miam … dit-il en souriant et en se frottant le ventre d’une main, davantage pour faire rire Lyrianna que pour lui expliquer ce qu’elle a déjà compris. Miguel se tait alors et mord avec gourmandise dans le gâteau sec.

Autour d’eux, l’immense forêt résonne de bruits diffus, de cris rauques, de plaintes lointaines, de craquements inquiétants, témoignages de toute cette vie disparate et furtive dont Miguel ignore les rudiments les plus élémentaires. Un autre monde sur une même terre. Oui, il apprécie l’instant présent, mais il n’est pas préparé à une telle aventure. Il n’est qu’un modeste artiste, un colon comme tant d’autres, et nullement un explorateur imperméable aux dangers qui peuvent survenir à chaque instant. Il se sent totalement désarmé face à cette nature épaisse et envahissante, peuplée d’animaux féroces et d’autochtones pouvant se montrer extrêmement hostiles comme ce guerrier roux et son tigre. Miguel soupire, car il sait que l’heure de la séparation approche à grandes enjambées, aussi inéluctable que le flux et reflux de la mer, aussi inévitable que la succession des jours et des nuits. Oui, il soupire, car il n’oubliera jamais cette brève rencontre sous la pluie, et, qui sait ?, peut-être bien qu’un jour …

Les traits du jeune artiste se sont assombris. Que peut-il faire d’autre que rejoindre la civilisation ? C’est là-bas qu’il a sa place, qu’il a sa vie, dans son village, dans son atelier, au sein de son propre décor de toiles et de pinceaux. Il doit se faire une raison, il peindra la mer, il peindra les bateaux, il peindra la grosse femme moustachue de son riche voisin qui lui propose une fortune en échange de ses services.

Il plonge son regard devenu triste dans les yeux de Lyrianna. Sans doute comprendra t-elle qu’il ne peut en être autrement. Que la vie décide pour eux. Qu’ils ne sont que des fétus de paille ballottés par les courants. Il lui indique du doigt le sentier escarpé dégringolant vers le monde moderne. Son monde à lui.

Emu.

Miguel va partir. Là-bas. La mer, la ville. Encore merci pour tout, Lyrianna.

Une ombre traverse les prunelles couleur de ciel de Miguel. Il a le sentiment de perdre une amie alors qu’ils se connaissent à peine. Il tend la main et caresse la joue de la mignonne …

Adieu …

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Forban


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Un étranger sur le territoire Naakti [PV] Jeu 31 Mar - 9:27

Fakhar Alkahin, s'en retournait au village, Helin savait qu'il aurait pu tuer cet étranger sur le simple fait d'avoir approché les Naakti et avoir provoqué la colère de Dame Nature... Il avait tenu en garde la dresseuse de chevaux, Lyrianna, sans la regarder mais son message était clair:

- Dresseuse, tu as le choix : tu rentres au village ou tu restes seule dans cette forêt sans droit de retour au village pendant un mois. Je laisse la vie à ... cet étranger.


La jeune femme n'en tenu pas compte malgré tout, elle désobéissait à un ordre de son roi, la sentence pouvait être terrible, mais il lui avait donné le choix et elle seule se trouvait maître de sa décision et de son avenir au sein du village... L'homme à la peau pâle se mit à crier comme pour appeler ou prévenir quelqu'un, allait-il appelé d'autres colons afin qu'ils lui viennent en aide ? Quels étaient ses intentions sur sa présence en ces lieux ?

- Cadichon ! Reviens par ici, nom d’un chien ! Tu vas te faire bouffer par les lions ! Reviens tout de suite !

Lyrianna, touchée par la situation problématique dans laquelle paraissait se trouver l'inconnu, ne put s'empêcher de lui venir en aide...

- Moi, elle porta sa main sur son cœur, veux bien aider toi, elle posa son autre mains sur le torse de l'homme, à trouver... Cadichon...

Helin pour sa part préféra retourna au coeur de la forêt et cueillir des champignons qui n'apparaissaient qu'en présence de la pluie...
Elle se redresse sans se préoccuper des deux personnages fortement pris par leur recherche, de la bestiole qui accompagnée le jeune homme... Elle se déplaçait avec vivacité, évitant les quelques gouttes en se protégeant des grandes feuilles des arbres qui peuplaient les environs... Au centre de la forêt se tenait une minuscule clairière, il fallait être Naakti pour connaître cet endroit, car il se trouvait dissimulé derrière des fourrées et une barrière de ronces, un rideau de lianes empêchait d'apercevoir la lumière, aussi minime soit-elle, qui permettait juste de trouver ce que l'on cherchait quand on savait à quoi cela ressemblait, comme les champignons qui étaient teintés de bruns et de jaune, un pied de 10 centimètres de diamètre et d'une hauteur de 15 à 20 centimètres... Un repas idéal et plein de vitamines pour celui qui n'avait pas eu la chance de rentrer avec une chasse adéquat, ce qui était le cas de la jeune fille... Le lapin de ce matin se marierait à merveille avec sa nouvelle cueillette... Elle déposa les champignons dans son sac et prit le chemin du village afin de se concocter un menu simple mais nourrissant jusqu'à la prochaine chasse... La pluie se faisait de plus en plus menaçante, Lyrianna avait-elle sur-enchérit la colère de Dame Nature ? Helin espérait que son comportement ne fasse pas défaut à la tribu, juste pour avoir aidé un colon, qu'allait-il advenir du village ? Les Naakti savaient que rien ne pouvait contrecarrer les décisions des dieux, et ce que venait de faire la jeune fille pourrait retomber sur le peuple entier... Une chose était certaine, c'est que les jours de sécheresse, qui perduraient depuis des mois venaient de toucher à leur fin avec cette pluie, qui s'en trouvait la bienvenue et attendue depuis bien longtemps maintenant...

_________________

Helin Hyarmen - Redla Drakar
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un étranger sur le territoire Naakti [PV]

Revenir en haut Aller en bas

Un étranger sur le territoire Naakti [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Haiti, bientot un territoire des Etats-unis d'Amerique!
» Les Gardiens du territoire Centaure
» Plus de 80% des cadres haïtiens vivent à l'étranger
» La Bataille du Territoire.
» Territoire de chasse
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fändir :: FÄNDIR :: Territoire des Naakti :: La forêt d'Elawyr-