AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
0

Vol de navire [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Vol de navire [PV] Mer 9 Mar - 16:16

Lauralya venait tout juste de quitter l'Auberge des cinq fibustiers après avoir jasé quelques temps avec deux nouveaux membres de son équipage. Le chacal, bien qu’il était abus de lui-même, ferait son travail comme il le fallait. Cette rousse acrobate serait un atout aussi et si elle avait vraiment du talent concernant les cartes, ce qui restait à voir, elle apprécierait son aide. Quoi qu’il en soit, elle suivit la route jusqu’au port, rencontrant certains hommes au visage marqué, d’autres qui n’avaient qu’une seule jambe, rien de plus normal dans ce racoin de la ville. Arrivée au port, elle jeta un regard confiant au navire qui était amarré. Le Némésis. Cette magnifique frégate qui serait bientôt sienne. Quelques soldats habillés d’un uniforme gouvernemental gardaient le navire à terre sans même broncher. Rien n’aurait pu les faire déguerpir, si ce n’était de l’ordre de leur chef. Il y avait bien sûr des hommes à bord qui guettaient fièrement le paquebot.

Laura détourna le regard et se rendit plus loin, où quelques uns de ses hommes –les plus importants-, l’attendaient. Le plus grand avait un tatouage qui partait du côté de son visage et qui descendait jusque sur son bras gauche. Il avait également une cicatrice sur le visage et sur son cou. Il se nommait Reddhor et c’était lui qui avait rassemblé les troupes. Aucun cheveux, quelques dents en moins, des vêtements sales et troués, bref, le portrait tout craché d’un pirate.

« Capitaine. » Dit-il en balayant les deux autres du regard.

« Bonsoir Reddhor. Je te présente Evariste, mon nouveau bras droit, et Athéna, notre nouvelle quartier maître (si c’est ce poste qui tu veux?) »

Le grand ne bougea pas et se croisa les bras. Il n’aimait pas vraiment les nouveaux même s’il savait que l’équipage en avait besoin. Lauralya prit donc la parole.

« Voici donc le plan. Trouve tes meilleurs tireurs de loin afin que l’on puisse attaquer à distance pour la première vague. Athéna dirigera cette attaque et comme elle a repéré un endroit propice dans l’entrepôt, cela nous sera utile. Dès que la première ligne de défense sera détruite, nous pourrons entrer en force directement sur le navire avec une deuxième équipe. Je sais qu’Evariste voulait mener l’attaque, ce qui ne me pose aucun problème. Ils se cacheront tout près du Némésis pour éviter la perte de temps. Aussitôt que l’attaque à distance sera terminée, je veux tous mes hommes en renfort sur le navire et le plus rapidement possible. Donc Athéna, si tu connais bien l’entrepôt cela pourra être utile afin de prendre le chemin le plus rapide. La troisième équipe, c’est-à-dire la mienne, s’occupera de lever l’ancre dès que tous seront à bord. Nous ne seront que quelques uns. En fait, nous allons être sur le navire en même temps qu’Evariste et son équipe le prendrons d’assaut, mais aussitôt nous allons nous occuper de remettre ce rafiot en mer. On a pas besoin que des renforts du gouvernement viennent nous prendre par surprise, n’est-ce pas. Je ne veux AUCUN prisonniers. Débarrassez-moi de cette pourriture! Avez-vous des questions ou objections? Sinon, au travail!»

Un plan quand même simple, mais qui serait efficace. S'il y avait des problèmes rendu là, ils se débrouilleraient. Après tout, les pirates qu'elle avait recruter étaient habitués de ce genre de magouilles.

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Vol de navire [PV] Jeu 10 Mar - 19:19

Lorsque Lauralya les amena à sa bande de pirates, elle se désintéressa de son discours pour détailler ceux qui deviendraient ses matelots.
Il étaient silencieux, ce qui prouvaient qu'il avait déjà une once de bon sens. C'était une vérification toute bête, mais la bande de sauvage qui hurle avant de passer à l'attaque est toujours inexpérimentée. Des soldats silencieux avaient déjà commis ce genre d'erreur ou avaient vu d'autres la commettre et avaient su en tirer une leçon.
Le deuxième signe était assez clair à voir : leurs armes n'avaient pas l'éclat reluisant des dagues fraichement achetées et étaient bien dissimulées. Les pirates qui exhibaient leurs armes scintillantes ne faisaient à vrai dire pas long feu : ce n'est pas difficile pour une main experte de saisir un pistolet dans la ceinture, même les enfants des rues y parvenaient !
Un léger sourire étira ses lèvres. Lauralya ne leur avait pas trouvé des manchots...

... pas besoin que des renforts du gouvernement viennent nous prendre par surprise, n’est-ce pas. Je ne veux AUCUN prisonniers. Débarrassez-moi de cette pourriture! Avez-vous des questions ou objections? Sinon, au travail!

Athéna hocha la tête, jeta un coup d'oeil sur le Némésis que l'on apercevait encore et s'avança d'un pas, prenant l'expression d'autorité tranquille de coutume.

Tous ceux qui savent manier une arme à distance viennent avec moi. Je vous préviens, notre rôle se limite tout d'abord à éliminer les gardes présents sur le pont discrètement ! Il nous faudra les abattre sans leur laisser le temps de donner l'alerte. Le moindre cri mettrait en danger la seconde vague alors je n'accepterais pas les bras cassés qui croient fuir le combat. Nous rejoindront ensuite le navire, mais il faudra être rapides.

Elle attendit que l'homme auquel la capitaine s'était adressé lui désigne deux dizaines de ses hommes puis d'un signe de la tête, s'avança tranquillement vers l'entrepôt, lâchant un dernier commentaire à l'intention de Lauralya.

Préviens moi lorsque tu seras prête. Un petit éclate de lumière discret suffira je pense, on le verra bien de là haut.

Puis, sans autre commentaire, elle entrouvrit la porte rouillée sans un grincement et se coula dans l'obscurité, disparaissant à leurs regards.

Deux salles, pleines de marchandises à décharger. puis un escalier. Si on redescend sur le couloir de gauche, on tombera sur la porte bloquée. Ils devraient pouvoir l'enfoncer, et ça nous évitera de faire le détour par le grand hall. Il nous faudra passer par le petit couloir où les trois brutes m'ont coincé, puis remonter par l'échelle jusqu'au toit. J'ai remarqué les parapets, ils devraient suffire à nous protéger des regards assez longtemps...
Il ne reste plus qu'à espérer qu'ils savent effectivement tirer et qu'Evariste soit aussi efficace qu'il s'en vante...


Elle longea quelques couloirs, se servant de sa mémoire prodigieuse pour se repérer, puis fini par trouver la porte bloquée. les hommes sous son commandement l'observèrent, narquois.

- Et on fait quoi maintenant?
- Vous l'enfoncez. Avec le moins de bruit possible.


Elle avait parlé d'un ton mordant qui coupa l'envie aux autres de se moquer. Son regard jaune, ses oreilles en pointe et les ongles noirs jouaient leur rôle. La curiosité et l'imagination des pirates étaient la meilleure arme dont l'on puisse rêver pour les commander. Inutile de faire preuve de violence ou de force, un regard bien choisi suffisait généralement à instiller le doute dans l'esprit des malabars de ce genre...
Après tout la Cap'taine n'aurait pas engagé une fille aussi frêle comme quartier maitre si elle avait été normale hein?

Ils avancèrent encore une dizaine de minutes avant qu'elle ne retrouve la salle où ils avaient tenté de la coincer. Un cadavre gisait à terre mais les deux autres étaient partit. La compassion n'avait pas toujours cours entre pirates...
Elle lui jeta un regard indifférent puis repéra, dans l'ombre, l'échelle qui menait vers le toit. Elle se tourna vers les pirates derrière elle et les apostropha calmement.

Une fois en haut, on sera protégé des regards par les parapets mais ils n'ont pas l'air vraiment plus haut que la taille d'un homme. Il faudra avancer penchés jusqu'au point de tir et ne se lever qu'au dernier moment, sinon les gardes donneront l'alerte. La lune est derrière nous, on risque de se découper dans la lumière, alors prenez vos armes et gardez les à la main.

Joignant le geste à la parole, elle ouvrit le sac qu'elle se trimbalait depuis le matin et en sortit trois morceaux de bois courbés qui, une fois assemblés, se révélèrent être un arc court, ramassé sur lui même. Elle le glissa dans son dos, bien qu'un peu gêné par la corde, et s'accrocha à l'échelle...
Et s'éleva.
Tous ceux qui l'avaient déjà vu grimper dans les cordages s'entendaient à dire que c'était un spectacle assez rare. On avait l'impression qu'elle y mettait la même nonchalance que si elle marchait dans la rue. Après une vie entière passée à bord d'un bateau, la largeur du sol sur lequel elle marchait ne semblait plus vraiment l'affecter. Il suffisait de voir la manière dont elle se déplaçait sur les mâts par grand vent...

En une poignée de seconde, elle fut en haut, se glissant sur le toit avec un coup d'oeil soulagé. Il n'y avait pas de gardes.
Elle s'éloigna, courbée en deux, et s'accroupit au niveau le plus proche du bateau, cherchant à localiser les gardes.
Il y en avait 18, en comptant les deux, à terre, qui partageaient une cigarette. Soit à peine moins que le nombre de tireur, ce qui excluait l'erreur.
Avec un soupir à peine perceptible, elle tourna son regard vers l'ombre indistincte qu'elle savait être ses compagnons et attendis.

_________________
Signature trop encombrante
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Forban


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Vol de navire [PV] Ven 11 Mar - 9:28

Une lune rousse et pleine est apparue, éclaboussant la mer de milliers d’étincelles d’argent et d’or. Tout est tranquille. Les vaguelettes à la tendre crête d’écume blanche viennent terminer leur course contre la coque du Némésis, dans un chuchotis régulier, et la frégate tangue doucement, amarrée à l’embarcadère principal.

Les gardes déambulent sur le pont, sous les lanternes accrochées aux mâts et aux filins, qui les éclairent de leurs halos jaunes ou orangés. Les circonstances sont favorables, les marins à bord seront des cibles parfaites pour les archers d’Athéna, qui sont sans doute déjà en place, sur les toits qui surplombent les quais déserts. Les sentinelles discutent et rient, rassemblés par petits groupes, joyeux et sans méfiance. Ils remplissent ce rôle depuis tant de mois que leur vigilance s’est amoindrie. L’habitude émousse l’ardeur, c’est bien connu. Leurs éclats de voix sont la seule musique berçant le soir.

A quelques dizaines de mètres du bateau, des ombres discrètes se glissent dans les ténèbres naissantes, longeant les murailles des entrepôts et des hangars. Lauralya et Evariste sont à leur tête, armés jusqu’aux dents. Le Chacal serre dans sa dextre la poignée d’un cimeterre oriental au tranchant luisant et acéré, capable de couper un cheveu en deux, dans le sens de la longueur. Bellamy adore cette arme redoutable. Un cimeterre pour moi, le cimetière pour les autres … murmure t-il à Lauralya en esquissant un sourire féroce.

Parvenue à l’angle du mur le plus proche du Némésis, la colonne silencieuse s’immobilise. Une trentaine de paires d’yeux décortiquent la disposition exacte des lieux. Deux passerelles de bois, séparées seulement de quelques toises, enjambent l’espace réduit entre l’appontement et la frégate, surveillées chacune par deux ou trois cerbères en uniforme. L’un d’entre eux fume sa dernière pipe, et l’ignore encore. Si les flèches des tireurs ne les éliminent pas tous, ce seront là les premiers guignols à zigouiller pour monter à bord. Le Chacal se retourne vers ses complices, et, par gestes précis, donne les dernières consignes. La passerelle de droite pour lui et la moitié de la bande, celle de gauche pour Lauralya, Reddhor et le reste de l’équipe. Et pas de quartier ! Il ne faudra laisser aucun témoin de l’attaque !

Le Chacal se penche vers sa capitaine, et lui adresse un clin d’œil qui se veut rassurant, même si la belle ne semble pas particulièrement inquiète. Elle paraît en avoir dans la culotte, la p’tite bonne femme, si vous me permettez cette expression. Bien ! Dans quelques instants Evariste va enfin savoir s’il a eu raison de lier son sort à celui de Lauralya.

Les archers doivent être en place, maintenant. Je te laisse donner le signal de l’abordage, mon capitaine … A toi l’honneur, et à nous les voyages …
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Vol de navire [PV] Ven 11 Mar - 15:11

Tout était prêt. Elle savait où elle allait poser ses moindres pas, elle avait prévu ses moindres gestes telle une danse synchronisée répétée des centaines de fois. Il n’était pas question qu’ils échouent ce coup. Il fallait relancer en mer tous ces pirates qui avaient perdues leur navire et leur capitaine. Quel dommage… Mais pas pour Lauralya. Elle les connaissait bien, ils sauraient faire le travail à merveille sans trop poser de questions. Le capitaine observa le rafiot et ses gardes avec un calme absolu.

Les archers doivent être en place, maintenant. Je te laisse donner le signal de l’abordage, mon capitaine … A toi l’honneur, et à nous les voyages …

Ils ne pouvaient plus reculer en arrière et dans une heure, voire quelques minutes, ils connaîtraient leur destin. Soit ils repartaient avec un des navires les plus important du gouvernement, soit certains se faisaient emprisonner pendant que d’autres s’évadaient, n’oubliant pas ceux qui trouveraient la mort. Certes, elle préférait de loin la première option et décida de ne même pas réfléchir à la deuxième. Elle envoya un signal lumineux à Athéna. Seuls ceux attentifs auraient pu le remarquer, histoire d’éviter l’attention de ces gardes qui de toute façon s’afféraient à papoter tranquillement. Si leur patron voyait ça…. Plusieurs retourneraient cirer le pont avant d’avoir l’honneur du titre de garde.

Dès que les archers eurent liquidés les hommes sur le pont et à l’avant du navire, la deuxième équipe entra en jeu, suivit de la troisième.

« À toi l’honneur, mon cher Evariste » Dit-elle avec un sourire satisfait.

Laura suivit de près son nouveau bras droit d’une vitesse assez impressionnante. Le temps était compter, chaque seconde pouvait jouer sur leur sort. Une fois sur le pont, elle ordonna à deux pirates de s’occuper des voiles afin qu’elles soient prêtes pour lever l’ancre. Elle leur donna un coup de main pendant Reddhor quant à lui s’empressa de retirer l’ancre. Avec ses gros bras, cette tâche ne semblait même pas lui peser.

_________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Vol de navire [PV] Mer 16 Mar - 17:49

Une fois en place, Athéna jeta un coup d'oeil aux alentours avant d'hocher la tête. Lauralya ne leur avait pas filé des incapables ! Déjà les tireurs se mettaient en positions, calmes. Cette discipline lui arracha un sourire satisfait alors qu'elle s'accroupissait, ouvrant son sac pour en tirer une dizaine de flèches liées avec un bout de ficelle. En quittant son navire d'adoption, elle n'avait pas souhaité emporter tout ce qu'elle possédait, consciente de l'impossibilité de la chose. Elle avait participé à trop de combats pour ne pas avoir récupéré quelques marchandises - vêtements de nobles qui lui permettaient de passer pour une jeune fille bien née de passage avant les enlèvements, bijoux parfois pompeux, parfois d'une simplicité exquise, ou autres - trop encombrantes ou inutiles pour qu'elle ne prenne la peine de les emmener avec elle.

Elle encocha la flèche en silence, pinçant entre ses dents une flèche de secours ou cas où l'un des gardes leur échapperait - elle se savait assez agile pour encocher deux flèches et faire mouche avant que l'alerte ne soit donné.
Un dernier coup d'œil aux environs, vérifiant que les autres archers étaient bien préparés. Près d'elle se trouvait un mousse plus jeune, qui avait à la main un couteau de lancer. Il observait le navire avec un mélange de peur et de détermination. Sa main ne tremblait pas sur l'arme, ce qui était plutôt bon signe.
Elle allait l'interpeller, ironique, lorsqu'elle perçut du coin de l'oeil un éclat de lumière provenant de la ruelle qu'ils venaient de quitter. Aussitôt elle se redressa, tendit l'arc devant elle, de profil, visa l'espace d'une fraction de seconde...
Sa flèche fendit l'air, suivie d'une vingtaine d'autres qui se fichèrent avec une précision glaçante dans leur cible. Les gardes s'effondrèrent sans un bruit.

Sans perdre une minute, Athéna bondit en arrière, dénichant une corde dans les caisses de bois qui couvraient l'entrepôt. Comprenant ce qu'elle voulait faire, le marin à côté d'elle dégagea un des créneaux des murs, lui permettant de nouer la corde en quelques gestes rapides au parapet...
Avant de se lancer dans le vide.

J'ai déjà souvent précisé le talent d'Athéna concernant les acrobaties, mais la vitesse à laquelle elle descendit - plus une chute contrôlée qu'une descente à vrai dire - illustre bien mes précisions. En moins d'une poignée de secondes, elle fut au sol. Un large sourire aux lèvres, elle grimpa sur la passerelle, et salua Lauralya qui donnait un coup de main pour le départ. En quelques foulées, elle la rejoignit, un sourire aux lèvres.

Je monte déployer les voiles ! Nous seront bientôt sortis du port !

Son sourire en disait long. Elle gagna l'échelle de cordage et se hissa dessus d'un mouvement souple, rejoignant les mâts sans grande difficulté. Elle avait l'impression de ne plus avoir vraiment navigué sur un navire digne de ce nom depuis plus d'un mois. A quelques jours près, c'était d'ailleurs la réalité...
Une fois en haut, détacher les voiles étaient un jeu d'enfant. Aidée des autres archers qui s'étaient répartis entre le "nettoyage" des cales et la manœuvre, elle parvint rapidement à libérer les voiles qui claquèrent dans le silence du port.
Avec un sourire, elle se leva, fermant les yeux pour mieux sentir la caresse de l'air du large sur son visage...
Bientôt, elle serait de nouveau libre.

_________________
Signature trop encombrante
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Forban


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Vol de navire [PV] Mer 16 Mar - 19:02

Et c’est l’hallali ! Le Chacal et ses complices jaillissent de leur cachette dans l’ombre des baraquements ! Leurs cris de guerre et les arabesques que leurs lames décrivent dans le soir succèdent à l’orage de mort déclenché par Athéna. Les archers de la rouquine ont magistralement nettoyé le pont, avec une précision diabolique, et la plupart des sentinelles n’ont même pas vu s’abattre sur eux la salve inattendue, l’ondée mortelle. Impitoyable, la grande faucheuse les a balayés par surprise, réquisitionnant son quota d’âmes impures.

Et la meute sauvage se précipite sur les talons du Chacal, franchissant les passerelles en deux bonds. Aussitôt le carnage continue. Parmi les cadavres amoncelés, quelques gardes grièvement blessés gémissent et se tordent encore, le corps et les membres criblés de flèches. Pantins dérisoires et agonisants. Pelotes d’épingles humaines. Leur fin sera brève. Les consignes sont appliquées à la lettre. La mort pour tous les adversaires. Et les lames brandies par la horde de pirates taillent dans la chair, sans laisser la moindre chance à l’ennemi. En quelques instants, leurs gorges tranchées d’un coup sec se mettent à vomir des giclées de sang qui se répandent sur le pont de bois rugueux comme une mer écarlate.

Quelques silhouettes supplémentaires apparaissent soudain ! Attirés par les rugissements féroces des assaillants et les gémissements des blessés, une demi-douzaine de vigies ont quitté leurs couchettes et surgissent de l’abri des coursives. Leur résistance n’est qu’un feu de paille, ils sont rapidement submergés et taillés en pièces par la meute hurlante et implacable. A la tête de sa troupe, le Chacal se régale. Il se sent puissant. Il se sent invulnérable. L’épilogue est proche ! Satisfait, il repousse du pied un cadavre qui lui barre le passage et sa voix tonne dans le soir, tandis que les archers de la rouquine les rejoignent pour participer au dénouement final.

Tous avec moi ! Il doit rester quelques uns de ces rats puants dans la cale et dans les soutes ! En avant ! Et pas de quartier !

Une lanterne à la main, Evariste descend les escaliers quatre à quatre, fouillant des yeux la soupente obscure qui se prolonge devant lui. Deux ou trois marins du Némésis tentent de détaler comme des lapins, mais ils sont coincés dans les entrailles du bateau. Aucune fuite n’est possible. Quelques coups de cimeterre plus tard, les derniers défenseurs de la frégate gisent au sol, dans une mare de sang. Soudain, à sa grande surprise, le Chacal ressent alors une douleur aiguë qui lui vrille la hanche. Dans l’effervescence du combat, il ne s’était pas aperçu que deux longues estafilades lui zèbrent le côté gauche, sous sa chemise en lambeaux. Bellamy serre les dents. Ces entailles ne sont pas les premières, ni les dernières, sans doute ! Elles lui paraissent superficielles, et pas question de se plaindre ! Pas question de montrer à quiconque que la blessure est cuisante ! Mais la tête lui tourne, il a besoin d’air !

S’accrochant d’une main à la rampe, il gravit péniblement l’escalier pour rejoindre le pont supérieur et y respirer le vent du large. Parvenu à la proue de la frégate, il presse sur ses plaies le tissu imbibé de sang et abandonne à la brise du soir son visage grimaçant et en sueur.

Déjà, Athéna a déployé les voiles et Lauralya a donné le signal du départ. L’opération a été un succès remarquable, tout serait parfait s’il n’y avait cette satanée blessure qu’il tente de dissimuler aux yeux des deux jeunes femmes. Sans doute arrivera t-il à se soigner tout seul lorsque la frégate sera au large et que le sang ne coulera plus le long de sa hanche.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vol de navire [PV]

Revenir en haut Aller en bas

Vol de navire [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Quand le bâteau coule, les rats quittent le navire!!!!
» «Il était un petit navire, qui n'avait ja, ja, jamais navigué» Adeline A. Romanov [terminé]
» [FB 1623] Acheter un navire ou berner un espion?
» il était un petit navire qui n'avait ja-ja-jamais navigué, ohé ohé.
» Demande de prix d'un navire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fändir :: L'ÎLE YBELLA :: Wecia :: Le port-