AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
0

Vérité dissimulée [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Vérité dissimulée [PV] Ven 19 Aoû - 21:16

En venant se blottir contre Miguel pour chercher un peu de réconfort, Elyse ne s'attendait vraiment pas à ce qu'il réagisse ainsi. Et elle, elle ne s'attendait pas à réagir ainsi, non plus ! Ses baisers doux et délicats lui brouillent l'esprit, emballent son coeur, et une drôle de boule lui noue la gorge ... Mais pas le temps de dire quoique ce soit, pas le temps de plonger dans les yeux turquoise, pour essayer de lire en eux, non Miguel se déclare et s'enfuit, ou plutôt lui tourne le dos.

- Attends, Miguel, qu'est-ce-que tu fais ? l'interroge-t-elle tout bas, tu ne peux pas me lancer un truc pareil à la figure pour ensuite te dérober ... Tu ne perds rien pour attendre ...

Elle se tait, et tente maladroitement de participer à la tentative désespérée du barbouilleur, pour les libérer. Elle comprime ses mains, l'une contre l'autre, pour que les doigts agiles du jeune homme, se faufilent dans les noeuds que les malfrats ont serrés fort. Mais leurs efforts désordonnés finissent par porter leurs fruits, les mains, puis les avant-bras de la jeune femme sont délivrés, lui permettant de s'attaquer aux cordes emprisonnant son compagnon d'infortune.

Ils terminent rapidement de se débarrasser de leurs entraves, dans un silence lourd de non-dits. Elyse meurt d'envie de parler mais la présence de Paco, dehors, l'en empêche. Il va pourtant bien falloir qu'ils s'en préoccupent s'ils veulent sortir de la vieille maison. A pas de loup, Elyse s'approche de la fenêtre pour essayer d'apercevoir le pirate, mais elle ne le voit pas de ce côté de la masure. Miguel se dirige vers la porte, quand posant sa main sur son bras, elle l'arrête. Elle vient tout près de lui, et lui murmure à l'oreille:

- Ne nous précipitons pas, si nous sortons, il va nous cueillir comme des fruits bien mûrs ... Attendons encore un peu et réfléchissons ...

Elyse parcourt la pièce du regard, à la recherche d'une arme potentielle, elle repère une des chaises bancales qui entourent la table délabrée. Elle tire, par le bras, le peintre, vers le centre de la pièce, hors de vue de la porte. Profitant de l'instant de répit, à l'abri des regards, du brigand, elle lui fait face, et plonge enfin ses yeux émeraude dans les prunelles azur. Les regards s'affrontent, se soudent, se jaugent, elle lève lentement sa main vers son visage, et repousse une mèche de cheveux ébène qui barrait son front, son oeil, la coince derrière son oreille. Elle caresse du bout des doigts sa joue râpeuse, prend appui des deux mains sur ses épaules, se hisse jusqu'à ses lèvres et dépose un baiser léger au coin de sa bouche, close pour une fois ...

- Pour te donner du courage, lui chuchote-t-elle, tout près de ses lèvres, comme pour se justifier, mais en sortant d'ici, il va falloir qu'on discute, toi et moi. Pour l'instant, occupons-nous de notre vilain, qui est dehors. Espérons qu'il sera assez aviné, pour nous faciliter la tâche. On essaie de l'attirer dans la maison et on l'assomme ? L'une des chaises devrait être assez solide, pour l'étendre pour un moment ? Qu'est-ce-que tu en penses ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Vérité dissimulée [PV] Dim 21 Aoû - 8:11


Ce baiser, au bord de ses lèvres, est un déclic. C’est une cloche qui tintinnabule au fond de lui, et qui l’aiguillonne, qui met un terme à des années d’indolence, de je-m’en-foutisme et de passivité. A présent, en dépit de ses moyens limités, le barbouilleur est prêt à mordre. L’échalas se mue en fauve. Bon, pas un lion, mais au moins un chat sauvage. Il se sent investi de responsabilités nouvelles. Le voilà chevalier de la table ronde dans son armure étincelante, le voilà flibustier dirigeant un abordage et semant la panique, le voilà défenseur des faibles et des abandonnés, et plus particulièrement de l’une d’entre eux.

A vrai dire, Miguel goûterait volontiers une seconde fois aux lèvres d’Elyse, afin de vérifier qu’il a bien compris le message, qu’il s’agit là d’une promesse, mais la puce vient d’élaborer une stratégie pour se débarrasser au plus vite du diplodocus qui leur sert de cerbère. Action !

Mouais, après une ultime vérification par la fenêtre, quand-même. Fini de faire n’importe quoi ! Bien ! Le gros pignouf est en grande conversation avec sa bouteille de pinard. Il fait corps avec le goulot. L’affreux a les joues rubicondes, l’œil pâteux et trouble. Rassasié pour quelques instants, il se remet à siffloter mais le résultat est risible. N’est pas rossignol qui veut. Pas de doute, en un mot comme en cent, le mammouth est rond comme une queue de pelle ! Les chances des deux demi-portions captifs de l’adipeux augmentent en flèche, et le plan de la belle Elyse est adopté à l’unanimité des gringalets.

Ils se blottissent tous les deux derrière la porte entrouverte, armés chacun d’une chaise en bois. Bon, c’est pas un gourdin, mais à défaut de grive …

- T’es prête, la puce ? Tape fort hein ! On crie ?

La belle hoche la tête de haut en bas. C’est parti mon kiki !

- A l’ai-ai-aide ! Au secou-ou-ours ! Venez vi-i-i-i-te !

Le gorille s’est redressé, surpris, dérangé dans sa dégustation, étouffant de colère, et il titube tant bien que mal vers l’entrée de la cabane, à la vitesse d’un escargot asthmatique. Et vlan ! Le comité d’accueil se montre généreux ! Toute leur frustration s’exprime dans ce piège ! Les chaises s’abattent et se brisent sur l’échine du brigand, qui s’écroule pour le compte. Sylphide et barbouilleur : 1 – Paco : 0 !

- Bien joué la puce ! Vite, mettons les voiles avant que les deux autres pachydermes ne reviennent !

Ils empoignent leur baluchon et détalent comme des lièvres poursuivis par la meute. Ce qui les éloigne du danger mais les rapproche de l’explication réclamée par Elyse. Main dans la main, ils quittent le sentier afin d’éviter toute mauvaise rencontre, et ils interrompent enfin leur course à l’orée du bois, à l’abri d’une haie. Miguel n’a plus un poil de sec, il n’a plus une seule once de salive dans la gorge. C’est le moment tant craint. Va falloir qu’il vide son sac et il n’est plus sûr de rien, à nouveau. Prudemment, il laisse la parole à Elyse, se contentant de la dévisager tout en lui tenant la main et en s’adossant au tronc d’un saule-pleureur. Pourvu que ce ne soit pas un mauvais présage …
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Vérité dissimulée [PV] Mar 23 Aoû - 21:20

Aussitôt dit, aussitôt fait, les deux prisonniers empoignent chacun une chaise et se postent de chaque côté de la porte. Ameuté par leurs cris, Paco, qui n'en était manifestement pas à sa première bouteille, rapplique, avec une démarche chancelante, hésitante. Il titube mais finit par trouver la force d'entrer dans la vieille maison, en vociférant des insultes et en les vouant aux gémonies. Deux chaises, qui avaient connu de meilleurs jours viennent agoniser, se fracassant sur sa tête et son dos, l'envoyant au pays des rêves pour un bon moment.

Les deux jeunes gens décampent à toute vitesse, coupant à travers bois, sans demander leur reste. Ils courent jusqu'à ce qu'ils arrivent à lisière de la forêt. Hors d'haleine, ils s'arrêtent à l'abri d'un taillis, Elyse tient toujours la main de Miguel, qu'elle n'a pas lâchée depuis qu'ils ont quitté la cabane. Elle lève les yeux vers lui et le contemple sans un mot. Le beau discours qu'elle avait préparé, qu'elle comptait lui débiter, meurt dans sa gorge qui palpite encore après leur course.

Amis, comment pourront-ils rester amis, après les aveux de Miguel ? Amants, aura-t-elle le courage, la folie de franchir le pas ? Le round d'observation se poursuit, les prunelles vertes réfléchissent, s'assombrissent, se noient dans les yeux d'azur. L'assurance et la joie de vivre qui s'épanouissaient en elle ces dernières heures, se sont effritées, démolies par leur détention. Comment lui dire ? Lui dire qu'elle a peur, qu'elle est troublée, chamboulée par son doux regard posé sur elle, qu'elle a envie d'embrasser de nouveau ses lèvres mais qu'elle craint la suite, l'avenir ... Elle prend son courage à deux mains et se lance, confusément.

- Merci de ton aide, Miguel ! Tu nous as sorti d'un sacré pétrin ! Il n'est plus question que tu me paies pour la balade ... Je ... Je t'ai fait perdre le reste de ton escarcelle ... Je suis désolée, je ... Si je peux faire quelque chose pour t'aider à te renflouer, ce sera avec plaisir ...

Elle s'arrête là, ce n'est pas la peine ... Aucune des phrases qu'elle voulait prononcées, n'a franchi ses lèvres ... Elle cherche ses mots, ne sait même plus ce qu'elle veut vraiment. Son coeur bat la chamade, d'avoir couru, mais aussi à cause de ces sentiments qui le bousculent. Tout à l'heure dans la masure délabrée, elle ne voulait pas qu'il précipite les choses, leur amitié naturellement aurait évolué vers des sentiments plus profonds. Mais à présent, au moment de lui dire, elle n'en a pas la force, tout ce qu'elle veut, c'est se réfugier dans ses bras, et ne plus penser à la mort qu'ils ont frôlée ... Ne plus penser à rien ... Rien d'autre que sentir leurs corps blottis l'un contre l'autre ... Sentir la vie ...

Alors timidement, sans ajouter un mot, elle préfère aux belles paroles, le langage du corps : elle avance vers le barbouilleur qui n'a pas bougé, adossé à son arbre, elle s'avance vers lui qui, pour une fois, se tait, et vient poser sa tête sur sa poitrine, glissant ses bras dans son dos, elle se blottit contre lui.

- Ne dis rien, garde-moi juste serrée contre toi ... S'il te plaît ! murmure-t-elle, dans un souffle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Vérité dissimulée [PV] Sam 27 Aoû - 9:39

Mais ... mais ... elle nous cause de quoi là, la sylphide ? Renflouer son escarcelle ? C'est quoi ce délire ? Aurait-elle pris aussi un coup de chaise sur son crâne charmant ? De qui se moque t-on ici ? Miguel lui parle d'amour, et la voilà qui lui parle d'écus ! Elle sait pourtant que le barbouilleur se fiche royalement de ces quelques sous abandonnés aux trois rustres ! Ce n'est pas la fin du monde ! L'idée de les récupérer l'a bien effleuré un instant, mais c'était bien trop dangereux ! Et Miguel se contrefiche de ces écus tout autant que de ses premiers gribouillis maladroits sur une toile ! Tout autant que de ses premières serpillières tâchées de constellations de couleurs vives ! Ce qu'il veut, c'est que la belle Elyse réagisse à ses propos, aux aveux laborieux qu'il n'a pu retenir lorsqu'ils étaient à la merci du trio mammouth. Il veut que la situation soit claire entre eux. Il veut savoir s'ils ont un avenir en commun. Et pas comme amis, non et non, ça c'est largement au-delà de ses forces !

Bon sang de bonsoir ! Ah la la les donzelles ! Le barbouilleur en a connu pourtant une belle brochette, mais c'est toujours mystère et compagnie ! En attendant, une puce muette ça ne lui facilite pas la tâche ! Déjà qu'il a eu du mal à terminer ses phrases dans la bicoque où ils étaient captifs, et qu'il s'est empressé d'aborder un autre sujet pour dissiper son malaise ! Et voilà, tout ça pour des prunes ! Tout est à recommencer ! Comment va t-il pouvoir présenter la chose sans s'emmêler les pinceaux, ce qui serait le comble pour un peintre, non ?

Mais quand la belle vient s'échouer dans le creux de ses bras, tout s'éclaire. Ne rien dire, lui demande t-elle ! Fichtre ! Désolé ! C'est impossible ça ! Revoici les mots qui renaissent au fond de lui et s'envolent comme une nuée de papillons ! Revoici un coeur qui s'ouvre pour libérer tout ce qu'il contient ! Miguel prend entre ses mains le visage de sa fleur fragile, blottie contre lui. Il pose les doigts sur ses pommes d'api, l'immobilise face à lui, et plonge dans l'océan doré de ses prunelles. Voyage dans les eaux profondes. Et si c'est un naufrage, que ce soit là, maintenant, tout de suite ! Demain n'apportera rien de plus ! Demain il sera toujours ce barbouilleur amoureux, parfois impulsif et déraisonnable, parfois hésitant, régulièrement à côté de ses bottes et la tête dans les nuages, mais il est ainsi fait, il ne peut changer du tout au tout !

- Ecoute moi mon Elyse ... N'imagine surtout pas que les mots que j'ai murmurés à ton oreille lorsque nous étions captifs aient été dictés par l'angoisse de ne pas nous en tirer vivants ! Je ne les ai pas prononcés dans un accès de désespoir, ni sous le coup de l'émotion Je les pense réellement ! Je t'ai menti, je te le concède volontiers, j'ai eu quelques conquêtes faciles à cause de mon métier. Un artiste, ça fait battre le coeur des jouvencelles romantiques. Mais je n'ai jamais considéré ces brèves rencontres avec des filles à papa comme des aventures sérieuses. A présent que tu es entrée dans ma vie, j'ai compris le sens des mots amour, attirance, éternité. Miguel au coeur d'artichaut est mort dans cette forêt. Je t'aime plus que tout au monde ! Je te conjure de me croire. Donne-moi une chance de te le prouver, je t'en prie ...

Se pencher sur elle pour lui voler un nouveau baiser ? Non ! Elyse vaut infiniment plus qu'un baiser dérobé sous le coup de l'émotion. Miguel ne profitera pas des circonstances. Un Miguel tout neuf vient de naître. Et si Elyse cherche simplement à se rassurer en se pelotonnant dans ses bras, il n'abandonnera pas pour autant. Muet, immobile, il poursuit son apnée au fond des prunelles dorées. Attendant le verdict.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Vérité dissimulée [PV] Lun 29 Aoû - 17:22

Dans les bras de Miguel, Elyse prend conscience que, quelle que soit la discussion qu'elle avait planifiée, dans la vieille cabane, son idée est complètement obsolète. Aucun des arguments qu'elle avait préparés, ne peut résister au raz de marée des sentiments qui la submergent. Elle n'a plus rien à dire ... Plus de discussion, rien que de doux aveux à lui faire, enfin si elle trouve le courage de les faire. Mais il ne lui en laisse pas le temps. Il prend son visage, en coupe, dans ses mains, et reprend le cours de la déclaration qu'il lui a faite tout à l'heure. Tout y est aveux, serment, amour ... Et lorsqu'il achève son long discours, il ne se dérobe pas, cette fois, elle peut se plonger dans ses prunelles turquoises, sonder son âme, son coeur ...

* Mon Dieu ! Que ces yeux-là sont dangereux, je pourrais m'y perdre, m'y noyer sans aucun problème ... M'aime-t-il vraiment ? Puis-je lui faire confiance ? Ne va-t-il pas comme mes frères, comme les autres profiter de mon amour, et m'abandonner ? Est-ce que je peux prendre le risque de souffrir de nouveau ? *

Toutes ses questions, tous ses doutes remontent à la surface, et la taraudent, insidieusement, cruellement. Sa méfiance, qui s'était amoindrie au contact léger et facétieux du jeune peintre, rattrape Elyse, la clouant dans l'incertitude. Elle ne le quitte pourtant pas du regard, cherchant dans l'azur de ses yeux, les réponses à toutes ses interrogations, tremblant de ne pas trouver celles qu'elle voudrait ...

- Miguel, je ... J'étais très sûre de moi tout à l'heure dans la masure des forbans ... Mais les mots que je voulais te dire ne sont plus de mise, maintenant, je faisais fausse route ... J'ai peur, très peur de franchir cette frontière ténue entre l'amitié et l'amour ... Jusqu'à présent, je n'ai pas eu beaucoup de chances avec les personnes que j'ai aimées. J'ai été trahie, j'ai souffert, j'ai failli y laisser la vie ... Je t'ai racontée mon histoire et je ne vais pas te l'infliger une seconde fois, ajoute-t-elle avec un pauvre sourire. Délicatement, elle pose sa main sur la joue de Miguel. Je t'aime déjà beaucoup, bien plus que je ne le voudrais ... J'ai envie de te faire confiance, mais par pitié, ne me brise pas le coeur, je crois ... Je crois que ce serait l'épreuve de trop ... termine-t-elle dans un souffle.

Les yeux toujours rivés aux siens, Elyse se tait, ne sachant comment l'artiste allait réagir à ses propos confus. Elle-même se demande ce qu'elle attend de lui. Imperceptiblement, peu à peu, elle s'élève jusqu'à ses lèvres, y dépose un baiser léger, avant de nicher son nez dans son cou, au milieu des mèches de jais qui entourent son beau visage. Elle se blottit de nouveau contre lui cherchant dans sa chaleur le réconfort, dissimulant ainsi sa crainte d'être incomprise.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Vérité dissimulée [PV] Dim 4 Sep - 9:26

Une fois encore, le barbouilleur reste silencieux lorsque son Elyse lui rappelle brièvement les galères qu'elle a traversées. Bien-sûr qu'il comprend ses appréhensions ! Bien-sûr qu'il accepte ses réserves ! La vie, cette garce impitoyable, ne s'est pas montrée tendre envers elle, et les déceptions et les trahisons ont été son lot quotidien ! Son chemin a été jonché d’embûches, pas de pétales de roses.

Mais lorsqu'elle s'abandonne à nouveau à ses bras, lorsqu'elle lui tend ses lèvres, Miguel est conscient déjà qu'il va saisir à pleines mains cette chance qu'elle lui offre, et qu'il fera tout ce qui est en son pouvoir pour que la puce connaisse enfin des lendemains meilleurs. L'horizon s'éclaire enfin pour eux, et le jeune artiste vaincra les ultimes réticences qui musellent encore la confiance de sa belle ! Il n'en doute pas un seul instant ! Il vaincra les vieux démons qui surgissent de son passé et l'obsèdent encore ! Elle oubliera ! Oui, elle oubliera ! Elle l'aimera sans inquiétude, autant que lui l'aime déjà !

Le coquin entoure la puce d'une étreinte tendre et rassurante. Une étreinte où ils trouvent tous les deux le réconfort, la fin de leurs doutes. Le visage de Miguel s'égaie lorsqu'il lui serre un peu plus la taille et l'aide à hisser son adorable frimousse à sa hauteur. Il lui rend son baiser, lui en vole un deuxième, tout en s'inclinant vers elle et en faisant délicatement ployer son corps de liane.

- Je t'aime tant, mon ange. Tu verras, on sera très heureux ensemble, et on s'aimera chaque jour davantage ! Ne doute pas de moi ! Jamais !

Il sourit plus largement encore en libérant vivement, sans que la sylphide puisse s'y attendre, la masse acajou de sa longue chevelure. Adieu vilain bandeau de cuir ! Zou ! Dans la poche du barbouilleur ! Confisqué ! Les cascades brunes envahissent aussitôt les épaules et la nuque de la mignonne.

- Voilà ! ... ajoute en riant le barbouilleur ! J'en avais marre d'embrasser un moussaillon pré-pubère et boutonneux ! Je pense que nous ne risquons plus rien maintenant ! Tu es une jeune femme si ravissante mon amour, ne me prive pas de ce charmant spectacle !

Miguel jette un œil par-dessus les bosquets. Le jeune couple a atteint les limites de la forêt au bout de leur course folle. Que faire à présent ?

- Nous retournons à l'auberge de Caleb, mon ange ? Mais je n'ai absolument plus d'argent, il faudrait qu'on se débrouille pour en gagner un peu ! Ou bien nous retournons à Glénia si nous retrouvons le brave homme qui m'a amené ici ? Qu'en penses-tu mon Elyse ?


Dernière édition par Cécilia le Dim 4 Sep - 16:48, édité 1 fois (Raison : Ponctuation des dialogues....)
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Vérité dissimulée [PV] Mer 7 Sep - 19:38

La douce étreinte et les baisers tendres de Miguel ont rassuré Elyse, du moins pour le moment ... De nouveau, la jeune femme efface le moussaillon, et elle rit lorsque Miguel libère sa crinière, elle redevient elle-même, enfin ! Elle secoue la tête, pour libérer complètement la masse de ses cheveux bouclés. Les taquineries recommencent, les rires fusent détendant définitivement l'atmosphère entre eux. La seule option qui s'offre à eux à présent est le retour chez Caleb. La main dans la main, ils sont sur le chemin du retour, la balade en forêt est écourtée, abandonnée, ils rentrent, privilégiant leur sécurité. Beaucoup de choses ont changé, pour Elyse, physiquement, mais aussi dans son coeur, qu'elle a accepté d'ouvrir au jeune peintre. Elle espère juste ne pas se tromper, encore une fois ...

- Pour ce qui est de l'argent, il m'en reste, quand les grosses brutes nous ont dévalisés, je leur ai donné ta bourse, puisqu'ils la réclamaient, mais j'ai gardé la mienne dans sa cachette, bien au chaud. Donc pas de souci, de ce côté, j'ai payé ma chambre pour deux jours. Tu pourras y dormir avec moi ... Elle rougit comme une pivoine, réalisant ce qu'elle venait de dire ... Enfin on peut dormir dans la même chambre, non ? Qu'est-ce-que tu en penses ?

Elyse s'arrête net au milieu du chemin, obligeant Miguel à se retourner. Elle le dévisage, cherchant ses yeux turquoise, interrogeant du regard, le jeune peintre. Les toits de Wecia se dessinent au loin, sur fond de ciel bleu et d'océan, le soleil descend sur l'horizon, elle lui sourit :

- Nous voilà, presque arrivés à notre point de départ. Je me demande comment Caleb va réagir quand on va lui raconter notre histoire, ajoute-t-elle, songeuse, Tu penses qu'il va nous croire ? Dépêchons-nous d'arriver avant la nuit !


_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vérité dissimulée [PV]

Revenir en haut Aller en bas

Vérité dissimulée [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Perte des points en dextérité après Up
» Comment avouer une vérité pareille?
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» Célérité
» Un repos bien mérité [NEUTRE]
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fändir :: L'ÎLE YBELLA :: L'intérieur des terres :: La forêt d'Astaen-