AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
0

Alexander LaFollet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Alexander LaFollet Mar 31 Jan - 18:57

Nom : LaFollet

Prénom : Alexander

Surnom : Alex, Lafol, Mon tendre, et d'autres surnoms que lui murmurent à l'oreille ses conquêtes.

Âge : 28 ans

Groupe: Gouvernement

Métier : Chasseur de primes

Équipage: Nada

Apparence :
Frôlant le mètre quatre-vingt-dix, Alexander a hérité des puissantes épaules de son père mais il tient de sa mère la finesse de son corps ainsi que sa féline et gracieuse démarche, lui permettant de combiner puissance et vitesse, pour le plus grand malheur des criminels qu'il pourchasse. Pourvue d'une peau légèrement halée par une vie passée à l'extérieur, les muscles de son corps sont nettement visibles sous sa peau bronzée et dessinent sur son ventre des valons qu'apprécient parcourir de leurs fins doigts les femmes sensibles à son charme. Sa brillante et épaisse chevelure couleur de nuit ajoute une touche enfantine aux traits de son visage. Il adore par ailleurs glisser une main négligente dans ses cheveux. Une mâchoire volontaire, un fin nez grec, des yeux d'un bleu très clair, presque gris, et deux discrètes pommettes hautes contribuent à donner à son visage une certaine beauté. Le sourire qui étire bien souvent ses lèvres légèrement charnues et la lueur de malice qui brille dans ses yeux ajoutent à ses traits une chaleur qui inspire la confiance et l'amitié. Il s'habille avec goût, préférant les vêtements ajustés tels que les gilets ou les vestes marines.

Caractère :
Profondément optimiste et d'un caractère enjoué, il croque la vie à pleines dents, souriant le plus souvent possible, en période heureuse aussi bien que pendant des temps plus sombres. Il refuse tout simplement de se laisser abattre. Élevé par une mère profondément bonne, il est généreux, d'agréable compagnie et cherche à aider les autres lorsque cela est possible, cependant ses années d'itinérances ont tempérées une partie de sa naïveté dont il n'arrive pas à se défaire, et s'il le faut, il sacrifierait une minorité pour le bien de la majorité. Intransigeant lorsqu'il s'agit de pourchasser les criminels, il est doué d'une volonté implacable, forgée par les épreuves qu'il a traversé malgré son relatif jeune âge. C'est un individualiste féroce. Il jalouse son indépendance plus que tout et refuse de se plier aux règles strictes d'un commandement établit ou de s'engager dans une relation. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a décidé d'être chasseur de primes, la fonction lui offrant toute la liberté qu'il souhaite pour poursuivre les criminels ou collectionner les aventures amoureuses tout en lui permettant d'assouvir son désir d'aider autrui. En réponse à son individualisme, il agit selon sa conscience et ses propres préceptes moraux qui bien que bons et droits, ne sont pas toujours en accord avec la société.
C'est un véritable hédoniste lorsqu'il s'agit de la gente féminine. Grand charmeur, il sait gagner les faveurs du beau sexe et l'attirer dans une danse amoureuse. Il aime plaisanter en se définissant comme l'un des plus bel homme de Fändir, mais en réalité il ne plaisante qu'à moitié et malgré tous les efforts de sa mère, en partie mise en échec par le caractère orgueilleux de Keysler, Alexander est vaniteux sans pour autant être méprisant. Ses colères sont rares de même que le sentiment de haine, mais lorsqu'elles surviennent elles sont effroyables.
Enfin, il est conscient des réalités du monde, et tuer un criminel ne le dérangera pas outre mesure.

Armes : Un sabre d'abordage qui appartenait à son père lorsqu'il était corsaire, un pistolet et une dague cachée dans sa botte droite.

Histoire du personnage :

Alexander était appuyé contre l’embrasure d’une fenêtre située au premier étage d’une grande, mais néanmoins douillette maison de pierre, contemplant en contrebas les habitants qui s’affairaient à leurs activités matinales. Il vit un groupe de gamins dévaler la large rue sur leurs petits pieds nus, chacun tenant contre son cœur une grosse miche de pain, et comme il l’avait deviné, un groupe de gardes apparut quelques minutes plus tard. Il ne put s’empêcher de sourire en voyant l’un des enfants, un garçon à la tignasse d’un roux flamboyant, s’arrêter pour narguer les gardes qui se traînaient lamentablement derrière. Il déboutonna son pantalon et leur offrit la magnifique vue de ses fesses, puis remontant rapidement son vêtement, il rejoignit sa bande qui l’attendait au bout de la rue. Ils firent tous des gestes obscènes puis disparurent dans une ruelle adjacente. Leurs rires raisonnèrent longtemps dans l’esprit d’Alexander alors que le dernier écho de leurs voix s’estompait déjà. Les gardes s’arrêtèrent, à bout de souffle, et poussèrent quelques jurons bien sentis : quelque chose en rapport avec les mères de ces enfants et un âne unijambiste. Le sourire d’Alexander s’élargit encore et il félicita silencieusement les enfants de leur réussite.

- Qu’est-ce qui te fait sourire ainsi ? demanda une agréable voix féminine.

L’homme se retourna et eut un regard appréciateur lorsque ses yeux se posèrent sur la magnifique femme qui s’approchait lentement de lui avec un petit sourire mutin. Elle s’était enroulée dans une épaisse couverture et ses beaux cheveux noirs étaient encore ébouriffés par la folle nuit qu’ils venaient de passer ensemble. Elle ouvrit les bras en arrivant près d’Alexander, dévoilant un délicieux corps nu tout en gracieuses courbes. L’homme, nu également, vint se glisser dans les bras qu’elle lui tendait et elle referma la couverture sur eux deux, les enveloppant dans un cocon de chaleur et de douceur. Il passa ses bras autour de sa fine taille et l’embrassa longuement. Ils finirent par se séparer et il déposa un petit baiser sur le bout de son nez.

- Une bande de gamin qui vient de passer. Ils ont dû voler du pain et des gardes gros comme des vaches les poursuivaient. Le chef de la bande, un petit roux à l’air rusé leur a montré ses fesses pour se moquer. Ça m’a rappelé ma jeunesse… répondit Alexander en souriant à son amante. Cette dernière eut un petit gloussement alors que ses mains exploraient lentement le corps musclé de son amant.
- Oh, je connais quelqu’un d’autre qui aime montrer ses fesses, dit-elle d’une voix chaude, et je ne serais pas contre l’idée de les revoir un peu…
- Ne seras-tu donc jamais satisfaite ?! s’exclama-t-il en levant les yeux au ciel.
- Jamais !
- Bon et bien puisqu’il faut se sacrifier pour la bonne cause…

Il la poussa lentement vers l’imposant lit qui trônait au centre de la pièce.




La journée était bien avancée lorsque Alexander sortit discrètement de l’imposante maison de Lynaë. La jeune femme avait accepté de le laisser sortir à la condition qu’il revienne pour le dîner. "Il faut profiter au mieux de l’absence de mon vieux et rabougri mari. Ce n’est pas souvent qu’il s’absente toute une semaine pour contrôler son empire économique", lui avait elle dit en vérifiant qu’il s'était habillé avec goût. Alexander sourit en songeant à la conception qu’avait Lynaë du temps bien utilisé. Il n’avait encore jamais rencontré de femme avec une telle soif de plaisirs, mais il ne s‘en plaignait pas, au contraire. Passant une main dans son épaisse chevelure d’un noir de corbeau qui plaisait tant au beau sexe, il s’engagea d’un pas rapide en direction du nord de la ville. Il devait voir quelqu’un et Lynaë l’avait mis en retard, mais il n’aurait accéléré leur moment de tendresse pour rien au monde. Il passa devant une cour ouverte et le choc du bois contre le bois le força à s’arrêter. Un jeune garçon de bonne famille était en train de s’entraîner avec son maître d’armes. Tous deux étaient armés d’une épée d’entraînement et l’élève tentait tant bien que mal de toucher son instructeur. Témoin silencieux de la scène, Alexander se remémora une situation similaire, mais dans un autre lieu, à une autre époque.



- Ta garde est ouverte, Alex ! le réprimanda-t-on d’une voix bourrue.
- Désolé père, répondit Alexander, alors âgé de dix ans.
- Je ne veux pas de tes excuses, je veux que tu agisses. À ton âge je tuais déjà des pirates à tour de bras !

Alexander para in extremis un vicieux coup d’estoc et sauta en arrière afin d’éviter une deuxième attaque qui visait son épaule. Keysler le regarda d’un air sévère. Grand, puissamment bâti, beau malgré une vilaine cicatrice sur sa joue gauche, vestige d’un passé houleux, il avait été corsaire dans sa jeunesse, mais l‘heureuse rencontre de Solange était venue le détourner de cette vie dangereuse. Personne dans l’entourage de la jeune femme, à commencer par ses parents, n’avait compris qu’elle puisse tomber amoureux de ce corsaire balafré, et même la menace d’être déshéritée n’avait suffi à la faire changer d’avis. Solange était ainsi, têtue, entière, elle avait offert son amour inconditionnel à cet homme qu’elle avait croisée au détour d’une rue, et qui avait su dérober son cœur d‘un regard jeté furtivement et d‘un sourire timide. Keysler lui avait rendu son amour au centuple, encore plus surpris que ses camarades par les puissants sentiments qu‘il éprouvait pour cette jeune femme. Sous son influence, il changea et parvint à se faire accepter par le père de son aimée. Il hérita du commerce familial à la mort des parents de Solange, emportés par une violente maladie. Lorsque Alexander naquit, cinq ans après qu‘ils se soient mariés, Keysler avait réussi l’exploit de développer le commerce de feu son beau père dans des proportions que l’homme n’avait jamais imaginé, et de mari aimant, il devint également un père attentionné. Il ne put cependant oublier ses années de corsaire, et lorsque Alexander fut assez âgé, il se fit un devoir de lui apprendre le maniement de l’épée et du sabre d’abordage. "Même un commerçant doit savoir se défendre et protéger ce qui lui est cher", répondait-il à chaque fois que Solange se plaignait que son fils n’avait pas à apprendre toutes ces barbaries. Le garçon ne partageait pas la vision de sa mère : son enfance avait été bercée par les aventures racontées par son père au coin de la cheminée, et depuis tout petit, il rêvait de devenir corsaire, pas marchand.

- Voila, c’est bien mieux ! Encore quelques années et je pourrais être fier de toi, dit Keysler alors que son fils parvenait à lui toucher le bras.

Solange sortit à ce moment là, appelant les deux hommes de sa vie pour le dîner et le ton sévère de Keysler se fit plus doux alors qu’il prenait son fils dans ses bras et se dirigeait d‘un pas rapide vers la maison familiale.




Revenant à la réalité, Alexander salua d’un geste de la main le maître d’armes avant de reprendre sa route. Il n’était pas devenu corsaire. Il venait de fêter ses dix-huit ans lorsqu’il avait annoncé à son père son désir de s’embarquer comme lui l'avait fait des années plus tôt. L’homme l’avait prit à part et lui avait dit ces mots qui étaient restés gravés dans sa mémoire. "Je m’attendais à ça, je pensais même que tu aborderais le sujet plus tôt. Je sais bien que le commerce ne t’attire pas, je t’ai bourré la tête de mes aventures. Ta mère et moi acceptons que tu partes, tu es notre fils, mais tu es surtout ton propre maître, libre de choisir ton destin, cependant je voudrais te donner un conseil. Écoute-moi bien parce que ce n’est pas en tant que père, mais en tant qu’homme que je te parle : ne deviens pas corsaire. Ils ne valent guère mieux que l’engeance qu’ils pourchassent. Je le sais parce que j’étais comme eux, jusqu’à ce que je rencontre ta mère. Fais quelque chose d’autre, devient aventurier, mercenaire, ouvre ton propre commerce, tes possibilités sont infinies, mais ne te parjures jamais et reviens nous quand tu le voudras". Le lendemain il partait avec comme seuls bagages un petit sac contenant de l’or ainsi que quelques vêtements, mais surtout, une soif de découverte sans limites.

Alexander ne fut pas long à arriver à destination, une petite maison qui ne payait pas de mine. Il ne toqua pas et entra directement. Une odeur de fumée et de tabac froid l’accueillit, ainsi que le visage jovial d’un véritable géant. Ce dernier poussa un rugissement qui réduirait celui d’un ours à un pauvre couinement et souleva Alexander à dix bon centimètres du sol sans efforts.

- Tu as du retard mon mignon, et tu sais que je n’aime pas ça !

Alexander parvint à se dégager de l’étreinte de l’homme et lui sourit d’un air effronté.

- Et toi, mon gros Boric, tu sais que lorsqu’une dame me demande de rester un peu plus longtemps avec elle, je ne peux décemment pas lui refuser cette innocente demande.

Le rire de Boric fut tonitruant et Alexander eut l’impression que la maison allait s’écrouler. Le géant de deux mètres finit par se calmer et s’assit sur la table qui menaça de se briser sous le poids de l’homme.

- Très bien, j’accepte tes excuses, et j’imagine que si Lynaë avait jeté son dévolu sur moi, je ne me ferais pas prier pour rester un peu plus longtemps avec elle… lui fit il avec un petit sourire entendu. Son visage se fit sérieux lorsqu’il reprit la parole. Bon, parlons affaires à présent ; j’ai les informations que tu désirais. L’homme loge en ce moment même au Chien pisseux. Il a payé sa chambre en monnaie sonnante et trébuchante et on dit qu’il est généreux en pourboires avec les filles qu’il invite à monter. Il se fait appeler Nolan Lelong mais il correspond parfaitement à ta description. Il a également l’habitude de prendre un apéritif à cette heure-ci, au Chez Rodrigue. Si tu te dépêches, tu devrais pouvoir l’attraper là bas.
- Merci, comme d’habitude, tes informations sont étonnament précises. Alexander sortit quelques pièces d’or d’une bourse qu’il gardait cachée sous sa chemise. Il les déposa sur la table. Il faudra que tu me dises un jour comment un géant comme toi fait pour dénicher toutes ces informations sans se faire repérer…
- Ah, et qui va le gagner mon or si je te donne l’astuce, hein ? Faut croire que tu es plus doué pour ramener des donzelles dans ton lit que pour utiliser ta tête ! lui répondit Boric en gloussant.

Le jeune homme accepta avec un sourire la pique de Boric puis il sortit après l‘avoir salué. Alexander LaFollet, chasseur de primes au service du gouvernement depuis presque dix maintenant, amant de ces dames et redoutable épéiste s’engagea dans la rue. Il avisa sa montre à gousset : s’il se dépêchait, il serait rentré pour dîner avec Lynaë. À la perspective de la soirée qui s’annonçait dans cette grande maison, il accéléra le pas.


_____________________________

Code : Validé par Cécilia

Hors RP : Je ne suis pas sûr pour mon utilisation du vert. C'est pour les citations, et je considère que c'est ce que fait le narrateur ( moi :p ) en reprenant les paroles de Lynaë ou encore de Keysler, mais si je me suis gouré hésitez pas à me le dire.

Comment avez vous connu le forum ? :
Grâce à une jolie fée.

Que pensez vous du forum ? : Il est très bien sinon je ne serais pas là :p


Dernière édition par Alexander LaFollet le Mar 31 Jan - 20:00, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Alexander LaFollet Mar 31 Jan - 19:09

Un rival ! Enfin enfin enfin ! Pirate




Pardon. Bienvenue sur le forum, très cher Alexander !

Mon avis est plutôt positif. J'ai repéré quelques fautes dans ton texte mais pour le respect du contexte, je n'ai rien à redire. Bon choix de métier lorsque l'on désire être indépendant tout en s'impliquant à fond dans la guerre qui oppose le Gouvernement et nos amis les pirates ! Ces derniers ont intérêt à bien se tenir, Alexander est dans la place ! MrGreen

D'autres viendront commenter !
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Alexander LaFollet Mar 31 Jan - 22:58

Bah voila la Sigrid qui est contente ! (Si tu cherches des formes généreuses, va frapper à sa porte, Alexander Cool

Je dois dire que la présentation m'a plu également, j'aime bien ta manière d'écrire, et je n'ai pas été particulièrement gênée par d'éventuelles fautes !
Théoriquement, je n'ai rien à redire à cette présentation. Je trouve le côté "tombeur" du personnage intéressant, j'espère juste qu'il ne sera pas le seul à être mis en valeur dans les RP, car le rôle de chasseur de primes l'est tout autant.
Mais je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de problèmes avec ça.

J'espère avoir l'occasion de RP un jour avec toi, pas avec ma piratesse parce que théoriquement on est pas super copains, mais avec mon personnage au gouvernement, Vanina Smile

_________________

• Erika Van Lowen • Elissa Alkahin • Vanina Delhis •
En garde, Invité ! ... Mon Royaume contre du Rhum !
"Le métier de pirate était pour eux ce qu'il avait été pour les premiers héros : la carrière de la gloire et de la fortune."
"Les pirates étaient, en quelque sorte, les rockstars de leur temps." Johnny Depp.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Alexander LaFollet Mar 31 Jan - 23:02

Merci de l'accueil x)

Pour le dragueur qu'il est, ce sera peut être lors de certains Rp, mais l'important reste de tuer ces vermines pirates, aussi belles et impériales soient elles.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Alexander LaFollet Jeu 2 Fév - 16:56

Je suis ok aussi ! Je te valide donc sur ce pas ! ^.^
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Matelot
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Alexander LaFollet Jeu 2 Fév - 17:30

Merci merci, j'ai hâte de commencer maintenant !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alexander LaFollet

Revenir en haut Aller en bas

Alexander LaFollet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Signature de contrat - Alexander Frolov
» F.T. d'Alexander Blake
» ALEXANDER OVECHKIN .
» Alexander demi-dieu
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fändir :: POUR BIEN COMMENCER  :: Tout ce qu'il vous faut savoir... :: Le registre :: Présentations acceptées-