AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

_______________________________________________________________________________

Partagez|
0

Le trésor de Nicoleï [A VOIR]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Le trésor de Nicoleï [A VOIR] Mer 8 Fév - 18:37



Cécilia se crut un temps dans un conte de fée. L'indigène l'avait amené à dos de cheval après avoir appelé un destrier qui était venu vers lui sans hésitation. Elle se demanda même un instant si elle ne rêvait pas. Cela aurait arrangé pas mal de choses. Elle aurait tant voulu se réveiller dans son lit, là, tout de suite. Elle se pinça en vain car elle ne rêvait pas. Cela lui fit juste horriblement mal.

Ils avaient avancé à travers la forêt un bon moment. En aucun cas elle n'aurait su revenir sur leurs pas et elle se dit qu'elle ferait tout pour ne pas se perdre. Enfin surtout pour ne pas perdre le jeune homme des yeux qui était sans doute le seul moyen qu'elle avait de rentrer chez elle. Elle se demanda d'ailleurs pourquoi Ensun faisait autant pour elle. Peut-être arriverait-elle à lui faire confiance finalement.

Ils s'arrêtèrent un instant et Cécilia en profita pour examiner la carte qu'elle avait trouvé un peu plus tôt. Elle n'avait pas eu le temps de tout lire la première fois qu'elle l'avait eu en main. Ce coup-ci elle put déchiffrer tout ce qui était écrit. Quelques mots étaient effacés mais il était simple de les retrouver en orientant bien la carte vers le soleil. Un nom la frappa lorsqu'elle le lu : "Nicoleï". Elle se remémora tout de suite le livre dont Raven lui avait parlé dans les jardins. L'auteur nommé Nicoleï était resté plusieurs mois chez un peuple. Celui des Naaktis. Ensun était-il l'un d'eux ? Elle porta son regard plusieurs fois vers lui pour essayer de trouver une réponse mais rien n'y fit. Elle était incapable de dire sans le livre de Nicoleï s'il s'agissait du même peuple.

Finalement elle se concentra sur le reste. Il était dessiné une forêt, des champs, des maisons, une rivière et un emplacement marqué d'une croix. La forêt était sans aucun doute celle où ils se trouvaient. La rivière peut-être celle où elle avait rencontré Ensun. Quant aux maisons et aux champs, si le peuple d'Ensun était bien celui des Naaktis alors il s'agissait surement de la petite ville où ils se trouvaient un peu plus tôt. La croix était marqué juste à côté de la rivière, en plein milieu de la forêt et selon la rose des vent au Nord-Est de la petite ville. Juste à côté de la croix était marquée une tête de mort. Qu'est-ce que cela pouvait bien signifier ?

Tant de questions se bousculaient dans sa tête. Il lui fallait des réponses et vite ! Elle détestait ne pas comprendre. Quand une énigme se posait à elle, elle voulait à tout pris la résoudre. Sans ça, elle risquait de ne plus fermer l'œil de la nuit. La première chose qu'elle voulait savoir : comment s'appelait le peuple d'Ensun. Comment pouvait elle le lui demander ? Après plusieurs minutes de réflexion elle releva vivement la tête, se leva et alla vers lui. Elle avait la solution. Elle s'approcha de doucement et lui demanda juste :

- Naakti ?


Dernière édition par Cécilia le Dim 12 Fév - 18:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Le trésor de Nicoleï [A VOIR] Jeu 9 Fév - 21:44

Ensun était plongé dans ses pensées les plus obscures, oubliant quelque peu la présence de sa précieuse amie, à ses côtés. Au plus profond de son cœur, le jeune Prince était persuadé d’avoir fait le meilleur choix en prenant l’initiative de ramener Cécilia chez elle. Cependant, il craignait bien plus que quiconque les répercutions que tout cela allait avoir sur sa vie toute entière. En plus d’avoir désobéi à son père, au roi en personne, il n’avait pas manqué de briser le cœur de sa propre petite sœur, en ne tenant pas compte de ses sentiments. Songeur, il réfléchit donc au meilleur moyen pour se faire pardonner, à toutes ces solutions qui lui permettraient d’échapper à la rancune de ses proches, et enfin aux arguments qu’il aurait à fournir, dans le cas où la situation tournerait à son désavantage. Mais rien ne lui vint. Rien qui ne pourrait justifier ses actes. Rien de bon, rien de mauvais, juste le vide dans son esprit. Son cœur se serra dans sa poitrine, douloureusement. Etait-ce la peur qui l’empêchait de trouver solution à son problème ?

- Naakti ?

La douce voix de Cécilia le fit sursauter. Immédiatement il reprit ses esprits et se fit attentionné, comme il l’avait toujours fait en la présence d’un être qui lui est cher. Il porta une main chaleureuse à son épaule et se pencha pour comprendre ce qu’elle cherchait à lui dire, bien qu’il sache que la tâche n’allait pas être aisée. Pourtant, dès les premiers instants, la jeune femme parvint à se faire comprendre de lui. « Naakti ». « Naakti ». Mais bien sûr ! L’accent de l’étrangère ne lui avait pas permis de saisir le sens de ce mot dans l’immédiat, mais maintenant qu’il l’avait reconnu, tout devenait clair dans son esprit. Ses yeux pétillèrent de bonheur : il trouvait que ce mot était bien joli, lorsqu’il sortait de la bouche d’une étrangère aussi charmante. Il sourit tendrement et se saisit du papier avec une délicatesse presque nouvelle. Son séjour parmi le peuple Naakti avait été suffisamment éprouvant pour elle, inutile de l’effrayer plus encore en se conduisant comme une brute de premier ordre.

C’était sans nul doute une carte, comme il l’avait bien deviné la première fois qu’il avait eu cet étrange parchemin entre les mains. Mais cette carte ne représentait un lieu quelconque. Il y avait le village, les champs, le camp d’entraînement, les enclos et même la forêt, illustrée par de petits arbres plutôt enfantins. Bien que les choses aient changé depuis le jour où elle avait été dessinée, Ensun pouvait aisément dire qu’il s’agissait bel et bien de son village.
Cécilia pointait du doigt avec insistance un endroit bien précis, qu’Ensun reconnut immédiatement. A peine eut-elle le temps de réagir à son regard emprunt de peur que le vieux parchemin usé termina sa route entre ses mains frêles. Hors de question qu’il se rende là-bas, qu’importe les stratagèmes qu’utilisera la femme pour le convaincre ! Cet endroit était selon lui le plus effrayant de tout le territoire Naakti, bien plus que la forêt elle-même ! On y entendait le jour des cris en tous genres et des plaintes incessantes. La nuit, le lieu était vide de vie et il semblait aux visiteurs que la mort pouvait les faucher à tout instant, sans même prévenir de son arrivée. Rares étaient ceux qui avaient le courage de rendre visite aux prisonniers, quand bien même un parent, enfant ou frère était l’un d’eux. Les plus informés sur les dieux Naakti étaient les premiers touchés par ce mal.

- Non c’est hors de question ! Non ! hurla-t-il, le visage sévère.

Il saisit Cécilia fermement par le bras et l’obligea à remonter à cheval. Ils reprirent ensemble la route qui menait à la lisière est de la forêt, galopant pour cela à une vitesse peu conseillée en terrain si abrupte. Au cours de cette dangereuse aventure, Ensun ne daigna même pas adresser la parole à sa jeune compagne, de peur de changer d’avis dès que sa voix d’enfant toucherait ses oreilles et dans ce même temps son cœur. Il avait pris sa décision et jamais il ne reviendrait dessus. Pourtant le silence de Cécilia l’accabla et fit naître en lui un profond sentiment de culpabilité. Il se tortura l’esprit pendant de longues minutes, pour finalement changer de direction, manquant de peu de blesser sa monture. La perspective de ne plus revoir cette belle enfant le rendait malheureux…alors peut-être qu’en la satisfaisant, elle renoncerait à rejoindre son peuple et lui ferait part de son désir de vivre avec lui ? Qui sait, le Conseil se montrera peut-être indulgent ? Prince, il chassa rapidement cette idée de son esprit.

Arrivé sur le lieu qu’indiquait la carte, Cécilia sembla s’émerveiller. Ils avaient réduit l’allure et marchaient au pas désormais. Autour d’eux, des pierres en nombre faisaient leur apparition. Elles semblaient former le début d’un vieux village en ruine, et plus ils avançaient, plus on discernait, au loin, la présence d’une imposante montagne. Tandis que son amie commentait dans sa langue toutes les merveilles de cet endroit, Ensun baisa son cou, délicatement, sans ne rien brusquer, pour finalement chuchoter à son oreille :

- La Grotte des Oubliés. On y enferme ceux qui n’ont pas respecté les lois ou qui ont commis un acte inhumain. Ils sont peu nombreux et pourtant, on pourrait croire que par centaines ils hantent ces lieux.

En parlant autant, malgré qu’elle ne le comprenne pas, il empêchait Cécilia de lui reprocher sa proximité et se rassurait lui-même, tant le lieu lui inspirait la peur. Fort heureusement, la carte n’indiquait pas que le trésor se trouvait dans les grottes, mais dans ses alentours, au sud du domaine plus précisément. Il talonna rudement sa monture, l’engageant à opter pour un trot rapide. A peine quelques minutes et Ensun fût persuadé d’être au bon endroit. Il aida Cécilia à descendre et regarda aux alentours.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

PNJ

MessageSujet: Re: Le trésor de Nicoleï [A VOIR] Dim 12 Fév - 10:31

Ensun et Cécilia, vous demandez un lancer de dé pour trouver le trésor de Nicoleï.

Votre carte vaut 800 Fand'or, vous avez:
- 1 chance sur 3 de trouver le trésor : Face 1 et 4 vous trouvez le revolver de Jones d'une valeur de 1650 Fand'or et le katana impérial d'une valeur de 1800 Fand'or.
- 1 chance sur 3 de trouver un objet de valeur équivalente à la carte : Face 2 et 5 vous trouvez un sac de pierres précieuses d'une valeur de 1600 Fand'or à partager entre vous.
- 1 chance sur 3 de ne rien trouver : Face 3 et 6 : vous trouvez un petit couteau rouillé, un vieux carnet moisi et une alliance oxydée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Le trésor de Nicoleï [A VOIR] Dim 12 Fév - 10:31

Le membre 'Maître du jeu' a effectué l'action suivante : Batailles

'Dé Trésor' : 3
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Le trésor de Nicoleï [A VOIR] Lun 13 Fév - 9:37

Elle ne savait plus où donner de la tête. Ce jeune énergumène à plume allait finir par la rendre chèvre. Elle avait été heureuse de voir qu'il s'agissait bien du peuple Naakti. Raven avait l'air de croire qu'il s'agissait d'un peuple plutôt pacifique, alors pourquoi n'avait-elle pu rencontrer les autres ? Et pourquoi Ensun l'avait cachée ainsi ? Il voulait la garder rien que pour lui ? Cette idée la révolta et elle regretta de ne plus avoir ses armes avec elle. L'indigène semblait reconnaitre les lieux de la carte et cela apaisa un peu la jeune fille. Elle voulait savoir ce qui était indiqué sur cette carte ! Sûrement un fabuleux trésor que Nicoleï avait caché pour éviter qu'il n'aille entre de mauvaises mains !

Elle se pencha sur la carte que décryptait Ensun, folle d'impatience. Elle lui montrait la croix avec insistance tellement l'attente semblait longue. Mais sans prévenir, il lui jeta la carte dans les mains et l'obligea à monter en selle. Elle ne comprit pas sa réaction. Elle voulu réclamer des comptes mais déjà la mouture semblait s'emballer et elle n'eut d'autre choix que de se cramponner à son caractériel partenaire pour ne pas tomber. Étrange d'ailleurs qu'il n'ait pas réagit alors qu'elle le serrait bien fort. Il sembla un moment se calmer et ralentit l'allure pour son plus grand plaisir. Et sans avertissement il changea de direction. Elle n'osa pas le questionner de peur de le voir encore s'énerver et pousser le cheval au grand galop dans cette forêt si dense.

Ils arrivèrent enfin. Elle le comprit lorsque Ensun ralentit et lui pointa du doigt une grotte. Folle d'excitation elle se mit à commenter dans sa langue tout ce qu'elle voyait et ne remarqua même pas le baiser qu'il lui fit dans le cou. Ils mirent pied à terre et commencèrent à chercher. Ensun semblait savoir exactement où était l'emplacement marqué sur la carte. Remarquable ! Il devait avoir un excellent sens de l'orientation et savait exactement se repérer. Sûrement grâce à des années de pratique à chasser en forêt se dit-elle. Elle se mit à chercher aussi et c'est un gros arbre qui attira le plus son attention. Alors que son précieux associé cherchait au pied de l'arbre au milieu des racines et de la boue elle préféra inspecter son tronc. C'est dans un petit trou qu'elle trouva le sac de tissu usé par le temps et les ravages de la nature.

Elle devint hystérique et sauta un long moment sur place en hurlant qu'elle l'avait trouvé. Une vraie gamine. Elle déposa même un baiser sur les lèvres d'Ensun en agrippant son visage, sans s'en rendre compte. Qu'elle ne fut pas sa déception en enlevant la corde enroulée autour du sac. Il n'y avait là qu'un petit couteau rouillé, un carnet de notes moisi et une alliance complétement oxydée. Le sac atterrit tout droit dans la tête d'Ensun alors qu'elle hurlait sa colère. Elle était redevenue hystérique mais d'une autre façon.

- Non mais quel idiot celui là ! Il n'était pas capable de protéger tout ça !! Des choses sans aucune valeur en plus ! A quoi cela servait de les cacher et les marquer sur cette carte !

En réfléchissant bien. Tout cela devait avoir une valeur sentimentale. Elle même s'accrochait à son chapelet et son carnet de croquis. Il n'avait pas dû pouvoir réaliser tous ses projets. Les Naakti l'avaient sûrement reconduit à la lisière de la forêt sans qu'il ne puisse repasser par ici.

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Le trésor de Nicoleï [A VOIR] Mar 14 Fév - 10:28

- Cécilia ! Voyons ! Cécilia calme-toi je te prie ! lui intima-t-il dans sa langue, en jetant au loin le vieux sac qu’il avait reçu en pleine figure. Eh ! Tu fais trop de bruit, nous allons avoir des ennuis si tu ne te tais pas ! Personne ne doit nous entendre !

Ensun chercha désespérément le moyen de calmer son amie. Il songea tout d’abord à l’attacher à son cheval pour l’emmener rapidement jusqu’à la lisière de la forêt et l’y laisser, comme un colis que l’on déposerait à son propriétaire ; puis à l’assommer, pour qu’elle n’attire pas l’attention d’un chasseur ou de guerriers qui auraient reçu les ordres de le ramener au village, sa disparition n’étant sûrement pas passée inaperçu aux yeux de ses professeurs d’armes. Finalement, il ne trouva rien de mieux que de l’embrasser à pleine bouche, la maintenant dans ce même temps par les poignets, pour qu’elle ne soit pas tentée de le gifler. La dernière fois qu’elle avait eu ce geste envers lui, Ensun s’était senti terriblement humilié et avait failli commettre l’irréparable, alors même que la jeune étrangère découvrait à peine le village Naakti. Aujourd’hui, les choses semblaient être un peu différentes et leurs liens bien plus forts encore. Aussi le Prince avait-il suivi son cœur, plutôt que sa raison, qui lui dictait au contraire de ne pas s’attacher à elle, pour que la séparation à venir soit moins difficile.

Ensun avait jusque là embrassé de nombreuses jeunes filles de son village et Cécilia n’avait pas fait exception à la règle ! Mais cela c’était passé uniquement parce qu’il en avait eu l’occasion et que son cœur réclamait un coup de foudre, qu’il avait longtemps espéré déclencher de la même manière que son père l’avait fait avec sa mère : en embrassant la personne aussi soudainement qu’un fauve fond sur sa proie. Ce baiser donné à Cécilia n’était pourtant pas dénué de sentiments. Contrairement à la première fois qu’il avait volé ses lèvres, Ensun y mit énormément d’amour. Il était à la fois tendre et fougueux ; silencieux et pourtant porteur de bien des mots. Bien qu’il peine à l’accepter, le jeune Prince savait très bien ce qui allait résulter de cette union : un chagrin sans fin.

Il ne détacha ses lèvres qu’un long moment plus tard, sans pour autant lâcher les mains de son amie, s’attendant à une réaction violente de sa part. Par crainte d’être rejeté, il la força à se relever puis là lâcha en prenant le soin de s’éloigner. Il saisit l’anneau, le cahier et le couteau et les lui donna, souriant d’une manière peu commune. Au fond de son regard, s’abritait une peine qui lui était en train de lui dévorer le cœur. L’heure approchait. Mais Ensun aurait pourtant voulu faire durer ce moment plus longtemps encore.

- Il faut partir. Garde ça avec toi…c’est pour toi…lui dit-il en appuyant les objets contre elle, pour qu’elle parvienne à le comprendre. Viens…viens te dis-je ! Ta famille doit te manquer. Et tu n’es pas la bienvenue ici…

Il l’invita à monter à cheval, l’aidant en lui faisant la courte échelle. Une fois qu’elle fut confortablement installée, il grimpa à son tour et partit au galop, laissant derrière lui la terrible Grottes des Oubliés. L’allure fut plus modérée que les fois précédentes mais Ensun ne voulait en aucun cas perdre du temps, sans quoi ses chances de ramener Cécilia chez elle sans s’attirer de terribles ennuis diminueraient grandement. Il ne savait ni si sa famille était consciente de sa disparition, ni même si un villageois avait retrouvé le corps de Taros, assommé en bordure des champs de blés. Quoi qu’il en soit, en prenant le risque de ramener seul Cécilia, il avait accepté non seulement de perdre un lien qui lui était cher, mais également la confiance, le respect et la considération de bien des personnes de son entourage. Le visage de la jolie Elissa lui apparut, triste, en colère, et Ensun gémit. Il se jura de veiller sur elle comme personne ne l’avait fait jusqu’à présent, dès l’instant où cette histoire sera terminée pour de bon.

Les arbres se firent moins nombreux et la lumière pénétra dans la forêt. Enfin ils étaient arrivés.

- On y est. Tu vas pouvoir rentrer chez toi.

Il l’aida à descendre puis la prit dans ses bras sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit. Son cœur battait à la chamade, ses yeux étaient porteurs de larmes. Il ne savait pas s’il était triste, ou au contraire terrifié. Il la lâcha à regret, détournant les yeux pour ne pas être le témoin de son départ.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Le trésor de Nicoleï [A VOIR] Jeu 16 Fév - 14:49

Fakhar était resté une longue heure à ruminer chez lui, laissant ses yeux vagabonder à travers la maison. Mille pensées lui venaient à propos de son fils. Il se doutait que le jeune homme avait voulu protéger l'étrangère à sa façon et l'avait aidé à fuir le village. Etait-ce lui qui avait été trop menaçant pour qu'il fasse une telle chose ?
Les minutes coulaient, mais rien ne venait alerter le roi. Une forme de soulagement s'installa en lui : son fils ne s'était pas fait surprendre par un Naakti. C'était pour l'heure le plus important. Ainsi rassuré, il prêta plus attention à ce qui l'entourait et se rendit enfin compte du désordre provoqué par les deux jeunes gens. Après un soupir de lassitude, le roi se leva et entreprit de partir. Il s'arma de son javelot et passa une lourde pièce de tissu sur ses épaules.
Suivi d'Amilcar, il traversa le village en gardant autant que possible son calme. Fakhar marchait d'un pas vif qui anéantissait toute envie pour les Naaktis de lui adresser la parole dans l'instant. Ce n'est que parvenu au parc d'entrainement et en découvrant le corps inanimé d'un jeune Naakti, sans doute futur guerrier, qu'il perdit patience.
Le roi gifla le jeune homme pour le ranimer, lequel lui confirma qu'Ensun était bien passé par là. Fakhar n'attendit pas plus longtemps et s'élança dans la profonde forêt. Amilcar suivait la piste du petit prince, esquivant les embuches des arbres et frayant un chemin à son maître, dont l'agilité n'était guère mensongère.
La course fut longue. L'air, la rapidité, l'effort faisaient vibrer le corps du Naakti. Il aimait cela : courir ainsi, suivre une piste. Que le rôle de roi pouvait être contraignant ! L'ivresse de la liberté transportait le roi qui ne pouvait se cacher qu'il regrettait cette solitude. Cela prit fin quand il aperçut la silhouette d'Ensun au bord de l'ultime clairière. Les colons n'étaient pas aussi loin que l'on pouvait croire. Fakhar s'approcha, mais ne manifesta pas sa présence. Il attendit en silence.

_________________


Les images utilisées ont été réalisées par Alice Picard.

Angelo Añada . Fakhar Alkahin
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Le trésor de Nicoleï [A VOIR] Jeu 23 Fév - 11:28

Que diable était ce sentiment ? Pourquoi ne pouvait-elle le rejeter alors qu'il recommençait son méfait ? Une chaleur étrange lui montait au visage. Elle se sentait légère et ne comprenait pas ce qui se passait en elle mais aussi autour d'elle. Ce n'est que lorsque le baiser s'arrêta qu'elle comprit. Elle se sentit immédiatement honteuse et du rouge lui monta voilement aux joues. Avait-elle aprécié cet échange ? Elle se sentait perdue. Elle l'était d'ailleurs depuis le début de son aventure chez les Naaktis. Ce Ensun mettait son salut et sa foi à rude épreuve. Elle si pure et chaste se voyait tout simplement attirée vers le malin. Elle devait tout faire pour éviter de trop s'écarter du bon chemin. Et encore une fois elle pensait et réfléchissait beaucoup trop puisqu'elle se retrouva de nouveau être une marionnette pour cet idiot d'indigène. Bien que ce coup ci, il eut la délicatesse de l'inviter à monter sur sa monture.

A sa grande surprise ils se retrouvèrent à la lisière de la forêt. Ce n'était pas l'endroit exacte où son cheval s'était emballé pour la perdre sur le territoire des indigène mais la végétation avait évolué vers quelque chose de plus familier. Après l'étreinte imposée elle se tourna vers son sauveur qui parraissait bien triste. Pour la première fois elle se rendit compte de tout ce qu'il avait fait pour elle. Un sentiment de compassion et d'amitié la gagna alors. Elle ne lui serait jamais assez reconnaissante. Elle l'enveloppa de nouveau de ses petits bras, mais volontairement cette fois, et le remercia gentiment.

- Merci Ensun. J'espère que nous pourrons nous revoir un jour. Ce sera avec joie que je te ferai voir ma maison.

Elle se dégagea, prit son sac et commença à avancer dans la petite prairie qui bordait la forêt. Elle finirait bien par trouver une route. Elle s'arrêta bien vite en pensant qu'elle n'avait plus ses armes. Elle les avait laissé au chef de la tribu. Comment allait-elle se défendre avec tous ses brigands qui trainaient dans le coin ? Elle entreprit donc de chercher au sol quelque chose qui pourrait l'aider. Un gros bout de bois ou un caillou feraient très bien l'affaire. Décidément Ensun allait vraiment la trouver bizarre.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Le trésor de Nicoleï [A VOIR] Ven 24 Fév - 19:41

La journée était calme et chaude, le ciel bleu, balayé de longues traînées de nuages blancs qui paraissaient avoir été faites d’un coup de pinceau sur une aquarelle fraîche ; une humidité printanière emplissait l’air d’une bonne odeur de terre mouillée. Merles et moineaux avaient pris possession de la lisière et se nourrissaient des graines présentes dans les champs coloniaux. Plus loin, le sol était couvert de vieille paille pourrie qui sentait l’aigre, et les rats, aux yeux semblables à des perles noires brillantes, avançaient hardiment, en quête de quelques bribes de nourriture. Ensun ne put retenir un rire amusé lorsqu’il vit Cécilia se pencher, pour ramasser d’imposants bâtons de bois et quelques cailloux. Il ne savait pas pour quelle raison elle s’amusait à faire cela, mais la scène était amusante et l’espace d’un instant, il eut l’impression d’observer une enfant. Les rayons du soleil la rendaient plus pure qu’elle ne l’était déjà. Il sentit son cœur bondir dans sa poitrine et chagriné par cette séparation, il se détourna. Il ne pouvait la voir disparaître à l’horizon. Il n’en avait pas le courage. C’est alors qu’il remarqua la présence de son père.

Ils restèrent un long moment silencieux, Ensun cherchant à se maîtriser mais se demandant avec désespoir pourquoi son père ne s’approchait pas de lui, ne le prenait pas dans ses bras en lui disant qu’il comprenait parfaitement l’impossibilité où il se trouvait d’accepter de venir un homme plus fort et plus responsable. Il avait toujours paru si sévère, si froid, si distant, qu’il ne pouvait comprendre ce qui l’avait empêché de privilégier son rôle de père à celui de roi. Il se remémora avec regret les longues après-midi tranquilles dans la forêt, au bon soleil matinal, quand assis dans un arbre avec son petit arc, il essayait de compter le nombre de singes du clan voisin au village. Quel monde reposant et calme que celui de son passé ! Comme il enviait le père de jadis pour ce qu’il ignorait. Pourquoi avait-il fallu qu’il accepte ce rôle de roi, alors que lui-même atteignait à peine ses trois ans ?

Soudain il prit conscience de la gravité de la situation et se raidit. D’un coup toute tristesse et toute langueur rêveuse disparurent. Alerte, vif et honteux bien qu’il sût qu’il avait bien agi en ramenant au plus tôt Cécilia chez elle, une légère moue effleura ses lèvres. Ensun considéra son père, découvrant combien il avait été bon, généreux et tendre avec lui. Il aurait très bien pu le punir et livrer la jeune enfant au Conseil, mais il n’en avait rien fait. Pourtant, il ne pouvait s’empêcher de croire qu’il n’était pas répréhensible et déjà il se mettait sur la défensive, ne quittant ni son père, ni son tigre du regard. Que pouvait-il dire pour briser le silence pesant qui venait de s’installer ? Comment justifier ses actes ? Il soupira : il n’avait pas à le faire, car son père ne lui avait pas demandé.

Une force étrange émanait de ses yeux, comme si tout son être se concentrait en eux. Inquiet pour la sécurité de Cécilia, il était attentif aux bruits qu’elle faisait dans la prairie. Une simple lisière la séparait d’elle. Il se mordit les lèvres, prenant sur lui pour paraître courageux. Pourtant il bafouilla comme un enfant qu’on aurait pris sur le fait : il avait fait une bêtise et alors ? Cécilia était sur ses terres désormais ! L’énormité de son égoïsme insouciant dépassait l’entendement.

- Père…il baissa la tête en signe de salut, mais aussi pour ne pas avoir à affronter la dureté de son regard. Il ne s’était jamais montré aussi distant. J’allais rentrer, vous n’aviez pas besoin de vous déplacer. Ni même d'être accompagné par Amilcar...
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Le trésor de Nicoleï [A VOIR] Mer 14 Mar - 11:25

Fakhar manqua exploser de colère. Comment cela "il allait rentrer" ? Qu'est-ce que cela changeait à ce qu'il avait fait ? Etait-ce que son père vienne le chercher qu'il redoutait ? Etait-ce Amilcar dont il craignait les crocs ? Ensun se tenait devant lui, comme un jeune garçon qui tentait d'éviter des réprimandes.

- Quelle nonchalance ! Est-ce tout ce que tu as à dire ? Est-ce ainsi qu'un fils de roi agit devant son père ?

Il s'avança d'un pas, bouillant de colère. Il devait calmer sa fureur, cela n'arrangerait rien.

- C'est bien, tu lui as rendu la liberté. Prie les Esprits pour qu'il ne lui arrive rien et fais-le avec ferveur pour qu'ils t'entendent. Je suis certain qu'elle arrivera sans dommage. Ton avenir de guerrier est moins certain.
Tu ne crains donc qu'une réprimande ?! Mais quel âge as-tu mon fils ? Tu ne sembles pas comprendre la gravité de tes actes. Tu ne cesses de parler de confiance, qu'il faut qu'on te laisse agir. Mais toi, fais-tu confiance à tes parents ?


Le corps du roi tremblait de sa colère contenue, il ne pouvait plus bouger, redoutant un geste maladroit.

- Pensais-tu vraiment que j'allais la livrer en pâture à des conseillers malintentionnés ? M'as-tu déjà vu enfermer sans justice quelqu'un ? Par l'esprit de mes ancêtres, es-tu mon fils ?!! rugit-il ne pouvant plus contenir la violente colère que contenait son coeur.

Les mâchoires serrées, il siffla entre ses dents :

- Tu voulais de l'indépendance ? Tu en auras. Je ne pense pas t'avoir empêché de devenir un guerrier, mais tu manques de courage pour me dire en face que tu ne souhaites pas le devenir. Tu attends passivement que les autres décident pour toi. Tu aimes prendre des initiatives périlleuses, tu aimes fuir la maison. Je vais t'en donner tous les moyens.
Et j'espère qu'au moins tu réussiras dans cette voie, malgré ta si mauvaise volonté. Je ne peux pas bannir mon fils, mais je saurais trouver ce qui t'éloignera, n'aie crainte.
Maintenant rentre, et je t'interdis d'aller pleurer dans les jupes de ta mère. Elle a un rôle à tenir et n'a pas à t'avoir encore dans son giron. Tu es un homme, pas un enfant. Il serait temps que tu t'en rendes compte. File !

~ Suite ~

_________________


Les images utilisées ont été réalisées par Alice Picard.

Angelo Añada . Fakhar Alkahin
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le trésor de Nicoleï [A VOIR]

Revenir en haut Aller en bas

Le trésor de Nicoleï [A VOIR]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» site pas mal pour voir des films en direct ^^
» reportage de grand voir vient voir c est beau ..............
» Un des plus beaux gargant qu'il m'ait été donne de voir
» Viens voir sa mère {Agnès
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fändir :: FÄNDIR :: Territoire des Naakti :: La forêt d'Elawyr-