AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

_______________________________________________________________________________

Partagez|
0

Chacun sa croix [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Chacun sa croix [PV] Mar 8 Jan - 0:24

Les journées s'étaient transformées en semaines, les semaines en mois, et le pécule de Roxanne avait fondu comme neige au soleil. Sans Alexander, elle en aurait été réduite à la mendicité et au vol. Comme avant. En fait, tout était comme avant, sauf qu'elle était à Glénia et plus à Assécia. Elle était redevenue seule au monde et sans avenir. Enfin presque seul, car Alexander était resté son ami et ils s'entraidaient toujours dans leurs quêtes respectives. Le jeune homme cherchait à assouvir une vengeance, à retrouver le ou les responsables de la mort de ses parents, et elle cherchait son père. Désespérément.

Car l'espoir avait fini par mourir en elle. Et quelque chose s'était recroquevillé dans son coeur, quelque chose était mort en elle, pour toujours. Plus le temps passait et moins elle arrivait à croire que les choses finiraient par s'arranger. Raven devait être mort ou vraiment très loin, et le rêve d'une famille, d'un père, s'estompait peu à peu. Y avait-elle seulement jamais cru ? Peut-être pas après tout. Malgré le papier qui disait qui elle était et que Raven était son père, ce papier soigneusement plié et qui ne quittait jamais une poche secrète pendue à son cou en permanence. Oui, malgré ce document très officiel, une part d'elle restait persuadée qu'elle n'était qu'une gamine de la rue et rien d'autre.

Voilà pourquoi, en ce jour si gris et alors que tout espoir l'avait désertée, elle avait décidé d'aller à l'église. C'était tout ce qui lui restait. Avant même d'ouvrir les yeux, elle avait su que cette journée serait particulièrement pénible. Elle était triste, déprimée, et ça empira encore quand ses yeux mauves découvrirent le ciel bas et gris qui annonçait un grain. Rien ne lui serait donc épargné, ce jour-là.

Dieu seul sait quelle raison la poussa à se vêtir en demoiselle pour une fois, mais toujours est-il qu'avec l'aide d'une des femmes de chambre de la maison LaFollet, elle empila les multiples épaisseurs qui devaient la rendre décente aux yeux du monde. Camisole, pantalon de dentelle, bas et jarretières, corset, chemise, jupons bien trop nombreux, et enfin la robe qu'elle avait emportée. Simple, mais élégante, elle devait lui donner l'allure respectable de la fille comme il faut d'un Capitaine de marine en retraite. Elle soulignait sa taille si mince et ses courbes mais couvrait tout ce qui devait l'être. Vraiment curieux cette manière d'envisager les choses. Mais après tout... Une fois ses bottines lacées, elle noua les rubans de son bonnet sous son menton, ajusta une cape sur ses épaules, et partit d'un pas décidé tout en mordant dans une petite brioche offerte par la cuisinière avec qui elle avait bu son thé matinal. Sans être une domestique dans la maison d'Alexander, elle n'avait pas non plus réellement le statut d'invitée, ou du moins ne s'en sentait pas digne. Aussi frayait-elle souvent avec le personnel, presque autant qu'avec le maître des lieux en fait.

Elle commençait à bien connaître Glénia à présent et prit le chemin le plus court pour se rendre à l'église où elle espérait assister à l'office du matin. Une fois dans le petit bâtiment gracieux pourtant, et après s'être signée en face du choeur, elle s'assit sur un banc vide et s'absorba dans ses pensées et ses prières. Si seulement elle pouvait trouver un peu de réconfort, un peu d'espoir. Ou même seulement une idée de la direction à prendre. Si Raven demeurait introuvable, devait-elle rentrer à Assécia ? Et pour faire quoi ? Les jeunes filles seules sont la proie rêvée de tous les sales types de ce monde, elle était bien placée pour le savoir, mais elle ne pouvait pas vivre le reste de sa vie déguisée en homme,si ?

_________________


D'abord la destruction, nous apportons le néant ! Nous ne sauvons rien, ne glorifions rien, nous anéantissons simplement, totalement !

Roxanne Morlame - Vladislava Baranov


Dernière édition par Roxanne Morlame le Dim 13 Jan - 16:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Dim 13 Jan - 9:12

Comme toutes les journées pluvieuses, Angelo était inquiet : l'église prenait l'eau et si cela continuait, elle finirait pas s'effondrer. Depuis qu'il était arrivé à Glenia, il n'avait eu de cesse de réparer patiemment le bâtiment. L'aide procurer par Erik pendant quelques mois, avait soulager sa charge de travail. Mais le jeune garçon était reparti il y a un mois. Angelo devait donc se précipiter chaque jour pour placer des linges, des bassines aux bons endroits, vérifier tous les murs pour déceler une potentiellement infiltration d'eau. Le jeune prêtre aimait le soleil, mais là, un temps sec était vital pour maintenir debout cette mauvaise bâtisse.

Il se signa en entrant dans l'église et commença son labeur sans même prêter un regard à la nef. Angelo était inquiet pour l'église, mais il l'était également pour les âmes de Glénia. Ce n'était pas que les habitants ne venaient pas le dimanche, au contraire, on manquait parfois de place. Mais l'absence d'investissement dans la vie spirituelle, quelqu'en soit la forme, démontrait que les Gléniens n'avaient guère le souci de Dieu. Et bien que cela lui déchire le coeur, Angelo devait bien reconnaître que la présence de la plupart était due aux convenances.

Après avoir mis une bassine dans le coeur et quelques linges au pied des murs, un léger soulagement parvint jusqu'à lui : son travail avait quand même payé. Il s'agissait seulement de ne pas baisser les bras et de prier pour qu'un temps sec et chaud s'installe pendant deux bonnes semaines. Les murs de l'église se sècherait, il pourrait boucher les trous et enduire la façade de chaux. Et s'il trouvait une bonne âme pour l'aider, il aurait même le temps de faire quelques réparations sur le toit. Le jeune prêtre s'étira, satisfait, observant plus attentivement le coeurs puis la nef.

Il y avait quelqu'un. Depuis combien de temps cette personne était là ? Une jeune fille ? Pas de celles qu'il connaissait, car elles ne se déplaçaient jamais sans chaperon. Une nouvelle famille de colons s'installait peut-être, venu par la terre. Aucun navire de l'Ancien Monde n'avait amarré ici depuis des mois. Angelo laissa là ses affaires et s'approcha avec calme de la jeune personne. Il n'était pas question de déranger un fidèle en prière, c'était devenu bien trop rare par ici. De sorte qu'Angelo s'installa sur le banc d'à côté, laissant la jeune personne libre de s'adresser ou non à lui. Et puis, il dirait l'office dans une bonne heure, la prière n'était pas un mauvais moyen de passer le temps ce matin.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Dim 13 Jan - 17:08

Le front appuyé sur ses doigts entrecroisés, Roxanne s'était agenouillée devant son banc pour s'abîmer dans ses prières. Personne ne le savait, pas même son père adoptif, mais elle était depuis très jeune une âme pieuse, très croyante et fervente dans ses prières. Elle assistait à l'office avec assiduité même si elle était toujours fort discrète. Et si elle ne pouvait pas aller à l'église pour une raison ou une autre, elle prenait toujours le temps de prier régulièrement, avec concentration et ferveur.

Pourtant, la vie l'avait placée devant des épreuves difficiles et des choix plus ardus encore. ELle avait perdu confiance en l'église et la plupart de ses représentants après son expérience malheureuse à l'orphelinat d'Assécia. Mais elle savait que tous les prêtres n'étaient pas de ce bois-là, et jamais elle n'avait perdu sa foi en Dieu. Au contraire. Les jours où elle se sentait assez forte, assez charitable, elle priait même pour que ces hommes dévoyés malgré leur robe retrouvent le chemin vers le Seigneur et la prière.

Voilà pourquoi ce matin-là, elle était si concentrée sur les mots qu'elle prononçait et les voeux qu'elle formulait. Elle se sentait si perdue, si incertaine quant à l'avenir et la conduite à tenir, qu'elle n'avait trouvé comme solution que de s'adresser à son Dieu qui, à défaut de solution pratique, apportait toujours la paix aux coeurs troublés.

Quand elle releva la tête pour observer le choeur, elle remarqua qu'un homme avait pris place sur le banc voisin et attendait patiemment. Priait-il ? Il n'en avait pas l'air. En tournant la tête vers lui, elle remarqua son habit et comprit alors qui il était. Elle se rassit bien droite sur son banc et joignit sagement ses mains sur ses jupes empesées tout en reportant son regard vers le choeur encore une fois.

- Bonjour mon père, le salua-t-elle doucement.

Elle était en fille ce jour-là et son comportement s'était adapté à sa condition. Même sa diction se modifiait presque naturellement. Elle fournissait quelques efforts, bien entendu, mais de moins en moins. Elle avait bien appris ses leçons.

- J'espère que ma présence n'importune personne, je suis arrivée en avance pour l'office de matines et la pluie m'a incitée à entrer...

_________________


D'abord la destruction, nous apportons le néant ! Nous ne sauvons rien, ne glorifions rien, nous anéantissons simplement, totalement !

Roxanne Morlame - Vladislava Baranov
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Dim 13 Jan - 21:50

Une petite voix sortit Angelo de ses pensées. La demoiselle s'adressait à lui. Il lui adressa donc un sourire et se tourna légèrement dans sa direction. S'il ne pouvait deviner son âge, il trouva qu'elle paraissait plus jeune qu'elle ne l'était, sans doute en raison de sa silhouette fluette. Elle portait une robe comme une jeune fille de bonne famille et ne semblait pas être encore mariée. Il était étonnant qu'elle sorte seule. Angelo avait remarqué que la colonie était plus conservatrice que l'Ancien Monde sur certains points. Et les demoiselles en âge de se marier n'étaient pas laissée libre de leur mouvement. A moins que cela ne concerne que certaines familles, au sang trop noble. Les spéculations n'étaient pas le fort du prêtre, aussi engagea-t-il la conversation.

- Bonjour mademoiselle. Je ne célèbre pas l'office avant une petite heure, mais je suis heureux de savoir que l'église est un refuge pour certains. Mais vous l'avez peut-être constaté, le bâtiment prend l'eau et je peine à lui redonner une seconde vie. S'il vous reste quelques prières à dire, vous aurez peut-être la générosité d'appeler de vos voeux quelques jours de beau temps.

Angelo examina les yeux de la jeune personne : lavande. Voilà qui était particulier et qui lui plu. Dieu avait beaucoup d'imagination : donner des yeux lavande à une petite souris. Le jeune prêtre n'avait pas souvenir de l'avoir déjà croisé. S'il avait vu ses yeux, il n'aurait sans doute pas oublié.

- Seriez-vous arrivée récemment dans la ville ? Je suis confus, mais je ne parviens pas à me souvenir vous avoir déjà aperçue. Je suis le père Angelo Añada, père Angelo suffira.

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Lun 14 Jan - 0:39

Si elle avait pu nourrir une quelconque méfiance au départ au sujet du prêtre qui l'avait approchée, elle s'était évanouie aussitôt qu'elle avait croisé son regard. C'était ridicule évidemment, on ne pouvait deviner le vice rien qu'à la mine des gens, mais elle avait la certitude que cet homme-là était juste et bon. Son instinct lui disait qu'elle était en sécurité avec lui. Et son instinct la trompait rarement.

Un sourire bref mais chaleureux et sincère apparut sur ses lèvres, puis elle baissa les yeux avec modestie. Ou plutôt pour dissimuler un certain embarras. C'était difficile à expliquer, même à elle-même, intérieurement, mais elle était parfois mal à l'aise avec le fait d'être une femme et peinait à se comporter comme telle.

- Il me reste des prière bien sûr, autant que nécessaire... Il serait dommage de voir une si jolie église se délabrer à cause d'un simple manque de moyens...

Il ne lui appartenait pas de questionner le prêtre sur la générosité de ses fidèles, évidemment, mais elle se demandait comment les paroissiens avaient pu ne pas se rendre compte que le bâtiment avait cruellement besoin de réparations. L'ingratitude des êtres humains la laissait toujours aussi perplexe.

Relevant les yeux, polie et courageuse à la fois, elle faillit tendre la main au père Angelo qui venait de se présenter, mais se souvint de justesse que les demoiselles ne faisaient pas ça. Elle n'aurait même pas du se trouver seule en compagnie d'un homme, fut-il au service de Dieu - preuve de la confiance qu'on accordait aux prêtres, songea-t-elle non sans ironie -et... Oh seigneur ç! Elle était sortie seule évidemment ! Sans chaperon ni escorte. Quelle andouille ! Ruiner sa réputation ne servirait pas à ramener Raven, c'était certain ! Et si elle ne le retrouvait pas ou qu'il était mort, elle aurait besoin de toute sa dignité pour y faire face.

- Mon nom est Roxanne, Roxanne Morlame. Je ne suis en ville que depuis quelques semaines mais mes recherches intensives ne m'ont guère laissé le loisir d'assister à l'office jusque là. De plus, je suis logée dans una grande maison dont la domesticité organise un cercle de prière une fois par semaine...

Pourquoi diable se justifiait-elle ainsi ? il ne lui avait rien reproché ni ne lui avait rien demandé sur son emploi du temps, et voilà qu'elle se mettait à bavarder comme une étourdie. Elle se mordit légèrement la lèvre avec un petit soupir, puis reprit pour se montrer honnête envers l'homme d'église qui l'accueillait si gentiment.

- Pardonnez-moi Père Angelo, mes manières sont plutôt récentes et je peine souvent avec les convenances.

Voilà qui expliquait tout, sans nul doute ! Bravo Roxanne ! Elle se serait giflée. Mais elle ne savait pas plus qu'avant comment ni par où commencer.

- Je viens d'Assécia. Je suis ici à la recherche de mon père adoptif qui a disparu depuis plusieurs mois... Je... Je me costume en homme la plupart du temps, aussi j'n'ai pas l'habitude de me faire accompagner dans mes sorties...

Et sa langue avait fourché en plus du reste, signe qu'elle était mal à l'aise si elle ne l'avait pas encore compris. Du reste, une autre révélation avait pris naissance dans son esprit : elle était seule avec ses tracas depuis trop longtemps. Comment expliquer sinon ce soudain engouement pour le bavardage, avec un prêtre inconnu qui plus est ?

_________________


D'abord la destruction, nous apportons le néant ! Nous ne sauvons rien, ne glorifions rien, nous anéantissons simplement, totalement !

Roxanne Morlame - Vladislava Baranov
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Lun 14 Jan - 6:00

C'était une demoiselle charmante. Mais elle semblait égarée, incertaine. Angelo faisaient de légers mouvements de tête à ses paroles, préférant laisser Roxanne s'exprimer.On ne venait pas à l'église sans un désir profond. Peut-être avait-elle besoin d'un peu d'écoute et cela faisait partie de ses attributions.

- N'ayez donc pas de gêne, je ne comptabilise pas la présence des fidèles. Je suis cependant bien aise d'apprendre que les gens simples ont le souci de la prière. Je ne peux que vous encouragez à continuer ainsi, mademoiselle Morlame.

La voix était jeune aussi. Angelo ne parvenait pas à donner d'âge à cette enfant. Etait-il possible qu'elle ait déjà atteint les 20 ans ? Impossible ! Elle semblait si frêle et si peu assurée. Mais les explications que continuait à donner Roxanne, arrêtèrent ses pensées. Une surprise non dissimulé s'afficha sur le visage du prêtre. Un léger froncement de sourcil bref se transforma en un pli discret d'inquiétude. Mais un sourire bienveillant s'installa également.

- Vous êtes bien courageuse pour vivre ainsi. Une jeune fille, quelque soit sa condition, ne devrait pas être réduite à se déguiser ainsi pour survivre. Non, je ne vous reprocherai pas cela : je connais assez bien les hommes pour savoir qu'une jeune fille ne peut pas survivre dignement sans protection. J'en suis le premier désolé. Je ne vois en cela aucune malice.

L'aveu de Roxanne avait été sincère et sans doute devait-elle se sentir coupable de se vêtir en homme. C'était bien sûr interdit. L'Eglise n'aimait pas le travestissement, car il y avait dans cette démarche, la volonté de tromper l'autre, de mentir. Mais comment le reprocher dans de tels cas ? Roxanne Morlame aurait-elle du laisser les hommes profiter de sa faiblesse ? Dieu ne le voulait sans doute pas.

- Vous dites rechercher votre père ? Mais quel moyen avez-vous ? Il n'est pas aisé de retrouver une personne dans cette colonie. Cela est assez paradoxale, car les terres connues ne sont pas si vastes. La famille qui vous héberge, parvient-elle à vous aider ? Je vous proposerai bien mon aide, si elle peut vous être d'une quelconque utilité.

Angelo allait continué son flot de questions, mais se retint. Il pouvait proposer son aide, mais n'avait pas le droit de s'imposer. Sans doute que la disparition de son père avait été un déchirement. Et visiblement, c'était la seule famille qui lui restait. Le jeune prêtre ne put s'empêcher de penser à Erik : lui, il fuyait son père.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Lun 14 Jan - 10:55

Un peu étonnée de la facilité avec laquelle le Père Angelo acceptait l'aveu de son péché, Roxanne en fut également soulagée et en conçut une plus grande confiance encore en ce prêtre qu'elle découvrait. Un minuscule soupir de soulagement lui échappa et ses mains se serrèrent convulsivement dans les replis de ses jupes sans qu'elle en ait réellement conscience.

- Je devrais tout vous raconter pour vous aider à comprendre mais ce serait fort long, aussi me contenterai-je de l'essentiel...

Elle rassembla ses pensées et y mit un peu d'ordre avant de reprendre la parole.

- J'ai grandi à l'orphelinat d'Assécia et ensuite dans la rue quand j'en ai été chassée. Le Capitaine Raven, celui qui est aujourd'hui mon père, commandait une frégate et c'est en essayant de cambrioler sa cabine que je l'ai rencontré. Il m'a enrôlée comme mousse au lieu de me livrer aux autorités et c'est ainsi que j'ai pu parfaire mon déguisement. C'est lui qui m'a appris le peu que je sais de lecture et d'écriture, et c'est lui aussi qui m'a aidée à me comporter en garçon pour ne point susciter la concupiscence des hommes mal intentionnés ou simplement leurs bas instincts... Quand il a quitté la Marine, il m'a emmenée avec lui et m'a adoptée comme sa fille. C'est là qu'il m'a fait donner des leçons de savoir-vivre et m'a poussée à me vêtir en femme désormais...

Relevant les yeux, elle se tourna à demi sur son banc, scrutant le visage du prêtre pour y lire une désapprobation certaine ou même une condamnation. Rien de tout ça pourtant. Il n'y avait que compassion et sympathie. Elle esquissa un petit sourire et poursuivit donc en baissant les yeux pour mieux se concentrer.

- Il a disparu d'Assécia après un rendez-vous avec un associé en affaires et d'après les renseignements que j'ai rassemblés, il avait à faire à Glénia. Il ne serait pas parti sans moi, j'en suis certaine, mais qui sait... Peut-être n'a-t-il pas eu le choix ? J'ai repris mes habitudes masculines pour le voyage car je savais combien il était à la fois dangereux et inconvenant qu'une demoiselle chemine seule sur une aussi longue distance, et je n'ai pas d'autre famille qui pourrait me chaperonner ou m'aider... C'est en arrivant ici que j'ai rencontré Monsieur LaFollet qui m'héberge sans autre contrepartie que mon aide pour sa propre quête ou quelques menus travaux dans la maison... Il m'aide aussi à chercher mon père, mais j'ai bien peur d'être arrivé au bout de mes ressources...

Relevant la tête, elle serra ses mains jointes dans son giron et l'angoisse se lut sans peine sur son visage cette fois.

- Je ne sais plus quoi faire ni où chercher... Il faudrait que je retourne à Assécia pour voir s'il y a eu des nouvelles de Raven ou pour déclarer officiellement sa disparition... Mais je crains d'être placée comme pupille de la Marine et de perdre ma liberté. Je sais ce qui arrive aux jeunes filles sans parent masculin pour veiller sur leurs intérêts... Et par-dessus tout, je ne veux pas renoncer à mon père... Vous comprenez ? Si je veux toucher une rente de ses biens pour vivre de manière indépendante autant que faire se peut, il faut que je le déclare mort ou disparu, et c'est trop dur...

Ça y était cette fois, elle avait tout lâche, tout raconté sans fioritures, sans faux-semblants, péchés inclus. Oui décidément, elle devait se sentir bien seule pour que tout sorte aussi aisément. Mais il fallait dire aussi que ce prêtre était le premier depuis longtemps à lui inspirer une confiance aussi grande et aisément née. Peut-être saurait-il la conseiller ? En tout cas, le simple fait de s'être confiée à lui, de lui avoir exposé ses dilemmes, l'avait soulagée d'une grande part de son fardeau. Elle ne savait pas plus quoi faire qu'en arrivant mais elle se sentait moins désespérée qu'à son réveil et c'était déjà un pas dans la bonne direction.

_________________


D'abord la destruction, nous apportons le néant ! Nous ne sauvons rien, ne glorifions rien, nous anéantissons simplement, totalement !

Roxanne Morlame - Vladislava Baranov
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Lun 14 Jan - 12:22

Roxanne avait bien des choses sur le coeur et la sincérité de ses paroles étaient touchante. Angelo se félicita de ne pas l'avoir réprimandé à propos de son travestissement. C'était une jeune fille qui n'avait rien depuis la naissance. Le prêtre ne pouvait qu'imaginer le soulagement, le bonheur peut-être aussi, qu'elle avait eu en trouvant, en ce capitaine Raven, un père. Elle lui avait probablement accordé toute sa confiance, certaine _du moins l'espérait-elle_ qu'il ne l'abandonnerait pas. La disparition, sans aucune nouvelle, devait être un véritable poison dans sa vie.

La demoiselle avait laissé supposer que Raven avait pu l'abandonné. Mais cela paraissait impossible à Angelo : un homme qui prend soin d'un enfant qui n'est pas le sien, qui le travestit pour le cacher des vices des hommes, cet homme ne pouvait pas être capable d'abandonner celle qu'il protège. Peut-être Raven cherchait-il également sa fille. Et s'il lui était arrivé malheur, il se sentait dans l'obligation de le découvrir.

- Je comprends votre peine et votre désespoir. Pour le moment, je ne peux rien dire. Nous n'avons jamais accueilli de capitaine Raven ici. Cependant, ne perdez pas espoir de connaître la vérité.

Le jeune prêtre s'arrêta un instant, captivant le regard de Roxanne. Au fond de lui, il était heureux. Heureux de pouvoir venir en aide à quelqu'un, de mettre son pouvoir au service d'un autre.

- Mademoiselle Morlame, connaissez-vous cette phrase : la vérité vous libèrera ? Quelque soit la réponse à votre question, il ne faut pas rester dans l'ignorance. Je ne peux vous promettre que votre père est en vie, mais ne perdez pas espoir. Vous avez le droit de connaître la vérité. Je vais contacter l'évêque, le seigneur Jaminez. Il connaît bien la haute société et se tient informer de tout. Peut-être pourra-t-il nous fournir quelques éléments de réponse.

Il s'arrêta. L'heure avait tourné et bientôt il devrait se préparer à dire la messe. Mais il lui restait encore une idée en tête.

- Quel âge avez-vous ? Oh, je suis désolé de ma brusquerie, mais cela m'aiderait à mieux vous cerner. Vous possédez sûrement des qualités. Naviguer avec votre père vous a sans donné beaucoup de ressources. Cela ne vous intéresserait-il pas de travailler, gagner votre vie. Et puis peut-être un jour vous établir ? Je peux vous apporter de l'aide pour cela. Et ma conviction est que la Providence frappe à chaque porte.

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Lun 14 Jan - 17:11

Le visage de Roxanne s'éclaira de l'intérieur, comme touché par la grâce et un sourire s'épanouit sur ses lèvres.

- Vraiment ? Vous croyez que l'Évêque pourrait m'aider ? Ce serait vraiment très gentil de sa part de prendre sur son précieux temps pour se renseigner au sujet de mon père... Est-il à Assécia ? Puis-je lui demander audience sur la foi de votre recommandation ?

Elle se mordit la lèvre, tentant de réfréner ainsi son enthousiasme devant ce début de solution qui s'annonçait prometteur à ses yeux. Le reste de ses questions lui donna à réfléchir pourtant et un léger fard envahit son front alors qu'elle répondait, beaucoup plus calmement.

- Je ne connais pas mon âge exact, mais d'après les calculs de mon père, je devrais atteindre mes dix-huit ans cette année.

Elle s'empourpra encore davantage devant ses autres demandes qui étaient autant de pistes de réflexion pour son jeune esprit en ébullition.

- Pour être honnête, je n'ai jamais réellement songé à tout cela. Je pensais que nous aurions le temps d'en parler avec Raven et de décider ensemble de ce qui était le mieux pour moi. Les femmes peuvent-elles réellement travailler et gagner leur vie de manière convenable ? Je veux dire... Même s'il est évident que je ne serai jamais parmi les débutantes ou les jeunes filles de bonne famille à marier, j'espère tout de même... Enfin je souhaite... Je voudrais... J'espère ne pas vivre seule toute ma vie... Seulement, sans chaperon ni parent masculin pour me guider, il me sera difficile de trouver un parti convenable qui veuille de moi... Je ne suis même pas certaine d'avoir une dot, mon père ne m'a jamais parlé de nos finances, évidemment.

La conversation la mettait incroyablement mal à l'aise, car s'il était un énorme défaut à son plan de se travestir en homme, c'était qu'aujourd'hui elle était complètement perdue et ignorante au sujet des relations entre hommes et femmes. Du moins celles qui étaient convenables, puisque la vie dans la rue lui avait appris la laideur et la luxure de ce monde. Inspirant profondément, elle reprit contenance et s'efforça de réfléchir pour faire avancer leur conversation au lieu de bavarder sans but.

- Je ne suis pas très douée pour la couture en tout cas, surtout que les voiles ne demandent que des points solides et non des broderies esthétiques... Je ne suis guère plus douée en cuisine, même si je sais l'essentiel pour ne pas nous laisser mourir de faim... Je dessine correctement mais la lecture et l'écriture ne sont pas mon fort... Pour être absolument honnête, je n'avais jamais réfléchi à ce que j'aimerais faire, du moins pas dans un domaine réaliste et convenable... Tout ce que je désirais, c'était naviguer, mais les femmes ne font pas ça...

_________________


D'abord la destruction, nous apportons le néant ! Nous ne sauvons rien, ne glorifions rien, nous anéantissons simplement, totalement !

Roxanne Morlame - Vladislava Baranov
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Mar 15 Jan - 11:17

Roxanne était une charmante enfant. Sa vie ne semblait pas avoir été simple et pourtant, elle gardait une certaine candeur. Elle méritait vraiment que la lumière s'infiltre dans son existence. Cela n'allait pas être simple de forcer la main au destin. Mais au moins, ce n'était pas une dévergondée. Elle semblait avoir le souci des bienséances et de mener une vie droite.

- Mon enfant, je ne peux pas te promettre de rencontrer l'évêque. Du moins, cela ne se fera pas avant de nombreux mois. Je vais prendre contact avec lui. Donner lui le temps de mener des investigations, de m'apporter une première réponse. Ensuite, et bien oui, peut-être pourras-tu le rencontrer. Le seigneur Jaminez vient de l'Ancien Monde comme moi. Il cherchera sans doute aussi de ce côté.

Angelo lui sourit, amusé de se voir utiliser son réseau. Lui qui s'était astreint à ne plus avoir recours à ses facilités de riche, il se surprenait à en jouer pour mettre la main sur quelqu'un. Il aurait sans doute une grande réflexion ce soir, dans le silence de sa chambre.

- Nous avons tous les deux les moyens de mettre en marche des recherches, avec les moyens nécessaires. Mais notre réussite, je ne peux te l'assurer.

Il se leva et remit en place les plis de sa soutane. L'heure était venu de célébrer l'office. Quelques ouailles venaient d'entrer et se signaient.

- Il est déjà l'heure de l'office. Si tu es libre de ton temps pour ce midi, veux-tu me rejoindre pour le déjeuner ? Perrine t'ouvrira le presbytère. Je dois aller voir quelques personnes après l'office pour finir les travaux de restauration de l'église. Si je peux financer une partie de moi-même, il me manque surtout des bras pour m'aider dans ce dur labeur. Je serais de retour après l'Angélus.

Après avoir salué Roxanne, il se rendit prestement dans la sacristie et revêtit son aube et les insignes. C'était l'heure de l'office.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Mer 16 Jan - 0:38

- Merci Père Angelo...

Roxanne s'était levée elle aussi, même si ça ne la grandissait pas vraiment, et souriait à présent. Même s'il n'y avait aucune certitude, aucune réponse concrète, elle avait à présent un allié. Et pas n'importe qui : une homme de Dieu ! Oui, l'espoir revenait un peu dans son coeur. Rien ne serait jamais plus comme avant, elle ne retrouverait pas ce qu'elle avait perdu, mais l'avenir semblait moins sombre avec l'aide du Père Angelo.

- Je me joindrai à vous avec plaisir, et je vous remercie encore, mon père.

Le poids semblait peser moins lourd sur ses épaule à présent et elle se réjouissait d'assister à un office célébré par ce gentil prêtre. Elle resta sur le même banc qui lui paraissait bien situé et se montra aussi sage, assidue et fervente que d'ordinaire. Un peu plus même peut-être, compte tenu de la secrète complicité qu'elle avait désormais avec l'officiant. Elle ne s'attarda guère après la messe mais ajusta son bonnet sur ses cheveux tressés pour sortir et gagner le presbytère qu'elle trouva sans mal et où elle fut accueillie par la dénommée Perrine.

La dame était plutôt âgée et d'une gentillesse inégalable. Manifestement habituée à recevoir les ouailles de son maître, elle ne fut pas plus surprise que cela de la voir débarquer seule et lui ouvrit la maison. À présent installée dans un salon de réception petit mais fonctionnel et chaleureux, la jeune fille avait été débarrassée de sa coiffe et de sa cape et la gouvernante du Père Angelo lui avait servi une tasse de thé, l'invitant à se réchauffer près de l'âtre en attendant le prêtre.

De bonnes odeurs lui parvenaient déjà de l'office, aussi choisit-elle parmi les volumes entassés sur des étagères et se lova-t-elle dans un fauteuil devant la cheminée pour faire passer le temps en oubliant sa faim réveillée par les délicats fumets. Si elle peinait toujours autant à lire, elle prenait de plus en plus plaisir à découvrir les récits en revanche et passait beaucoup de temps à étudier et dévorer tous les volumes qui lui tombaient entre les mains. Anonnant donc silencieusement les mots qu'elle déchiffrait, elle se plongea dans ce journal de bord d'un capitaine de marine qui avait vécu de longues années auparavant. Le hasard faisait bien les choses.

_________________


D'abord la destruction, nous apportons le néant ! Nous ne sauvons rien, ne glorifions rien, nous anéantissons simplement, totalement !

Roxanne Morlame - Vladislava Baranov
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Mer 16 Jan - 21:50

A peine l'office dit, Angelo s'était précipité en ville pour trouver quelques ouvriers prêts à l'aider pour les prochaines réparations de l'église. L'évêché ne donnait que bien peu d'argent à l'église de Glénia et les habitants, sans être radins, ne se montraient pas plus généreux que ne l'exigeait la bienséance. Le jeune prêtre ajoutait donc de son propre argent pour payer les factures. Cela lui permettait d'employer quelques personnes, ponctuellement. Il ne se souvenait pas de la dernière fois qu'il avait pris rendez-vous chez un tailleur. Cela ne faisait pas si longtemps, il faisait couper chaque mois une nouvelle chemise, de nouvelles culottes ou une nouvelle soutane. Ici, rien de tous ces raffinements. Il savait bien que la vie à Assecia n'était pas la même pour l'évêque. Il avait fait un choix et ça n'était pas le plus simple.

Les cloches sonnaient l'heure de midi. Il récita l'Angélus en courant pour se mettre rapidement à l'abris au presbytère. Ses recherches lui avaient rapporté la promesse ferme de quatre paires de bras solides dès que le temps serait plus clément. Sa bourse serait également bien déchargé pour l'occasion. Enfin, il put pousser la porte et pénétra dans le vestibule, trempé et grelotant. Perrine vint lui apporter des linges tièdes qu'elle avait placé devant la cheminée avant qu'il n'arrive, prévenante comme toujours. Il la remercia et s'éclipsa pour se changer.

Angelo redescendit, habillé d'une chemise bouffante blanche, laissant apercevoir la fine chaîne d'or et sa croix, et d'une culotte bleu ciel, bottes noires à revers, les cheveux en catogan. Il rejoignit Roxanne dans la bibliothèque qu'il avait aménagée. Elle était concentrée sur sa lecture, légèrement recoquillée sur le livre. Le prêtre s'avança doucement pour ne pas l'effrayer. Ses bottes firent grincer le plancher doucement, attirant l'attention de la jeune fille qui tourna ses yeux lavande sur lui. Il lui répondit par un sourire.

- Perrine nous attend pour manger. Je t'ai fait un peu attendre, mais j'étais trempé jusqu'aux os.

Il tenta de voir ce qu'elle lisait, mais le livre s'était perdu dans les plis de sa robe.

- Lire est une bonne activité. Tu peux l'emporter avec toi pour en continuer la lecture, si tu le souhaites.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Mer 16 Jan - 23:53

Une lame de parquet grinça légèrement et fit sortir Roxanne du récit captivant dans lequel elle était plongée avec passion. Même en déchiffrant aussi lentement qu'elle le faisait, elle arrivait à véritablement s'immerger dans le récit, c'était délicieux. Levant les yeux, elle croisa le regard du Père Angelo et battit des cils deux fois, s'efforçant de ne pas ouvrir la bouche. C'était la première fois qu'elle voyait un prêtre dans l'intimité de sa demeure personnelle et jamais il ne lui était venu à l'esprit qu'ils puissent se vêtir en civil. En tout cas, le Père Angelo avait certainement beaucoup d'allure, elle en resta muette quelques instants.

Réalisant qu'elle s'était installée comme si elle était chez elle, elle rougit et se remit debout, lissant ses jupes du plat de sa main libre, l'autre tenant bien serré contre elle le petit volume relié de maroquin brun.

- Merci, c'est très aimable. Je vous le rapporterai sans faute. Je lis plutôt lentement mais une fois que j'ai commencé, je ne peux plus m'arrêter.

Elle déposa néanmoins le livre sur un guéridon avec sa tasse de thé à présent vide. À table, ni l'un ni l'autre ne lui serait utile. Un peu nerveuse, elle lissa un pli imaginaire de sa robe tout en gagnant la porte. À l'église, elle n'avait vu que sa soutane, sa fonction, son sourire bienveillant, elle n'avait pas réalisé qu'il était en fait un beau jeune homme plutôt bien fait de sa personne. C'était sans doute la toute première fois qu'elle considérait ainsi un élément masculin et c'était troublant, même s'il ne lui venait évidemment aucune pensée inconvenante puisqu'il ne lui avait pas échappé pour autant qu'il était un homme de Dieu. Elle le précéda hors de la bibliothèque et ils gagnèrent une petite salle à manger aux grandes fenêtres donnant sur un joli jardin. Même s'il pleuvait toujours atrocement, c'était agréable et plutôt lumineux. En plus des parfums délicieux qui s'échappaient des plats posés sur la table.

- Je vous remercie beaucoup de cette invitation impromptue.

Elle ne savait pas comment exprimer les choses mais avait conscience que cette rencontre et cette invitations lui avaient apporté plus d'apaisement que bon nombre de ses prières et allaient changer le cours de sa vie qui s'était enlisée de manière déplaisante au cours des dernières semaines.

_________________


D'abord la destruction, nous apportons le néant ! Nous ne sauvons rien, ne glorifions rien, nous anéantissons simplement, totalement !

Roxanne Morlame - Vladislava Baranov


Dernière édition par Roxanne Morlame le Ven 18 Jan - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Jeu 17 Jan - 8:15

Angelo était de bonne humeur. La journée se montrait généreuse en rencontre et en bonne nouvelle. Il lui fallut beaucoup de retenue pour ne pas rire en voyant la surprise de sa jeune invitée. Visiblement, elle n'avait jamais imaginé un homme d'église sans soutane ni aube ! La colonie était décidément très étrange. Sur le continent, les clercs se chargeaient rarement des basses besognes, alors qu'ici, si Angelo ne travaillait pas avec ses mains, il pouvait faire ses malles et retourner au séminaire. La soutane était élégante et marquait son statut, mais elle n'était pas pratique ! Son sourire s'accentua donc.
** Je ne suis pas certain qu'une rencontre avec Diego soit une bonne idée** ne put-il s'empêcher de penser. Bien qu'il respectât son supérieur hiérarchique, il connaissait le jeune prélat et ses moeurs très libres. L'exil sur les terres de Fändir l'avait-il fait changer ? C'était peu probable.

Perrine avait servis un bon potage et le jeune prêtre aperçu également une pièce de viande dans une profonde marmite. Il rompit une belle part de pain pour chacun et croisa les mains en prière. En quelques mots, il remercia Dieu pour ce repas généreux et se signa. Puis il invita à s'asseoir et à manger. Pour ne pas mettre mal à l'aise Roxanne, Angelo commença son repas sans plus tarder et remercia encore en son for intérieur Dieu de lui offrir la chance d'un si bon repas.

- Roxanne, en ville j'ai rencontré monsieur Carsin. C'est un commerçant assez prospère. Sa femme et lui ont une boutique de tissus et de confection. Ils ont une fille, Catherine, que j'ai marié l'année dernière et qui vient d'avoir un fils. Elle ne peut plus aider ses parents à la boutique. Pour eux, c'est une grosse perte, car ils prennent de l'âge et madame Carsin ressent de grande faiblesse dans ses jambes. Ils cherchent une personne pour les aider.

Angelo prit le parti de ne pas attendre les commentaires de son invitée et finit la proposition qu'il avait commencé à formuler.

- Il ne s'agirait pas de tenir la boutique. Mme Carsin n'est jamais loin de la boutique et sa fille vient quelques heures également. Malgré leur état physique à chacune, elles font de la confection. En revanche, elles ne peuvent plus autant se déplacer pour livrer les colis, faire les essayages, soulever des charges. Bien sûr monsieur Carsin participe à cela, mais lui aussi prend de l'âge et il ne peut satisfaire à toute la demande.

Il fixa son regard dans les yeux lavande, grave. Il savait que le seul moyen pour qu'une enfant de la rue puisse avoir une vie convenable, était de la placer sous la protection de personnes respectables et lui donner les moyens honnêtes de subvenir à ses besoins.

- Serais-tu d'accord pour essayer quelques semaines cet emploi ? La vie sur les navires t'ont certainement donné le goût du grand air et de la force, je me trompe ?

Perrine débarrassait leurs bols de terre cuite pour leur servir la viande et les légumes aromatisés.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Ven 18 Jan - 0:14

Roxanne baissa la tête pour se recueillir pendant les grâces, puis se signa à son tour avant de s'asseoir et de commencer à manger. C'est en avalant ses premières cuillerées de soupe qu'elle réalisa à quel point elle était affamée. Elle resta bouche bée pourtant et en oublia de porter la cuiller à sa bouche après que le Père Angelo lui eut exposé sa proposition d'une extraordinaire gentillesse et générosité. Par un heureux hasard, la situation qu'il lui exposait paraissait particulièrement adaptée à ses aptitudes et à son mode de vie plus libre que celui des jeunes filles de son âge. Ellen'aurait jamais supporté d'être enfermée à longueur de journée ni de se cantonner à un travail fastidieux et pour lequel elle était peu douée. Incroyable. Et pourtant il restait une chose qui la retenait. Baissant les yeux sur son bol, elle finit son contenu en quelques bouchées avant que Perrine ne débarrasse. Alors seulement, les idées bien à leur place dans sa tête, elle releva la tête pour croiser le regard du Père Angelo.

- Je ne sais pas comment vous remercier pour cette proposition plus que généreuse.

Elle soupira et marqua une hésitation brève avant de poursuivre, la mine grave.

- Mais il y a un point sur lequel j'ai besoin de vos conseils... J'ai tout laissé en suspens à Assécia pour venir chercher mon père, mais si j'accepte cette situation, je devrai venir vivre ici à Glénia, définitivement... Mais dans ce cas, ne faut-il pas que je retourne à Assécia déclarer la disparition de mon père et récupérer mes affaires ? J'ai peur qu'on nomme un tuteur pour moi qui ne m'autorisera pas à revenir, à travailler... Et quand mon père reviendra, que se passera-t-il ? Comment me trouvera-t-il ?

Elle s'angoissait réellement à l'idée que son père ne la retrouve pas. Que ses affaires soient liquidées et qu'il ne retrouve rien en rentrant. Elle n'était qu'une femme et mineure de surcroît, elle ne pourrait pas lutter contre le pouvoir, contre les hommes, contre ceux qui se fichaient de leur famille.

_________________


D'abord la destruction, nous apportons le néant ! Nous ne sauvons rien, ne glorifions rien, nous anéantissons simplement, totalement !

Roxanne Morlame - Vladislava Baranov
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Dim 20 Jan - 22:26

Roxanne avait raison : cette nouvelle position allait l'éloigner de sa ville d'origine. Mais Angelo y voyait plus d'avantages que d'inconvénients. Elle soulevait un réel problème, celui du devenir des affaires de son père. Si ça fortune était connue d'armateurs voraces, ils ne tarderaient pas à la liquider.

- Rassure toi, si tu restes ici aucun tuteur ne viendra te chercher. Il faudrait également être sûre que ton père n'avait pas de famille. S'il en avait, ce serait la seule à pouvoir t'obliger à être sous-tutelle.
En revanche, je te déconseille de le signaler comme disparu avant d'avoir reçu une réponse de l'évêque. Dans ma lettre, je lui demanderai de s'occuper de tes intérêts. Il est plus calculateur que moi et je suis certain qu'il y trouvera son compte. Je ne vais pas te mentir : il te demandera sans doute de toucher des intérêts, lorsque l'entreprise de ton père aura repris... à moins qu'il ait d'autres objectifs. Il est parfois très surprenant...


Angelo avait connaissance de la vie de Diego Jaminez. Il ne souhaitait pas livrer Roxanne à cet homme, il savait que lui seul pourrait lui rendre ce service. Le jeune prêtre se doutait qu'il aurait lui aussi un prix à payer pour ce service.

- Profite de la chance que tu as de vivre libre ici. Si ton père est encore en vie, il saura où te trouver. Tu as le droit d'être aidée et tu ne me dois rien pour cela. Te savoir heureuse me suffira.

Perrine apporta une tarte aux pommes pour clore le repas. Elle proposa du lait chaud à la demoiselle. Angelo prenait un thé, comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Mar 22 Jan - 0:02

Roxanne pencha légèrement la tête de côté, écoutant avec attention chaque mot que prononçait le Père Angelo. Il était sage et avisé, digne de confiance à ses yeux. Mais toutes les questions étaient encore loin d'être résolues. Elle hocha lentement la tête, réfléchissant pour répondre point par point aux sujets qui avaient été soulevés.

- Je ne crois pas que mon père ait de la famille. J'ai cru comprendre que nous étions seuls. Tous les deux.

Et cette pensée était plutôt triste en fait. Déjà qu'il n'était pas d'une gaité folle de composer une famille à eux deux, âmes perdues et solitaires. Mais de plus, ils étaient les seuls à se vouloir comme famille et étaient à présent séparés. Bref, elle ne devait pas s'attarder sur ces pensées déprimantes.

- Au sujet de Monseigneur l'évêque... Il est sans doute juste qu'il obtienne une contrepartie pour ses services s'il accepte de s'occuper des affaires de mon père. Et je suis certaine que mon père approuvera ce choix. Il sait que je ne suis pas capable de m'occuper de ses affaires, quand bien même on m'en laissait l'opportunité, ce qui n'est pas le cas, assurément.

Elle pesait ses mots, formulait avec soin ce qu'elle avait à dire. Plus que jamais il lui apparaissait essentiel de bien s'exprimer.

- Je vous remercie. Vraiment. Je vous suis infiniment reconnaissante de tout ce que vous faites pour moi. Mais j'ai encore une question et elle est un peu délicate...

Elle se tut quelques instants, cherchant ses mots à nouveau, un léger fard envahissant alors son front et ses pommettes.

- Je ne sais pas... Enfin je me demandais... Où pensez-vous que je doive loger ? Je crois qu'il ne serait pas décent que je reste plus longtemps sous le toit de Monsieur LaFollet alors que je me vêt à nouveau d'un costume féminin. Je suppose qu'il n'est pas envisageable de vivre seule, mais il existe sas doute une solution... Je crois que mon père avait assez de fortune, sans être très riche. Peut-être y'a-t-il assez pour qu'une petite pension me soit versée et que je puisse me payer un logement ainsi que les services d'une bonne à demeure ou d'une dame de compagnie qui servirait de chaperon... Je ne sais pas, je ne me rends pas compte... Est-ce que ça ne risque pas d'attirer l'attention sur la disparition de mon père ? D'ailleurs, le fait que Monseigneur l'évêque prenne en main ses affaires, ne nous fait-il pas courir le même risque ?

Elle réfléchissait en même temps intensément, peu au fait de la manière dont ce monde fonctionnait hormis pour ses bas-fonds et ses habitants les plus vils. La chance que lui offrait le Père Angelo était unique toutefois et extraordinaire. Elle ne pouvait plus se contenter d'attendre et de chercher son père, son enquête ne l'avait menée nulle part. Elle devait songer à son avenir à présent et agir.

_________________


D'abord la destruction, nous apportons le néant ! Nous ne sauvons rien, ne glorifions rien, nous anéantissons simplement, totalement !

Roxanne Morlame - Vladislava Baranov
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Mer 23 Jan - 14:48

L'inquiétude de Roxanne était palpable. Et sans doute était-elle justifiée, car elle ne possédait aucun pouvoir. C'était une des raisons pour laquelle il s'était décidé à faire appel à l'évêque : il avait le pouvoir, la fortune, l'autorité et ce qu'il fallait pour se sortir à bon compte de toutes les situations, même si cela frisait l'immoralité.
Il était déjà de bon augure qu'elle soit la seule famille de son père. Angelo concevait que ce puisse être triste, mais cela assurait à Roxanne la liberté. Elle n'aurait pas de tuteur. En revanche, sa dernière question le laissa un instant sans voix. Le jeune prêtre réfléchissait, mais il n'y avait que peu de réponses.

- Diego pourra s'occuper des affaires de ton père sans éveiller un soupçon. Il a toutes les qualités pour cela. Concernant la pension, je n'y avais pas pensé sur le moment. Cela ne devrait poser aucun problème, puisque tu as été reconnue légalement et qu'aucune famille ne pourra venir contester tes droits. En revanche, cela prendra plus de temps.

Angelo se leva et s'approcha de la fenêtre. La pluie n'avait pas cessé. Et elle ne lui donnait pas plus d'idée pour un logement. Existait-il dans cette ville une pension honorable, mais point trop coûteuse, qui ouvrirait la porte à cette infortunée enfant ? Il semblait plus aisé de mener des recherches sur toutes les mers pour retrouver son père que pour l'installer dans un logement convenable.

- Penses-tu que la famille LaFollet t'accueillerait encore une semaine ? Le temps que nous puissions trouver une pension qui te convienne. En allant te présenter aux Carsins, n'hésite pas à leur demander s'ils ne connaissent pas une bonne maison. Pour l'argent, je te l'avancerai.

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Mer 23 Jan - 23:52

Roxanne finit sagement sa tarte aux pommes et savoura le lait chaud sucré au miel qui l'accompagnait. La cuisine de Perrine valait largement celle de la maison LaFollet, c'était un fait ! Et en même temps qu'elle prenait plaisir à ce bon repas, elle écoutait chaque mot que prononçait le Père Angelo. Elle buvait ses paroles, même. Déjà favorablement impressionnée depuis leur rencontre ce matin à l'église, elle avait carrément rendu les armes en le découvrant en civil. Il état gentil, compatissant, et se souciait réellement d'elle. Elle en était certaine. Elle en aurait mis sa main à couper. Sa silhouette se découpait devant la fenêtre à présent et elle l'observait intensément, pleinement consciente qu'il se démenait pour elle comme peu de gens l'avaient fait auparavant. Presque personne en fait, hormis Raven, peut-être.

- Alexander sera d'accord, c'est sûr. Il est vraiment très gentil et serviable. Si ce n'était pas indécent de loger chez un célibataire de bonne famille pour une fille comme moi, je resterais sans problème chez lui. Mais sans chaperon, je sais qu'c'est pas possible. Mon père voudrait pas que je risque ma réputation comme ça.

Elle n'y avait pas pensé avant qu'il le mentionne mais elle savait qu'il existait à Assécia des pensions de famille tenues par des dames très bien et qui louaient des chambres à des personnes seules. Mais était-ce décent pour une jeune fille ? Et cela existait-il seulement à Glénia ? Si oui, c'était une solution intéressante et assurément moins coûteuse que de payer pour un logement entier et un chaperon à demeure. Tout dépendrait en fait de la rente que pourrait lui verser l'évêque quand il aurait fait le point sur les affaires de son père. Mais en attendant, c'était une solution qui lui semblait plutôt plaisante. Oui, elle ferait comme avait dit le Père Angelo. Elle irait voir la famille Carsin et leur proposer son aide en n'oubliant pas de leur demander s'ils avaient des idées pour loger une jeune fille décemment. Oui, finalement l'avenir lui apparaissait moins sombre depuis qu'elle était venue prier ce matin. Repoussant son assiette, elle reposa sa serviette à côté après s'être tamponné les lèvres, puis sourit en se levant.

- Encore une fois, je vous suis extrêmement reconnaissante de votre gentillesse, de votre hospitalité et de vos efforts pour moi. Si je peux faire quoi que ce soit pour me rendre utile, pour vous aider, même s'il s'agit de remplacer des tuiles sur le toit de l'église, je ferai tout ce que vous voudrez. Je suis plutôt habile, vous savez, même si c'est pas pour des choses que font habituellement les jeunes filles.

Un petit rire lui échappa, un peu rauque et elle secoua la tête, lissant les plis de ses jupes d'une main un rien nerveuse.

- Croyez-vous que je doive me présenter aux Carsin dès cet après-midi ?

_________________


D'abord la destruction, nous apportons le néant ! Nous ne sauvons rien, ne glorifions rien, nous anéantissons simplement, totalement !

Roxanne Morlame - Vladislava Baranov
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Sam 26 Jan - 13:08

Roxanne était une jeune fille aimable et plus vertueuse que beaucoup d'autres jeunes filles de bonne famille. Il avait oublié le problème du chapéron. Lorsqu'elle aurait trouvé une pension convenable, la question ne se poserait plus. Mais pendant les quelques jours, semaines, avant qu'elle ne puisse s'installer, comment pouvait-il lui assurer une position respectable ?

- Je dois avouer ne plus avoir d'idée en attendant que tu trouves une pension. À moins, peut-être ...

Il se tourna vers Perrine qui rinçait déjà les assiettes.

- Perrine sera là. Elle t'accompagnera de chez les Lafollet au Carsin. Et elle viendra te chercher à la fin de ta journée. Si besoin elle te préparera quelque chose pour le midi. Cela dépendra des Carsin.

- Encore une fois, je vous suis extrêmement reconnaissante de votre gentillesse, de votre hospitalité et de vos efforts pour moi. Si je peux faire quoi que ce soit pour me rendre utile, pour vous aider, même s'il s'agit de remplacer des tuiles sur le toit de l'église, je ferai tout ce que vous voudrez. Je suis plutôt habile, vous savez, même si c'est pas pour des choses que font habituellement les jeunes filles.

Angelo devint beaucoup moins grave et son visage trahissait son amusement. Roxanne n'était pas ingrate et il apprécia qu'elle propose son aide. Il est vrai que toute aide était bienvenue. Il l'imaginait déjà à quatre pattes sur le toit... rebouchant enfin une fissure qu'Angelo n'avait jamais pu atteindre en raison de sa stature. Et il n'était pourtant pas des plus massifs.

- J'accepte ton aide et te donne l'autorisation de te vêtir en garçon pour cette occasion. Je ne voudrais pas que tous ces jupons te portent préjudice. Et oui, je pense que tu aurais tout intérêt à te présenter au Carsin.

Le jeune prêtre la détailla. Elle semblait quelque peu rassurée, mais il s'interrogeait sur son père. Il n'y avait tout d'abord prêté attention, pourtant le nom de Raven ne lui semblait pas totalement étranger. Plus il y pensait, plus il se convainquait qu'il s'agissait d'une connaissance de sa famille. Il aurait besoin d'interroger son père. Sa lettre mettrait plus d'un mois à lui parvenir et il devrait attendre plus d'un mois encore pour en recevoir la réponse.

- Si le beau temps arrive, je te demanderai de l'aide pour le toit. Dans ta vie sur les bateaux, tu as sans doute eu à monter au mât, non ? Si tu pouvais le faire, tu me rendrais un service plus grand que tu ne crois.

La cloche de l'église sonna les deux heures. Il était plus que temps de reprendre le travail, et il n'en manquait pas.

- Je dois travailler à mon bureau. L'administration n'est pas simple et je ne veux pas tarder à envoyer une lettre à l'évêque. Nous pourrions ainsi recevoir une première réponse dès la semaine prochaine. Moins nous tarderons, plus nous aurons de chance de mettre au clair, dans de brefs délais, toute cette histoire. Je prie pour que ton père réapparaisse, mais notre principal souci doit être de te protéger.

En disant cela, le jeune prêtre s'était rapproché de Roxanne et avait pris une de ses mains qu'il serra légèrement.

- Il va te falloir être encore courageuse. Tu n'es plus seule et tu seras toujours bien accueillie ici.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple: Non
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Mar 29 Jan - 14:15

Un large sourire de Roxanne accompagna la réponse du Père Angelo. Reboucher des fuites dans un toit, elle saurait faire, sans aucun doute ! Ele avait passé assez de temps dans les voilures, pendue comme un animal, arpentant les bômes et les vergues, pour ne pas craindre de glisser ou de tomber. Elle n'avait pas le vertige non plus et était réellement très contente de pouvoir rendre ce service.

- Au premier jour de beau temps, le matelot Morlame viendra réparer vot'toit dans ce cas. C'est décidé.

Elle était si heureuse, si reconnaissante, qu'elle eut été capable de le serrer dans ses bras. Bizarre pour quelqu'un qui limitait le plus possible ses contacts avec le genre humain. même son père n'avait eu droit qu'à ne seule et unique étreinte, le jour où il lui avait annoncé qu'il l'avait adoptée et qu'elle ne serait plus jamais une enfant des rues. Elle s'en abstint toutefois. Parce qu'il était prêtre, et parce que depuis, on lui avait inculqué des manières et qu'elle avait appris à faire preuve de retenue et de décence.

La vie était beaucoup plus compliquée avec toutes ces règles de savoir-vivre, ces bonnes manières, en particulier pour une jeune fille, mais il ne lui était jamais venu l'idée de s'en plaindre. Au contraire, elle s'était bien volontiers pliée à toutes ces choses complexes, futiles et superficielles de son point de vue, mais indispensable pour être à la hauteur des espérances de son père. Et plus elle se coulait dans ce moule, plus il devenait aisé de jouer ce rôle, plus il lui était naturel.

- Je vais vous laisser travailler et retourner chez les LaFollet pour raconter tout cela à Alexander et lui expliquer que je ne vivrai bientôt plus chez lui. En passant, je m'arrêterai chez les Carsin pour me présenter. Vraiment, je vous remercie... Je suis... Je me... Enfin... Je commençais à perdre espoir avant de vous rencontrer ce matin...

Elle serra sa main en retour et puis, sur une impulsion, se haussa sur la pointe des pieds et posa un baiser sur la joue du Père Angelo. S'empourprant soudainement, elle recula précipitamment et bredouilla quelques mots d'excuse et d'adieu tout en esquissant une révérence et juste avant de filer dans l'entrée. Son bonnet était là, ainsi que son manteau. Elle cala la coiffe sur sa tête et en noua soigneusement les rubans, jeta la cape sur ses épaules, puis quitta le presbytère dans la direction indiquée par Perrine pour trouver le commerce des Carsin.

_________________


D'abord la destruction, nous apportons le néant ! Nous ne sauvons rien, ne glorifions rien, nous anéantissons simplement, totalement !

Roxanne Morlame - Vladislava Baranov
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP: Occupé
En couple:
MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV] Mar 12 Fév - 16:09

Angelo, étonné, ne réagit pas immédiatement. Roxanne récupéra ses affaires et il l'observa en souriant. C'était une jeune fille aimable et qui dégageait une joie de vivre surprenante quand on connaissait un peu sa vie. Appuyé contre le chambranle de la porte, il la regarda déployer sa cape sur ses épaules et passer la porte. Le vent fit voleter les rubans de sa coiffe avant que la lourde porte de chêne ne se referme. Le jeune prêtre montait déjà à l'étage quand il se rappela un détail. Il monta les dernières marches en hâte et pénétra dans la bibliothèque. Le livre était resté sur la table.

Angelo se précipita dans les escaliers, sautant les dernières marches, ouvrit la porte et courut pour rattraper la jeune fille. La pluie tombant toujours, il serrait les livre contre lui, se maudissant d'avoir si peu réfléchis avant d'agir.

- Roxanne ! Attends ! Tu as oublié ceci !

Les yeux violets, inquiets, se tournèrent vers lui. Il avait cru déceler un sursaut. Le jeune prêtre se rapprocha encore pour lui faire face.

- Je vous avais dit que je vous le prêtais, dit-il en souriant. Mais cachez le vite sous votre cape, il ne faut pas qu'il prenne la pluie !

Sur ce, il retourna au presbytère au pas de course. Il finirait par attraper une pneumonie s'il s'amusait à prendre l'eau. Il avait pourtant déjà assez donné en fièvre tropicale. Il s'installa près de la cheminée de la bibliothèque et tenta de regrouper ses idées. Organiser une vie décente à Roxanne à Glénia était une chose. Parvenir à trouver son père, mort ou vif, en était une autre.
Perrine entra après avoir toqué à la porte :

- Angelo, d'où as-tu encore sorti ce petit oiseau ?

- Cette jeune fille se recueillait à l'église. Elle a perdu son père adoptif et est à sa recherche. Roxanne a été aidée par la famille Lafollet, mais elle semble désespérée. Elle voudrait retrouver une vie normale. N'est-ce pas mon rôle de l'y aider ? Je suis prêtre et mon autorité suffit à la laver de toute perfidie, non ? Tu as bien vu, Perrine, comme elle est gentille. Ne mérite-t-elle pas un peu d'aide.

- Tu n'as pas la tête sur les épaules, mon fils. Tu te donnes du mal sans savoir...

- Perrine ! J'ai confiance en elle ! Roxanne mérite qu'on l'aide. Lorsque tu feras vraiment sa connaissance, tu t'en rendras compte. Je ne me trompe pas.

Perrine ressortit en soupirant. Angelo, troublé, s'installa à son bureau. Il prit une grande feuille épaisse qu'il coupa, prépara l'encrier et la plume et rédigea une lettre pour son père, puis une pour l'évêque Jaminez. Il les cacheta et sonna Perrine pour qu'elle trouve un coursier. Il était temps pour lui de s'occuper du futur baptême qu'il allait célébrer.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chacun sa croix [PV]

Revenir en haut Aller en bas

Chacun sa croix [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Pisciculture : Croix-des-bouquets mise sur le lac Azueï
» Marche Croix-Bossales sort des flaques de boue et des piles d\'immondice
» Chacun son tour...! Bito, à toi de jouer.
» Croix de bois, croix de fer, si je ment je vais en enfer ! [PV : Hikari]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fändir :: FÄNDIR :: Glenia :: L'église-