AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
0

Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV] Mer 11 Mai - 19:05

Les paroles prononcées par Fakhar eurent l’effet d’un baume. C’était la voix du père qui lui parlait, et non celle du roi. Ce simple changement, bien qu’il soit minime aux yeux de beaucoup, lui réchauffa le cœur. Il en oublia le remord, l’angoisse et la douleur de ses plaies physiques et psychologiques. Des gens étaient là pour le soutenir dans ses projets, et ils étaient nombreux qui plus est. Ses capacités, enfin visibles aux yeux de quelqu’un, pouvaient très bien le mener jusqu’au trône lorsque Fakhar ne sera plus en état de gouverner. Finalement, peut-être que son rêve n’était pas si fou que cela. Peut-être qu’il avait une chance de devenir celui qu’il n’avait jamais été. Un projet lui trottait dans la tête depuis qu’il avait ce rêve à l’esprit : changer les lois qui font souffrir ceux qui se destinent pourtant à l’amour, à la paix. Sauf que voilà, il ne savait pas à quoi ou encore à qui s’attaquer. Peut-être que le problème ne venait pas des lois Naakti, finalement. Malgré l’impatience du Prince à trouver toutes les réponses à ses questions, ce dernier préféra privilégier le contact qu’il avait avec son père plutôt que des problèmes qui pouvaient être résolus plus tard.

Protégé et aimé, il aurait voulu rester dans les bras de son père toute sa vie. Ses précieux conseils étaient des paroles d’or pour un fils. Mais Fakhar le détacha doucement de lui, et Ensun eut un pincement au cœur. Il ne dit rien cependant, et écouta avec attention. A nouveau son père lui proposa de l’aide. Il voulait l’entraîner à devenir plus fort en combat, et cette demande, déjà formulée il y a peu, fut cette fois ci bien mieux acceptée par le jeune homme. Il sourit doucement, craignant malgré tout de ne pas être à la hauteur. Le baiser sur le front lui apporta un souffle de courage dont il avait bien besoin. En silence, il accompagna son père jusqu’à la maison, mais une question lui brûlait les lèvres aux dernières paroles prononcées. Il se retint de jouer le malin en chemin, mais une fois la porte franchie, il ne manquera pas de profiter de quelques occasions pour se rapprocher de son père. Il le voulait comme allié, et non comme un ennemi qui n’en est pas un.


---


Trempés jusqu’aux os, Ensun fut bien heureux de retrouver la maison. Il se frictionna les bras pour se réchauffer, puis chercha du regard sa petite sœur et sa mère. Aucun signe de vie. Alors avant que son père ne lui demande de le faire, il se hâta d’aller se changer, et sécha ses cheveux à l’aide d’un tissu. Il espéra qu’en parallèle, son père fasse de même. A la vue de sa plaie, il fit lui-même un bandage de fortune, avec l’espoir que sa mère rentre bientôt : à la fois pour qu’elle le soigne, mais également pour qu’il soit rassuré quant à la sécurité de sa famille. Il n’aimait pas savoir ces deux petits trésors dehors par ce temps. La pluie, si forte déjà, fouettait la maison.

Lorsqu’il retrouva son père, Ensun ne put s’empêcher de lui demander avec amusement :

- J’espère que le fameux cours sur les lois n’est pas donné par le roi en personne sous prétexte que je ne les respecte pas toutes ! Il se tut un instant, guettant la réaction de son père. Puis il reprit : Les rois sont-ils obligés de les connaître toutes sur le bout des doigts ? C’est comme retenir…le nom de tous les chevaux qu’élève notre dresseuse ! Tous les noms des prétendants d’Elissa ! Voire pire !

Et pourtant, il en avait envie de ce cours ! Un moment intime avec son père n’était pas chose courante, alors il comptait bien en profiter.

- Les lois sont-elles changeantes ? Est-ce toi qui les changes à ta guise ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV] Mer 25 Mai - 20:31

Bien que les questions d'Ensun soient posées sur un ton taquin, elles n'étaient pas dénuées de sens. Il n'avait pas choisis le sujet des lois pour rien. Elles permettaient de comprendre que l'art de gouverner.
Le roi rit aux propos de son fils.

- Oh non ! Je suis loin de connaître toutes nos lois sur le bout des doigts... et je ne savais pas qu'Elissa avait tant de prétendants ! C'est effrayant!
Ce que je connais et que doit connaître tout adulte Naakti, ce sont les grands principes, les grandes lois et ce qui paraît juste par la simple utilisation de l'intelligence. C'est également les règles enseignées par nos ancêtres. En plus de tout cela, je connais à peu près les autres lois, mais pas sur le bout des doigts. Il me faut parfois aller vérifier les écrits ou même nos spécialistes qui travaillent sur ces lois.
Cela m'amène à ta denrière question : non, je ne fais pas la loi comme bon me semble. Les lois sont écrites et justes, mais il faut parfois les modifier.
Nous le savons en observant ce qui se passe sur nos terres. Parfois une nouvelle idée peut germer pour améliorer le sort des Naaktis.
Ensuite nous discutons au Grand Conseil, on tente d'améliorer l'idée, on débat du pour et du contre et l'on vote. Il est vrai cependant, que c'est à moi de prendre la décision finale. Mais ... je suis loin d'être un tyran et suit toujours l'avis majoritaire du Conseil. S'il y a trop de voix contre, je préfère qu'on trouve d'autres solutions.


Il regarda son fils, attendant ses réactions.

_________________


Les images utilisées ont été réalisées par Alice Picard.

Angelo Añada . Fakhar Alkahin
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV] Jeu 26 Mai - 19:41

- Alors je ne pourrai pas changer ces lois à ma guise ? demanda Ensun sur un ton boudeur. Pourquoi faut-il forcément l’avis de vieux rochons et de guerriers qui savent mieux utiliser leurs muscles que leur tête pour prendre une décision ? Tu es assez sage pour faire tout ça seul il me semble. Et celui qui prendra ta suite devra l’être tout autant que toi. Plus il y a de gens au conseil, plus il y a divisions, de conflits internes, de petits désaccords. En tout cas, c’est ce que j’ai appris de mes escapades avec mes camarades…par où aller, que faire, personne n’était jamais d’accord, et au final tout le monde partait de son côté. Ce n’est pas drôle…pas drôle du tout.

Ensun était assis non loin de son père. Il lui faisait face et ne le quittait jamais du regard. A la suite de ses paroles, une moue boudeuse avait pris place sur son visage, trahissant son caractère encore trop enfantin. Il n’était pas encore devenu un adulte accompli, après tout. Il avait juste de l’ambition. Changer les lois, changer la face du monde, et ce dès l’instant où il deviendra roi. S’il est le guerrier choisi pour lui succéder bien évidemment. Et pour arriver à ses fins, il avait encore beaucoup de chemin à parcourir. Heureusement, il pouvait compter sur l’aide précieuse et bienvenue de sa famille. Enfin bienvenue…Ensun préférait de loin mériter sa réussite à ses seuls efforts, mais encore fallait-il qu’il se motive suffisamment pour se mettre au boulot. Mais quoi qu’il fasse, il pensait surtout au bonheur de sa famille tout autant qu’au sien. Au fond, il avait une part d’égoïsme. Souffrir pour un peuple ne l’enchantait pas, mais à ses yeux c’était tout à son honneur d’apprendre à faire des sacrifices pour obtenir ce titre de roi. Il espérait juste que cette façon de penser n’allait pas être un obstacle à son ascension.

- Pourquoi as-tu accepté d’être roi ? C’est contraignant...Tu n’as jamais le droit à l’erreur n’est-ce pas ? Tu dois rester digne et sage. Faire bonne figure devant le peuple, le satisfaire dans la mesure du possible. Es-tu…peux-tu être toi-même ? Je ne serai jamais capable de masquer mes sentiments comme toi tu le fais. La colère, la peine, c’est impossible à contrôler, même devant le Conseil ! La maîtrise de soi-même est une chose qui me fait terriblement défaut !

Ces questions n’avaient jamais été posées par Ensun car elles ne lui avaient pas vraiment traversé l’esprit. Il n’avait jamais vraiment été intéressé par la politique du peuple Naakti, par les lois et les raisons qui font qu’un roi est élu parmi tant de prétendants au trône. Aujourd’hui, c’était différent. Il voudrait être assez fort autant intellectuellement que physiquement rien que pour pouvoir les protéger tous les trois. Son père si maladroit, sa mère si protectrice, et enfin sa chère petite sœur. S’il les perdait, il ne se le pardonnerait jamais. Les quitter par choix serait envisageable. Mais les quitter parce qu’un meurtrier ou une maladie a fait des ravages est une chose qu’Ensun n’accepterait jamais.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV] Dim 12 Juin - 14:55

Son fils n'arrêtait pas de poser des questions, troublant Fakhar au plus profond. Il se reprochait de ne pas avoir été plus près d'Ensun depuis que celui-ci avait passé l'initiation des adultes. En quelques heures, il venait de retrouver son petit Ensun qui posait ses grands yeux noirs avec curiosité. Il retrouvait dans la voix de ce jeune homme, les intonations du petit garçon qui posait d'une voix fluette un torrent de questions. Son très cher fils qui ressemblait tant à sa mère, toujours vêtu d'une plume et courant sans cesse dans le vent.
Ensun venait d'arrêter de parler et le roi se devait de répondre. Mais pas où commencer. Amilcar rentra à pas feutrés et s'allongea dans le dos de Fakhar, comme un appui.

- Que voilà bien des questions, mon fils ! Je ne sais plus par où commencer, mais je suis heureux de pouvoir partager cela. Ton intérêt m'honore et je vais tenter de satisfaire ta curiosité.
Non, tu ne pourras pas changer le monde Naakti juste par ta seule volonté sans en référer à d'autres. Mais je reconnais bien là, la fougue de la jeunesse. Chaque jeune guerrier est rempli du désir de tout changer ici, car il pense mieux savoir ce qui importe. C'est prétentieux et peu réaliste. Mais on ne blâme pas un tel excès, car c'est une force incroyable qui permet à tout le peuple Naakti de devenir meilleur. Les vieux ronchons et les guerriers trop peu réfléchis, comme tu dis, ne sont pas si mauvais.
Tu dis que le nombre empêche une action unique et rapide. Il est vrai que le nombre oblige à la discussion. Pourtant, c'est aussi le moyen de défendre la cohésion sociale. On ne vit pas seul. Chacun a un rôle différent, chacun a un travail différent, parfois peu conciliables. Il faut que chacun puisse vivre bien. On débat du pour et du contre pour trouver la solution qui pourra apporter le plus de satisfaction et à la plus grande partie des Naaktis.
Je vais te donner un exemple. Tu ne voudrais pas qu'un troupeau de moutons viennent paisser à deux pas d'ici. Les moutons sentent fort et font beaucoup de bruit. L'artisan qui travaille toute la journée, n'a pas envie d'avoir le sommeil troublé. Aussi, pour la paix générale du peuple, les moutons ou tout autre troupeau d'animaux doivent être tenu dans un enclos à une distance minimum précise du village. Mais pour les bergers, cette loi n'est pas bonne. Ils aimeraient avoir plus de facilités pour s'occuper de leurs troupeaux et surtout, ne pas être en marge de la société. C'est pour cela qu'ils bénéficient d'aides et de considérations spéciales, car leur travail est important pour la survie des Naaktis.
Comprends-tu ce que je veux te dire ? Tu ne peux jamais accorder tout le monde. Il faut négocier, trouver des compromis, prendre en compte chaque Naakti
.

Fakhar s'arrêta un instant pour laisser un répis à son fils. Celui-ci avait fini par lui demander si sa fonction n'était pas trop lourde. Dans sa question, il ne semblait pas dire qu'il regrettait d'avoir eu un père roi des Naaktis. Il espérait que cela n'arriverait jamais. Entendre son fils dire qu'il souffrait de ce rôle aurait anéanti le roi. Avec Sheelah, ils avaient pris la décision de ne pas avoir d'enfants après son couronnement pour ne pas rendre la vie difficile à de si jeunes enfants. A 37 printemps révolus, Fakhar regrettait de ne pas avoir plus d'enfants, mais comment pourrait-il s'en charger ?

- Etre roi est une charge difficile. Je ne peux pas le nier. Il faut en effet une maîtrise certaine de soi. Mais ça ne vient pas sans rien faire. On apprend petit à petit à se contrôler. Celui qui devient roi, veut au fond de lui le bien de tout le peuple Naakti. C'est dans sa nature. C'est la raison pour laquelle la dignité de roi n'est pas héréditaire. Elle l'a été, il y a très longtemps, mais cela a amené beaucoup de divisions et de guerres, car des clans se formaient.
Je suis moi-même, seulement je prends plus de recule et j'inscris en tout ce que je fais, la dignité de représenter le peuple Naakti. Mais toi-même, ne te comportes-tu pas aussi de cette façon ? Lorsqu'on s'adresse à toi, n'as-tu pas comme réflexe d'être fier de faire partie des Naaktis ? Et devant d'autres jeunes gens, ne portes-tu pas ton rang de fils de roi ?
Etre roi est un honneur, on possède la confiance des Naaktis. Dès lors, on se doit de porter haut le peuple. Tu n'es pas sans savoir qu'un roi peut être déposé, si le peuple ne souhaite plus lui accorder sa confiance. On ne peut pas tricher avec soi-même. Si être roi empêche d'être soi-même, on finit par perdre la confiance des autres, car on agit mal
.

Fakhar versa deux verres de Ghigar, boisson à base de miel, et en tendit un à Ensun, étanchant sa propre soif.

_________________


Les images utilisées ont été réalisées par Alice Picard.

Angelo Añada . Fakhar Alkahin
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV] Dim 19 Juin - 19:47

Ensun ne put s’empêcher de faire la moue. Pour ne pas paraître immature aux yeux de son père, il but le verre de Ghigar, et ainsi cacha en partie ce qu’il ressentait au plus profond de lui-même. Comme d’habitude, cet homme avait raison sur tout. Après tout, il était adulte, père de deux enfants, et tout particulièrement roi d’un peuple noble et discret. En trente sept ans d’existence, il en savait probablement plus sur la vie que n’importe quel jeune guerrier Naakti. Bizarrement, c’est exactement ce qui vexa le jeune Prince, en plus des paroles prononcées. Ensun avait toujours imaginé la façon dont il allait régner s’il venait à être choisi par son peuple. Il s’était fait une idée précise des choses, avait concocté des plans et des réformes. Il se voyait déjà changer la société des Naakti à sa sauce, sans que personne ne vienne s’opposer à ses idées. Et il apprenait du jour au lendemain que les vieux croutons de ce maudit conseil pouvaient s’opposer sans aucun souci à ses projets ? Il poussa un long soupir après avoir bu cul-sec cette mielleuse boisson. Il n’en avait même pas savouré le goût.

Pendant de longues minutes il réfléchit à sa situation. Après tout, ce n’était pas pour lui qu’il était censé créer des lois, mais pour le bien-être de son peuple. Uniquement pour son peuple. Une question lui vint alors à l’esprit.

- Donc le roi doit penser en priorité à son peuple ? Et si tu devais…Si un jour on te forçait à choisir entre ton peuple et ta famille ? Quel choix sera le tien ? Abandonnerais-tu ta femme, tes enfants, pour répondre aux attentes de tes sujets ? Ou encore pour leur sauver la vie ? Préféreras-tu sauver des centaines de Naakti, plutôt que les quelques rares membres de ta famille ?

Ensun avait laissé de côté son verre, ne désirant guère se resservir. En ces temps, cette boisson l’écœurait plus qu’autre chose, bien qu’il en apprécie le goût. Il n’avait pas soif, c’est tout. Et se rafraichir n’était pas la première de ses priorités.

Ensun avait le regard dur. Il était d’un sérieux saisissant. Il fixait son père comme s’il attendait une réponse immédiate, une réponse sincère. Finalement, il réfléchit bien plus aux conséquences de ses questions : il risquait d’entendre ce qu’il ne voulait justement pas entendre. Il frissonna. Son anxiété réveilla une douleur que seule Sheelah était parvenue à atténuer : les pommades ne faisaient plus effet, et les plaies devinrent de nouveau douloureuses. Il ferma les yeux pour se détendre. Son agitation ne l’aidera pas à se soulager, il fallait qu’il se calme. Malheureusement, à son appréhension s’ajouta une forte dose de culpabilité. Comment osait-il poser ce genre de questions à son propre père ? N’était-ce déjà pas assez difficile de donner de son temps à son peuple, plutôt que de le passer avec ses propres enfants ?

- Je suis désolé. Je ne devrais pas poser ce genre de questions. Ça reste personnel, n’est-ce pas ? Mais je veux juste te dire ma réponse à moi. Egoïstement, je choisirais ma famille, quel que soit le nombre de personnes que je pourrais sauver si je faisais le choix de choisir mon peuple. Elissa, maman et toi, vous êtes les personnes qui comptent le plus pour moi. Pour rien au monde je ne resterais les bras croisés si vous étiez en danger de mort.
Je me moque que cette façon de penser soit un frein à mon accession au trône. Me demander de changer d’avis serait la chose la plus cruelle au monde…
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV] Lun 20 Juin - 14:03

Fakhar fut étonné, non point de la question, mais du courage de son fils de la lui poser. Ensun semblait bouillonner de l'intérieur comme un torrent capricieux et vif. Il gardait un visage et une tenue correcte, mais ses yeux brillaient d'une flamme éclatante qui fit sourire de bienveillance le roi des Naaktis. Son fils se montrait plus droit qu'il ne le pensait lui-même. Il ne voyait pas son propre comportement et même ses vertus. Fakhar écouta donc ce jeune homme plein de fougue qui alla jusqu'à donner son avis avant que son père ne parle.
Le roi respira doucement et finit son verre de ghigar avant de le remplir de nouveau. Ensun ne semblait pas goûter avec autant de plaisir cette boisson. Mais après tout, lui portait des vêtements et son fils les fuyait.

- Voilà des questions bien hardies et tu ne manques pas de cran en me les posant. Je te sens sur tes gardes, oublierais-tu que tu parles à ton père et que tu es suffisamment grand pour défendre ta propre opinion ? Calme donc ton esprit. Il est à ce point agité qu'il éteindrait les flammes des bougies.

Il se voulait taquin, mais son ton était froid, comme il l'avait toujours été, distant. C'était pourtant bien de l'affection et de la bienveillance, peut-être trop bien cachées sous son vêtement de roi.

- Il n'est pas simple de répondre à ta question. Tu m'as donné ton sentiment actuel et je ne peux que t'encourager à écouter la voie de ton coeur. Si le plus précieux à tes yeux et ce qui te permet de vivre est ta famille, tu fais le bon choix. Quel père dirait à son fils qu'il a tort de vouloir tout donner pour les siens ?
Maintenant je vais te montrer une autre réalité. Ma famille est au coeur du peuple Naakti. Si j'agis pour les Naaktis, j'agis pour ma famille. Le couple que je forme avec ta mère est le pivot de tout ce peuple. Comment réagirais-tu si le couple royal préférait sa vie tranquille et sa sécurité propre, au lieu de venir en aide à tout le peuple ?
Accepter de diriger, c'est accepter de vivre pour son peuple. Tu me demandes de choisir, mais si je choisis les Naaktis je sauve ma famille. Si je choisis ma famille, je perds mon peuple, mon honneur et jette ma famille dans les abîmes de mon propre déshonneur. Ça n'est pas une question de nombre à sauver.
Tu oublies que l'on ne vit pas seul et que la cohésion est importante. Mes actions ont des conséquences sur la vie de tous les Naaktis, il est donc normal que je leur rende des comptes, que je sois constamment à leur service. Mais ces actions touchent ma famille. Si j'étais un roi injuste, tu vivrais mal. On te regarderait comme une personne sans honneur et l'on ne pourrait pas te faire confiance. Quant à Elissa, aucun homme respectable ne la fréquenterait.
Comprends-tu que choisir le peuple Naakti, c'est choisir de protéger ma famille le plus sûrement ? Par ailleurs, j'ai une grande confiance en ma femme et mes enfants. Je sais qu'ils sont forts et droits. Ils sauront se montrer dignes de mon titre.


Fakhar soupira un instant et regarda avec douceur son fils.

- Chaque roi est différent. Mon prédécesseur aurait partagé l'avis que je viens de te donner, mais pas le roi auquel il avait succédé. Ce ne sont pas de telles questions qui déterminent qui est digne du titre royal. Tu dois comprendre que c'est une justesse de vie qui donne la couronne et non des réponses toutes faites que l'on apprend. Tes arguments pour choisir ta famille sont justes et honorables. On ne peut juger si facilement. Et tu me donnes une réponse générale dans un cas générale, pas une réponse précise à un cas particulier.
Si l'un des anciens volcans entre en irruption lors d'une cérémonie, je donnerais ma vie pour te sauver toi, ta soeur et Sheelah. Peu m'importe mon rôle de roi, car je ne pourrais sauver tous les Naaktis. Par contre, si l'on est un jour en lutte contre des ennemis et que le seul moyen de sauver les Naaktis est que je donne ma vie, je la donnerais, car c'est pour porter ce poids que l'on m'a choisi.

_________________


Les images utilisées ont été réalisées par Alice Picard.

Angelo Añada . Fakhar Alkahin
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV] Mar 21 Juin - 14:11

Le regard d’Ensun était posé sur le récipient qui contenait un Ghigar frais et gouteux, qu’il n’avait guère savouré d’ailleurs. Il était plongé dans ses pensées, préférant éviter de répondre avant d’avoir réfléchi à la portée de ses propos. Apporter une réponse maintenant, ce ne serait rien d’autre que de la précipitation. Il devait prendre le temps de réfléchir à tout cela. Il le savait : ce qu’il dirait dans l’instant s’il ne retenait pas sa langue, ne serait guère agréable à l’oreille du Roi, et encore moins à l’oreille du Père. Le vexer et le mettre en colère étaient vraiment les dernières choses qu’il souhaitait. Il avait déjà mal pris son rappel à l’ordre, alors s’ils se mettaient à se disputer tous les deux, Ensun risquait d’être aussi désagréable qu’un gamin mal élevé. Mais où son père allait-il chercher que son esprit était agité ?!

Tout d’un coup, aspirer à être roi devenait beaucoup moins drôle pour le jeune homme. Pourtant, il s’était souvent assis sur la branche d’un arbre pour imaginer son règne futur. Sauf qu’il y avait pensé avec très peu de connaissances sur ce qu’il allait devoir accomplir en tant que Roi Naakti. Il ne s’était pas du tout attendu à ce qu’un Roi, et ici son Père, soit si attaché à son peuple. Alors comme ça, il devait tout lui donner, même sa propre vie ? Le jeune Prince se voyait bien le faire, malgré son léger égoïsme, mais de savoir qu’aujourd’hui son père était le roi à « sacrifier » ne lui plaisait guère. A tout moment, il pouvait donc le perdre à tout jamais. Il pria silencieusement les dieux pour qu’aucune guerre ne vienne lui prendre celui qu’il admirait le plus au monde.

*Contre qui aurions-nous à nous battre de toute manière ?*

La réponse lui vint dans l’immédiat et il ne fut donc pas forcé de poser cette question à son père. Il n’avait jamais entendu parler d’autres tribus dans la forêt. Les animaux sauvages étaient tenus à l’écart, notamment depuis que plusieurs enfants avaient été victimes des chats sauvages. Quant à ces hommes qu’Ensun n’avait jamais eu l’occasion de croiser…

- A part les fameux colons qui habitent à l’extérieur de la forêt, qui pourrait nous vouloir du mal de toute manière ? Alors tu ne mourras pas en un vain sacrifice, déclara-t-il avec une moue boudeuse. Je n’aime pas penser à ces choses là. Je n’aurais pas dû te lancer. Parler de la mort c’est comme l’attendre sagement. C’est douloureux d’imaginer son corps revenir à la nature, surtout lorsque ça se passe dans la terreur et le chagrin.

Un court silence se fit, puis Ensun reprit, en changeant radicalement de sujet. Son esprit fut tout à coup attiré par un tout autre sujet.

- Les garçons qui m’accompagnent à l’entrainement me disent que les colons sont féroces et dangereux, qu’ils peuvent faire beaucoup de mal à notre peuple d’un seul geste de la main. Est-ce vrai ? Ou bien ne sont-ce que des mensonges pour effrayer les plus jeunes ? Je pensais qu’ils nous ressemblaient pourtant, qu’ils étaient comme nous, mais qu’ils n’étaient juste pas capables de vivre dans les forêts. Alors pourquoi ont-ils si mauvaise réputation ? Ils sont tous dangereux ? Les femmes de là-bas peuvent-elles enfanter d’un Naakti ? Des Naakti ont-ils quitté le village pour rejoindre ce peuple ? Les gens n’aiment pas parler de ça ici…Nous ne sommes jamais au courant de ce qui se passe à l’extérieur, nous les jeunes guerriers. Je sais qu’on peut très mal interpréter des propos à notre âge, mais quand même...
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Re: Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV] Lun 27 Juin - 11:32

Fakhar ne put s'empêcher d'éclater de rire à la réflexion d'Ensun. Le sujet était pourtant grave. Le roi reprit un air sérieux pour ne pas vexer plus que cela son fils. Il sentait l'angoisse que la mort provoquait chez lui.

- Nous ne sommes pas seuls sur la Mère Terre. Il y a, comme tu dis, des colons. Mais plus loin vers l'horizon où le soleil se couhe, d'autres peuples qui n'ont pas toujours été en bons termes avec les Naaktis. Dans une époque très reculée, une grande civilisation, emplie de soif de pouvoir, s'imposa sur tous les territoires de notre Terre. Les Naaktis furent soumis à leur jouc pendant plusieurs décennies. Nous sommes les plus proches du Levant, aussi avons-nous été la dernière peuplade soumise. Les révoltes contre cet empire existaient déjà et nous n'eurent pas à connaître toue la tyrannie de ce peuple conquérant.


Il se leva et arpenta la chambre, puis s'arrêta devant l'ouverture : l'orage avait cessé, mais une pluie fine comme une brume recouvrait son champ de vision.

- Aujourd'hui, je n'ai pas à craindre d'être sacrifié pour mon peuple. Mais cette pratique a déjà eu lieu. Tu connais l'histoire des Naaktis, ou as-tu aussi pensé que cet enseignement t'était inutile ?
On ne sait jamais ce qu'il pourrait survenir. L'appétit de puissance est fort dans le coeur des hommes et certains oublient de retrouver l'harmonie avec la nature. C'est pour cela que notre peuple a un roi guerrier et une reine chamane. L'un veille a la survie du peuple, l'autre veille a sa communion avec les Esprits de Dame Nature. Si l'un est plus fort que l'autre, la société est déséquilibrée
.

Le roi se rassit en face de son fils. Ce denrier n'avait presque pas touché au Gighar. Quel étrange enfant ! La boisson de miel coula de nouveau dans le verre du roi. Le liquide ambré glissa dans la gorge de Fakhar.

- Les colons ne pensent pas comme nous. Ils nous ressemblent, mais ils n'ont pas la même conception de la vie. Tu ne trouveras pas en eux les Esprits de la Nature. Ceux que j'ai croisé, n'étaient pas plus cruel que les autres hommes. Ce ne sont pas des guerriers, mais ils n'en sont pas moins dangereux, car ils possèdent des instruments de feu. Il vaut mieux ne pas s'en approcher. Jamais aucun Naakti n'a eu de liaison avec eux et cela vaut mieux pour tous. Ce sont des hommes, mais...

En parlant, Fakhar eut une appréhension. L'intérêt de son fils pour les colons, cet inconnu ... Il ne fallait pas qu'il s'enthousiasme pour ce monde trop éloigné des Naaktis. Le roi se redressa et ne put empêcher sa voix d'être autoritaire.

- Ne cherche pas à les connaître ! Ils n'ont pas ... Leur monde n'est pas le nôtre. Ce sont des étrangers et qui ont le mal du pouvoir ! Je t'interdis de t'en approcher !

_________________


Les images utilisées ont été réalisées par Alice Picard.

Angelo Añada . Fakhar Alkahin
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Non
MessageSujet: Re: Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV] Lun 4 Juil - 16:05

Surpris du soudain changement de comportement chez son père, Ensun se mordit les lèvres et détourna le regard. Pourtant, il ne bougea pas d’un pouce, contrairement à son habitude. Il ne sut pas si cette force qui l’empêchait de bouger était une forme quelconque de panique, ou bien un courage qu’il ne se connaissait pas. Il avait toujours eu peur des réprimandes et mauvaises humeurs de son père, quelle que soit la raison qui pousse ce dernier à être autoritaire après avoir souri pendant des heures et des heures. Aujourd’hui, Ensun ressentait tout autre chose à l’égard de cet homme visiblement troublé…ou paniqué…ou en colère. Il savait bien qu’il adoptait ce genre de comportement dans l’unique but de le protéger. Il connaissait ses bonnes intentions, car depuis qu’il avait ouvert ses yeux sur le monde, il avait pris l’habitude de recevoir des directives sévères mais justifiées. Son père n’était pas le seul à lui interdire d’approcher les étrangers. Les parents de ses camarades de combat en venaient même à leur interdire l’accès à la forêt. Ensun avait déjà subi cette interdiction, mais son amour de la chasse l’avait souvent conduit à enfreindre ces règles. Son père ne lui en avait jamais tenu rigueur, soit parce qu’il était accompagné à chaque partie de chasse, soit parce qu’il lui faisait confiance, ou encore parce qu’il ne l’avait jamais su.
Au final, Ensun ne savait pas grand-chose sur son père. Cette pensée le chagrina. Il avait été des deux le plus distant, ces derniers temps. Il était l’unique responsable du fossé qui s’était creusé entre eux. Il leva le regard sur son père, désormais debout. D’une voix étrangement calme, il le rassura bien qu’au plus profond de lui-même, il sente une puissante force l’attirer vers ce peuple vivant à l’extérieur des forêts Naakti.

- Je ne les approcherai pas. Je t’en fais la promesse. Je me suis toujours détourné de la lisière de la forêt lorsque je l’apercevais. Arrête de t’inquiéter pour rien, dit-il en forçant un sourire.
Cette journée a été longue, je vais me reposer, lui avoua-t-il tout en versant à son père ainsi qu’à lui-même un nouveau verre de Ghigar. Il le but d’une traite, puis se leva et salua son père avec réserve. Ce comportement cachait quelque chose, mais le jeune homme pensait agir comme il avait toujours agi. En attendant le retour de mère et d’Elissa, je vais dormir un peu. Mes plaies me font souffrir.

Il quitta la pièce pour rejoindre sa chambre, à l’étage. Il ferma prestement la porte, puis s’assit sur son lit. Le silence s’installa dans la maison, tandis que la pluie cessait peu à peu de fouetter le toit et les murs de la maison. Son regard se porta alors sur la forêt qui entourait le village. Le soleil du soir suffisait à la rendre un peu plus accueillante qu’à l’accoutumée. Le jeune Prince fut forcé de fermer ses volets de bois pour renoncer à l’idée qui venait de lui traverser l’esprit : le soir, les animaux qu’il est possible de chasser sont bien différents de ceux qu’il chasse le jour. De plus, il aurait bien aimé voir les lumières des villages situés de l’autre côté de la forêt. Mais c’était exactement ce que son père lui avait défendu tout à l’heure. Torturé par son côté « rebelle », il se détourna et rangea sa chambre. Il ramassa les morceaux de bois qu’il avait taillé, évacua au mieux la poussière puis rassembla les perles qui lui servaient à décorer des bâtons ou à confectionner de drôles de bijoux. A chaque fois qu’il finissait l’un d’eux, il le détruisait. Il n’avait jamais compris ce besoin de ne jamais montrer à personne ses gravures ou ses confections. Elissa n’avait vu que les dessins et phrases qu’il avait gravé sur son bâton de guerre. C’est tout.

Lorsqu’il eut fini, il se déshabilla et nettoya son corps avec de l’eau que contenait une petite bassine. Il changea au mieux ses bandages, mais il perdit beaucoup de temps. Malgré qu’il ait vu sa mère soigner un nombre incalculable de personnes, il n’était pas capable de soulager ses propres souffrances. Souvent il hurla. Ce n’était pourtant que des coupures, mais elles étaient vraiment douloureuses. Son haut en lin était désormais immettable, tant la tâche rouge l’avait souillé. Une fois le bandage finit, il reprit son souffle, et nettoya de nouveau son visage en sueur. Heureusement, ses plaies étaient certes douloureuses, mais ne l’empêchaient pas de marcher correctement, et de vivre le quotidien comme il l’avait toujours vécu.

Désormais allongé sur son lit, il ne parvenait à trouver le sommeil. Il ne sut jamais si c’était à cause de l’inquiétude qu’il avait au sujet de sa mère et d’Elissa, ou encore à cause de son excitation quant à la possibilité de voir de plus près ce monde qu’il ne connaissait pas. Quoi qu’il en soit, il commit ce soir là la plus grosse erreur de sa vie. Dans l’illégalité la plus complète, il ouvrit les volets de sa chambre, et marcha sur le toit, comme à son habitude lorsqu’il quittait le domicile familial. Désirant ne pas commettre la même erreur que tout à l’heure, il fit le tour pour ne pas toucher terre devant la chambre de son géniteur. Lorsque ses pieds s’enfoncèrent dans la boue, il se mit à courir en direction de la forêt, javelot à la main. Il était vêtu de manière à supporter le froid du soir, malgré qu'il soit certain de revenir avant le dîner. Mais les choses ne se passent jamais comme prévu, chez les enfants Alkahin.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Vigie
Second personnage


Journal de bord
Situation RP: Libre
En couple: Oui
MessageSujet: Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV] Ven 5 Aoû - 12:48

Après le départ de son fils, Fakhar s'était allongé sur le lit de couvertures chaudes et douces. Les mains derrière la tête, il regardait le plafond dans le vague. Il repensait aux deux belles heures passées à enseigner à son fils. Le roi aimait cela, mais il avait conscience que ce beau rêve avait pris fin à cause de lui.

Quelle idée d'être si violent ! Il avait encore manqué quelque chose. Au lieu de rallier son fils à son idée, il l'avait braqué. Pire encore, Fakhar lui avait plus sûrement donné des raisons de lui désobéir. Il aurait pourtant gagné à échanger avec Ensun à propos des colons. C'était un sujet délicat et lui-même ne savait pas encore quel comportement adopté. N'avait-il pas plus tôt dans la journée, laissé la vie sauve à l'un de ces hommes étranges ?

Le roi poussa un long soupir. Il reparlerait de ça avec le jeune homme demain. Pour l'heure, il attendait sa femme avec impatience. Il s'inquiétait qu'elle ne soit toujours pas rentrée. La serrer dans ses bras aurait été d'un grand réconfort. Peut-être l'orage avait-il prolonger ses devoirs. Les Naaktis craignaient le tonnerre et Fakhar n'y était pas étranger. Il avait encouragé cette crainte, car lui n'en avait plus peur depuis sa jeunesse. Mais tous justifiait cela par la couleur de feu de sa chevelure.

Et Elissa ? Où donc était-elle ? Le roi ne s'inquiétait jamais d'elle. Pourtant, il savait bien qu'elle ne lui obéissait guère. Elle lui ressemblait, aussi lui accordait-il toute sa confiance. Ensun avait un grand coeur, il était tendre comme un agneau. Elissa était forte et avait bien plus l'étoffe des meneurs. Mais ... être reine ne lui apporterait rien. C'était du pouvoir guerrier qu'elle avait hérité. Pour quelle obscure raison la Nature avait-elle ainsi doté ses enfants ?
Le roi s'endormit en pensant à Sheelah.

_________________


Les images utilisées ont été réalisées par Alice Picard.

Angelo Añada . Fakhar Alkahin
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV]

Revenir en haut Aller en bas

Les lois Naakti - Leçon n°1 [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Les ONG doivent se soumettre aux lois haitiennes, ou doivent être expulsées
» SENAT HAITIEN EN MARCHE :PROJET DE LOA/LOIS DE MOISE J CHARLES ..
» [LOI] Lois héraldiques royales : prologue
» Lois européennes insolites !!!
» Lois de bon aloi
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fändir :: FÄNDIR :: Territoire des Naakti :: Akhoris-