AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

_______________________________________________________________________________

Partagez|
0

Début du Voyage [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Début du Voyage [PV] Jeu 8 Sep - 10:52

La brindille aux yeux superbes de jeune madone est décidément une rusée comparse : elle a réussi à préserver sa bourse de la voracité des trois mastodontes ! C'est une divine surprise et un sacré soulagement pour le barbouilleur qui, de son côté, se retrouve sans un radis. Et l'idée de la puce de partager la même chambre enchante bien-sûr le loustic ! Voilà une kyrielle de raisons supplémentaires pour s'attarder sous les branchages et se bécoter comme les deux tourtereaux qu'ils sont désormais. Le trouble manifesté par la belle Elyse à l'idée d'un lit pour deux la rend encore plus charmante. Le rose envahit ses pommes d'api, elle est ravissante. Sa gêne prête à sourire, mais Miguel s'abstient cette fois de toute impertinence. Il enlace son délicieux farfadet et la tranquillise aussitôt.

- Ne sois pas inquiète, mon ange, j'ai très envie de toi, envie de t'aimer tant et plus, mais nous attendrons que tu sois prête ! J'vais pas te sauter dessus comme un satyre libidineux ... affirme t-il alors qu'il n'est nullement convaincu de ce qu'il avance ...

Un sentier, un baiser ... Un chemin, un câlin ... Une impasse, ils s'embrassent ! Voilà deux enfants qui s'aiment et se découvrent du bout des lèvres.

Et les voici aux portes de Wecia. Ils pressent le pas pour y précéder les ténèbres qui se répandent lentement autour d'eux. La taverne de Caleb n'est plus très loin maintenant. Soudain, des braillements surgissent d'une ruelle obscure ! Et ces voix avinées, ils les reconnaissent sur le champ ! Ce sont les deux gorilles qui chantent à tue-tête, ronds comme des queues de pelles ! Miguel se saisit de la taille de sa liane et l'attire derrière les vieux murs d'une remise. Pas de problèmes, les deux pignoufs sont tellement saouls qu'ils ne reconnaîtraient pas leurs parents ! L'alerte est passée, le duo mammouth s'éloigne en louvoyant comme des bateaux pris dans la tempête, prenant visiblement la direction de la forêt d'Astaen.

- Ils ne sont pas prêts d'arriver à la cabane en titubant comme ça ... murmure le barbouilleur à l'oreille de la sylphide.

- Avec un peu de chance ils vont se rompre le cou dans un fossé ou dans la rivière et nous ne les reverrons plus ! ... poursuit-il, résolument optimiste. L'obscurité de leur cachette enhardit le coquin qui serre davantage Elyse contre lui et la berce tendrement.

- Tu sais que je t'aime, toi, moussaillon ! ... ajoute t-il en lui caressant la joue du bout des doigts. Viens, dépêchons-nous maintenant, la nuit est là !

Main dans la main, ils trottinent vers l'auberge et y pénètrent sans tarder, cherchant des yeux à apercevoir Caleb, absent de son comptoir ...
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Mer 14 Sep - 9:25

Lorsque Miguel pousse les portes de l'Auberge des cinq flibustiers, Elyse se sent soulagée, ils ont pu revenir de leur expédition sans encombres. Ils ont bien croisé les deux comparses de Paco, complètement saouls, mais heureusement sans avoir à les affronter de nouveau, ils les ont évités juste à temps, se cachant dans un vieille remise. En pénétrant dans la salle accueillante, Elyse a du mal à croire qu'elle n'est arrivée qu'hier à Wecia, et qu'autant d'évènement se sont produits un un laps de temps aussi court ...

Caleb n'est pas derrière son comptoir, mais pas question de s'y aventurer, comme ce matin ! Les joueurs de dés sont toujours là, à leur table, dans le coin, à s'apostropher en riant, et en buvant leur rhum. Deux autres tables sont occupées par des pirates aux mines patibulaires, deux femmes sont avec eux et semblent discuter d'égal à égale avec eux. Ce qui étonne toujours Elyse, qui n'est pas habituée à ce genre d'échanges entre les deux sexes. Mais elle a entendu dire que le plus sanguinaire des pirates était une femme, leur impératrice comme ils l'appellent ...

Elle tire Miguel par le bras vers un des boxes libres, et éloigné des autres. Ils s'installent l'un près de l'autre, se demandant où est passé l'aubergiste, ils sont impatients de lui raconter leur histoire. Elyse craint un peu sa réaction quand Caleb la reconnaîtra, mais après tout elle n'a rien fait de mal, elle n'a fait que se protéger ! Et heureusement que ces pourceaux ne se sont pas rendus compte à qui ils avaient à faire ... Dire qu'ils étaient là hier soir, à les observer, comme le chat s'amuse de la souris qu'il va dévorer, elle en frissonne encore ... Elle secoue la tête pour chasser ces pensées dérangeantes et se tourne vers le barbouilleur bien silencieux. Elle prend sa main dans le sienne et plonge sans hésiter ses yeux émeraude dans le regard azur du jeune peintre, cherchant à comprendre son mutisme, lui si volubile d'habitude.

- Tu es inquiet ? Tu ne dis rien ... Tu crois que Caleb va arriver bientôt ? Je meurs de faim ! Notre repas de fraises sauvages est bien loin, je dévorerais bien la même chose qu'hier soir, cette viande grillée était excellente, j'espère qu'il y en a encore ... salive-t-elle d'avance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Jeu 15 Sep - 16:18


Long, interminable tête-à-tête silencieux entre les prunelles de jade clair et les yeux de turquoise sombre. Mains qui se cherchent sous la table, tâtonnent un brin, puis doigts qui se trouvent, s'arriment, se rassurent. La belle Elyse a remarqué d'emblée le silence inhabituel du barbouilleur. Diantre ! Une seule leçon a suffi pour Miguel ! Et voilà que cette auberge n'est remplie à nouveau que de vautours à la mine féroce, de gibiers de potence aux faciès lugubres ! Il les observe du coin de l’œil, tout en jouant distraitement avec les doigts menus de sa belle. Cette engeance le répugne ! Aussitôt remplis, leurs verres se vident, et leurs rires gras éclatent comme des aboiements de hyènes ! Ils sont hideux ! Ils sont idiots !

Désormais, Miguel ne voit plus en cette lie infâme qu'un ramassis de crapules et de voleurs ! Chacun d'entre eux pourrait devenir tout-à-coup un ennemi potentiel ! Cette nuit ? Demain ? Qui sait ? A présent, le jeune artiste va se méfier de tout le monde, d'autant plus qu'il s'attribue un rôle nouveau : protecteur de sa brindille ! Le barbouilleur n'a que peu de forces, mais il faudra le museler, il faudra l'écrabouiller avant de s'en prendre à elle !

Il porte à sa bouche les doigts fuselés de son joli lutin, et les embrasse tendrement. Il sourit soudain à ses propos. Parmi cette racaille à l'allure glauque, l'oreille attentive à leurs éclats de voix, il en oubliait sa faim. Leur faim. Il en oubliait l'appétit d'ogresse de sa liane. Il en oubliait le bel éphèbe d'hier aux prises avec une entrecôte aussi épaisse qu'une bible de cureton. Hélas, point de Caleb à l'horizon, et leur prochain repas devra sans doute attendre. A moins que ?

- Je meurs de faim aussi, mon cœur ! Viens, on ne va pas attendre ainsi indéfiniment ! On va chercher après le patron!

Baissant légèrement la voix, il ajoute :

- J'en ai ma claque de tous ces brigands qui nous entourent ! On va bien trouver quelque chose à manger dans la cuisine, et on ira le partager dans ta chambre!

Il lui jette une œillade malicieuse et poursuit :

- On ne va dans ta chambre que pour manger et dormir, hein, mon ange ! N'essaie pas de profiter de la situation!

Il se lève en gardant la menotte de la sylphide dans la sienne, et pénètre franc battant dans la cuisine. Pas de Caleb, mais par contre une énorme miche de pain et une terrine de pâté de campagne à peine entamée ! Les tourtereaux se dévisagent, et hésitent un instant. Rien qu'un instant. Zou ! Miguel emballe le tout dans un torchon propre et l'enfourne dans sa besace.

- La clef, ma puce ! Derrière le comptoir ! Tant pis, on se sert ! On expliquera tout à Caleb plus tard ! Il comprendra!

Le barbouilleur se hisse sur un tabouret, tâtonne d'une main incertaine, et déniche quelques clefs. Elyse lui indique celle de sa chambre, et ils se lancent dans l'escalier menant au premier.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Jeu 15 Sep - 21:44

Caleb n'aimait pas laisser l'auberge sans surveillance. Il laissa donc la jeune femme, et commença à descendre. Il fut surpris de tomber sur l'artiste gringalet ainsi qu'une jeune fille. Jeune fille... Elle lui rappelait quelqu'un... Enfin bref, que faisaient-ils là, sans son autorisation? Il se planta devant eux, les mains sur les hanches et le regard dur.

- Je peux savoir où tu vas avec cette jeune là ? Et tu t'es permis de prendre les clés sans me demander ?

Il commençait à se dire si il n'allait pas foutre ce bougre dehors... Et en plus il ramenait cette jeune... Mais pourquoi a-t-il tant l'impression de la connaître? Tiens, cette tenue, il l'a vu sur... Elie! Et ces traits, ces yeux... Mais... Il... Elle... C'est pas possible ! Elle a réussi à le bluffer, et il ne doit sûrement pas être le seul. Il voulait cacher sa surprise, mais impossible. Il la regarda avec des yeux d'étonnement.

Euh..., dit-il en la pointant du doigt mais rien ne sortit.

Il comprend mieux pourquoi il, non elle, était poursuivie. Sa supercherie avait dû être démasquée. La mort était généralement la punition des menteurs, mais ce n'était pas dans les intentions de l'aubergiste. Il resta là, à les dévisager les deux, attendant une explication de tout ça, les clés, le mensonge... C'était décidément une journée qui n'avait rien d'ordinaire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Sam 17 Sep - 12:45


C't'un beau bébé ce Caleb ! Avec des gros muscles partout, même où c'est pas vraiment nécessaire ! Certes, Miguel est presque aussi grand que lui, mais il n'a pas, comme le tatoué, de véritables jambonneaux en guise de biceps, ni cette dégaine de titan à la force tranquille. Le barbouilleur n'est qu'un avorton à côté du colosse, et il n'est guère rassuré lorsque ce-dernier les apostrophe en roulant des yeux furieux ! Mais faut le comprendre ! Il y a de quoi pousser une gueulante ! Il n'a pas reconnu Elyse, bien sûr, et il est convaincu que Miguel ramène une conquête d'un soir pour une partie de jambes en l'air sans l'avoir averti et en lui empruntant des clefs sans son autorisation !

Néanmoins, Miguel fait face, courageusement, tel un roquet face à un loup, même s'il est conscient qu'il ne pèsera pas bien lourd si Caleb s'énerve un peu plus et lui colle un marron sur le museau. L'aquarelliste lève finalement les mains en signe d'apaisement, et s'apprête à déballer toute leur histoire de A à Z, lorsque le regard vindicatif du patron se colore soudain d'une vive surprise. Ca y est, la pièce est tombée, il vient de comprendre qui est cette jolie jouvencelle accrochée au bras du peintre, et il en reste comme deux ronds de flan, les yeux écarquillés ! Aucun son ne daigne franchir sa bouche, grande ouverte en signe de stupéfaction, hormis un « Euhh » qui s'éternise sur ses lèvres.

Ce silence soudain fait parfaitement les affaires du barbouilleur. Sans lâcher la main d'Elyse, il grimpe d'un escalier supplémentaire pour être sensiblement à la même hauteur que Caleb, et il se met aussitôt à lui narrer leur mésaventure.

- Je suis désolé pour la clef, patron, d'autant plus que je n'ai plus un sou. Nous avons été attaqués puis enfermés par trois de tes clients lorsque nous nous promenions dans la forêt d'Astaen, et ils nous ont presque tout pris ! Heureusement, ils n'ont pas remarqué que mon Elyse était cette jeune femme superbe, parce que ces crapules en auraient lâchement profité quand nous étions ligotés ! Bon, ils nous ont laissés à la garde d'un seul d'entre eux, et nous avons réussi à l'assommer puis à nous échapper de leur repaire, une vieille cabane dans les bois. Nous venons de croiser les deux autres dans une ruelle toute proche, et de plus, comme ton auberge est remplie de ... euh ... personnes inquiétantes, nous avons préféré nous réfugier dans la chambre d'Elyse. Voilà, tu sais tout ! A part que je t'ai fauché une miche de pain et une terrine de pâté tellement nous mourons de faim ... ajoute t-il d'un air penaud en désignant sa besace aux formes arrondies ...

Il se tourne vers sa sylphide et poursuit en la mangeant des yeux.

- Mon amour, tu devrais expliquer à Caleb pourquoi tu as pris l'apparence d'un jeune mousse. Il s'en doute un peu, je présume, mais il a le droit de tout savoir, nous sommes quand-même sous son toit.

Il l'attire par la taille et la serre contre lui, encore un peu inquiet mais surtout protecteur, la couvant toujours de ce même regard émerveillé. Sans doute ces aveux vont-ils réveiller en elle d'épouvantables souvenirs si elle remonte à son passé le plus lointain et le plus nauséabond, mais il la soutiendra de son mieux. Désormais, il sera toujours là pour elle.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Dim 18 Sep - 16:36

Elyse sourit tendrement à Miguel, à l'aveu de son inquiétude, ils s'éloignent de la salle et des consommateurs bruyants, et filent dans la cuisine de l'auberge, malgré la réaction du tavernier, ce matin. Avec son barbouilleur à ses côtés, elle est prête à toutes les audaces, elle meurt de faim, et le pâté et la belle miche de pain qu'il emporte, feront leur bonheur et caleront sans souci leurs estomacs vides. Elle dépose à leur place deux pièces qu'elle a extraites de sa bourse, et suit le jeune homme pour récupérer sa clé, et monter dans sa chambre. Ils grimpent les marches quatre à quatre, en riant, quand ils se heurtent à l'imposant Caleb, plutôt courroucé !

Et il n'est pas content du tout de les surprendre dans l'escalier, d'autant qu'il ne la reconnait pas tout de suite. Miguel tente de se justifier, et lui déballe toute leur aventure dans la forêt. Et la mine de Caleb, quand il comprend à qui il a à faire, lui arracherait presqu'un sourire, si cela n'impliquait pas qu'elle doive de nouveau raconter son histoire ...
Elle laisse Miguel terminer de narrer leur évasion, et enchaîne avec des éclaircissements pour Caleb :

- Ne vous fâchez pas Caleb, j'ai laissé des pièces pour le pain et le pâté, sur le comptoir, dans la cuisine. Nous avions trop faim et nous ne vous voyions pas réapparaître ... Quant à mes mensonges et ce déguisement, Miguel a raison je vous dois une explication, je vous en prie, ne me jugez pas trop vite ...

Elle se tait un moment, choisissant ses mots pour être plus synthétique qu'avec le jeune peintre dans la forêt ... Elle se lance enfin, regardant franchement Caleb dans les yeux.

- Si je me suis déguisée en garçon, c'est pour échapper aux autorités d'Assecia, j'ai frappé le fils de mes employeurs parce qu'il tentait de me ... de me ... De me faire du mal, j'ai réussi à me faire embaucher comme mousse, sur un bateau de commerce, sur lequel je suis restée deux ans. j'ai réussi à tromper l'équipage en me faisant la plus discrète possible ... Jusqu'à notre arrivée à Wecia ... Trois marins ont voulu me voler mes gains de ces derniers mois, car ils savaient que je les gardais précieusement. On s'est battus et dans la bagarre, en me serrant de trop près, le plus vindicatif des trois s'est aperçu que j'étais une fille. J'ai réussi par miracle à leur échapper et j'ai couru pour les semer dans la ville ... et j'ai fini par atterrir à l'Auberge. Voilà l'essentiel de mon histoire ... Je comptais profiter de votre hospitalité pour reprendre ma vraie nature, mais les évènements se sont précipités dans la forêt ...

Elyse s'appuie sur Miguel, cherchant le réconfort dans le cocon de tendresse inquiète que le jeune peintre a tissé autour d'elle, dès qu'elle a commencé à parler, elle lui sourit pour le rassurer, et regarde de nouveau Caleb, se demandant comment il va prendre leur présence dans l'escalier, à présent ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Jeu 29 Sep - 20:13

Caleb écouta l'histoire que lui racontait Elie... Non, Elyse. Il n'en revenait d'avoir été berné aussi facilement. Lui qui pourtant croyait avoir tout vu, tout déjoué, de la plus petite mutinerie, à l'espionnage du navire où il travaillait. Et bien non. Il venait de se faire avoir, et en beauté s'il vous plait! Il la regarda de haut en bas. De longs cheveux, une belle poitrine, une taille et des jambes fines... Comment a-t-elle fait pour cacher tout ça? L'aubergiste a du mal à en revenir.

- Euh... Bien... Vous... Vous pouvez passer... Je... Je vais retourner en bas. Si vous voulez boire quelque chose, je vous invite...

Un bon remontant, c'est ce qu'il lui fallait. C'est que celui qui croyait être un jeune mousse était en fait une femme assez charmante. Cette journée commençait à être un peu trop chargée en émotion. Les vieilles batailles et autres abordages manquaient à cet ancien pirate. Décidément, la vie sur la terre ferme était autre chose.

Il descendit l'escalier et retrouva son comptoir, ses clients, ses ivrognes du fond de la salle, les conspirateurs loin de la fenêtre et de la vue des autres. Il passa derrière le comptoir et se servit un grand verre de rhum qu'il but d'une traite. Qu'allait-on lui annoncer maintenant? Remis de sa surprise, et de la chaleur du rhum dans son gosier, il se remit à ses activités.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Ven 30 Sep - 12:03


Visiblement, Caleb a surmonté sa surprise, il a retrouvé l'usage de la parole, et ses yeux détaillent la belle Elyse de haut en bas. Ah oui mais non, cette insistance ne plait que très modérément au barbouilleur ! C'est qu'il est déjà jaloux comme un tigre, le roi du pastel ! Il s'éclaircit la voix de façon très théâtrale, et pousse un « Hum hum hum » éloquent en se glissant entre le patron et l'adorable moussaillon.

Inutile de te dresser sur tes ergots, jeune coq ! Le tatoué repart déjà vers ses occupations traditionnelles, derrière son comptoir, et leur laisse libre accès au premier étage. Le dernier verre, celui qu'il leur propose gentiment en descendant l'escalier, ce sera pour une autre fois. Ils trouveront bien une autre occasion de lever le coude. Les tourtereaux se sont mis d'accord d'un simple regard. Ils sont sur les rotules après toutes leurs mésaventures, et peu rassurés par le ramassis de fripouilles qui vocifère et éructe dans la salle. Surtout Miguel, apparemment. En outre, la terrine de pâté de campagne qui patiente au fond de la besace de l'aquarelliste dégage un parfum exquis, et les deux estomacs sur pattes ne résisteront pas longtemps à lui faire un sort. Et, soyons francs, l'éventualité d'un doux moment d'intimité et d'une longue nuit dans les bras de la puce ravit le barbouilleur, même s'il ressent un profond sentiment d'incertitude face à cette idée si séduisante. Compte tenu de son passé calamiteux, qu'elle ne lui a pas caché, son mignon farfadet s'abandonnera t-il déjà aux câlins que l'amoureux impatient et ses doigts coquins ne pourront s'empêcher de lui proposer ? Mystère ...

Toujours est-il que Miguel décline l'invitation du patron en le remerciant d'un : - Une autre fois, Caleb, nous sommes vraiment trop fatigués ce soir !

Clic ! Un tour de clef et les voici dans la chambrette de la sylphide, semblable d'ailleurs à celle qu'occupait Miguel la nuit précédente, après ses agapes avec un ravissant éphèbe prénommé Elie. Un second clic, et ils s'y enferment prudemment. La présence de Caleb dans la salle les rassure, certes, mais deux précautions valent mieux qu'une, non ?

- A table, ma jolie gloutonne ! On va s'en mettre plein les papilles, matelot ! Allez, viens vite près de moi, Tom-Pouce !

Il la dévisage en souriant, longuement, les prunelles remplies d'étoiles, puis il retire miche et pâté de son sac-à-dos. Il cale ensuite les deux chaises l'une contre l'autre, les rapprochant d'une table basse posée dans un coin de la pièce, et il lève à nouveau les yeux vers la brindille.

- Viens vite, mon cœur ... ajoute t-il plus sobrement, en lui tendant la main.

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Dim 2 Oct - 12:16

Caleb semble vraiment ébranlé par la transformation et l'histoire d'Elyse. Elle s'en veut un peu d'avoir menti à cet homme qui sous ses dehors bourrus, a, elle en est persuadée, un coeur d'or. Quand elle est entrée dans son auberge, essoufflée, apeurée, hier - et oui, c'était seulement hier ! - il l'a immédiatement rassurée et mise en quelque sorte sous sa protection, alors qu'elle n'était qu'une inconnue, enfin un inconnu ...

Après mûre réflexion, l'aubergiste finit par les laisser passer, non sans avoir jeter un dernier coup d'oeil aux jeunes gens, et offert un dernier verre. Mais ils ont décliné son offre, trop affamés et fatigués par toutes ses épreuves. Vite ! Ils avalent quatre à quatre les dernières marches, pour se réfugier dans la chambre qu'Elyse occupait la veille. Elle reste plantée, là, debout au milieu de la pièce, un peu étourdie par tous ces chambardements qui l'ont bousculée, aujourd'hui. Sa petite vie, pleine de mensonges et de secrets, a volé en éclats, peut être plus rapidement qu'elle ne l'avait prévu, mais les choses sont très claires à présent, elle veut redevenir Elyse, pour elle, pour le jeune peintre qui l'a percée à jour, et qui l'attire ...

Elle l'observe, Miguel, il leur installe une table et des chaises, pour leur pique nique improvisé. Miguel, qui apparemment a été chamboulé, aussi, par cette journée qui commençait par une balade sans histoire en forêt. Son attitude envers elle a changé, bien sûr, sa désinvolture a disparu, mais tout à l'heure, dans l'escalier il s'est montré très protecteur, presque jaloux, on aurait dit qu'il avait dévoré un tigre, prêt à en découdre avec l'impressionnant Caleb ... Elle sourit, en songeant qu'il y avait bien longtemps qu'on n'avait pris soin d'elle ainsi.

Les voilà tous les deux dans sa chambre, et si cela lui paraissait la meilleure solution sur le chemin du retour, elle est hésitante, à présent, inquiète, mais aussi affamée, et les fumets odorants dégagés par le pain frais et la terrine lui font reléguer ses angoisses dans un coin de son esprit. Et elle veut profiter de cet instant avec son barbouilleur, ils n'ont pas vraiment encore eu de moments à eux, pour eux, toujours sous le coup de leurs mésaventures et de leur rencontre avec les brigands. Elle le rejoint pour le repas, saisissant sa main tendue, s'asseyant tout près de lui, à le toucher, et dévore, en silence ces mets simples mais oh combien délicieux pour un ventre vide !

Leur larcin ne fait pas long feu, et il ne reste bientôt plus que quelques miettes de la savoureuse miche de pain frais, et la terrine est vide et nettoyée avec application par les deux jeunes gens qui se chamaillent gentiment pour terminer les trois menus morceaux du succulent pâté qui se languissent au fond du plat. Rassasiée, Elyse les abandonne à Miguel, et soupirant d'aise, se recule sur sa chaise, la main sur son ventre plein.

- Caleb est vraiment un excellent cuisinier, si c'est lui qui a préparé tout ça. Je n'ai plus faim, je te laisse terminer, gourmand ... Sous le regard étonné et taquin du peintre, elle ajoute, en lui donnant un coup de coude dans les côtes : Oui, ça m'arrive d'être calée, espèce de goinfre ! Tu peux parler, tu es aussi glouton que moi ! lui lance-t-elle, dans un sourire moqueur, quittant sa chaise.

Elle fait quelques pas jusqu'à la fenêtre, mal à l'aise, de nouveau, elle ferme la croisée sur la nuit noire, les isolant du monde extérieur. Timidement, elle revient vers lui, plongeant ses yeux troublés dans les prunelles couleur des mers du sud. Les chandelles se consument en jetant une lumière délicate, et dorée sur leurs visages, les ombres emplissent la chambre rendant l'atmosphère très intime. Elle hésite, son regard toujours rivé au sien, cherchant une réponse aux interrogations qui minent son coeur. Puis finalement, elle retourne s'asseoir près de lui, mêlant d'une main, ses doigts menus à ceux de l'artiste, écartant du pouce, une miette de pain accrochée à la commissure de ses lèvres, elle pose l'autre sur sa joue rugueuse.

- Et maintenant Miguel, murmure-t-elle d'une petite voix craintive, on va se coucher ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Lun 3 Oct - 18:42


La miche de pain et le pâté ne résistent pas longtemps aux crocs affûtés de la brindille et de l'échalas, ni à leur appétit pantagruélique. Voilà au moins un sujet pour lequel ils sont en osmose totale : la nourriture ! Et celle que prépare Caleb est particulièrement délicieuse ! Les tourtereaux en oublieraient presque leurs périlleuses aventures, et se taquinent à qui mieux mieux, comme au début de leur balade, lorsque la belle Elyse était ce moussaillon filiforme et taiseux qui attirait si bizarrement Miguel.

Ce moussaillon qu'elle n'est plus, désormais ! Le ravissant lutin va et vient dans la pièce, éclairée par des chandeliers à la lueur blafarde, ferme la croisée sur les myriades d'étoiles qui pétillent dans la nuit, et revient vers le barbouilleur, qui, pendant ce temps, n'a pu détacher ses prunelles azurées des courbes exquises de la sylphide.

Le silence est total, quasi monacal, lorsqu'elle prend la grande main de Miguel entre ses doigts fragiles, et lui caresse une joue qu'un duvet léger commence à manger. Les yeux d'émeraude d'Elyse et les prunelles turquoise de son compagnon s'épousent à nouveau, tendrement, sans feinte, sans subterfuge, en une fusion intense, presque magique. Tourne tourne la terre, et laisse-nous ! Et toi, lis en moi mon amour, réclament les yeux d'azur dans une sollicitation muette. Lis en moi, et tu découvriras les réponses aux questions que tu te poses, à celles que tu ne m'a pas posées mais que j'ai entendues. Tu y découvriras qu'à présent rien ne compte à part toi, à part nous. Tu y découvriras que tes craintes au sujet de cette nuit n'ont pas lieu d'exister, et qu'il en ira de même pour les milliers d'autres qui la suivront ...

- Oui mon ange, on va se coucher ! Et n'aie nulle crainte ... ajoute t-il avec conviction, bien décidé à respecter cet engagement solennel. Il se débarrasse uniquement de ses bottes, les jette dans un coin d'un geste ample, et garde sur lui sa chemise et son pantalon, afin qu'une nudité soudaine ne vienne pas inquiéter la puce. Pour la rassurer encore, pour terrasser les vieux démons qui l'angoissent, Miguel décide de lui parler longuement, tout en la prenant délicatement entre les bras au centre du lit étroit. Il lui effleure simplement la joue du bout des doigts, savourant ce précieux contact, charnel certes, mais tellement naturel qu'il ne devrait causer aucun souci à la liane. Depuis longtemps, Miguel n'a pas été suffisamment proche de qui que ce soit pour évoquer ce vide, ce manque, qui le consume depuis des années, et l'histoire de ses parents lui vient spontanément aux lèvres.

- Je t 'ai parlé de mes parents, ma puce. J'ai été séparé d'eux par un naufrage, il y a longtemps, des années, et j'ai toujours au fond de moi un vague espoir de les retrouver. Pourquoi je t'en parle, mon cœur ? Simplement parce que je me sens très proche de toi, parce que nous avons côtoyé la mort ensemble, et surtout parce que tu ressembles à ma mère. Tu as le même éclat dans les yeux. Les mêmes yeux superbes. Deux étoiles qui brillent dans la nuit. Deux pépites d'or.

Miguel se laisse emporter par son discours, qui devait uniquement rassurer la puce. Il poursuit, souriant mais ému.

- Je me rappelle aussi de ses jolies fossettes, au coin de ses lèvres, quand elle me regardait. Les mêmes que les tiennes, mon cœur ... dit-il en caressant toujours du bout des doigts une des délicieuses pommes d'api. - J'aimerais avoir le courage de me lancer à leur recherche, mais j'ignore bien-sûr s'ils sont en vie, et, dans l'affirmative, je n'ai pas la moindre idée d'où ils peuvent être. Depuis un moment, j'envisage de parcourir toute la côte, en démarrant de Glénia, et d'interroger les gens dans les champs, dans les villages. Mais bon, ça va prendre du temps, et coûter pas mal d'argent. Je vends bien mes toiles mais je ne suis pas Crésus.

Il arrête son long monologue, se demandant soudain si Elyse n'a pas d'autres chats à fouetter, de manière plus urgente. Mais lorsque le barbouilleur est lancé, personne ne peut interrompre son bavardage ! Il dévisage à nouveau la jolie brindille qu'il serre tendrement et qu'il ne compte pas lâcher de sitôt !

- Mon ange, puisque tu es en fuite, pourquoi n'entreprendrions-nous pas ce périple ensemble ? Nous serions dans la campagne, sur des routes peu fréquentées, à l'abri des malandrins et des charognards. Qu'en penses-tu, mon lapin ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Lun 10 Oct - 19:25

Tout comme Miguel, Elyse s'est débarrassé de ses bottes et de sa ceinture, avant de le rejoindre sur le lit et de se glisser dans ses bras. Ses peurs, ses doutes, elle les laisse là aussi, en dehors de la bulle de tendresse que le peintre souffle autour d'eux. Le silence de la chambre est vite comblé par ses bavardages, ses confidences, et la jeune femme l'écoute raconter ses blessures, à son tour.

Au début de leur promenade dans la Forêt d'Astaen, il lui avait posé beaucoup de questions qu'elle avait difficilement détournées, afin de ne pas éveiller ses soupçons. Il n'était pas question de lui révéler quoique ce soit alors, et elle l'avait amené à parler de sa famille. La perte de ses parents, dans ces conditions tragiques le mine, et cette façade désinvolte qu'il affiche cache une fêlure qui pourrait bien les rapprocher, la rassurer ...

Elle l'écoute, sans mot dire, évoquer sa mère, d'une voix émue, qui la touche au plus profond d'elle même. Elle, que sa famille a rejetée, sans hésitation, quand elle est venue demander de l'aide. Bien sûr qu'elle fera tout ce qu'il veut, tout ce qu'il faut pour qu'il ait une chance de revoir ses parents s'ils sont en vie.

Est-ce-qu'elle le suivra dans ce périple ? La question ne se pose plus. Elle le suivra c'est évident, ses doutes, ses peurs s'amenuisent, les yeux ne mentent pas, et les prunelles turquoise de Miguel sont si limpides qu'Elyse veut prendre le risque, elle veut lui faire confiance, et entamer cette quête avec lui. Oui mais voilà, l'argent, le nerf de la guerre, où trouver les Fänd'ors nécessaires à leur voyage ?
Elyse a beau retourner le problème dans sa tête, ses maigres économies ne suffiront qu'à repartir vers Glenia. Ensuite il faudra espérer que son artiste aura de quoi débuter le voyage. A moins, à moins que ...

- Miguel, dit-elle doucement, je viendrai avec toi, ce voyage est une excellente idée, et on finira bien par trouver des indices, non ? Mais, attends ... Il y a peut être un moyen ... Je vais peut-être nous mettre encore dans les ennuis, mais ... mais l'argent que les brigands t'ont pris, on peut essayer de le récupérer. On sait à quoi s'en tenir à présent, on n'y va pas les yeux fermés. Je sais que c'est dangereux, mais qui ne risque rien n'a rien, non ?

Les yeux émeraude interrogent le regard d'azur, doivent-ils prendre le risque ? La dernière fois qu'ils ont approché la cachette des voleurs, ils ne savaient pas à quoi s'en tenir, et ils n'avaient les moyens de se défendre, mais là, ils auront peut-être de la chance ... Il est facile de faire des plans dangereux, confortablement, tendrement installés dans un lit, dans les bras de son amoureux ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Mer 12 Oct - 9:39

Lentement, s'est enfui le jour, à pas de velours. La puce se pelotonne plus câlinement entre les bras du barbouilleur, et le bougre adore ça ! Il l'écoute, et il exulte lorsque l'adorable sylphide accepte son offre. Ce périple, ils le feront à deux, et ce sera l'ébauche d'une longue histoire. Leur histoire. Miguel l'espérait plus que tout, cet acquiescement, cette délivrance, ce soulagement, puis il l'avait pressenti en interrogeant les prunelles de jade, si fascinantes, en se plongeant durant de longs et délicieux instants dans leur magie dorée, mais dieu que cette certitude l'apaise et le réjouit. Les étoiles dans le ciel semblent soudain briller davantage, et les tensions de cette journée épuisante se meurent dans la tranquillité des ténèbres. Miguel se détend, doublement heureux, doublement rassuré, car son Elyse le conforte dans l'idée que la recherche de ses parents n'est pas une entreprise désespérée. Et le jeune peintre se met à y croire, plus fermement, plus intensément, grâce à la puce. Oui, ils trouveront des indices ! Il le sent, il le sait, il le veut ! Et le barbouilleur imagine déjà leurs deux chevelures emmêlées, virevoltant dans le vent du matin, il distingue leurs visages rieurs offerts à l'éclat du soleil, il entend leurs cris, leurs encouragements, destinés aux deux chevaux tirant leur carriole dans les sentiers ombragés longeant la côte.

Il rêve ... il imagine ... oui mais ... il y a un mais ! La brindille émet alors une suggestion inattendue ! Elle propose un retour à la cabane des trois gibiers de potence afin d'y récupérer leur escarcelle et tout l'argent caché. Euh ... Est-ce bien raisonnable ça ? Bon sang jamais Miguel n'aurait songé à prendre de tels risques ! Bien-sûr voler des voleurs, c'est assez jouissif ! Bien-sûr ils ont besoin d'une somme importante pour rentrer à Glénia et se lancer dans leur expédition ! Bien-sûr ! Mais cette entreprise lui paraît d'emblée insensée, et infiniment dangereuse, car les trois gorilles pourraient aisément briser les os des deux freluquets comme de vulgaires bouts de bois s'ils les surprennent à nouveau aux abords de leur quartier général !

Miguel hoche la tête, pesant le pour et le contre, tout en jouant machinalement avec les doigts menus de sa liane, prisonniers des siens. C'est qu'il n'est pas habitué à prendre d'aussi lourdes décisions, le roi du pinceau. Ils jouent leur vie, face à ces butors ! Mais finalement, l'aventure l'emporte sur la sagesse. Ils ont absolument besoin de cet argent, et le reste, en définitive, ce n'est que du baratin !

- D'accord, mon ange, nous y retournerons ! Demain me semble le plus indiqué, car les deux poivrots que nous avons croisés dans la ruelle seront peut-être malades comme des chiens, et la brute que nous avons assommée aura certainement très mal au crâne. Mais pas question de prendre trop de risques, mon cœur, nous observerons attentivement les lieux avant de pénétrer dans leur bicoque ! Nous n'irons que si rien ne bouge ! Et à la première alerte, tu prends tes jambes à ton cou, mon poussin. Tu dois me le promettre ! Tu as beaucoup plus que moi à perdre dans cette équipée ...

Inquiet, ne se sentant guère capable d'être rassurant, il sourit cependant à sa petite merveille, plutôt frileux à l'idée d'aller farfouiller avec elle dans la masure, mais les dés sont jetés, maintenant, et plus question de se débiner ! Les minutes se sont égrenées depuis le début de leurs confidences, et le barbouilleur ressent enfin cette fatigue extrême qui le gagne. Ses paupières s'alourdissent lentement. Cependant, le corps fragile blotti contre le sien le trouble au-delà de toute mesure. Dieu qu'il est malaisé de refouler toute cette tendresse accumulée en lui. De refréner cette appétence, de dompter cette pulsion. A dieu vat ! Dix doigts intrépides et fébriles s'aventurent sous la chemise de la sylphide, et bondissent vers sa poitrine gracile.

- Si tu savais à quel point je t'aime ... murmure t-il d'une voix étouffée par le désir et l'émotion, tout en se penchant vers elle et en cherchant ses lèvres.

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Jeu 13 Oct - 14:35

Au milieu de ce lit étroit se tisse, une nouvelle histoire, un nouveau départ pour Elyse, une nouvelle vie se dessine, emplie de bonheurs simples. Elle ne demande pas grand chose, simplement d'être aimée, et l'amour, elle le lit dans les yeux d'azur qui la contemplent tendrement. L'émerveillement, la confiance qu'elle déchiffre sur son beau visage, lorsqu'il comprend qu'elle ne le quittera plus, abattent peu à peu les hauts remparts, que la peur et la défiance ont bâtis autour d'elle. Elle l'observe avec un léger sourire, ses confidences lui ont aussi appris qu'en fin de compte Miguel est un solitaire, et que sa désinvolture n'était que façade ...

Par contre affronter la forêt et les brigands ne l'enchante pas. Il hésite, il a peur, plus pour elle d'ailleurs que pour lui, mais ils n'ont pas beaucoup d'alternatives et l'envie, le besoin de retrouver ses parents font le reste. Il finit par accepter, avec réticence et sous conditions, mais ils seront prudents cette fois, et les circonstances devraient leur être plus favorables ...

Ils seront deux pour affronter les évènements, maintenant, quoiqu'il advienne, Elyse en est persuadée et voudrait le rassurer, mais les mots lui restent au fond de la gorge. Elle entremêle ses doigts aux siens, et se blottit contre lui pour le tranquilliser, et tenter de lui transmettre un peu de sérénité. La fatigue la rattrape insidieusement, ses yeux d'émeraude papillotent, quémandant leur dose de sommeil.

Cependant les mains de Miguel, se font coquines et se faufilent sous la chemise d'Elyse, ses lèvres cherchent les siennes, éveillant en elle des sensations nouvelles, troublantes, mais aussi l'appréhension et les mauvais souvenirs. Doucement, mais fermement, elle rattrape les deux mains et les enferme dans les siennes, tout en l'embrassant, puis elle s'écarte un peu et plonge dans les prunelles turquoise, étincelantes d'amour, et captive, en oublie ce qu'elle voulait dire ...
Elle parvient finalement à se ressaisir et quitte difficilement son regard envoûtant, inquiète de sa réaction à ses réticences.

- Miguel, je ... excuse-moi, mais ... Mais tout ça, c'est ... un peu rapide pour moi ... balbutie-t-elle, d'une petite voix. Tu veux bien ... qu'on ralentisse un peu ? ... Sois patient avec moi, s'il te plait ...

Puis elle avise l'oreiller derrière Miguel, prestement elle dégage une de ses mains, et empoigne le coussin moelleux, pour en asséner un coup sur la tête du peintre, qui ne s'y attend pas du tout. Elle rit de bon coeur de la surprise, peinte sur le visage du barbouilleur, s'échappant ainsi de la gangue d'angoisse qui menaçait de l'étouffer de nouveau ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Ven 14 Oct - 14:02


Les mains fines de la puce happent au passage les dix doigts espiègles s'aventurant sous son chemisier, les séquestrent gentiment, muselant le filou et ses intentions polissonnes. L'adorable liane aurait pu rappeler son compagnon à l'ordre, car le barbouilleur n'ignore plus grand chose de ses appréhensions et de son passé douloureux hanté par de vieux démons, mais la belle s'en dispense. Au contraire, c'est elle qui lui demande de lui pardonner cette anxiété qui l'assaille, après un tendre conciliabule des émeraudes et des turquoises, prisonnières de leur éclat mutuel, de leurs flammes qui dansent dans la pénombre. Et Miguel en est tout ému. Voilà qu'il se comporte comme un âne bâté, comme le dernier des lourdauds, et c'est la puce qui se désole ! Bon sang, il s'en veut de s'être comporté de cette manière, il n'a aucune excuse, sinon de l'aimer au-delà de tout ! Stop ! Il interrompt d'un baiser les phrases hésitantes de la sylphide. Il ne peut en entendre davantage !

- Ne dis pas ça, mon cœur ! C'est moi qui suis un empoté ! Je te fais mille promesses, et je suis totalement incapable de les tenir ! Pardonne-moi, mon trésor. Je serai patient autant que tu le désireras, je t'assure, et nous ne brûlerons pas les étapes. Nous sommes inséparables désormais, nous avons toute la vie pour nous aimer ! ... Est-il lui-même convaincu qu'il réussira à tenir parole ? Qui sait ?

Le futur génie du pastel s'apprête à avouer à sa brunette qu'il tombe de sommeil, et à lui suggérer qu'il serait sage d'enfin fermer l’œil, mais la belle Elyse en a décidé autrement ! Vlan ! La peste lui assène un bon coup d'oreiller sur la caboche, ce qui suffit amplement à ranimer le barbouilleur ! Un coup d’œil vers le haut du lit ! Zut ! Il n'y avait qu'un seul polochon, et la puce s'y cramponne comme un naufragé à sa planche de bois. Mais comme le sale gosse qu'il est resté, Miguel n'est pas à court d'imagination.

- Vengeance ! C'est la guerre, moussaillon ! ... clame t-il en riant !

Il déséquilibre la brindille d'un léger coup d'épaule, la puce s'étale au travers du lit, et son vilain tortionnaire enroule son corps menu dans la couverture ! Ou plutôt il essaie, car la coquine se débat comme une diablesse, et leurs fous rires les laissent rapidement pantelants, sans la moindre force, le jeune artiste se contentant alors de la garder entre ses bras, la dévisageant longuement, comptant et recomptant les étoiles filantes scintillant au fond de ses yeux aux reflets d'ambre.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Mar 25 Oct - 17:58

L'atmosphère feutrée et intime de la petite chambre s'emplit soudain des éclats de rire des deux jeunes gens. Et ils bataillent pour un oreiller, se roulent dans les couvertures, comme les deux garnements qu'ils sont encore. Disparues les peurs d'Elyse, ses hésitations s'envolent avec le coussin qui voltige. La jeune femme résiste comme un beau diable, jetant ses dernières forces dans la bagarre, libérée, heureuse ...

Mais la fatigue de leur longue journée éprouvante et riche en émotions, étreint bientôt les deux belligérants, qui s'affalent sur le lit, dans les bras l'un de l'autre. Et le calme serein succède à la tempête, enveloppant les deux amoureux d'une aura de tendresse qui les submerge. Elyse plonge, se perd, se noie dans les lacs d'azur qui la dévisagent amoureusement. Elle ose espérer enfin, que cette fois celui qu'elle aime ne profitera pas d'elle, pour l'abandonner ensuite. Car elle l'aime ce grand escogriffe de barbouilleur, elle l'aime, et elle ne se lasse pas de le regarder, de le manger des yeux …

Elle s'enhardit et pose une main timide sur la joue râpeuse de Miguel, leurs regards soudés échangent des promesses, des serments d'amour muets mais non moins fervents. Elle hésite une seconde, avant de l'embrasser tendrement, et dans un souffle, elle lui murmure :

- Merci Miguel, merci mon amour, d'être aussi patient avec moi, mes craintes doivent te paraître bien stupides, mais je suis sûre que tu m'aideras à les surmonter. Cette recherche de tes parents, ce voyage, c'est une occasion unique d'apprendre à nous aimer …

Leurs lèvres se cherchent, se trouvent pour un baiser qui les laisse le souffle court. Elyse se blottit plus étroitement contre le jeune peintre, nichant son visage sur son épaule. Elle s'abandonne peu à peu au sommeil dans les bras protecteurs de Miguel, bercée par l'atmosphère douce et paisible qui s'est installée dans leur chambre. Demain sera un autre jour, qu'ils vivront ensemble, ainsi que les suivants, pour longtemps ...


_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Mer 26 Oct - 14:16

Eh oui, terminé de jouer au grizzli féroce et d'écrabouiller la puce sans pardon, au python royal pour l'étouffer de morsures et de baisers, au vilain méchant loup pour lui dévorer les lèvres et s'en pourlècher les babines ! Terminé ! C'est l'heure du repos des guerriers, l'heure des dernières confidences, celles que l'on se murmure d'une voix ensommeillée, c'est l'heure des projets les plus fous. Et le roi du pinceau se laisse bercer par les perspectives grisantes, par cet alanguissement exquis qui les ankylose, et par les baisers de la puce, surtout. Une puce qui prend confiance, et qui s'enhardit au contact du coquin. Une puce qui ne craindra plus les lendemains qui déchantent, non, foi de Miguel, ils chanteront, désormais.

Mais soudain ... Chuuut ... La brindille se pelotonne au creux des bras qui l'emprisonnent dans un cocon de tendresse ... Chuuut ... Ses paupières deviennent lourdes, très lourdes, trop lourdes ... Chuuut ... Elles dissimulent à présent les émeraudes alanguies ... La sylphide tire sa révérence, à pas de loup, sous l’œil attendri du barbouilleur prêt à en faire de même, mais qui se glisse sous la couverture, lentement, précautionneusement, veillant à sauvegarder le sommeil de son doux trésor. Il pose la nuque sur le polochon, qui a perdu quelques plumes dans la bagarre, tout en maintenant du bout des doigts le visage de la puce tourné vers lui. Endormie ou non, rien n'y fait, il ne se lasse pas de la contempler, ému, émerveillé, de redécouvrir les courbes de ses joues rondes, ses pommes d'api, de son menton volontaire, de son nez mutin, et d'en suivre des yeux les contours exquis, longuement, infiniment, comme si un charme magique l'empêchait de s'en détourner. Du bout d'un doigt, il s'amuse à rouler et dérouler une boucle de sa chevelure d'acajou, résistant vaillamment à la tentation de lui chatouiller les lèvres avec l'extrémité de sa bouclette brune. Miguel sourit, il est en extase devant le ravissant minois, et il effleure la bouche de son Elyse d'une caresse furtive de ses lèvres mi-closes ...

Mais diantre ! Le barbouilleur, qui n'a rien d'un héros, se met soudain à angoisser en contemplant sa frêle princesse. Leurs projets de retour à Glénia, et de voyager afin de retrouver sa famille, tout cela c'est parfait, ça l'enchante, bien évidemment, mais leur balade champêtre du lendemain le ravit beaucoup moins. Pourvu qu'ils aient la chance d'éviter les trois compères gorilles, ou au pire de réussir à leur échapper sans que la puce ne subisse leur colère et leurs représailles ! La puce, et lui-aussi, bien entendu, mais il n'ose imaginer les sévices que sa tendre Elyse risque d'endurer si le trio d'affreux pose ses sales pattes sur elle !

Le sommeil le gagne malgré tout, mais un sommeil agité, inquiet, fiévreux, et le barbouilleur s'y débat dans d'absurdes cauchemars qui le terrorisent jusqu'au petit matin. Il s'éveille le premier, mais son crâne endolori ne présage rien de bien enthousiasmant pour les heures suivantes. Le plus calmement possible, il attend sans bouger que son joli farfadet ouvre enfin les yeux.

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Ven 4 Nov - 10:22

A l'abri dans les bras du jeune peintre, Elyse a dormi profondément, sereinement, appréciant comme la nuit précédente le confort d'un vrai lit, après ces années passées à dormir sur le bateau. Sortant peu à peu des limbes du sommeil, elle se pelotonne contre le corps chaud qui l'a bercée tendrement. Elle ne veut pas ouvrir les yeux, pas tout de suite, profitant de ce moment de paix avant d'entamer une journée qui s'annonce périlleuse. Elle sent bien que son compagnon n'est pas très décidé pour leur expédition mais elle ne voit pas d'autre solution à leur problème d'argent, et puis voler des voleurs c'est un peu se faire justice, non ?
Quand enfin elle ouvre les yeux, elle croise le regard turquoise qui la dévisage, inquiet, tourmenté. Leur virée au repaire des brigands le mine visiblement …

- Bonjour Monsieur le barbouilleur, bien dormi ? lui demande-t-elle, la voix encore embrumée de sommeil. Il y a longtemps que tu m'observes comme ça ? Tu t'es réveillé tôt …

Elle s'étire voluptueusement, savourant la couche douillette et moelleuse, et se blottit de nouveau dans les bras de Miguel. Tendrement, elle écarte une mèche de cheveux ébène qui barre le front soucieux de son compagnon, laisse ses doigts s'attarder sur sa joue, et effleure ses lèvres d'un baiser léger.

- Tu t'inquiètes pour notre balade en forêt, je le vois bien, tu as perdu ton beau sourire de séducteur ... On ne prendra pas de risques, je te le promets ... Tu sais, je ne veux pas te perdre … Il n'est pas question qu'on se fasse prendre comme hier ! Je peux très bien redevenir Elie, pour y aller, si tu as peur pour moi, ça ne me dérange pas ... Mais pour ça, tu devras me rendre mon bandeau ! le taquine-t-elle, essayant de faire revenir un sourire sur son beau visage grave.

Joignant le geste à la parole, elle faufile une main, sous la chaude couverture, tâtonne un peu pour trouver, la poche de son pantalon, et en retire victorieusement le morceau de tissu délavé, puis l'agite devant son nez, moqueuse.

- Voilà, je l'ai ! Je me banderai de nouveau la poitrine, quand nous serons arrivés dans la forêt et comme ça ni vu, ni connu, Elie sera de retour ! Et je serai à l'abri de représailles … qui ne risquent pas d'arriver puisque nous serons très, très prudents … se dépêche-t-elle d'ajouter, pour le rassurer. Tu veux bien me serrer dans tes bras, un petit moment, j'ai besoin d'un câlin pour me réveiller. Nous irons déjeuner, ensuite, j'ai une faim de loup ! termine-t-elle en lui souriant, puis elle prend un air féroce et fait mine de le mordre dans le cou ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV] Ven 4 Nov - 18:22


Il suffit parfois d'un sourire ou d'un baiser, et le ciel se colore de pervenche et de myosotis, même sans l'intervention d'un quelconque barbouilleur. Il en va ainsi pour tous les gens qui s'aiment, et, ce matin, l'azur est d'une pureté infinie au-dessus de l'Auberge des Cinq Flibustiers, au cœur de Wécia qui s'éveille sous les chatoiements d'or et de safran du soleil levant.

L'atmosphère du premier étage est d'un calme absolu. Seuls se glissent subrepticement, dans les couloirs gorgés de pénombre, quelques chuchotements discrets, quelques soupirs langoureux, quelques froissements d'étoffe, légers et doux comme l'envol feutré d'un couple de papillons aux ailes éthérées. Le câlin réclamé par la puce lui est accordé à l'unanimité, et il est un océan de tendresse, une exquise promesse, une étape de plus vers l'instant merveilleux qui les attend mais qu'elle redoute encore.

Et soudain ! Dieu du ciel que se passe t-il ? Deux quenottes de porcelaine fine imprudemment exhibées par la puce, et un bandeau agité triomphalement sous le nez de Miguel, déclenchent la seconde manche d'une partie commencée aux premières heures de la nuit. Des rires rebondissent dans la petite chambre, où deux gladiateurs féroces et échevelés se livrent bataille au centre d'une courtepointe leur servant d'arène, sous une averse de plumes d'oies s'échappant d'un coussin définitivement éventré. L'angoisse a cessé de tenailler l'estomac de l'aquarelliste, le bougre a momentanément oublié l'expédition prévue, la cabane, les brigands taillés comme des ours des cavernes, et tutti quanti ! Et cette fois Miguel le colosse réussit à immobiliser la sylphide entre ses bras, et il la tient bien, la submergeant de baisers jusqu'à ce qu'elle se rende.

Le coquin n'avait pas prémédité son coup, mais, souriant de toutes ses dents, il récupère vivement le ruban que sa princesse a perdu durant leur tendre duel, et il le plonge dans leur baluchon qui traîne aux pieds du lit.

- Tu es si jolie les cheveux au vent, mon ange ! Tu les noueras lorsque nous serons en vue de la cabane, si nous y voyons quelque chose d'inquiétant, d'accord ? Mais n'envisageons pas le pire, tu m'as rendu confiance, et tout va se passer pour le mieux ! A nous le coffre bien rempli de ces fripouilles, mon amour ! ... énonce t-il d'un ton convaincu, mais en croisant deux doigts dans son dos pour conjurer le mauvais sort.

C'est bientôt l'heure, mais Miguel prolonge encore un peu ces délicieux instants de molle quiétude, de paix intérieure, et surtout de vive passion. Il embrasse interminablement sa douce brindille, gardant son corps délicat prisonnier de ses mains, mordillant tendrement ses lèvres charnues et ses joues rondes, où naissent soudain de charmantes fossettes lorsqu'elle lui offre à son tour ce sourire ravissant qui le fait fondre.

- Qu'est-ce que je t'aime ... murmure t-il en la dévisageant de ses prunelles débordant d'adoration ... - Mais j'aime aussi les brioches de Caleb ! poursuit-il en pouffant de rire. - Es-tu prête, mon cœur ? ajoute t-il alors qu'il ne lui a pas laissé un seul instant depuis qu'elle est réveillée. - Il me reste juste à enfiler mes bottes, et à nous les escarcelles aussi rebondies que les fesses d'un curé de campagne, mon ange !

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Capitaine
Premier personnage


Journal de bord
Situation RP:
En couple:
MessageSujet: Début du Voyage [PV] Jeu 10 Nov - 10:21

Au calme douillet du petit matin, succède la tempête des rires et du chahut, les deux amoureux terminent leur joute de la veille et finissent par s'écrouler sur le lit au milieu des plumes qui voltigent autour d'eux. Une quiétude paresseuse, sensuelle les enveloppe à nouveau, Elyse se débarrasse peu à peu de ses réticences, et savoure ces moments de tendresse, volés au temps qui court trop vite, pour deux êtres qui se découvrent et apprennent à s'aimer ...

- Caleb va nous tuer ! murmure-t-elle entre deux baisers, et moi aussi je veux encore de ses brioches ! Allez debout, monsieur l'aventurier, allons dévorer les réserves de notre hôte !

Et s'arrachant des lèvres coquines du barbouilleur, Elyse se débarbouille rapidement le visage, passe la brosse dans ses cheveux indisciplinés, et enfile ses bottes, elle ramasse au passage sa ceinture de cuir et la bande de toile qui a dissimulé ses formes pendant toutes ses années, elle sera peut être amenée à la remettre dans la forêt, qui sait …
Ils sont fin prêts à descendre, ils rangeront plus tard, ils sont affamés comme d'habitude, deux ventres sur pattes ! La jeune femme récupère la terrine qui contenait le pâté, dévoré la veille, et commence à descendre silencieusement l'escalier de bois, laissant le soin à Miguel de prendre leur sac et de fermer la porte, derrière eux.
L'aubergiste est déjà levé, à croire qu'il ne dort jamais cet homme là ! Il les salue aimablement, dévisageant Elyse, avec curiosité, encore sous le coup de sa transformation spectaculaire, sans doute …

- Bonjour Caleb, je te rends ta terrine, qui était excellente, tu es un fameux cuisinier ! On peut manger quelque chose, comme tes excellentes brioches, dont le fumet me torture depuis que je suis réveillée ? Et un pot de café ? demande-t-elle en déposant quelques pièces sur le comptoir. Nous allons retourner dans la forêt ce matin, Miguel a vu un coin qu'il aimerait peindre … Tu peux nous garder la chambre, non ?

Elyse se dirige vers une table à l'écart, elle attend son peintre qui l'y rejoint rapidement, et se glisse auprès d'elle, leurs mains s'entremêlent sur la cuisse du jeune homme, sous la table, et leurs regards se soudent à nouveau, ils se chuchotent des mots doux, attendant leur festin. Mais l'estomac d'Elyse finit par gronder, manifestant son impatience, faisant rire Miguel et Caleb qui approche avec un plateau chargé de brioches fumantes, d'un pot de café odorant, et de deux bols.
Tout comme la veille, les deux jeunes gens dévorent, se régalant, se taquinant. Ils prennent des forces et déjouent leurs inquiétudes avec des propos légers et tendres. Et lorsqu'il ne reste que de minuscules miettes sur la table, ils se décident à se mettre en route . Elyse observe du coin de l'oeil son compagnon qu'elle sait particulièrement anxieux, à l'idée de cette équipée.

- Allons-y, mon ange, sinon la lumière ne sera plus aussi belle qu'hier matin, prononce-t-elle d'une voix qu'elle espère naturelle, pour Caleb et les autres clients, peu nombreux à cette heure matinale. Et je meurs d'envie de te voir à l'oeuvre !


_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Début du Voyage [PV]

Revenir en haut Aller en bas

Début du Voyage [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Les gens du voyage
» Voyage de Bougainville
» Voyage dans le foin...
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fändir :: L'ÎLE YBELLA :: Wecia :: Les maisons et commerces-